Désultoirement vôtre !

Promenade à Carrouges avec deux garçons assez turbulents.

Nous avons été accueillis par un allié des LEDIN (n'en déplaise au rustre complexé et fausse valeur que l'on sait ; je vise ici le président de l'A.R.C.D., sans pour autant estimer utile d'indiquer la nouvelle signification de ce sigle) :

19 mai 2024.

19 mai 2024.


La visite commence, sous les combles, par la chambre d'apparat récemment restaurée :

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.


Un joli garde-fou :

19 mai 2024.


Les appartements déjà connus :

19 mai 2024.

19 mai 2024.


Le plus beau plafond :

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.


Quelques pensées pour Roland FORNARI, restaurateur de ces magnifiques grilles :

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.


Des murs qui ont beaucoup vécu et qui en portent les stigmates :

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.


Des murs de douves qu'il conviendrait de débarrasser sans trop attendre des plantes parasites qui les sapent :

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.

19 mai 2024.


Au total, un monument public manifestement restauré avec beaucoup de cœur, ce qui mérite d'être remarqué.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 20 Mai 2024
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
J'ai reçu, ce matin à 8 heures 07, un courriel de convocation à une assemblée générale de La SVAADE qui se tiendra le jeudi 13 juin prochain à 10 heures 30 au manoir de la Chaslerie.

En raison d'engagements antérieurs, je crains hélas de ne pouvoir y participer.
Au moins, ceci montrerait à ceux qui en auraient encore douté la parfaite indépendance de cette association par rapport aux propriétaires.

P.S. (du 21 mai 2024 à 1 heure 45) : Je ne sais pourquoi ce message me rappelle une appréciation ô combien prémonitoire d'un extrêmement brillant graphologue, le colonel Antoine ARGOUD, à mon sujet :

Il paraît que ce truc encombrant, installé place du champ de foire à Domfront en Poiraie, fait partie du "projet MORIN" et sera inauguré vendredi prochain :

20 mai 2024.

20 mai 2024.

20 mai 2024.

20 mai 2024.


On n'ose demander combien cette ferraille, à l'évidence aussi dangereuse que du matériel de chantier laissé sans garde, est destinée à coûter aux contribuables. Elle est pourtant installée juste en face du lycée, endroit où passent des enfants de tous âges. De même que des chiens, si j'en juge par les crottes qui constellent la pelouse autour de ce haut lieu "médiéval" (comme le tourisme que l'on sait, celui qui amène donc à faire à peu près n'importe quoi de l'argent public en question).

Il est vrai que nous avons, à Domfront en Poiraie, des élus tellement à la hauteur de leur tâche qu'il est inutile de poser ce genre de question. N'est-ce pas M. Bernard DAVY ?

Lamentable !

P.S. (du 21 mai 2024 à 1 heure 15) : Plus que lamentable, triste.

Triste spectacle en effet que nous donne une fois de plus un tel élu.
A propos de Carrouges et de fil en aiguille, j'apprends que la famille LE VENEUR, alliée au maréchal de BASSOMPIERRE, comptait un représentant, prénommé François, qui fut l’aumônier de Gaston d'ORLEANS.

Il serait assez intéressant de savoir comment les LEDIN sont entrés en relation avec de si illustres personnages, au point de faire partie d'une certaine parentèle.
Il faudrait pour cela un travail d'historien, pas un remugle supplémentaire d'un érudit local auto-proclamé contemporain de mes deux, comme le président rustre et complexé de l'association locale du même métal.

Je fais écho ici aux propos scandaleux de ce pauvre type lors de la dernière assemblée générale de ladite association.
Courriel adressé ce jour via le site internet du château de Carrouges :

(Début de citation)

Lors de ma récente visite du château de Carrouges avec deux de mes petits-enfants (https://www.chaslerie.fr/blog/message/58783), j'ai notamment remarqué que les tomettes des sols sont particulièrement bien entretenues et très brillantes.
Puis-je vous prier de m'indiquer quel traitement vous leur avez appliqué ?
Cordialement,
PPF

(Fin de citation)

P.S. (du 22 mai 2024 à 8 heures 30) : Voici la réponse reçue ce matin :

(Début de citation)

Bonjour,

Vous devez certainement évoquer le sol de la salle de bal. C'est une émulsion cirante qui est appliquée. Dilax de la société SID.

Cordialement

François MONTAMBAULT
Responsable opérationnel
Château de Carrouges

(Fin de citation)
0
J'ai appelé hier soir l'un de mes amis. Il est le propriétaire d'un monument historique voisin et c'est sans doute le meilleur connaisseur de la fiscalité des monuments historiques français. Il m'a dit être en train de préparer sa déclaration de revenus de 2023 et s'arracher les cheveux devant les dernières modifications des formulaires en ligne.

Quant à moi, je viens de m'apercevoir par hasard que j'ai oublié de faire état, dans ma déclaration postée ces jours-ci, de la restauration des allées du manoir favori. Plus exactement de signaler que je devrais être éligible au dispositif dénommé "Défi travaux", c'est-à-dire à une autre usine à gaz qui devrait me permettre de récupérer une partie de ma mise en la matière. Je vais essayer de compléter ma déclaration à ce sujet, en espérant donc trouver dans cet invraisemblable micmac les cases consacrées à cette passionnante question.

P.S. (à 11 heures 30) : Après avoir téléphoné à M. de CATHEU pour m'assurer que le "Défi-travaux" a bien été prorogé, j'ai réussi, non sans mal, à trouver sur ma déclaration les cases 7UP et 7UL à remplir.

Ma déclaration modifiée a été enregistrée ce jour à 11 heures 20.

Sans le stage du "FOGEFOR" je n'aurais pas connu ce dispositi qui, si je ne me suis pas planté, devrait me permettre de me faire rembourser 3 752 € la première année et d'autres sommes les années suivantes. Entre la récupération de la T.V.A. sur mes activités sylvicoles et ce "Défi-travaux", ce stage m'aura été hautement utile, en plus de m'apprendre plein de choses très intéressantes, notamment sur la physiologie des arbres, les "plans simples de gestion" et, de façon générale, toutes les questions relatives à la "filière bois".

Une fois de plus, je ne puis donc que recommander très chaudement ce stage, passionnant et remarquablement organisé et animé, à tous les propriétaires forestiers.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Speedy Gonzales - Anecdotes - Désultoirement vôtre !
0
Lorsque je suis parti déjeuner, j'ai proposé à Speedy Gonzales de monter dans la voiture.

Refus.

J'ai donc roulé sur la grande allée à une vitesse suffisante pour le larguer.

Arrivé à la hauteur du lotissement, pris d'un doute, j'ai rebroussé chemin et l'ai retrouvé à la hauteur de la maison de M. ROZARD en train de me poursuivre.

Nouveau refus de monter à bord.

J'ai donc redescendu la grande allée. Il m'a suivi en courant à une allure de 35 km/h.

Nous sommes remontés à la hauteur de la ferme. Il avait donc couru près de deux kilomètres d'une traite. Je l'ai alors attrapé pour le confier à Mickaël qui prenait son casse-croûte dans l'atelier de ce bâtiment. J'ai ensuite refermé la porte de cet atelier derrière moi.

Alors que je finissais de déjeuner à "L'échauguette", j'ai reçu un S.M.S. de Carole m'apprenant qu'une amie venait de voir Speedy Gonzales sur la D 22, donc en position de provoquer un accident.

Je suis reparti dare-dare à la Chaslerie, l'ai retrouvé près de la ferme et attaché à la laisse de la chapelle.

Pour dire les choses simplement, avec des comportements récurrents de ce type il finirait pas indisposer un homme connu comme moi pour sa placidité proverbiale.

P.S. (à 20 heures) : Avoir ainsi été puni semble lui avoir remis les idées en place. Ce soir, il file tout doux.


Pourtant le dressage de fauves n'a jamais été ma spécialité.

P.S. 2 (à 22 heures 30) : Joffrey vient de m'apprendre que c'est son père qui a récupéré Speedy Gonzales sur la D 22 et l'a rapporté dans le cour du manoir favori. A l'évidence, une fois de plus, ce jeune chien a réussi à s'en échapper en se faufilant sous la grande porte cochère de la cour. Je ne sais pas comment il procède car il y a moins de dix centimètres de hauteur de jour à cet endroit. En plus du reste, nous pouvons retenir que ce chien est une sorte de fakir.
Lucile BOURDIN-NORGEOT m'a transmis ce soir une nouvelle mouture des parties I à III du projet d'"étude de diagnostic d'ensemble" que l'on sait :
- Préambule.
- Relevés du logis et de l'aile Ouest.
- Relevés de l'aile Nord et des dépendances.
- Etude historique et patrimoniale jusqu'à la Révolution.
- Etude historique et patrimoniale depuis la Révolution.
- Etude historique et patrimoniale - Plans de chronologie relative.
- Diagnostic sanitaire des abords.
- Diagnostic sanitaire des bâtiments sur cour.
- Diagnostic sanitaire des dépendances.

Je viens d'imprimer en recto-verso le fichier en question sur du papier A3 puis j'ai relié sommairement ces 222 pages (à comparer à 172 dans le version précédente car on a cherché à aérer le document de manière à en rendre la lecture plus confortable) :

25 mai 2024.


Je trouve ainsi qu'avec cette nouvelle version, on a nettement progressé en termes de lisibilité. Mais je m'aperçois qu'il reste diverses petites corrections à apporter, la plus importante étant, à première vue, le renvoi du texte de la page 147 juste après la page 126.

Quoi qu'il en soit, je vais pouvoir, sur cette base ainsi qu'à partir des éléments reçus le 28 avril dernier, remodeler le texte des parties IV et V puis rédiger ma version de la partie VI.

Avec un peu de chance et encore beaucoup de travail, on devrait ne pas être loin de pouvoir mettre un point final à cette "étude de diagnostic d'ensemble" en temps utile avant l'A.G. de La SVAADE programmée pour le 13 juin prochain.
Il y a séance de conseil municipal à Domfront en Poiraie ce soir et, sauf erreur de ma part, le site de la mairie ne l'annonce même pas, contrairement à l'habitude.

Seraient-ils trop occupés par leurs échanges avec la C.A.D.A. ?

Le délai d'un mois imparti par la réglementation à cette commission pour répondre au courrier que l'on sait est en effet dépassé.