Désultoirement vôtre !

Visiteuse facétieuse (via "Facebook")
rédigé le Mardi 14 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Et hop ! La bande à neuneus a encore frappé. Évidemment, mettre un "e" entre deux couilles, ça change la vie des femmes et c'est très écologique, c'est bien connu.
Pourtant, c'est assez simple : plus de caractères = plus d'encre pour plus de bêtise.
Continuez à creuser, les écolos de salon, vous trouverez du pétrole...

N.D.L.R. : Quelle bande de cons ! Ça promet !

Pardon (pour être sûr d'être compris par e.ux.lles) : quelle bande de con.ne.s !
lefigaro.fr
rédigé le Mercredi 15 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
La suppression de la taxe d’habitation pour tous s’éloigne un peu plus

N.D.L.R. : L'incapable baratineur Jupiter-de-mes-deux-sans-foi-ni-loi est évidemment hors d'état de tenir sa promesse démagogique. Qui en est surpris ? Pauvre type !
Et, surtout, pauvre pays qui s'est laissé aller à confier son destin à un tel pantin !

N.D.L.R. 2 (du 17 juillet 2020 à 22 heures) : Pan sur le bec ! Il n'empêche que cette réforme est une connerie démagogique. Attendons de voir ce qu'il en advient.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 15 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Un ami, fin connaisseur de la chose politique, me disait avant-hier qu'on ne connaît pas d'amis au couple MACRON.

C'est en effet troublant.


Sans doute oubliait-il BENALLA.
Philippe MEYER (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 15 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Chanson du jour : « Les Mangeux d'terre » - Entre 2 Caisses

Je r’passe tous les ans quasiment dans les mêmes parages
Et tous les ans, j’trouve du changement de d’ssus mon passage
À tous les coups, c’est pas l’même chien qui gueule à mes chausses
Et pis voyons, si je m’souviens, voyons dans c’coin d’Beauce

Refrain :
Y avait dans l’temps un bieau grand chemin
Chemineau, chemineau, chemine !
A c’t’heure n’est pas pus grand qu’ma main
Par où donc que j’cheminerai d’main ?

En Beauce, vous les connaissez pas, pour que ren n’se parde,
Mangerint on n’sait quoué ces gars-là, y mangerint d’la marde !
Le ch’min, c’était, à leur jugé, d’la bonne terre pardue
À chaque labour y l’ont mangé d’un sillon d’charrue

Refrain

Z’ont groussi leurs arpents goulus d’un peu d’glébe toute neuve
Mais l’pauv’ chemin en est d’venu mince comme eune couleuv’
Et moué qu’avais qu’li sous les cieux pour poser guibolle !
L’chemin à tout l’monde, nom de Guieu ! C’est mon bien qu’on m’vole !

Refrain

Z’ont semé du blé su l’terrain qu’y r’tirent à ma route
Mais si j’leur en d’mande un bout d’pain, y m’envoyent fair’ foute !
Et c’est p’t-êt’ ben pour ça que j’voués, à m’sure que c’blé monte,
Les épis baisser l’nez d’vant moué comme s’i’s avaient honte !

Refrain

Ô mon bieau p’tit chemin gris et blanc su’ l’dos d’qui que j’passe !
J’veux pus qu’on t’serre comme ça les flancs, car moué j’veux d’l’espace !
Ousque mes allumettes a sont ? dans l’fond d’ma pann’tière
Et j’f’rai ben r’culer vos mouessons Ah ! les mangeux d’terre !

Refrain normal puis :

Y avait dans l’temps un bieau grand chemin,
Chemineau, chemineau, chemine !
A c’t’heure n’est pas pus grand qu’ma main
J’pourrais bien l’élargir, demain !
Arrivée tard hier soir, Carole nous a fait dîner d'une de mes deux premières courgettes. Elle m'a reproché de ne pas les avoir récoltées plus tôt, ce qui m'a obligé à en retirer le centre où commençaient à apparaître des embryons de pépins, mais a reconnu que la chair en est ferme et excellente. Du super bio, quel qu'en soit le critère.

Elle s'est désolée que, depuis son départ, je n'aie pas arrosé ses artichauts et tutti quanti devant le manoir favori. Je ne peux quand même pas être au four de Pontorson et au moulin de ses plates-bandes. Les artichauts ont souffert, c'est clair. Il lui fallait revenir plus tôt ou être là un peu plus souvent.
Vu.es d'Ulm - École normale supérieure - PSL (par courriel)
rédigé le Vendredi 17 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie)
0
Covid-19 & Black Lives Matter. L'actualité fait réagir les chercheurs

Et si la Covid-19 devait revenir en force après l'été ? Des ajustements à la marge ne suffiraient pas selon Daniel Cohen dans l'Obs. - Et si la deuxième vague était économique ? Entre effondrement du marché de l'emploi et du système universitaire, quel serait l'avenir pour les jeunes diplômés questionne Philippe Azkenazy dans Le Monde. - Sur France Inter, Dimitri El Murr s'en remet à Platon. Quel regard porterait-il sur la crise sanitaire ? Autre sujet mondial, celui des discriminations que la mort de George Floyd a dramatiquement remis à la une. Pour de comprendre le mouvement "Black Lives Matter", Frédéric Worms décortique l'expression dans les colonnes de Libération, - Au micro de France Culture et toujours à propos du racisme et des violences policières, Daniel Cohen et Monique Canto-Sperber débattent des symétries et des asymétries entre la France et les USA - Tandis que Raphaëlle Nollez-Goldbach dans Le Point questionne : "la Cour pénale internationale, ennemie de Trump ?"
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 17 Juillet 2020
Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse - Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie)
0
Carole a pu cueillir ce soir trois courgettes qui n'ont pas mis plus de 48 heures à prospérer.

Les premières tomates commencent à rougir, ce sera un régal, j'aime beaucoup l'odeur de leurs plants.

Le long du mur, les fraisiers donnent à jet continu. Du côté du groseillier et, même, des framboisiers, c'est plutôt la cata.

Et les aubergines continuent à m'intriguer. En verra-t-on un jour la couleur ?
Visiteuse facétieuse (via "Facebook")
rédigé le Samedi 18 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie)
0
Un décret pour imposer le port du masque ? Sérieusement, il y a beaucoup plus efficace :
« Mesdames, porter le masque dans les lieux clos vous fait perdre du poids ».
« Messieurs, porter le masque dans les lieux clos accroît votre virilité ».
Ajoutez un simple « c’est scientifique » et on est peinard jusqu’au Covid 25.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 19 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Il est permis de penser que c'était hier une de mes dernières étapes chez "CHISTREL". J'y ai vidé le panier vert :

18 juillet 2020.


Mais déjà, à mon grand regret, les huîtres sont moins laiteuses que vers le 14 juillet.
lefigaro.fr
rédigé le Dimanche 19 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Cathédrale de Nantes : le grand orgue «disparu» avait traversé l'histoire

Lors de la Révolution française, moins de cinq ans après sa restauration, la cathédrale de Nantes est transformée en «temple de la Raison». Certaines orgues de la ville sont détruites. Mais le grand orgue est sauvé par son organiste de l'époque, Denis Joubert, qui interpréta la Marseillaise, convainquant ainsi le comité révolutionnaire de le conserver pour les «fêtes révolutionnaires», raconte encore le site de la cathédrale.


N.D.L.R. : Périodes de barbarie.

Renaud CAMUS (via "Facebook")
rédigé le Dimanche 19 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Il est bizarre, votre Macron. La cathédrale de Nantes brûle, tout ce qu’il trouve à dire c’est qu’il soutient les sapeurs-pompiers — juste la fois où ils ne se sont même pas fait caillasser…

N.D.L.R. :

Réhabilitation de la langue française (via "Facebook")
rédigé le Lundi 20 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Nature (hors géologie) - Références culturelles
0
Dommage que beaucoup de ces verbes soient tombés dans l'oubli.
Le chien aboie quand le cheval hennit et que beugle le bœuf et meugle la vache.
L'hirondelle gazouille, la colombe roucoule et le pinson ramage.
Les moineaux piaillent, le faisan et l'oie criaillent quand le dindon glousse.
La grenouille coasse mais le corbeau croasse et la pie jacasse.
Et le chat comme le tigre miaule, l'éléphant barrit, l'âne braie, mais le cerf rait.
Le mouton bêle évidemment et bourdonne l'abeille.
La biche brame quand le loup hurle.
Tu sais, bien sûr, tous ces cris-là mais sais-tu ?...
Que si le canard nasille, les canards nasillardent,
Que le bouc ou la chèvre chevrote,
Que le hibou hulule mais que la chouette, elle, chuinte,
Que le paon braille, que l'aigle trompète.
Sais-tu ?...
Que si la tourterelle roucoule, le ramier caracoule et que la bécasse croule, que la perdrix cacabe, que la cigogne craquette ... et que si le corbeau croasse, la corneille corbine et que le lapin glapit quand le lièvre vagit. du verbe vaginer
Tu sais tout cela ? Bien.
Mais sais-tu ?...
Que l'alouette grisolle ??...
Tu ne le savais pas. Et, peut-être, ne sais-tu pas davantage que le pivert picasse. C'est excusable !
Ou que le sanglier grommelle, que le chameau blatère
Et que c'est à cause du chameau que l'on déblatère !
Tu ne sais pas non plus peut-être que la huppe pupule
Et je ne sais pas non plus si on l'appelle en Limousin la pépue parce qu'elle pupule ou parce qu'elle fait son nid avec de la chose qui pue. Qu'importe !
Mais c'est joli : la huppe pupule !
Et encore sais-tu que la souris, la petite souris grise : devine ? La petite souris grise chicote ! Oui ! Avoue qu'il serait dommage d'ignorer que la souris chicote et plus dommage encore de ne pas savoir, que le geai cajole !"