Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 27 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes - Références culturelles
0
Un de mes correspondants locaux, que j'ai plaisir à assister dans une mission délicate et d'intérêt général, avec qui je discutais librement des orientations d'une certaine association, m'a déclaré hier après-midi - en insistant bien sur le fait qu'il s'exprimait sous le sceau de la confidence - : "Je vous le dis avec franchise, votre problème par ici est que vous faites peur !"

Intéressante remarque qui m'évoque quelques souvenirs... "C'est vrai, ai-je répondu, ma taille, ma masse corporelle, ma façon de m'exprimer, mon mode de vie volontiers solitaire, mon niveau d'exigence impressionnent souvent, au point d'inquiéter parfois, sans que je le comprenne toujours, les gens enclins à privilégier le calme, la tranquillité, pour ne pas dire une certaine routine. Pourtant, où est l'essentiel ?"

Ce disant, un poème m'est revenu en mémoire que je me suis récité en silence...




Mais assez parlé de moi, n'est-ce pas ?

P.S. : L’Azur / Stéphane Mallarmé
« De l’éternel Azur la sereine ironie
Accable, belle indolemment comme les fleurs,
Le poète impuissant qui maudit son génie
À travers un désert stérile de Douleurs.
Fuyant, les yeux fermés, je le sens qui regarde
Avec l’intensité d’un remords atterrant,
Mon âme vide. Où fuir ? Et quelle nuit hagarde
Jeter, lambeaux, jeter sur ce mépris navrant ?
Brouillards, montez ! versez vos cendres monotones
Avec de longs haillons de brume dans les cieux
Que noiera le marais livide des automnes,
Et bâtissez un grand plafond silencieux !
Et toi, sors des étangs léthéens et ramasse
En t’en venant la vase et les pâles roseaux,
Cher Ennui, pour boucher d’une main jamais lasse
Les grands trous bleus que font méchamment les oiseaux.
Encor ! que sans répit les tristes cheminées
Fument, et que de suie une errante prison
Éteigne dans l’horreur de ses noires traînées
Le soleil se mourant jaunâtre à l’horizon !
— Le Ciel est mort. — Vers toi, j’accours ! donne, ô matière,
L’oubli de l’Idéal cruel et du Péché
À ce martyr qui vient partager la litière
Où le bétail heureux des hommes est couché,
Car j’y veux, puisque enfin ma cervelle, vidée
Comme le pot de fard gisant au pied d’un mur,
N’a plus l’art d’attifer la sanglotante idée,
Lugubrement bâiller vers un trépas obscur…
En vain ! l’Azur triomphe, et je l’entends qui chante
Dans les cloches. Mon âme, il se fait voix pour plus
Nous faire peur avec sa victoire méchante,
Et du métal vivant sort en bleus angelus !
Il roule par la brume, ancien et traverse
Ta native agonie ainsi qu’un glaive sûr ;
Où fuir dans la révolte inutile et perverse ?
Je suis hanté. L’Azur ! l’Azur ! l’Azur ! l’Azur !
»
Alejandro DECAUX (via "Facebook")
rédigé le Dimanche 28 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Château et Jardins de Mesnil Geoffroy, avec Hugues Hourdin

Un des plus beaux châteaux de la Normandie
#normandie #chateau #edifice #monumenthistorique #region #paysdecaux #enfance #terre #mesnilgeoffroy #roseraie #ermenouville #parc #sublime #weekend #visite #style #chaleureux #jardin #sublime #normandy #luxe @ Château et Jardins de Mesnil Geoffroy


N.D.L.R. : La propriétaire de ce château, la Princesse KAYALI, était la déléguée régionale de la "Demeure Historique" pour la Haute-Normandie, avant la fusion des deux régions. Tout est en effet impeccable, y compris les intérieurs (ce qui n'est guère étonnant quand on sait que son mari est un cousin de l'Aga Khan) :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 28 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
"Le Nouvel esprit public" de Philippe MEYER traitait aujourd'hui de deux sujets fort intéressants, (1) la manière dont MACRON va pouvoir se débrouiller pour tirer parti des recommandations de la "convention citoyenne pour le climat" et (2) la probabilité d'une prochaine réélection de TRUMP.

Sur le premier sujet, je remarque l'intervention, qui me semble très pertinente, de Jean-Louis BOURLANGES. La voici :

Je pense que ce rapport est intéressant, mais je ne partage pas votre enthousiasme. Il y a des propositions qui, si elles avaient été prises, m’auraient inquiété ; mais celles que j’ai lues me paraissent raisonnables, je n’y suis en tous cas pas hostile a priori. Je m’interroge un peu sur les effets réels en terme d’économie et de réduction des émissions de certaines mesures, comme la limitation de vitesse, mais enfin ce n’est pas là que le problème se pose essentiellement pour moi.
Je suis assez profondément choqué en tant que parlementaire. J’estime qu’on a mis en place un système particulier. Globalement sur l’environnement, on a tout un ensemble de gens divers, des intellectuels, des hauts fonctionnaires, des médiateurs, qui font ce type de proposition depuis des années. On les trouvait par exemple déjà dans les états généraux de M. Borloo. Ces propositions, tantôt raisonnables, tantôt irréelles n’ont donc rien de véritablement nouveau. Mais à la suite des états généraux, elles n’avaient pas vraiment été suivies d’effet. On a donc trouvé un autre système, consistant à prendre ces 150 personnes, recrutées sur sondage. Si l’on choisissait nos dirigeants de cette manière, on ferait de sérieuses économies ... Blague à part, c’est une conception de la démocratie que je trouve tout à fait particulière. Ces 150 personnes, travailleuses, de bonne volonté, et enthousiastes (car l’ampleur de l’enjeu est très stimulante), ont donc de quoi se réjouir, mais ne nous cachons la vérité : il s’agit simplement du dernier avatar en date d’un même réseau. Ces 150 personnes ont pris le relai du monde associatif, et on leur confère une légitimité intellectuelle et politique simplement parce qu’elles sont vierges de toute expérience et a priori impartiales dans ces domaines.
C’est là où le parlementaire souffre. C’est une volonté délibérée de l’ensemble des décideurs publics de faire l’impasse sur la représentation nationale. Dans la société française d’aujourd’hui, les parlementaires n’ont pas le pouvoir. Ils n’ont à aucun moment été en mesure de créer une commission de cette nature. La Constitution ne le permet pas, le gouvernement ne le souhaite pas, le président de la République n’a jamais envisagé de se servir d’aucune façon du relais parlementaire. Et évidemment, quand on tombe sur 150 citoyens de bonne volonté, on a moins de difficulté à faire passer un certain nombre d’options (bonnes ou mauvaises) qui traînent sur la table depuis des années.
RW s’interrogeait sur le silence des parlementaires, la réponse est simple : on les a priés de se taire. On se pose donc la question : la démocratie participative, ou cette bizarre « démocratie aléatoire » (puisqu’elle fonctionne par tirage au sort) n’est-elle pas simplement un moyen d’empêcher la démocratie représentative de fonctionner, comme on le fait depuis des années ? Est-ce un progrès ? Je ne sais pas, mais je constate que les parlementaires sont élus par les citoyens au terme de débats démocratiques, mais que cette conception de la démocratie à la Montesquieu paraît dépassée ; ils ne suffit plus que les citoyens choisissent leurs législateurs et leurs gouvernants, il faut désormais qu’ils légifèrent eux-mêmes. Pourquoi pas, mais en l’occurrence, il ne s’agit pas de l’ensemble des citoyens mais de quelques personnes tirées au sort. La légitimité démocratique de leurs décisions est donc problématique, quelles que soient leurs bonnes intentions. Je ne suis pour ma part pas persuadé qu’il s’agisse d’un progrès, et pour tout dire je suis inquiet.
Je crois que les propositions sont un très bon matériau de départ, je serais pour ma part tout à fait prêt à ce que l’Assemblée Nationale s’en empare et travaille dessus.
Deuxième chose qui me choque : le caractère spécialisé. Effectivement, je crois que la décision politique est une décision généraliste, et non spécialisée. La notion de « toutes choses étant égales par ailleurs » est incompatible avec la politique. On ne peut pas se permettre de réfléchir à des problèmes d’une façon si spécifique qu’on exclue toutes les autres variables. Ce sont tous les choix stratégiques et politiques qui sont impactés par certaines décisions, et là encore il y a un problème de représentativité : quelle est la compétence ou la légitimité de ces citoyens en matière de politique étrangère, de stratégie, de droit social, etc. ? Ou alors on les érige carrément en contre-parlement, et à ce moment là il leur appartient de faire la synthèse de toutes les activités, mais comme vous l’imaginez, cela me paraît très grave de donner un pouvoir général d’arbitrage politique à des gens qui ne sont pas élus par leurs concitoyens.
Troisième point qui me gêne : le caractère « vote bloqué » de l’affaire. Il va falloir faire un référendum où l’on mettra tout sur la table. Or la décision politique repose sur des amendements, des sélections, des hiérarchisations, tout un ensemble de choses qui passent par un débat citoyen, c’est pourquoi la bonne solution me paraît un prolongement parlementaire et non un vote bloqué référendaire. Cela impliquerait de la part de nos dirigeants une volonté de redonner confiance aux parlementaires. De mon point de vue, on n’en prend pas le chemin.


En ce soir de second tour des "municipales", on mesure une nouvelle fois (je pense ici aux dernières "présidentielles") toute la fragilité des équilibres de la représentation indirecte face aux modes qui déferlent dans le champ médiatique dont le Jupiter auto-proclamé se prétend le "maître des horloges". Une nouvelle fois, l'édifice démocratique traditionnel apparaît bien vermoulu et ne plus tenir qu'à un fil, sous les coups de boutoir répétés de ce que je dénonce comme de la politique à la com' (peut-être, ce faisant, en suis-je un ?).

P.S. : Par ici, je retiens la défaite, à La Ferté-Macé, de ceux qui voulaient le maintien dans la communauté de communes avec Flers. Et également, l'accès au Palais-Bourbon de mon "amie Facebook" Chantal JOURDAN, jusque là suppléante de Joaquim PUEYO, qui ne pourra pas cumuler avec la mairie d'Alençon qu'il vient de retrouver sous une casaque astucieusement choisie.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 29 juin 2020 10:41
À : jerome.nury@assemblee-nationale.fr <jerome.nury@assemblee-nationale.fr>; Bernard Soul <bernard.soul@orange.fr>
Cc : C.F.
Objet : Signalé - Mise en cause par M. DEROUET, maire de Lonlay-l'Abbaye

Monsieur le député, Monsieur le Maire,

J'ai l'honneur de vous informer que je viens de recevoir à la Chaslerie la visite du chef de gendarmerie (...), de la brigade de gendarmerie de Messei.

Il venait m'informer que M. DEROUET, maire de Lonlay-l'Abbaye, a déposé plainte à la suite de la distribution d'un tract dans les boîtes aux lettres d'électeurs de sa commune, peu avant le 1er tour des municipales.

Il paraît que, dans sa plainte, M. DEROUET me "met en cause" (c'est le terme juridique) comme auteur potentiel de ce tract qui serait injurieux. Je suis donc attendu à 15 h 30 à la brigade de gendarmerie de Domfront pour être entendu à la suite de cette "mise en cause". Il m'est indiqué que je peux me faire assister d'un avocat, que des photos seront prises de moi et que mes empreintes digitales seront relevées. Il paraît qu'il est possible que le procureur de la République en charge de l'instruction de cette plainte diligente une perquisition chez moi pour s'assurer qu'il n'y retrouve pas de tracts.

Je compte déférer à cette demande de me rendre à la gendarmerie de Domfront à 15 h 30 aujourd'hui pour répondre à leurs questions. J'irai seul car je n'ai pas d'avocat à charger de ma défense.

Cette "mise en cause" est bien entendu dépourvue de tout fondement. Je n'ai jamais eu le tract en question entre les mains et viens d'en apprendre l'existence. Toutefois, je ne puis que me demander ce qu'il serait advenu de moi sous l'Occupation avec un tel édile proférant de telles accusations auprès des instances judiciaires, ainsi qu'il l'a donc fait à mon encontre.

L'affaire me paraît suffisamment grave pour que je vous en informe en votre qualité d'élus amenés à côtoyer fréquemment cet individu dans des instances officielles.

Bien entendu, je me réserve de déposer plainte le moment venu contre M. DEROUET pour dénonciation calomnieuse.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (à 11 h 40) : Mon ami Bertrand CARADET, avocat à Paris (et descendant d'un compagnon de Guillaume le Conquérant), se tient prêt à assurer ma défense. Je l'en remercie.

Par ailleurs, j'ai invité un voisin, ami d'enfance et adjoint à la mairie de M. DEROUET à suggérer à ce dernier de me présenter des excuses sans tarder. J'ai signalé qu'à défaut de telles excuses en bonne et due forme, je n'hésiterais pas, le moment venu, à déposer plainte au pénal pour dénonciation calomnieuse.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 29 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Le tapis vient de m'être livré en cette Saints Pierre et Paul :

29 juin 2020.


Ce n'est sûrement pas l'affaire du siècle...

P.S. (à 14 heures) : Il est incontestablement plus beau dans l'autre sens :

29 juin 2020.

29 juin 2020.


Ainsi disposé, il me plaît. Beaucoup.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 29 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
Il est 18 heures, le chef gendarme vient de repartir, perquisition achevée, ainsi que je l'avais accepté par écrit. Je dois encore repasser à la caserne de Domfront pour signer avant 19 heures le procès-verbal correspondant.

Auparavant, j'ai été longuement entendu, depuis 15 h 30, et ai dû répondre à tout un questionnaire basé sur les affirmations du maire de Lonlay-l'Abbaye. Mes empreintes digitales ont été recueillies et j'ai été photographié sous trois angles aux fins d'identification judiciaire.

Cet élu d'une commune où le manoir favori dispose de quelques terres a en effet porté plainte à la suite du dépôt dans des boîtes aux lettres de ses administrés de centre-ville, début mars, d'un tract portant sous son nom trois qualificatifs qui n'appartiennent pas à mon registre lexical et qu'il estime - on peut le comprendre, au moins en partie - constituer un "outrage à dépositaire de l'autorité publique", en l’occurrence sa personne. Le problème est qu'à l'occasion de cette plainte, cet individu qui devrait connaître la loi m'a nommément cité, à l'exclusion de quiconque d'autre, comme étant l'auteur "soupçonné" dudit outrage, en faisant état de certains "indices" prétendus.

Dans ma déposition, je n'ai pas manqué de rejeter l'ensemble des accusations de cet individu. J'ai souligné à l'intention du procureur de la République que je ne manquerais pas de porter plainte contre Christian DEROUET pour dénonciation calomnieuse dans l'hypothèse où il ne me présenterait pas rapidement des excuses en bonne et due forme.

P.S. : J'ai oublié d'indiquer que la perquisition n'a évidemment rien apporté qui étaye un tant soit peu les accusations de cet abruti. Voici qui est fait. Donc à la Justice de trancher.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 30 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
En roulant cette nuit vers Paris, je repensais à cette mésaventure de l'après-midi en me demandant quelle mouche avait pu piquer Christian DEROUET. Voici en effet un homme qui m'avait prétendu un jour "être maire parce qu'il aime ses semblables". Pouvait-il s'agir de sa part d'une question de jalousie ? Mais alors, pourquoi lui serait-il venu l'idée de se comparer à moi, tant il paraît évident que nous ne boxons pas dans la même catégorie ? Ou bien sa nature profonde est-elle d'être à ce point mauvais ? Là aussi, je ne comprendrais pas pourquoi ses électeurs lui font régulièrement confiance.

Finalement, je me suis dit que cet olibrius ne vaut pas la peine que je m'interroge à son propos, tant son attitude à mon égard sort des limites des comportements qui me semblent normaux. Je saurai dorénavant que ce gugusse à l'égo notoirement sur-dilaté mais à l'influence très locale (en dépit de ses nombreuses tentatives avortées, et à beaucoup d'égards risibles, de changer de braquet) peut chercher à être dangereux. A d'autres, dont c'est la vocation, de le soigner. Et, plus sérieusement, au procureur de la République d'instruire le dossier.

Pour ma part, j'attends, parfaitement serein, l'issue de cette procédure, comme la suite de celle consécutive à la plainte que je ne manquerai pas de déposer à mon tour le moment venu.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 30 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Nature (hors géologie) - Anecdotes
0
Après m'avoir ausculté, ma jolie toubib de l'Avenue Mozart m'a déclaré, en substance, solide comme le Pont-Neuf. Elle me recommande de boire beaucoup d'eau et de faire un peu d'exercice. Donc pas grand chose de nouveau pour ce qui me concerne et pas le genre de truc qui me transporte d'allégresse.

J'ai juste oublié de lui dire que ça n'allait pas fort début mars. Fin février, elle m'avait prescrit d'aller voir un certain spécialiste. Il paraît qu'il n'est pas trop tard mais qu'il n'y a pas grand chose à gagner à attendre.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 2 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Je dois être archi-nul car, malgré les explications de "Cambérabéro", je n'arrive toujours pas à comprendre comment il faut procéder... Et moi qui croyais avoir acheté un truc automatique !

Autre hypothèse : ce mode d'emploi est inexploitable car extrêmement mal rédigé. Ce ne serait pas le premier dans le genre.

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 2 juillet 2020 19:00
À : "Cambérabéro"
Objet : RE: Lumix DMC-LX7

Merci beaucoup.

226 pages, ils sont fous à lier ou, ce qui est trop souvent proche, se croient dans l'Administraaaâââtion (avec une majuscule, s'il vous plaît)!

Bien cordialement,

PPF

_____________________________________________________________________________

De : "Cambérabéro"
Envoyé : jeudi 2 juillet 2020 09:27
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Lumix DMC-LX7

Le manuel d'utilisation du Lumix DMC-LX7 compte 226 pages. Ci-joint la version PDF.

Je vous joins également les deux pages qui concernent votre question :
Page 25 : accès au menu :


Page 135 : choix du format d'image. Vous êtes sans doute passé au format 1:1 par inadvertance. Il suffit de revenir au format 4:3 :



La manipulation est très simple. Plus simple à faire que de l'écrire.

Cordialement,

LG

(Fin de citation)