Désultoirement vôtre !

Les Essais de Montaigne
Publié le 26 mai 2020


« L’an du Christ 1571, âgé de trente-huit ans, la veille des calendes de mars, anniversaire de sa naissance, Michel de Montaigne, las depuis longtemps déjà de la servitude de la cour et des charges publiques, se sentant encor dispos, se retira dans le sein des doctes vierges [les Muses], où, en repos et sécurité, il passera les jours qui lui restent à vivre. »

Ayant fait peindre cette phrase sur une poutre de sa bibliothèque, dans la tour de son château, Montaigne s’y retire, se consacre « à sa liberté, à sa tranquillité et à son loisir » et entreprend la rédaction des Essais. Voici l’exemple parfait de ce que je crois être la sagesse : on a vu le monde, on y a pris sa part, on a compris comme il tourne, et l’on se dit qu’au fond, le mieux est de s’en tenir à l’écart et de « se réserver une arrière-boutique toute nôtre, toute grande, en laquelle nous établissons notre vraie liberté et principale retraite et solitude ».

Les Essais sont le fruit de cette retraite librement consentie. Montaigne eût-il continué à s’occuper d’affaires publiques (ou privées), jamais ils n’auraient vu le jour. La simple existence de ce livre extraordinaire constitue la démonstration éclatante que le loisir, mené avec talent, a une utilité bien supérieure à toutes les autres activités humaines, en ce qu’il permet la réflexion sur la vie, la « préméditation de la mort », l’apprentissage de la mesure des êtres et des choses, et l’approfondissement de soi.

Quant à moi, quand je le lis, j’ai souvent l’impression de m’y voir comme dans un miroir. Il y est question d’un homme qui s’est donné comme art de vivre de « rester soi-même », et qui a détesté, du plus profond de son âme, les réformateurs professionnels du monde, les théoriciens, les marchands d’idéologie. Un homme qui a consacré une bonne part de sa vie à « l’oisiveté créatrice », et sur qui « comme un fleuve, tout glisse et ne dépose rien, pas de conviction profonde, pas d’opinion solide, rien de fixe, rien de stable* ». Un homme qui, face à la cohorte de ceux qui prétendent détenir la vérité, répondait simplement : « Que sais-je ? », qui s’est efforcé de rester debout dans le chaos du monde, et qui n’eut pas de plus grand souci que celui de sa liberté.

* Stefan Zweig, Montaigne

N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie. C'est le moins que je puisse dire.

De nos jours, une telle retraite est impossible, au moins dans notre pays. Il y a toujours une administraaaâââtion pour pourrir la vie, l'une, bien connue de mes services, dans le principal but, bien sûr inavoué, de défendre un monopole légal, pour le reste mal contrôlé. Que de freins et de procédures absurdes et que de temps et d'énergie perdus !

Renvoyez-moi tout ce petit monde aux champs ! A la chinoise. Ils y trouveraient, peut-on l'espérer, une utilité. Et l'occasion de se régénérer.
Je préfère le bleu de la seconde couche, il est plus franc et fait moins layette :

27 mai 2020.


Bien sûr, Guguss n'a pu s'empêcher d'y frotter une oreille (il n'en loupe pas une, celui-là !) :

27 mai 2020.


J'ai appris ce matin que mon aîné et sa petite famille débarqueront demain ; du coup, Mr SPOON remet à juillet, sans doute, les travaux supplémentaires dont nous avons commencé à parler, relatifs aux deux fournils :

27 mai 2020.

Ce matin, il a fait connaissance avec Sébastien LEBOISNE, venu prendre les cotes des lucarnes de l'aile Ouest qu'il va mettre en fabrication.
(Début de citation)

De : Eric MAZIER - Responsable OT DOMFRONT <e.mazier@ot-domfront.com>
Envoyé : jeudi 28 mai 2020 12:42
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: TR: arrêté dérogatoire de réouverture au public du manoir de la Chaslerie (Domfront-en-Poiraie)

Merci beaucoup

_____________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 28 mai 2020 12:10
À : OURRY Evelyne <evelyne.ourry@culture.gouv.fr>
Cc : CHEVILLON Anne <anne.chevillon@culture.gouv.fr>; EUCHI Damien <damien.euchi@culture.gouv.fr>; BOCHET Dominique <dominique.bochet@culture.gouv.fr>; Bernard Soul <bernard.soul@orange.fr>; le-publicateur-libre@publihebdos.fr <le-publicateur-libre@publihebdos.fr>; e.mazier@ot-domfront.com
Objet : RE: arrêté dérogatoire de réouverture au public du manoir de la Chaslerie (Domfront-en-Poiraie)

Merci beaucoup.

Je rappelle que la visite extérieure est libre et gratuite tout au long de l'année, la visite intérieure par groupes et sur rendez-vous (au 06 12 96 01 34).

Cordialement,

PPF

_____________________________________________________________________________

De : OURRY Evelyne <evelyne.ourry@culture.gouv.fr>
Envoyé : jeudi 28 mai 2020 10:46
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Cc : CHEVILLON Anne <anne.chevillon@culture.gouv.fr>; EUCHI Damien <damien.euchi@culture.gouv.fr>; BOCHET Dominique <dominique.bochet@culture.gouv.fr>
Objet : arrêté dérogatoire ouverture au public Manoir de la Chaslerie


Monsieur,

Vous voudrez bien trouver en pièce jointe l’arrêté préfectoral autorisant la réouverture au public du manoir de La Chaslerie.

Je vous en souhaite bonne réception.

Cordialement.

Evelyne OURRY, chargée de mission
UDAP de l’Orne
15 bis rue de Fresnay - BP 238
61007 Alençon cedex
Tél. 02 33 26 03 92
udap.orne@culture.gouv.fr

(Fin de citation)
Félix
Publié le 29 mai 2020

Les Etats-Unis ont passé le cap des 100 000 morts du covid-19. Un ami américain m’écrit :

Dear Jean-Pierre,
With the whole world worked up over a “new” way to die, you might wish to consider circulating a link to “Félix” on your blog.
All the best,
J.


(Cher Jean-Pierre, Le monde entier étant stressé par une nouvelle façon de mourir, peut-être pourrais-tu diffuser un lien vers “Félix” sur ton blog. Bien à toi.)

La demande est pertinente. Je m’exécute. Voici Félix, ou les mille et une façons de mourir.

Y’a mille et une façons d’mourir
De froid de faim de soif à la guerre ou d’amour
Noyé brûlé écrasé pendu haut et court
Y’a mille et une sortes de derniers soupirs

Y’en a des simples des ordinaires
Un p’tit cancer un Alzheimer un coup de chaud
Et puis y’a celles à qui l’on tire son chapeau
Les éclatantes et les spectaculaires

Oh ! Si j’devais choisir ma mort
Je répondrais sans hésiter et sans effort

Moi j’veux mourir comme Félix Faure
En me faisant pom pom pom pom pom… très fort } (bis)

On peut finir comme Socrate
Avec philosophie en buvant la ciguë
Ou comme Eschyle prendre sur le crâne une tortue
Lâchée du ciel par un aigle astigmate

Comme Robespierre sur l’échafaud
Ou comme Molière face au public là sur la scène
Ou comme Mozart en composant un requiem
Ou comme Roland en jouant du cor à Roncevaux

Mais bon quitte à jouer du cor(ps)
Je vous déclare sans hésiter et sans effort

Moi j’veux mourir comme Félix Faure
En me faisant pom pom pom pom pom… très fort } (bis)


Capture d’écran garantie sans trucage du site : http://tobaccopipeartistory.blogspot.com/2013/10/felix-faure-french-president-and-pipe.html

N.D.L.R. : En effet, comment s'en passer ?
Alors que nous observions le manoir, calés dans des chaises longues installées dans l'arrière-cour, mon aîné m'a demandé, hier après-midi, ce qui me bloque pour avancer dans mes travaux. Il faisait alors allusion aux contraintes financières. J'ai répondu ne plus me sentir capable, pour les raisons qu'il connaît, d'absorber l'installation de la chaufferie centrale qui conditionne l'habitabilité de l'ensemble des bâtiments ; à sa demande, je lui en ai donné l'ordre de grandeur du coût, soit 150 000 €. "Et au-delà ?" a-t-il poursuivi. J'ai expliqué que, pour ce qui concerne la "bulle" que je souhaite livrer (à savoir le colombier et la moitié Nord du logis, mais également la cuisine du bâtiment Nord et un cabinet de toilettes au rez-de-chaussée de ce dernier bâtiment), le principal préalable technique, après la question du chauffage, sera de résoudre la problématique des "poutres pourries" et de la cheminée au 1er étage Nord du logis. Pour ce qui concerne le colombier, ai-je enchaîné, il y aurait l'installation d'un "escalier-en-facteur-commun" à prévoir, sur des plans améliorés par rapport à ceux d'Arnaud PAQUIN ; à ce sujet, l'architecte en charge de la "mission n°2" réfléchit à une optimisation de l'usage du volume entre cet escalier et le colombier ; elle recommande d'ores et déjà de réaliser cet escalier en bois (j'ai demandé que les marches soient recouvertes de tomettes) mais je ne serais pas davantage en mesure, ai-je précisé, de supporter le coût d'un tel escalier, encore à chiffrer ; j'ai néanmoins chargé cette architecte d'inclure, pour des raisons de bon sens, ce dernier dans le dossier de demande de permis de construire à déposer.

Puis nous nous sommes rendus dans l'aile Ouest. Au second étage du colombier, mon aîné doute que la "chambre des tourtereaux" soit hospitalière l'hiver ; j'ai expliqué que mon objectif est que le chauffage en soit bien dimensionné. Dans les combles des écuries, il a vu des défauts dans l'échantillon de menuiseries entre chevrons réalisé et trouve que ce sera un gros travail ; je lui ai dit que je pense pouvoir y arriver, même si cela prendra quelque temps.

Dans le bâtiment Nord, Carole et ma belle-fille semblent s'être mises d'accord sur les grandes lignes du parti à retenir pour l'aménagement de la cuisine : l'arrière-cuisine en resterait isolée (selon le vœu de Carole que je n'ai pas réussi à faire bouger à ce sujet) et, si je comprends bien, l'espace de cuisson serait installé contre le mur du fond (celui de parpaings, actuellement peint en bleu).

Enfin, mon aîné insiste sur la nécessité qu'internet puisse être reçu partout dans les bâtiments sur cour ; en l'état du chantier, il ne peut en effet "recevoir ses calls" que dans la cuisine ou ma "chambrette monacalo-monastique", ce qui n'est certes pas des plus confortables, ni pour lui, ni pour moi.
Voilà ce que j’utilise pour avoir Internet partout dans une grande maison. Tu peux coupler 6 répéteurs son à ton routeur Internet et tu obtiens une couverture de l’ordre de 800 m². Il est peut-être possible d’acheter plus de ses répéteurs pour couvrir une plus grande surface.
Je suis personnellement très content et je suis étonné de la portée à l’air libre, en particulier dans le jardin. Habitant à la campagne au Maroc, je reçois Internet par une antenne GSM. Pour améliorer la réception, j'ai installé le routeur sur le toit dans une boîte étanche et le débit a été multiplié plusieurs fois.
Il est possible qu’il existe des modèles plus récents ou qui permettent le couplage d’un plus grand nombre de ces répéteurs. L’installation est aussi très simple avec un logiciel très intuitif à télécharger sur son téléphone.
Il faut compter un quart d’heure d’installation ; il n’y a pas de câbles à tirer puisque ces répéteurs se branchent sur une prise de courant et amplifient le signal reçu, soit à partir du routeur principal, soit à partir du répéteur le plus proche.

N.D.L.R. : Merci beaucoup pour l'info !
J’ai vérifié, on peut connecter ensemble jusqu’à 8 boîtiers, chacun couvrant 185 m². Le modèle déco M9 est plus puissant et l’on peut connecter jusqu’à 10 boîtiers. Mais il est nettement plus cher.

N.D.L.R. : Merci !
Un idée du bonheur...

L'AUTRE

Viens, mon George. Ah! les fils de nos fils nous enchantent,
Ce sont de jeunes voix matinales qui chantent.
Ils sont dans nos logis lugubres le retour
Des roses, du printemps, de la vie et du jour!
Leur rire nous attire une larme aux paupières
Et de notre vieux seuil fait tressaillir les pierres;
De la tombe entr'ouverte et des ans lourds et froids
Leur regard radieux dissipe les effrois;
Ils ramènent notre âme aux premières années;
Ils font rouvrir en nous toutes nos fleurs fanées;
Nous nous retrouvons doux, naïfs, heureux de rien;
Le coeur serein s'emplit d'un vague aérien;
En les voyant on croit se voir soi-même éclore;
Oui, devenir aïeul, c'est rentrer dans l'aurore.
Le vieillard gai se mêle aux marmots triomphants.
Nous nous rapetissons dans les petits enfants.
Et, calmés, nous voyons s'envoler dans les branches
Notre âme sombre avec toutes ces âmes blanches.


Pour le jardin pas d'arrosage sur les feuilles, juste au pied des plants et pour les pommes de terre pas nécessaire d'avoir un énorme feuillage ça promet sous terre et trop d'eau peut faire pourrir, personnellement je n'ai jamais vu arroser des pommes de terre.

Les radis, à semer une fois par semaine, et régalez vos petits enfants de bananes pour faire du compost (couper les peaux en morceaux et les passer un jour ou deux au congélateur).

Profitez bien de tous ces bons moments.

Cordialement

N.D.L.R. : Merci beaucoup !
Yann LeCun (via "Facebook")
rédigé le Mardi 2 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Here is an example of Trump's idea of "justice".
1. In 1989, following the attack of a jogger in Central Park, he bought a 600-word ad in The New York Times, The Daily News, The New York Post and New York Newsday, at a total cost of $85,000, under the boldfaced heading, ''Bring Back the Death Penalty. Bring Back Our Police!'' (incidentally, all of these newspapers ran his ad unadulterated). https://www.nytimes.com/1989/05/01/nyregion/angered-by-attack-trump-urges-return-of-the-death-penalty.html
2. The suspects were five black and Latino teenagers who confessed under duress. They were convicted and imprisoned. Thankfully, they were not executed, as NY State had abolished the death penalty.
3. Thirteen years later, in 2002, DNA evidence identified the real perpetrator and innocented the five no-longer-teenagers. They were freed. The state was sued and settled the case. Trump refused to apologize for his calls for execution and refused to admit that he was wrong, still maintaining that the five men were guilty. https://www.nytimes.com/2002/10/23/nyregion/trump-draws-criticism-for-ad-he-ran-after-jogger-attack.html
4. In 2019, Trump still publicly argued that he was right and that the five innocented teenagers were guilty, since they confessed. https://www.nytimes.com/2019/06/18/nyregion/central-park-five-trump.html
Whoever will spend $85,000 of his own money to get a bunch of black and Latino teenagers executed is a batshit-crazy racist bastard.
We knew he was a batshit-crazy selfish bastard.
Turns out he is also a batshit-crazy fascist bastard.
But we knew that too.
This batshit-crazy selfish, racist, fascist bastard must be kicked out of office in November.
He is a danger to democracy.
He is a danger to America and the world.
He is a danger to Americans and non-Americans.
Some Americans are no-longer in danger: the 100,000 people (and counting) whom he let die from Covid-19 through his inaction, incompetence and selfish carelessness.
#criminalincompetence
#Trumpisafuckingracist
#Trumpisafuckingfascist
(Pardon my French).
Using Facebook for what it was designed to do: giving a means for people to express their opinion.

N.D.L.R. : Je partage.

Et il est de fait que, dès le départ, je n'ai rien pensé de bon à propos de ce porc.
Renaud CAMUS (via "Facebook")
rédigé le Mardi 2 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Un homme accompli court dix mille fois plus de risques de dire une bêtise qu’un crétin n’a de chances de dire quelque chose d’intelligent.

N.D.L.R. : Quitte à dire une bêtise de plus, je dirais que vous n'avez pas toujours tort.

Moi non plus, d'ailleurs, comme le montre ce message du 28 mars dernier où je prédisais qu'il y aurait 30 000 morts du Covid-19 en France.
Suivant une recommandation parue sur le site de Domfront-en-Poiraie et relayée par l'office local de tourisme, j'ai entraîné ma petite famille ce matin sur un circuit prétendument court (2,5 km) et facile, à la découverte du marais de Rouellé.

En fait, ce chemin est très imparfaitement balisé et, à divers endroits, suffisamment mal entretenu pour disparaître sous les hautes herbes :

2 juin 2020.

2 juin 2020.

On s'est perdus et on a dû marcher plus de 4 km pour retrouver la voiture.

Voici donc une promenade à déconseiller clairement aux personnes âgées et aux trop jeunes enfants.

P.S. (du 4 juin 2020 à 3 h 30) : Je remercie Eric MAZIER et Chantal HEUZE d'avoir réagi utilement à mon message. Je comprends que le nécessaire va être fait sur le terrain.
Jean-Pierre FOURCADE (via "Facebook")
rédigé le Mardi 2 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
La sortie progressive du confinement va remettre au premier plan les problèmes économiques et monétaires que notre pays doit affronter. En écoutant chaque matin les propos des experts et les commentaires de ceux qui prétendent tout savoir, je suis inquiet et plutôt pessimiste : croire que l’augmentation simultanée de l’endettement public, du déficit budgétaire et de la création monétaire va favoriser la relance de l’économie et lutter efficacement contre le chômage est manifestement un vœu pieux mais irréaliste. Mieux vaudrait dire aux Français, dès maintenant, que la durée du temps de travail, l’âge de départ en retraite, le volume de la fonction publique et la suppression des innombrables organisations et comités qui encombrent notre territoire devront subir de profondes réformes. Ayons le courage de le dire à ceux qui nous gouvernent.

N.D.L.R. : Je me demande si ce confinement était nécessaire. N'a-t-il pas été provoqué par les médias ? N'était-il pas possible de résister à leur pression qui a abouti à l'invraisemblable, inquiétant mais largement prévisible désordre des circuits économiques auquel nous assistons et dont la traduction politique, qui sera nécessairement forte, est encore dans les limbes ?

Ce type de questions sera-t-il un jour débattu ?

Et croyez-vous vraiment qu'il soit possible, dans ce pays, de réduire la mauvaise graisse d'une fonction publique pléthorique, sclérosante et insatiable ? C'était le programme de FILLON et on a vu ce qu'il en est advenu. Notamment sous l'influence des mêmes médias. Vous savez, les "médias aux mains des ploutocrates", comme je les appelle...