Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 23 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Le "Publicateur Libre" du jour rend compte de "La dernière cérémonie des vœux de Roger Grippon", maire délégué de La Haute Chapelle.

J'aurais aimé y participer pour remercier directement Roger pour son travail dans l'intérêt de ses administrés. On se rattrapera à l'occasion.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 23 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Annonces - Dans l'Orne
0
Le "Publicateur" du jour annonce que se tiendra, le 8 février prochain à Flers, un concours d'orthographe.

J'ai l'intention de m'y inscrire, dans la catégorie "seniors amateurs".

Ce devrait être pour moi l'occasion de réviser quelques règles. En particulier, j'aimerais maîtriser enfin l'imparfait du subjonctif car je trouve son emploi divertissant.
Dans le numéro de "Ouest-France" du jour, il est question d'un de mes anciens élèves à l'E.N.A. (si mes souvenirs sont bons, je lui enseignais les "Problèmes budgétaires et fiscaux" alors que je venais juste de recevoir mon diplôme, ce qui ne manquait pas d'un certain culot de ma part ; et d'une certaine audace de la part du directeur des études qui m'avait propulsé là) :

D'après l'article, il serait reproché à ce haut fonctionnaire en position d'activité d'avoir oublié son devoir de réserve en s'exprimant, à propos d'un projet de loi actuellement débattu au Sénat, dans les termes suivants : "Le projet de loi bioéthique porte une rupture anthropologique majeure" et "A titre personnel, je ne suis pas sûr que cette loi favorise les repères auxquels aspirent nos concitoyens".

Je fais l'hypothèse que les propos ainsi rapportés sont exacts et expriment convenablement ce que ce préfet de région a dit en public.

Moi qui me considère libre d'exprimer, dans le cadre fixé par la loi, et en vertu d'une liberté fondamentale, telle que garantie par la Constitution, toute opinion sur quelque sujet que ce soit, je voudrais dire ce que je pense de cette affaire où un important élu local a souhaité que ce haut fonctionnaire soit démis de ses responsabilités.

La première phrase reprochée, si elle ne me paraît pas nécessairement tournée de façon optimale, c'est-à-dire compréhensible par tout un chacun, me semble exacte, donc inattaquable, s'il s'agit des questions éthiques tournant autour de l'autorisation de la P.M.A. ou de la G.P.A. En effet, dès lors que les progrès de la science rendent possibles des situations que la nature n'avait pas générées spontanément jusqu'alors, il y a bien, à mon sens, possibilité d'une évolution forte et rapide des mentalités. La question, particulièrement délicate, serait de savoir si autoriser des travaux pratiques autour de telles nouvelles compétences est souhaitable ou non. Voire, plus profondément, d'évaluer si de nouvelles réglementations seraient applicables, si tant est que l'on sache quelles règles édicter.

Sensible aux thèses défendues en la matière par divers bons auteurs, dont mon ancienne "amie Facebook" Marie-Anne FRISON-ROCHE, j'ai longtemps été persuadé que permettre aux lois du marché, "a fortiori" du marché noir, d'étendre leur emprise aux mécanismes de la procréation ne pouvait aboutir qu'à des catastrophes, en termes d'éthique personnelle comme de civilisation.

Mais la lecture récente de la partie écrite par Laurent ALEXANDRE du "livre à quatre mains" sur l'intelligence artificielle a ébranlé ces convictions. L'application que fait cet auteur de l'extrapolation dans le temps de la loi de MOORE sur la croissance de la puissance de calcul des ordinateurs, plus le constat que le monde chinois ne s'embarrasse pas des mêmes interdits moraux que les Européens font, à eux deux, que l'on doive, semble-t-il, admettre qu'en tout état de cause, il devient nécessaire de s'accoutumer à de tels "glissements de l'espèce humaine" (j'appelle cela ainsi, faute de meilleure expression qui me vienne sous la plume) parce qu'ils sont d'ores et déjà engagés avec force et efficacité par d'autres.

La seconde phrase reprochée me paraît tout autant admissible en ce qu'elle exprime une opinion personnelle, clairement déclarée comme telle.

Mais le reproche fait à ce haut fonctionnaire ne porte pas, me semble-t-il, sur la justesse de ses propos mais sur le fait qu'il les a exprimés de façon publique, dans une circonstance officielle où c'est bien en qualité de préfet de région qu'il a parlé.

A mes yeux, c'est là et uniquement là que peut être fondé un reproche justifiable : avoir fait état en public d'une opinion personnelle sur un sujet délicat faisant débat.

Pour autant, le comportement en question justifierait-il une sanction grave ?

En ces temps où les pintades volent bas, il est imaginable qu'en haut lieu, on veuille faire un exemple. Ne serait-ce que pour montrer qu'un principe général est appliqué dont on puisse rapidement, et dans un tout autre contexte, se prévaloir.

Je suppose que la suite des événements pourrait nous l'apprendre assez vite, bien que je pense que les plus hautes autorités de l'Etat ont su faire preuve d'une extrême patience quand elles l'estimaient nécessaire dans d'autres circonstances où garder son sang-froid était essentiel.

Mais que cela ne nous empêche pas de réfléchir, aussi bien et sincèrement que nous le pouvons, au fond du débat, c'est-à-dire aux perspectives que nous ouvre et aux dangers pour l'espèce humaine que peut recéler le transhumanisme. Sans parler des risques de débordement et d'assujettissement irréversible d'Homo Sapiens par des robots.

P.S. : (Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : jeudi 23 janvier 2020 19:12
À : Dominique Lemaire
Objet : Pour avis

Cher Domino,

J'aimerais bien qu'en ta qualité de brillant archicube, tu donnes ton avis sur mes élucubrations : https://www.chaslerie.fr/blog/message/47868

Amitiés,

PPF

(Fin de citation)
J’ai toujours pensé que l’humour constituait la plus puissante des armes contre la bêtise, l’obscurantisme, le fanatisme, le désespoir, l’absurdité de l’existence et Terry Jones fut sans conteste l’un des plus brillants soldats de cette cause au sein de la merveilleuse et pacifique armée des Monty Python.

N.D.L.R. : Le sage a dit : "On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui".

J'en ai encore reçu une illustration intéressante, bien qu'assez inattendue, du moins par moi, et pas plus tard que ce matin.

Peut-être aussi faudrait-il se méfier également des gens qui, avec beaucoup d'insistance, vous disent ou, même, vous écrivent à tout bout de champ qu'ils apprécient votre franchise. Il n'est pas exclus qu'ils puissent être les mêmes.

N.D.L.R. 2 (à 21 h 30) : Je viens d'avoir mon aîné au téléphone. Je lui avais préalablement transmis la copie d'échanges de courriels de ce matin afin qu'il puisse, à tête reposée et en faisant abstraction de tout ce qui peut biaiser ma propre appréciation, me donner son avis sur le clash en question.

Son avis est clair : il n'y avait pas lieu de prendre la mouche après mon courriel de la veille (qui a amusé mon aîné) ; mon interlocuteur aurait donc adopté une position injustifiée.

Voici qui me soulage après que j'ai essayé plusieurs fois, sans y réussir, de joindre téléphoniquement mon interlocuteur pour essayer de recoller les morceaux. Mais, au moins à propos de cette affaire, me voici conforté dans ma propre appréciation.

C'est bon d'avoir quelqu'un avec qui pouvoir échanger dans de tels cas.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 23 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Ça allait trop bien depuis trop longtemps. Les mauvaises nouvelles volent en escadrilles, leur retour est confirmé. (Ou peut-être suis-je trop fatigué, ces jours-ci, pour voir la vie du bon côté ?)

Ainsi, Jean LEMARIE m'annonce ce soir qu'il va arrêter son activité. Il me demande par conséquent de retirer mes meubles de ses hangars.

Et où les mettre en l'état du chantier ?

Je vous le demande :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 23 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
"Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille". Cette "élégante formule", comme la qualifie "Le Monde", d'un défunt président décrit très bien mon état d'esprit présent.

Je viens d'envoyer ce soir à l'agent immobilier en charge de la vente de "Pontorson" le courriel suivant :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 23 janvier 2020 21:09
À : (L'agent immobilier)
Cc : (Mon notaire) ; C.F. ; W.F.
Objet : RE: Compromis FOURCADE/(...)

Madame,

Je n'ai pas reçu le rapport sur la question de l'assainissement alors que vous m'aviez dit qu'il serait disponible avant la signature du compromis prévue pour demain à 14 heures.

Pourquoi ?

Par ailleurs je devais également, m'aviez-vous déclaré, recevoir avant la signature du compromis une attestation bancaire indiquant que le montant de l'emprunt et le plafond de taux stipulés seront respectés sans difficulté particulière, eu égard aux revenus et charges déclarés au compromis par l'acquéreur.

Pourquoi ne l'ai-je pas reçue ?

Je suppose que ces deux documents nécessiteront, après lecture, un minimum de réflexion de ma part. Et vous savez que j'habite à 1 h 20 de route de Pontorson où vous avez prévu d'organiser la signature.

Donc, si je ne reçois pas ces documents avant 11 heures demain matin, le rendez-vous de 14 heures devra être reporté pour satisfaire à mes besoins légitimes de bonne information.
Et, si le retard devait excéder une durée que je vous prie de m'indiquer dans une limite raisonnable (qui, dans mon esprit, ne saurait à ce stade nous mener au-delà du 5 février prochain), un autre candidat-acquéreur devrait être recherché.

En tout état de cause et en l'état du dossier, il m'apparaît en effet qu'une demande de crédit aux conditions stipulées au projet de compromis serait irréaliste. Elle porterait sur un montant de 118,5 % de mon prix de vente, soit (...) €, se traduisant par des charges, même calculées à un taux aussi bas que 1,28 % l'an, de 2 359 €/mois alors que l'acquéreur indique n'avoir que 5 655 € de ressources mensuelles nettes, obérées de surcroît par un crédit antérieur qui lui coûte 1 450 €/mois, aboutissant donc à un solde disponible, avant ce nouvel emprunt, de 4 205 €/mois. Si les chiffres qu'il annonce sont exacts, cela ne laisserait à l'acquéreur que 1 846 €/mois pour vivre après ce nouvel emprunt. J'ai donc toutes raisons de penser qu'en l'état du marché, aucun établissement bancaire de notoriété autre qu'hypothétique ne prendra le risque d'accorder un tel crédit à de telles conditions.

Dès lors et à l'évidence, le projet de compromis de vente que vous m'avez communiqué ce soir pour signature demain n'est pas un document acceptable par moi en l'état.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 24 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 24 janvier 2020 03:01
À : (L'agent immobilier)
Cc : (Mon notaire) ; C.F. ; W.F.
Objet : RE: Compromis FOURCADE/(...)

Je persiste à trouver que l'interdiction qui me serait faite, en contrepartie d'un séquestre d'un montant ridicule, de relouer les lots qui redeviendraient disponibles est très étrange. Le bien vendu est un investissement locatif, faut-il le rappeler ? Quel est donc le but poursuivi par l'acquéreur en réclamant cette clause qui pourrait me pénaliser fortement ?

J'y vois en effet le risque d'affaiblir ma main au cas où il chercherait à faire traîner le dossier en vue de renégocier le prix à la baisse. Ce risque me paraît d'autant plus élevé que les conditions de la clause suspensive relative au financement sont, en l'état du dossier, sources de grands doutes sur la réalité du sérieux de cet acquéreur et de ses intentions face à moi.

_________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 24 janvier 2020 02:41
À : (L'agent immobilier)
Cc : (Mon notaire) ; C.F. ; W.F.
Objet : RE: Compromis FOURCADE/(...)

Madame,

Vous m'avez transmis l'annexe 2 du projet de compromis et je vous ai fait part de mes commentaires.

Quelle est l'annexe 1 ? Je désirerais en vérifier le contenu en tout état de cause.

Y a-t-il d'autres annexes ? Si oui, m'en donner la liste et, si nécessaire, me les communiquer.

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 24 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 24 janvier 2020 05:51
À : (L'agent immobilier)
Cc : (Mon notaire) ; C.F. ; W.F.
Objet : RE: Compromis FOURCADE/(...)

La version du compromis transmise hier indique pour la première fois le montant du séquestre : (...) €, soit 0,72 % du prix de vente.

Ce montant est parfaitement ridicule. Il faut au moins 10 % du prix de vente.

A défaut, pas de signature du compromis possible en l'état du dossier.

(FIn de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 24 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Mes archives sont bien tenues : j'ai retrouvé sans difficulté le compromis que j'avais signé en vue de l'achat de "Pontorson" ; c'était le 22 février 2004 :
- le séquestre portait sur 3,5 % du prix d'achat,
- la condition suspensive relative au financement faisait état d'un emprunt à hauteur de 99 % du prix d'achat ;
- les honoraires de négociation étaient à ma charge, en ma qualité d'acquéreur.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 24 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Il est dix-sept heures. Me voici de retour de Pontorson où le compromis a été signé. Non que le texte ait été amélioré en ma faveur mais parce que les candidats acquéreurs m'ont fait bonne impression : jeunes, entreprenants, informés et vigilants dans leur approche, ayant réponse à tout, conscients des faiblesses de leur dossier mais sachant mettre en avant, face à moi (d'ailleurs sur les rotules), des arguments pertinents. Donc j'imagine qu'ils sauront en faire autant face à leur banquier. Réponse de celui-ci prévue dans trois semaines. On devrait alors savoir si ça passe ou ça casse.

J'ai donc accepté de leur donner le droit de me le montrer.
0
Et maintenant, retour pour moi aux délices ô combien intenses (et pas épuisées pour un bon moment encore) du rétablissement de la comptabilité de notre copropriété parisienne.

Programme d'aujourd'hui : début d'A.G. de copropriété. En raison de la masse d'infos à traiter et du souk ambiant, cette séance sera essentiellement méthodologique et devra être reprise à une date à déterminer, laissant au voisin et à moi le temps d'arriver enfin, par des échanges de courriels passionnants et itératifs, à des états mutuellement acceptables. Tout cela à partir du capharnaüm actuel, j'insiste là-dessus. Ô joie !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 25 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Très bonne assemblée générale de copropriété à Paris. Trois heures trente de réunion, après un très gros travail préparatoire. Excellent climat. J'avais placé le débat sur le terrain de la méthodologie. Toutes les règles à appliquer ont fait l'objet d'un consensus, y compris sur le contenu des tableaux récapitulatifs. Sur ces bases, le voisin a bien voulu se charger de préparer une version finale des comptes que je me bornerai à vérifier par sondages. Je reprends la position de syndic de l'immeuble afin de m'assurer que nous fonctionnons sur de bonnes bases, y compris sur le plan formel, avant de transmettre le cas échéant le flambeau à un syndic professionnel dans trois ans.

La dernière A.G. formelle datait de 1998. Les comptes de détail auront ainsi été repointés et mis au carré sur toute la période postérieure à 2008, pendant laquelle je n'avais plus tenu la comptabilité de cette petite copropriété.

P.S. (à 20 h 30) : Une promenade en fin d'après-midi, pour aller prendre livraison d'une commode que je n'ai finalement pas achetée, m'a donné l'occasion de faire la connaissance d'un administrateur de biens. J'ai pu évoquer avec lui deux questions abordées au cours de l'A.G. :
- que serait le coût d'un syndic professionnel ? Il paraît que c'est fonction du nombre de logements dans la copropriété ; pour 4 logements, il faudrait compter 2 000 €/an ;
- quand une A.G. a voté la vente de droits à construire, que le prix de ces droits à construire a été réglé et que le nouveau règlement de copropriété, postérieur aux travaux, a été enregistré, y a-t-il lieu encore de faire enregistrer la cession des droits à construire ? En première analyse, la réponse serait négative. Dans le cas d'espèce, la cession des droits à construire date de 25 ans, de sorte qu'on approche en tout état de cause de la prescription trentenaire. Pour bien faire, il faudrait s'assurer de cette interprétation auprès d'un notaire. Si du moins l'on ne veut pas se contenter que je vive encore 5 ans, ce que je souhaite également à l'ensemble des copropriétaires de ma résidence principale (au sens fiscal du terme).
Une défection inattendue et incompréhensible pour moi me fait me demander si une réunion, que je pensais de routine, programmée pour le 7 février prochain se passera bien pour mon matricule. Ou devrais-je seulement voir, dans l'absence de réponse de mon "assistant" à mes efforts, le résultat d'une conception de son rôle qui n'aurait pas été la mienne ?

Donc je gamberge et l'exprime ici à ma façon, au risque de me faire bien voir par d'autres personnes dont j'apprécie l'écoute et qui font leur boulot.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Les années passent et les rapports de force (mauvaise expression) au sein de la famille évoluent.

Désormais, les rassemblements familiaux (tribaux, comme je les appelle avec un sens particulier des convenances) se font chez mon aîné et non plus dans le salon de 60 m2 (la même surface qu'au manoir favori) dont Carole disposait avant qu'elle ne se restreigne en acceptant de grimper d'un étage.

"Sic transit gloria mundi".
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
"Tea party at Sir Michaël's". Atmosphère toujours très raffinée parmi des hôtes très cultivés.

Après quoi je reprends la route. "Back to basics, back to Normandy !"
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 27 janvier 2020 05:13
À : mediatheque.flers@flers-agglo.fr <mediatheque.flers@flers-agglo.fr>
Cc : accueil@flerstourisme.fr <accueil@flerstourisme.fr>
Objet : Concours d'orthographe du 8/2/20 au centre Madeleine-Louaintier

Bonjour !

Je souhaite m'inscrire, dans la catégorie "seniors amateurs", à la 6ème édition du concours d'orthographe "N'ayons pas peur des mots".

Cordialement,

Pierre-Paul FOURCADE
La Chaslerie
La Haute Chapelle
61700 - Domfront-en-Poiraie
06 12 96 01 34

(Fin de citation)