Désultoirement vôtre !

Voici une bonne chose de faite :

(Début de citation)

De : patrice cahart (...)
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 12:31
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Bravo Pierre-Paul.

Notre salut est donc dans les chauves-souris.

Il faudra néanmoins que tu m'expliques, quand tu auras un moment, ce qu'on peut tirer de l'aspect acoustique.

Patrice

___________________________________________________________

> Message du 25/09/18 11:28
> De : "Pierre-Paul Fourcade" <penadomf@msn.com>
> A : (...)
> Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)
>
> Très encourageant et Me Versini tirait une très sale gueule à la sortie, accompagné de 3 hommes qui devaient, j'imagine, être liés au promoteur.
>
> Le rapporteur public est entré dans le détail d'une façon exceptionnelle à propos des chiropteres et de l'acoustique, vient de me dire Me Monamy que j'ai prie de nous faire un compte rendu explicitant les voies qui, désormais, selon lui, s'ouvrent au promoteur.
>
> De mon côté, et même si je n'ai pas tout compris, il me paraît clair que nos adversaires auront un gros boulot à fournir pour remonter la pente avec de telles implantations. Les chiropteres devraient empêcher tout projet au même endroit. L'acoustique est un argument qui pourrait servir ailleurs.
>
> Moralité: restons vigilants, actifs et solidaires comme l'a été notre excellent groupe depuis le début.
>
> Bien cordialement,
>
> PPF

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 11:06
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Me Versini produira une note en delibere.

Jugement le 18 octobre.

Bien Cordialement,

PPF

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 11:04
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Melle Chevret pour Manche Nature: n'ajoute rien.

Préfet non represente.

Me Versini pour le promoteur (...) : critique le rapporteur public qui s'est attache a des "points de detail".
Sur acoustique : Dugast se cale sur fonctionnement a posteriori alors que ce n est pas l'objet. Ça n'a aucun sens depuis qu'il y a une police a posteriori.
(...)
PLU : je n'y comprends rien. Il est question de la ZDE reputee zonage technique.

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:54
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Madame Joly pour le Crepan :
Les associations sont "anti-nucléaires et fortement pro-éoliennes". Mais ici chiropteres.

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:51
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Me Monamy plaide.
Défaut de capacité financière : il n'y a pas d'engagements suffisants. On ne sait pas qui apportera les fonds propres. On ne nous précise pas les autres engagements du groupe promoteur. La lettre du banquier ne cite pas notre projet. Jurisprudence partagée mais arrêt récent du CE.
Régularité de l'avis de l'autorité environnementale : l'organigramme produit ne démontre rien sur l'autonomie du décideur.

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:41
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Plu : révision était nécessaire.
Distance des habitations : notre moyen rejeté.

3 moyens sont retenus.

1500 euros nous seraient payés par l'Etat.

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:38
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Rapport de l'enquête publique : on suit le Conseil d'État mais on critique...

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:36
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Solidité financière du promoteur : notre argumentation est repoussée.
Avis de l'autorité environnementale (autonomie de l'autorite) : nous n'avons pas réplique, pourtant il y avait matière.

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:32
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Câbles sous terre : écarté.
Insuffisance de l'étude acoustique : le dossier s'enlise dans la technicité. Mais non mise à disposition de données. Méthodologie de Venatech : fautive. Moyen accueilli ; bravo Dugast !

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:27
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Atteinte aux paysages et au patrimoine historique : Fosse Arthour citee en detail mais jugement de 2014. Charte du Parc : pas suffisant pour nous. Photomontages : balayés.

___________________________________________________________

De : JBrochard
> Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:21:24
> À : Pierre-Paul Fourcade; (...)
> Objet : Re: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Bravo pour ce reportage en temps réel. Qui pour l’instant me semble plutôt encourageant.

___________________________________________________________
>
De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Date : mardi 25 septembre 2018 à 10:19
> À : (...)
> Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)
>
La, ça devient très technique et pas clair pour moi. Insuffisance de l'étude d'impact et non respect du PLU plus un 3eme moyen sont retenus dans la requete des ecolos
> On passe à notre requête.

___________________________________________________________

De : Bénédicte Dollfus
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:18
À : (...)
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Espérons...

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:14:59
> À : (...)
> Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Sur le PLU, il nous donne raison.

___________________________________________________________

De : JBrochard
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:13
À : (...)
Objet : Re: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Bien !!!

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Envoyé : mardi 25 septembre 2018 10:12:38
> À : (...)
> Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Depuis 42 minutes, le rapporteur public ne parle que de chiropteres (et va dans le sens de nos allies écolos)... il commence à parler du PLU

___________________________________________________________

De : Hugues Hourdin
> Envoyé : mardi 25 septembre 2018 09:40:56
> À : Pierre-Paul Fourcade; (...)
> Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Le sens des conclusions, cher ami, pas du rapport (qui est tenu secret, alors que le sens des conclusions du rapporteur public est connu deux jours avant l’audience en consultant l’application Sagace).
> L’important est que cela aille dans le bon sens !

HH

___________________________________________________________

De : JBrochard
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 09:39
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Ah. Bravo !

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade [mailto:penadomf@msn.com]
> Envoyé : mardi 25 septembre 2018 09:39
> À : (...)
> Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Me Monamy me dit qu'il a été informé que le sens du rapport nous est favorable.

___________________________________________________________

De : Sinikka Gallois
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 09:17
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Prions que nous ayons gain de cause!

Amitiés,

Sinikka

___________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Envoyé : mardi 25 septembre 2018 07:02:01
> À : (...)
> Objet : RE: TR: AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Chers amis.
>
> L'audience du tribunal administratif de Caen aura lieu ce matin à 9 h 30. J'y assisterai de maniere a vous rendre compte sans délai du sens dans lequel aura conclu le rapporteur public.
>
> Tenons-nous les pouces !
>
> Bien cordialement,
>
> PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 25 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Il est confirmé que j'ai prêché dans le désert : mon aîné signe aujourd'hui l'acte de propriété de son nouveau logement parisien, m'a-t-il appris hier, fortuitement.

Je l'appelais pour avoir des nouvelles de ses enfants et de son travail. Toutes sont excellentes. Il m'a déclaré en particulier qu'il trouve son travail très intéressant. C'est une chose que j'aurais rarement pu dire pour ce qui me concerne.
Après un invraisemblable parcours dû au dispositif GPS de la "Twingo" qui, à l'évidence, déconne à pleins tubes, j'ai fini par arriver, hier peu avant midi, aux Rairies, près d'Angers, plus précisément à l'usine de "Rairies Montrieux".

Sur un panneau d'exposition, j'ai tout de suite repéré des modèles de tomettes qui m'ont paru intéressantes :

24 septembre 2018.

Puis j'ai parcouru les rayonnages où sont présentés les fins de série et les articles déclassés :

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

Enfin, j'ai été abordé par le dirigeant et propriétaire de l'entreprise, M. MONTRIEUX, représentant de la 7ème génération de briquetiers de sa famille, qui m'a fait entrer dans un four à bois en cours de déchargement (il m'a ainsi expliqué les différences de couleurs des produits finis)...

24 septembre 2018.

... puis fait parcourir ses ateliers (je me suis étonné de la couleur très foncée de la terre broyée)...

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

... avant de m'entraîner à sa cantine favorite où nous avons très bien déjeuné.

J'ai indiqué que je pourrais me porter acquéreur de tomettes de dimension 11x11 des modèles "Anjou" (notamment "Valanjou" et "Chambellay") pour des surfaces de 40, voire 100 ou même 200 m2 pour commencer. J'ai ajouté que je ne voulais pas de tomettes présentant des traces de cendre de bois (c'est-à-dire de striures disgracieuses selon moi).

Il m'a dit que le prix serait de 45 €/m2, avec un manque de sensibilité à la surface qui m'a laissé quelque peu perplexe.

J'avais pensé, dans la foulée, aller voir de petits potiers que m'avait recommandés William BOVE (neveu de Carole), à Fuillet et Saint-Léger-sous-Cholet. Mais je n'en ai pas eu le temps cette fois-ci, de même que d'aller voir son père, Dominique BOVE, pour contempler ses installations de chauffage par géothermie profonde. Il faudra que je m'organise mieux une prochaine fois.
Le principal motif de ma ballade à Angers hier était la réunion organisée pour choisir les ferronneries qu’emploiera Sébastien LEBOISNE pour équiper les nouvelles menuiseries extérieures du logis.

Nous avons été reçus à l'atelier des fabricants de la gamme "Fermanoir" recommandée par Benoît MAFFRE :

Après un examen rapide de la production...

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

... et une visite de l'atelier...

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

... nous sommes entrés en conclave pour arrêter les choix :

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

24 septembre 2018.

J'ai beaucoup apprécié la compétence technique dont Arnaud PAQUIN a fait preuve, même si la réunion a parfoir un peu manqué d'ordre à mon goût (nous avons ainsi omis, par exemple, de choisir les clous qui orneront la porte entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour).

Petit problème : nous n'avons pas trouvé là de heurtoirs pour la porte principale du logis. Sur ce point, la recherche devra donc se poursuivre.
Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le 25 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Economie
0
Billet : navires et avions comparés aux grands animaux
Posted on 20 septembre 2018 par Libres Feuillets

Vingt mille conteneurs sur un même navire
Et huit cents passagers qui vont confier leur vie
Au même gros avion les morceaux de bravoure
Qu’il faut pour en parler j’y renonce j’avoue

Je me contenterai de tourner quelques vers
Sur le transport en mer comme si je pouvais
Agrémenter ici de quelque enjolivure
Des chiffres qui d’abord en semblent dépourvus

La course au gigantisme au début les baleines
En ont lancé l’idée l’homme a pris le relais
Sous ses bateaux géants la houle est vaguelette

Hyperdimensionnés ne chôment ni ne flânent
A travers l’océan sans être jamais las
Ces monstres de métal dont l’armateur se flatte



Les plus grands navires d’aujourd’hui sont les porte-conteneurs de quatre-cents mètres de long et cinquante-cinq mètres de large, qui se déplacent à la vitesse moyenne de 20 nœuds (37 km/h). Le transport maritime des passagers et celui des hydrocarbures ont également donné naissance à des navires gigantesques (paquebots, pétroliers et méthaniers). Les avions, comme on le sait, sont nettement moins volumineux mais beaucoup plus rapides. Par exemple, l’Airbus A380 a les caractéristiques suivantes : longueur : 73 m ; envergure : 80 m, supérieure à sa longueur ; masse au décollage : 575 tonnes ; vitesse maximale : 1000 km/h. Dans la nature, on constate des similitudes, selon le milieu, eau, air, terre, avec les moyens de transport fabriqués par l’homme. Parmi ceux-ci, les records de taille sont détenus par les navires, de même que c’est dans les océans que vivent les plus grands animaux. Les baleines bleues ont une vitesse de croisière de 20 km/h, une longueur de trente mètres, un poids de 170 tonnes, alors que les éléphants d’Afrique pèsent au maximum 12 tonnes. Chez les oiseaux, la capacité de voler dépend de la « charge alaire », rapport entre le poids du corps et la surface portante des ailes. Le cygne, oiseau emblématique de Mallarmé et de plusieurs autres poètes, a un poids de 11,5 kg en moyenne et des ailes dont l’envergure est de l’ordre de 2,5 m. Il a besoin d’une course de 8 à 20 m avant de décoller. Dans les airs, il peut atteindre la vitesse de 80 km/h. C’est l’oiseau volant le plus lourd avec l’albatros, oiseau emblématique de Baudelaire, dont l’envergure peut atteindre 3,5 m. « Ses ailes de géant l’empêchent de marcher », écrit Baudelaire (qui voit en lui une figure du poète maladroit à terre mais capable de s’élever haut et d’aller loin). L’albatros a une « finesse aérodynamique » telle que pour chaque mètre descendu, il peut parcourir 22 mètres de distance horizontale.

Dominique Thiébaut Lemaire

N.D.L.R. : Ce monde n'est plus pour moi.
On pourra lire ci-après le projet de P.S.G. que j'ai trouvé dans ma boîte aux lettres avant-hier.

On sait que j'avais manœuvré l'an dernier pour rendre le coût de ce P.S.G. subventionnable à 100 %. De même, j'avais, en l'état de ma compréhension du prélèvement à la source, réglé dès la fin de 2017 à Marc CAPPELAERE le coût de son intervention (ceci dit, il n'avait pas compris la manip et avait attendu le début de 2018 pour encaisser le chèque).

Comme me l'a dernièrement expliqué Marc CAPPELAERE, il m'appartient de réagir à ce projet, de manière à ne pas en freiner l'instruction administraaaâââtive qui va durer quelques mois.

A première vue, en scannant ces documents, j'ai cru relever quelques petites erreurs factuelles. Surtout, j'ai noté la présence d'engagements qui pèseraient sur moi (et sur mes successeurs si je passe l'arme à gauche avant le terme de la période sous revue, soit 2033, c'est-à-dire un an avant la fin du remboursement du crédit que l'attitude de mon aîné m'oblige à essayer de mettre en place).

Il conviendrait donc que je pointe tout cela avec soin :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
1
La "Manufacture BOHIN" à Saint-Sulpice-sur-Risle présente de façon remarquable (peut-être un peu trop bourrative pour un public zappeur) son histoire et ses ateliers de fabrication d'épingles à coudre. Même sans intérêt au départ pour ce type de sujet, on finit par se piquer au jeu (si je puis dire) :

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

A noter que, dès cette première visite organisée par "Patrimoine(s)", j'ai remarqué, grâce à leurs commentaires devant ces machines, la qualité de plusieurs de la quinzaine de personnes avec qui nous allions nous promener durant ce week-end.

22 septembre 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
A Bellême, j'ai eu la surprise de retrouver, cette fois comme guide, mon archiviste favori Eric YVARD (que, sur les conseils de Barbara TOUSSAINT, j'ai mandaté pour mettre à jour l'histoire refoulée de notre manoir favori) :

22 septembre 2018.


Il nous a fait visiter le très intéressant hôtel de ville (un bâtiment dont la taille raisonnable est, selon moi, tout à l'honneur des édiles locaux). Là, j'ai commencé mon "espionnage industriel", comme l'a qualifié à juste titre l'un de nos collègues de promenade :

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.

22 septembre 2018.


Au passage, coup de chapeau à un membre de la famille de FONTENAY qui avait réussi, sous l'Ancien Régime, à faire supprimer un impôt (en l'espèce, l'"impôt des francs fiefs" qui empêchait en pratique la vente de biens nobles à des roturiers) :

22 septembre 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Septembre 2018
Vie de l'association - Nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie)
0
C'est qu'on va finir par les trouver sympathiques, ces petites bêtes-là !

Plus sérieusement, j'ai reçu ce matin, de Me MONAMY, le courriel suivant, en réponse à une question que je lui avais posée à la suite de l'audience, hier, au tribunal administratif de Caen au cours de laquelle j'avais rendu compte à nos alliés de l'évolution des débats :

(Début de citation)

De : Cabinet Monamy <f.monamy@monamy-avocats.fr>
Envoyé : mercredi 26 septembre 2018 09:24
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : AFF. SPPEF ET AUTRES / PREFET DE LA MANCHE (ICPE)

Cher monsieur,

Notre requête a été examinée par le tribunal administratif de Caen lors de son audience du 25 septembre dernier.

Au cours de cette audience, le rapporteur public a pris des conclusions qui nous ont été entièrement favorables.

Après avoir longuement souligné que le projet devait prendre place dans un « site particulièrement sensible » au regard de la proximité de la Fosse Arthour et de sites Natura 2000, et que cette sensibilité avait conduit à une levée de boucliers d’associations naturalistes pourtant jusqu’ici favorables au développement éolien, il a, avec un soin extrême tout à fait inhabituel, examiné les deux requêtes formées contre l’autorisation d’exploiter.

S’agissant de la requête des associations naturalistes, il a considéré que l’étude d’impact et l’étude d’incidences Natura 2000 étaient, à plusieurs titres, entachées d’insuffisance (notamment en ce qui concerne la description de l’état initial du site) et que la nouvelle mouture du plan local d’urbanisme de Saint-Georges-de-Rouelley était illégale dans la mesure où, en raison de ce que les modifications récemment apportées étaient susceptibles, par la suppression de la condition de l’inscription des éoliennes dans une zone de développement de l’éolien, d’emporter de graves risques de nuisances, il aurait dû être recouru à la procédure de révision .

En ce qui concerne notre requête, il a estimé que tous les requérants, jusques et y compris les personnes physiques, justifiaient d’un intérêt pour agir et que, par suite, notre recours était recevable.

S’il a proposé d’écarter notre moyen tiré de l’atteinte aux paysages, il a toutefois fait montre d’hésitation, dès lors que le site « présentait bien un caractère remarquable », que nos photomontages montraient que les éoliennes « seraient bien visibles de la Fosse Arthour », lieu légendaire fréquenté par les touristes, et que l’architecte des Bâtiments de France, le parc naturel régional et l’autorité environnementale avaient unanimement souligné la valeur particulière des lieux.

Il a, en revanche, suggéré à la formation de jugement d’admettre l’insuffisance de l’étude chiroptérologique, mais aussi l’incomplètude de l’étude acoustique aux motifs que les données collectées par le bureau d’études n’avaient pas été jointes à la demande d’autorisation et que, sur plusieurs points sensibles, ce bureau d’études avait été dans l’incapacité de répondre aux critiques de M. Dugast alors que c’était au pétitionnaire qu’il appartenait de rapporter la preuve de ce que le projet respecterait la règlementation.

Il a enfin admis que la version actuelle du plan local d’urbanisme de Saint-Georges-de-Rouelley était illégale à raison, non seulement de la suppression de la condition tenant à l’inscription des éoliennes dans une zone de développement de l’éolien, mais aussi de l’ouverture de la constructibilité de la zone N à toutes les constructions et installations nécessaires à des équipements publics, suppression et ouverture qui auraient dû être réalisées par la voie de la révision et non par celle – allégée – de la modification.

En définitive, il a proposé d’accueillir les deux requêtes, d’annuler l’autorisation d’exploiter, sans même évoquer une quelconque possibilité de régularisation, et de condamner nos adversaires à nous verser une somme de 1.500 euros au titre des frais d’instance.

Je suis intervenu sur deux points qui venaient renforcer les moyens retenus par le rapporteur public, à savoir l’insuffisance des capacités financières, en exploitant un arrêt récent du Conseil d’Etat, et l’irrégularité de l’avis de l’autorité environnementale, à propos duquel le rapporteur public avait avoué qu’« il y avait matière à hésiter ».

Le jugement doit être prononcé le 18 octobre prochain.

Si le rapporteur public était suivi, le pétitionnaire pourrait soit tout à la fois relever appel et tenter de régulariser son projet en déposant une nouvelle demande d’autorisation comportant une étude écologique et une étude acoustique revues et corrigées et en obtenant de la communauté de communes l’engagement d’une procédure de révision du plan local d’urbanisme de Saint-Georges-de-Rouelley (cette commune ne paraît pas concernée par le plan local d’urbanisme intercommunal en cours d’élaboration), soit, et c’est peut-être l’hypothèse la plus probable (...), se borner à interjeter appel, avec l’idée que la cour serait nécessairement d’un avis différent des premiers juges et que, ce faisant, il évitera l’engagement d’un troisième recours qui, quelle qu’en soit l’issue, repousserait nécessairement de plusieurs années la réalisation de l’opération.

Veuillez croire, cher monsieur, à l’assurance de mes sentiments dévoués.

Francis MONAMY
Avocat à la Cour
144, rue de Courcelles
75017 Paris
Tel.: 01.82.28.74.80 Fax: 01.82.28.74.89
francismonamy.com

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles
0
Je viens de m'inscrire aux 4 jours du colloque organisé la semaine prochaine à Cerisy à propos de "L'architecture en Normandie à l'âge classique".

Je devrais ainsi avoir l'occasion de revoir :
- mon ancien chef de bureau à la direction du Trésor, Jean-Baptiste de FOUCAULD (dont j'ai été l'adjoint pendant 3 ans, au "bureau du marché financier") ; il préside actuellement l'association des amis de Cerisy ;
- Alexandre GADY, le président de la S.P.P.E.F., association qui nous soutient dans nos recours anti-éoliens ;
- Yves LESCROART, que tout le petit monde des monuments historiques de Normandie connaît et respecte.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine
0
S.M.S. envoyé à mon aîné aujourd'hui à 17 h 10 : "Et ces parts de S.C.I. ???".

P.S. (à 20 heures) : Mon aîné vient de relancer une nouvelle fois le notaire qui semble encarafer le dossier :

(Début de citation)

De : T.F.
Envoyé : mercredi 26 septembre 2018 19:57
À : r-e.guibert@etude-guibert.fr
Cc : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: Annulation d’une donation

Maître,

Vous serait-il possible de nous aider a clarifier ce sujet sur lequel nous aimerions désormais pouvoir avancer rapidement ?

Bien à vous,

T.F.

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Un visiteur des dernières "Journées du Patrimoine", qui s'était déclaré membre de notre fan-club favori donc attiré ma bienveillance, m'avait, par la suite, finement interrogé sur mes opinions politiques. Comme quoi, on parle de tout et de rien à ces occasions, et même de n'importe quoi. Il ne savait pas très bien de quel côté me ranger mais penchait pour la droite, dans la catégorie "anar de droite", ce qui n'est pas plus idiot qu'autre chose, à mes yeux du moins. Je crois que je l'ai étonné quand je lui ai dit que j'avais été le représentant local de François FILLON pendant les dernières présidentielles, une expérience consternante qui m'aura refroidi pour un moment. En tout cas, on aura compris que je n'ai jamais été "macroniste", trop d'aspects du personnage me paraissant trop bizarres, pour dire les choses gentiment. Pour compléter la revue, si j'ai pu ne pas toujours être "hollandophobe", je n'ai en revanche jamais pu blairer "Sarko", beaucoup trop vulgaire et américanophile à mon goût.

Pour aider ceux que le sujet intéresserait encore, à cerner le bonhomme, j'indique avoir acheté cette après-midi à la librairie "Quartier Libre" de Flers, sans doute classée à gauche si je ne m'abuse, un exemplaire du dernier brulot d'Eric ZEMMOUR, "Destin français" (568 pages chez "Albin Michel"). On s'instruit comme on peut !
En survolant la "tour de contrôle" de notre site favori, je m'aperçois que j'avais rallumé la chaudière au fuel du bâtiment Nord le 2 novembre 2017 et branché un radiateur électrique dans mon bureau de la tour Louis XIII le 18 octobre 2016. (Je vois également que j'écris beaucoup plus de messages sous la rubrique "Météo" de notre site favori quand j'ai trop froid que quand j'ai trop chaud.)

Cette année, en cette fin septembre, j'ai déjà froid la nuit depuis plusieurs jours. C'est sans doute ce qu'on appelle le réchauffement climatique.

J'espère qu'Arnaud PAQUIN ne tardera plus à transmettre à Sébastien LEBOISNE le dessin de la porte à réaliser pour le passage entre la salle-à-manger du logis et le bâtiment Nord. C'est en effet par là, principalement, qu'en l'état du chantier le froid pénètre dans ce qu'il faut bien appeler ma "bulle de survie".

Sur ce, alors qu'il est 4 heures du matin, je me replonge sous ma couette. Ce sera tout habillé cette fois-ci, et avec un pull en laine polaire.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 27 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Voici les dernières nouvelles de mon locataire de Pontorson à l'encontre duquel j'ai obtenu un jugement d'expulsion le 14 août dernier constatant la résiliation du bail à compter du 28 février précédent et mettant à sa charge, outre le remboursement de ce qu'il me devait à cette date, une indemnité égale au loyer pour la suite.

Ce jugement a été signifié par huissier le 21 août. L'ex-locataire, toujours dans les lieux et qui n'a toujours rien réglé de sa condamnation, n'a pas fait appel. Pourtant, selon moi, il aurait pu car il a fini par me remettre, lors de notre dernière rencontre (histoire des vélos), son attestation d'assurances. A force de vivre en marge de la société, ce type a fini par se tirer une balle dans le pied. Passons.

Le commandement de quitter les lieux sous deux mois a été signifié hier par le même huissier qui m'apprend ce matin qu'il faut encore solliciter et obtenir du tribunal une ordonnance nous autorisant à bloquer le salaire de ce petit salopard. Et je rappelle que, dans deux mois, nous serons dans la période d'hiver où les expulsions ne sont pas possibles. Donc, pour récupérer le logement, il faudra encore attendre le printemps.

Vive la France !
Je viens d'assister au cocktail d'inauguration de l'agence "Société Générale" de Flers. A cette occasion, j'ai pu parler à trois cadres de cette banque, dont le directeur de l'agence, Jérémy PREVOST.

Je leur ai indiqué qu'à ce stade de mes réflexions, et pour des raisons fiscales évidentes, il était de mon intérêt de financer l'installation du chauffage à notre manoir favori sous forme, de fait, d'un crédit du plombier. Je veux dire par là que, pour pouvoir déduire au mieux de mon revenu imposable les factures de cet artisan, il conviendrait que celles-ci soient étalées dans le temps. Bien entendu, il m'appartiendrait de conforter ce plombier d'une manière lui garantissant qu'il serait bien réglé aux échéances ainsi convenues.

Mes interlocuteurs bancaires ont très bien compris la manip et affirmé qu'ils m'épauleraient en tant que de besoin. Je les en remercie. Ils confirment ainsi mon impression que, sur le marché bancaire de l'Ouest Ornais, ils surclassent très nettement leurs concurrents, eux emberlificotés à n'en plus finir dans des procédures internes hyper-tatillonnes et, pour parler clairement, franchement débiles.

Il ne me reste plus pour l'essentiel - du moins me semble-t-il - qu'à obtenir le feu vert du plombier.

A dire vrai, il reste encore à régler la question de la garantie que j'offrirais à la SocGen, et l'on sait que je bute sur des questions médicales. Bien sûr, ces soucis tomberaient si mon aîné consentait à me cautionner. Je sais qu'il me lit. Je lui rappelle que je serais prêt à me contenter d'un crédit de 125 000 €. C'est quand même pas la mer à boire, en l'état du dossier !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 27 Septembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Reprenons le compte rendu de l'escapade du week-end dernier, organisée par "Patrimoine(s)".

La première visite du dimanche était à la "Maison du Perche", abritée depuis une vingtaine d'années au manoir de Courboyer à Nocé :

23 septembre 2018.

23 septembre 2018.

23 septembre 2018.

J'avais connu le dernier propriétaire privé, M. de GROLEE-VIRVILLE, qui tenait échoppe de bouquiniste sous les arcades du Palais-Royal, à l'époque où je bossais rue de Rivoli (c'est même l'une des filles de ce personnage qui avait dessiné pour moi l'écu des LEDIN, tel qu'il a ensuite été multiplié sur les "pin's de la Chaslerie" que, avec l'enthousiasme du néophyte - c'était il y a quelque chose comme 25 ans -, j'avais fait fabriquer du côté de Singapour ; il doit m'en rester quelques-uns en stock, soit dit en passant, mais ils ont assurément acquis désormais une valeur de "collectors", soit dit en passant aussi). Or, dans l'un des tout derniers numéros de la revue des "V.M.F." consacré à la Lozère, figure un article fort bien illustré sur le magnifique château de la Baume, édifié et décoré pour ses ancêtres GROLEE. J'avais ainsi repéré les armes de cette famille que j'ai retrouvées à divers endroits de Courboyer, notamment sur des vitraux et dans l'âtre d'une cheminée. Je ne les ai pas prises en photo, contrairement à d'autres caractéristiques de ce manoir qui ont également attiré mon regard, notamment une grille du modèle que j'avais demandé - en vain à ce jour - à Roland FORNARI de fabriquer pour la cage d'escalier de notre manoir favori (dans le cadre de la tranche 1 de restauration de ses menuiseries extérieures) :

23 septembre 2018.

23 septembre 2018.

23 septembre 2018.

P.S. : Me replongeant dans mon stock de photos, je viens de m'apercevoir que, contrairement à ce que je viens d'écrire, j'en avais pris une de l'âtre orné des armes des GROLEE :

23 septembre 2018.

Manorial, isn't it ?