Désultoirement vôtre !

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 3 juillet 2023 16:46
À : Edouard DE LAMAZE
Cc : MEUNIER Catherine ; Hugues HOURDIN
Objet : Nouvelle politique régionale en faveur du patrimoine

Monsieur le président,

Un grand merci pour tous vos magnifiques efforts sur ce dossier.

C'est assurément une grande réussite pour vous et la Région que votre projet ait pu être voté à l'unanimité. Au vu du texte distribué ce matin et après avoir entendu certaines interventions à Fontaine-Henry, je comprends que tout cela n'a pas toujours été simple à mettre en place.

Comme vous le savez sans doute, la Chaslerie, travaillant en étroite concertation avec l'association "La SVAADE" et Arnaud PAQUIN, architecte du patrimoine, a déjà déposé, après un dialogue étroit avec Vincent AUBIN et ses collègues, deux premiers dossiers, l'un pour une étude de diagnostic, l'autre pour des travaux de menuiserie extérieure. La mobilisation de la Région est essentielle pour le bouclage de ces opérations qui, pourtant, ne sont que les premières étapes de ce qui reste à faire ici.

Quoi qu'il en soit, vous pouvez être persuadé que, si vous le voulez bien et en liaison étroite avec Catherine MEUNIER, nous donnerions à l'intervention de la Région un retentissement qui semblerait désormais des plus souhaitables dans notre secteur un peu éloigné du bocage.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'assurance de ma haute considération.

Pierre-Paul FOURCADE

(Fin de citation)
Ce matin, réunion à Fontaine-Henry au cours de laquelle les élus de la Région ont présenté la nouvelle politique régionale d'aide au patrimoine.

Du discours de conclusion d'Hervé MORIN, président de la Région, j'ai retenu les idées suivantes :

- La nouvelle réglementation régionale a été votée à l'unanimité le 26 juin dernier. Ceci semble un point très positif.

- Des consultations menées notamment par Edouard de LAMAZE, il ressortait que, face aux réglementations et aux intervenants du patrimoine, les propriétaires de monuments ressentent souvent une impression d'isolement. D'où la volonté exprimée de préparer la mise en place d'une "plateforme" où ils trouveraient et pourraient partager des idées.

- Plus qu'une réglementation figée sur des critères administratifs, la Région a préféré privilégier la "flexibilité", avec des critères qui seraient définis dans le cadre de dialogues comportant une marge d'"appréciation" laissée à des comités "ad-hoc" et "sui generis". Il semble qu'une place centrale doive y être occupée par les "experts" de la "Fondation du Patrimoine" dont la magnifique plaquette régionale distribuée par la Région montre l'étendue des interventions de ses "bénévoles sur le terrain".

- L'idée serait que les financements accordés par la Région permettent non pas des abondements systématiques et marginaux mais des "effets-levier". A titre illustratif, il s'agirait de pouvoir dire : "Je ne pouvais pas le faire. Mais là, je vais pouvoir le faire".

- Tout type de patrimoine serait éligible au nouveau dispositif, ce qui, à enveloppe constante, semble une contrainte forte. Dans le cas du patrimoine religieux, il a été indiqué que les regroupements communaux hypothèquent mécaniquement l'avenir de nombre d'édifices de cette catégorie, un risque inédit donc.

- La Région a pour souci de définir un label pour "bâtir cette communauté de destins" que la Région entend affirmer.

- Un sondage communiqué vendredi dernier aux élus régionaux montre que les Normands placent en premier rang de leurs souhaits de la part de la Région la qualité de l'équipement médical et hospitalier mais que le patrimoine est leur deuxième souci, choisi par non moins de 90 % des personnes interrogées, ce qui est un scoop, remarquable en effet.

- Enfin, à partir de 2024, sera désigné chaque année un "monument préféré des Normands".
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 5 juillet 2023 10:31
À : AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Cc : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>; MEUNIER Catherine ; Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Philippe DURAND
Objet : Re: Nouvelle politique régionale en faveur du patrimoine

Cher Monsieur,

Merci pour votre réponse et pour votre offre d'un lancement rapide des travaux.

En ce qui concerne les devis, je vais devoir, comme je vous l'ai déclaré, les faire actualiser avant de les déposer où vous voudrez bien me le préciser.

S'agissant de telles sommes à mon échelle de payeur final, et compte tenu des autres contraintes qui sont les miennes, je suis hélas obligé d'attendre d'avoir la confirmation formelle du taux de 30 pour cent de subvention de la Région avant de lancer ces travaux.

Il ne fait en effet aucun doute qu'ici, l'"effet-levier", cher au Président MORIN et tel qu'il l'a explicité avant-hier dans son allocution à Fontaine-Henry, joue à plein.

C'est aussi pourquoi nous nous préoccupons tant, "La SVAADE"et moi et comme vous le savez, du devenir du projet annoncé il y à cinq ans en faveur du tourisme médiéval domfrontais. Comme vous avez bien voulu nous le suggérer, nous allons, dans un premier temps, essayer de nous rapprocher de votre collègue en charge de ce dossier qui paraît appelé à jouer un rôle critique ici.

Bien cordialement,

PPF

Envoyé de mon Galaxy model_name Orange
Envoyé à partir de Outlook pour Android

__________________________________________________________________________________________________________

De : AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Envoyé : mercredi, juillet 5, 2023 8:55:53 AM
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>
Objet : RE: Nouvelle politique régionale en faveur du patrimoine

Bonjour,

Suite à vos appels téléphoniques je vous résume la procédure :

- Marie PERREAU sera votre interlocutrice dans mon service pour traiter votre dossier : c’est l’interlocutrice à interroger en premier lieu
- Les nouveaux dispositifs n’entrent en vigueur que le premier septembre 2023
- Les outils informatiques pour déposer vos deux demandes de subvention d’investissement (diagnostic et restauration) vont être précisés dans les prochaines semaines
- Nous commencerons par instruire votre demande de subvention relatif au diagnostic
- Pour la demande de subvention de restauration des huisseries nous allons prendre en compte les derniers devis de l’architecte. Le taux d’intervention pour le MH classé est de 30%.
- Sur ce dernier point : merci d’écrire au PDT de Région un courrier simple demandant un démarrage anticipé des travaux qui nous permettra comme pour le diagnostic de vous répondre par un courrier d’accusé réception fait générateur pour la Région de prise en compte des dépenses

Bien à vous.

Vincent AUBIN

Région Normandie
Chef du service Patrimoine et Inventaire
02 31 06 98 59
06 08 34 21 17
Vincent.aubin@normandie.fr

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 6 Juillet 2023
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
4 heures du matin, de mon lieu d'exil (le fournil de la ferme) où je viens de bouquiner et de lire la presse pendant près de trois heures, je suis redescendu au manoir et viens de rallumer l'ordi, transporté pour la circonstance dans la cuisine du bâtiment Nord. En effet, je n'ai pas été autorisé à travailler la nuit dans ma chambrette dont Carole occupera la place tant que ces demoiselles squatteront sa chambre. Au moins, cela me fait une table plus grande, pour consulter éventuellement mes dossiers, que sur le guéridon de ma chambrette contre lequel l'exiguïté de la pièce m'oblige habituellement à me recroqueviller. On dira ce qu'on voudra mais, après 32 ans de chantier, je n'ai toujours pas réussi, mes moyens étant ce qu'ils sont et la lourdeur des procédures étant bien connue de nos services, à disposer enfin du "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves". De ce point de vue-là aussi, je serai passé à côté de ma vie.

Dans l'immédiat, j'ai plusieurs soucis, importants à mon échelle et à mon âge :
- arriver à remettre d'aplomb la copropriété de Paris ; la tâche est très complexe après vingt-cinq ans d'incurie (depuis que, ayant été mis au placard comme l'on sait, j'ai pris du champ par rapport à mon existence parisienne antérieure) ; j'essaye de tirer les fils de la pelote, avec le souci de limiter la casse fiscale quand mes héritiers n'auront plus d'autre échappatoire que d'intervenir dans ce dossier assommant, une échéance que je ne verrais que des avantages, les choses étant ce qu'elles sont, au moins à mes yeux, à ne pas retarder indéfiniment ;
- aider Arnaud PAQUIN à avancer dans la rédaction de son "étude de diagnostic d'ensemble" : je vois que ça patine et je souhaiterais toujours un document de qualité et fourni dans des délais compatibles avec l'usage que "La SVAADE" et moi aimerions en faire, dans le cadre de nos échanges si lents avec le monde administrativo-politique que l'on connaît ;
- ne pas assécher trop vite le peu de trésorerie qui me reste pour alimenter la machinerie des travaux ; sous peu, je vais devoir sortir 50 000 € pour le terrassier, 25 000 € pour l'architecte, et je suis pourtant très en avance dans l'exécution de mon budget de travaux sur le monument en 2023, notamment à la suite des mêmes montants de dépense, versés au premier semestre, pour les premières tranches d'intervention des mêmes ;
- ne pas risquer de déplaire aux instances régionales en réclamant désormais de leur part la prise en compte de l'explosion des devis résultant de la lenteur des procédures de changement des réglementations puis de la mise en place de tout le back-office correspondant ; Arnaud PAQUIN, lui aussi, souhaiterait vivement que l'on puisse enfin lancer le menuisier mais je ne peux me permettre de prendre le moindre risque en faisant l'impasse sur les aléas susceptibles d'apparaître dans le prolongement des précédents (dois-je rappeler que cela fait plus de dix ans que, pour diverses raisons, excellentes par définition, le dossier reste ouvert avec la D.R.A.C., et plus de deux ans qu'il a fallu imaginer l'"usine à gaz" avec la Région puis la mettre en place alors qu'il apparaît désormais qu'elle était inutile - faire et défaire, c'est toujours travailler, n'est-ce pas ?) ; comme le dit le dicton, "chien échaudé...".

En réalité, toutes ces difficultés tiennent à une réalité contre laquelle je ne peux rien : je suis à bout de course et sans relais pour ce qui concerne les financements et je me trouve à bout de souffle pour ce qui concerne la tonicité. Quant au désir d'avancer dans ces conditions qui s'imposent à moi depuis quelque temps déjà, je ne puis que reconnaître qu'il s'est nettement émoussé.
L'annonce suivante est parue hier dans "Le Publicateur Libre" :


Reçu deux appels à cette heure.

Je me suis renseigné : ces ventes sont soumises à la T.V.A. à 10 %.

P.S. (à 10 heures 15) : Je débute dans le métier de vendeur de bûches, ici des bûches issues des chênes plantés une semaine avant la tempête de 1999, mais j'ai déjà deux touches beaucoup plus importantes que ce que j'aurais imaginé.
0
Philippe Menard, un poète de la terre🤎.
D’un bloc, elle prend forme, s’affine, tourne et commence une ronde endiablée telle une danseuse emportée par le rythme."
Merci Philippe pour ce partage. 🙌... Encore !











N.D.L.R. : Philippe MENARD, au travail sur ma commande relative au chevalier LEDIN et inspirée des écrits du sire de GOUBERVILLE.
Musée de la Neufve-France (via "Facebook")
rédigé le Samedi 8 Juillet 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles
0
TORTURE D’UN PRISONNIER « De temps en temps on leur fournissoit de nouveaux tisons ; ils luy en mettoient de tout allumez jusques dans la gorge, ils luy fourrerent mesme dans le fondement, ils luy bruslerent les yeux, ils luy appliquerent des haches toutes rouges sur les espaules, ils luy en pendirent au col, qu’ils tournoient tantost sur le dos, tantost sur la poitrine, selon les postures qu’il faisoit pour eviter le pesanteur de ce fardeau ; s’il pensoit s’asseoir et s’accroupir, quelqu’un passoit un tison de dessous l’eschaffaut, qui le faisoit bientost lever. (…) C’est pourquoy, crainte qu’il ne mourust autrement que par le cousteau, un luy coupa un pied, l’autre une main et quasi en mesme temps le troisiesme luy enleva la teste de dessus les espaules, qu’il jetta parmy la troupe à qui l’auroit pour le porter au Capitaine Ondessone, auquel elle avoit esté destinée pour en faire un festin. Pour ce qui est du tronc, il demeura à Arontaen, où on en fist festin le mesme jour. (…) Nous rencontrasmes par le chemin un Sauvage qui portoit à une brochette une de ses mains demy rostie. »
Paul Le Jeune, Relations des Jésuites, 1637.


N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie (ou presque).
Suite à ma demande, Philippe MENARD vient de me faire parvenir des photos de ma commande :


Alors que je lui fais remarquer un problème sur l'écu des LEDIN, il me répond que la pièce centrale n'a pas bien réagi à la cuisson.

Il va m'apporter tout cela et on recherchera ensemble les meilleures solutions.
Olivier de LORGERIL (par courriel)
rédigé le Lundi 10 Juillet 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0


N.D.L.R. : Message ressenti ici comme nous avertissant de tracasseries supplémentaires à venir. Comme si le Bon-Papa n'était pas déjà asphyxié par toute la paperasse qu'il a à traiter.

Pour ce qui concerne les bases de la fiscalité locale applicable au manoir favori, je n'ai guère reçu du fisc, en réponse à ma dernière L.R.A.R., qu'un message d'attente...
La seconde demande de paiement de la subvention accordée pour les nouvelles allées est partie ce matin. J'avais réglé la seconde facture hier.

Mon correspondant à la Région m'a informé qu'il pense que le paiement de la première partie de la subvention pourrait être effectué en septembre prochain. Je rappelle que ma première demande de paiement date de six mois (le 27 janvier précisément).

On peut se demander la raison de tant de lenteurs.

Une réponse possible est la complexité des circuits mis en œuvre. Les payeurs finals sont en effet l'Etat, pour un quart de la subvention, et l'Europe (fonds Feder), pour les trois-quarts, mais la Région a obtenu que tout cela se passe sous son timbre, de sorte que, sur toutes les paperasses en question, on voit le logo de la Région Normandie. Et je dois même prouver, photos à l'appui, que j'affiche ce logo à proximité des travaux réalisés.

Ce sont là les joies de la prolifération métastasique du mille-feuilles administrativo-politique. Aux motifs, au choix, de la nécessité de la décentralisation ou de l'ardente obligation de la construction européenne, on a recruté à tour de bras des fonctionnaires réputés "compétents" qui, ne serait-ce que pour justifier leur poste (aux yeux de qui d'ailleurs, puisque tout cela est hors contrôle) multiplient les réglementations nouvelles sans qu'aucune autorité n'ait le courage d'exiger ni le poids suffisant pour obtenir la fin d'un tel cirque.

Et voilà pourquoi, comme chacun peut s'en rendre compte, on se retrouve en France avec une pression fiscale et un niveau de dépenses publiques ahurissants, un nombre de fonctionnaires qui dépasse l'entendement et, pour couronner le tout, une dette publique astronomique.

Chacun peut également juger de l'efficacité du système, notamment quant aux missions régaliennes.
J'ai reçu ce matin la visite de la contrôleuse du système d'eaux usées de la Chaslerie :

11 juillet 2023.


Elle a déclaré l'ensemble de l'installation conforme aux exigences de la matière :

11 juillet 2023.


Elle m'a dit être tenue de me remettre un laïus de quatre pages daté du 11 octobre 2018, signé par Bernard SOUL, président de "Domfront-Tinchebray-Interco" et intitulé "Règlement - Service public d'assainissement non collectif".

Je lui ai fait remarquer que, au format fourni, ce texte est de tellement mauvaise qualité d'impression qu'il est illisible. Elle m'a dit être d'accord avec moi.

Nouvel exemple du pourrissement rapide de ce pays en raison tant de la prolifération incontrôlée des normes que de l'incapacité patente de certains élus à faire leur job dans de telles conditions.

Tout cela finira mal. Et plus vite qu'on ne le souhaiterait.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 11 juillet 2023 16:51
À : AMELOT Virginie <virginie.amelot@culture.gouv.fr>
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Guillaume BEESAU ; ROCHAS Philippe <philippe.rochas@culture.gouv.fr>
Objet : RE: "La SVAADE" - Organisation des spectacles et financements

Chère Madame,

Merci beaucoup d'accepter le principe d'une réunion en présentiel.

Vous trouverez ci-joint les statuts de "La SVAADE", ses comptes 2022 ainsi que le P.-V. de sa dernière A.G.

Vous pouvez, si vous en avez le temps, avoir un aperçu non synthétique de la vie de cette association en vous reportant au site de la Chaslerie, notamment sous les onglets du menu consacrés à "La SVAADE" ou à ses spectacles.

De façon plus synthétique, sachez que nous en sommes à organiser notre cinquième saison de spectacles (j'écris nous mais c'est de l'association qu'il s'agit), ceux-ci ayant un succès incontestable avec un public venant d'une bonne quarantaine de kilomètres à la ronde. Ce résultat est d'autant plus significatif que de tels spectacles dans un tel cadre n'ont guère de concurrence dans notre partie du bocage, parfois considérée comme reculée dans la Région.

Au départ, mi-2020, "La SVAADE" a été lancée avec une dotation de 50 000 € de la famille FOURCADE, propriétaire du manoir. A ce jour, trois ans plus tard, le solde du compte bancaire n'est plus que de 20 000 €. Le rythme de consommation de l'enveloppe est régulier, même s'il y a eu des coûts exceptionnels au départ. Les spectacles sont toujours de qualité et à prix réduit pour le public (16 € ; la billetterie couvre en général entre un tiers et la moitié du coût). Nous veillons à faire intervenir des artistes normands et recherchons activement le rajeunissement de nos spectateurs. Ci-joint, à titre d'exemples, les "flyers" des quatre spectacles du printemps 2023 et des trois concerts de ce mois-ci, tous ces derniers avec des artistes normands.

Nous avons deux souhaits :

- assurer un fonctionnement durable de l'association ; à ce jour, nous avons perçu deux fois une subvention de 1 500 € de la ville de Domfront-en-Poiraie. D'autres aides au fonctionnement seraient très bienvenues ;
- permettre l'adaptation des lieux à l'accueil des spectacles et des artistes, y compris notamment sous forme de résidences d'artistes ; à ce sujet, un architecte du patrimoine est en train de préparer une "étude de diagnostic d'ensemble". Comme le sait M. le conservateur régional (que je mets en copie), ce projet est d'une ampleur hors d'échelle avec les moyens résiduels des propriétaires (il est question d'un budget de travaux de 2 M€ au moins), venant après trente-deux ans d'efforts considérables de leur part. Donc toute aide à l'investissement serait utile, étant signalé que rien ne serait possible pour "La SVAADE" sans que cette aide n'atteigne une masse critique à préciser grâce à l'étude de M. PAQUIN. A ce propos, le "projet régional de développement touristique de Domfront" (localement connu, depuis cinq ans, comme le "projet MORIN") paraîtrait à même, au moins sur le papier, de fournir une opportunité unique, exceptionnelle et inégalable. Mais l'on peine beaucoup à essayer d'en cerner les conditions.

Bien cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________________________

De : AMELOT Virginie <virginie.amelot@culture.gouv.fr>
Envoyé : mardi 11 juillet 2023 14:09
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Guillaume BEESAU
Objet : RE: "La SVAADE" - Organisation des spectacles et financements


Monsieur,

Afin de vous proposer des dates en présentiel, je reviendrai vers vous début septembre. Dans cette attente, je vous remercie de bien vouloir me transmettre quelques éléments, comme mentionnés dans le message ci-dessous, afin de mobiliser les collègues ressources, en interne.

Bien cordialement,

Virginie AMELOT
Assistante à la conseillère musique et enseignements spécialisés

Direction régionale des affaires culturelles Normandie
7 place de la Madeleine 76172 Rouen Cedex 1
02 32 10 70 52
https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Normandie
cid:image005.jpg@01D64AC7.253DC200

____________________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 10 juillet 2023 16:58
À : AMELOT Virginie <virginie.amelot@culture.gouv.fr>
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Guillaume BEESAU
Objet : RE: "La SVAADE" - Organisation des spectacles et financements

Chère Madame,

Merci beaucoup pour votre réponse.

Serait-il néanmoins possible que nous venions à votre rencontre à Rouen, à ces dates ou à d'autres selon vos possibilités ? C'est peut-être pour nous une question de génération.

Bien cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________________________

De : AMELOT Virginie <virginie.amelot@culture.gouv.fr>
Envoyé : mercredi 28 juin 2023 17:23
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Guillaume BEESAU
Objet : RE: "La SVAADE" - Organisation des spectacles et financements

Monsieur,

Pour faire suite à votre message, je pourrais vous proposer un rendez-vous avec la conseillère musiques et enseignements spécialisés, le lundi 7 ou jeudi 10 aout, en visio.

Je vous remercie de bien vouloir m’adresser des éléments synthétiques présentant la problématique évoquée ainsi que des éléments budgétaires (bilan 2022 + Budget prévisionnel 2023) dans l’objectif de préparer ce rendez-vous et de vous accompagner au mieux.

Je reste à votre écoute,

Bien cordialement,

Virginie AMELOT
Assistante à la conseillère musique et enseignements spécialisés

Direction régionale des affaires culturelles Normandie
7 place de la Madeleine 76172 Rouen Cedex 1
02 32 10 70 52
https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Normandie
cid:image005.jpg@01D64AC7.253DC200

____________________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 19 juin 2023 16:11
À : SAVARY Isabelle <isabelle.savary@culture.gouv.fr>
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Guillaume BEESAU
Objet : "La SVAADE" - Organisation des spectacles et financements

Chère Madame,

Fondée en 2020 pour développer la notoriété du manoir de la Chaslerie à Domfront-en-Poiraie (Orne), "La SVAADE" en est déjà à préparer en vue de 2024 sa cinquième saison de spectacles. Comme vous le savez, il s'agit de spectacles de grande qualité, néanmoins proposés à bas prix pour le public. Le succès, loin de se démentir, se développe de saison en saison, au point que "La SVAADE" a défini un programme de travaux de restauration de la Chaslerie de manière à y organiser des résidences d'artistes.

Il est ainsi démontré que cette association apporte, dans notre partie parfois réputée reculée du bocage, un service culturel important, largement inédit ici et apprécié du public. Un "professionnel du spectacle" titulaire des habilitations réglementaires, fort de son expérience d'une quarantaine d'années en ce domaine, est prêt à rejoindre le bureau de l'association afin de l'épauler dans son fonctionnement.

Mais des obstacles pratiques paraissent demeurer.

Déjà à plusieurs reprises, nous avons été amenés à vous interroger sur des points de réglementation qui nous paraissaient complexes et vos conseils ont toujours été des plus précieux pour nous permettre de surmonter les difficultés que nous rencontrions.

A ce stade où nous réfléchissons aux meilleures façons d'organiser la prochaine phase du développement souhaité des activités de notre association, pourrions-nous vous prier de nous accorder un nouveau rendez-vous dans vos bureaux de Caen pour nous aider à trouver des solutions aux plus immédiates de nos problématiques administrative ou financière ?

Celles qui concernent le programme de travaux sur le monument historique seront très bientôt soumises à vos collègues chargés du patrimoine.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Ramon FERNANDEZ (via "Facebook")
rédigé le Vendredi 14 Juillet 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Economie - Références culturelles
0
Un petit salut de Singapour, deuxième port mondial. Son nouveau terminal, Tuas, entièrement automatisé, a commencé à opérer. Il aura une capacité annuelle de traitement de 65 000 000 de conteneurs (c’est vraiment beaucoup) et sera doté progressivement d’ici 2040 de 1000 portiques autonomes (celui que vous apercevez pèse 80 tonnes), de 2000 véhicules porte-conteneurs électriques tout aussi autonomes, de 66 quais…


Avec un clin d’œil de Kuala Lumpur pour terminer, avec une équipe finance entreprenante :


N.D.L.R. : Que pesons-nous dans ce Monde qui ne nous attendra pas ?

Et dire que j'aurai passé l'essentiel de ma vie à essayer de prolonger (de 150 ans ?) celle de vieilles pierres du "trou du cul du Monde" (selon la citation d'Hervé MORIN, bien connue localement) ?
Olivier LEPICK (via "Facebook")
rédigé le Vendredi 14 Juillet 2023
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
J’ai dévoré le livre de Christian Blanckaert qui fut maire de sa petite commune de Varengeville-sur-Mer non loin de Dieppe pendant près de vingt ans. Je me reconnais dans son parcours et son expérience, lui qui a choisi de s’engager dans la vie citoyenne tout en continuant de mener une activité professionnelle exigeante, il fut ainsi PDG d’une filiale de Hermès. Je me reconnais dans son engagement quand M.Blanckaert écrit : « mon histoire de maire est peut-être une histoire d'amour. Ce n'est pas une histoire d'ambition, ni une question de pouvoir ou d'argent. Est-ce l'histoire d'une dette à rembourser ? Une façon de remercier, de rendre ce qui m'a été donné, ou de voir autrement l'existence, que sais-je ! Trente et un ans au service d'une communauté, 12 ans adjoint aux maires, 19 ans maire. C'est l'histoire d'un maire comme il y en a des milliers d'autres, de ceux qui tout simplement s'occupent des gens au quotidien ». Et quand un journaliste l’interroge sur le fait de savoir si il se représenterait aujourd'hui, sa réponse doit résonner aux oreilles de nombreux élus : « si c'était à refaire, j'hésiterais à me représenter comme maire, et cela, pour trois raisons. Le poids des réseaux sociaux est devenu trop important. Cela donne lieu à une violence verbale terrifiante où les opposants peuvent se déchaîner contre les décisions de leur maire en toute impunité. On se souvient que, dernièrement, à Saint-Brévin, des opposants au maire ont brûlé sa maison et ses voitures, le poussant à démissionner et à aller habiter ailleurs avec sa famille. Par ailleurs, la législation s'est extrêmement complexifiée ces dernières années. Le code de l'urbanisme est devenu un cauchemar. Enfin, la responsabilité du maire a été alourdie, et son risque pénal est devenu de plus en plus fort. Pas étonnant, donc, qu'environ 1300 édiles aient démissionné depuis le printemps 2020, début de la mandature actuelle ». L’histoire de M.Blanckaert, c’est l’histoire de nombreux élus locaux qui s’interrogent sur leur engagement au détriment de leur famille, leur vie professionnelle, leur santé, dans un monde de plus en plus violent, face à des citoyens de plus en plus exigeants et des lois de plus en plus concrètement inapplicables. Un engagement qui faisait dire, à ma plus grande stupéfaction, à François Ruffin lors de l’émission « C à vous » sur France 5 à laquelle j’ai participé lors de l’affaire des menhirs, « moi, c’est bien pour cela (les difficultés de la fonction) que je n’ai jamais souhaité être maire ». Et pourtant, il en faut et il en faudra des maires, monsieur Ruffin, car sinon, qui combattra sur le front, en première ligne, pour défendre notre République et une certaine conception apaisée et citoyenne du « vivre ensemble » ?


N.D.L.R. : Cher Olive, sache qu'il n'y a pas que les élus qui n'en peuvent plus devant tout ce parasitisme institutionnel stérile et la dureté de l'époque...

Respect pour ceux qui arrivent encore à ne pas se décourager et à continuer à entreprendre dans l'intérêt général !
France Musique
rédigé le Vendredi 14 Juillet 2023
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Le Siècle Karajan

Icône du classique, le plus grand chef d’orchestre du XXe siècle a-t-on dit. Interprète exceptionnel, Karajan l’a été incontestablement, mais aussi maître absolu du monde musical pendant 30 ans. Lionel Esparza vous propose de retracer en sept épisodes l'histoire exceptionnelle de l'ère Karajan.


N.D.L.R. : Passionnant !