Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 12 Octobre 2016
Bâtiment Nord - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Economie
0
Depuis le 9 septembre 2015, la chaudière du bâtiment Nord a consommé 2 114 litres de fuel. C'est ce qui résulte de la livraison de ce matin :

12 octobre 2016.

Bien qu'il dispose d'un tuyau de 60 mètres de long, Patrick ERMENEUX doit garer son camion dans l'avant-cour, faire traverser la cour par son tuyau (trop court de 6 mètres pour passer par la porte du fond de la cour)...

12 octobre 2016.

... et récupérer celui-ci dans l'arrière-cour, à travers une grille de l'ancienne cuisine :

12 octobre 2016.

Mais, lorsque j'aurai installé là ma bibliothèque, il faudra penser à faire livrer le fuel en plein été, quand le sol peut supporter le poids du camion.

Jean-Pierre ARBON
rédigé le Mercredi 12 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Le rat qui s’est retiré du monde (Fables en vrac)
Publié le 12 octobre 2016

On n’a pas assez dit que La Fontaine est un humoriste qui aime l’absurde. Les Fables en offrent maint exemple. Voyez celle-ci, Le rat qui s’est retiré du monde : « Les Levantins, en leurs légendes, disent qu’un certain rat, las des soins d’ici-bas, dans un fromage de Hollande se retira loin du tracas. »

Le génie de La Fontaine : poser en quelques mots que les Orientaux (le terme Levantin désignant les habitants du Moyen-Orient, Turcs, Syriens, Persans) ont des légendes qui parlent de fromage, et même : de Hollande, et sur ce postulat surréaliste, construire son histoire.

Une telle liberté d’écriture laisse pantois. Elle est cependant tout sauf gratuite : grâce à elle, La Fontaine peut railler sans plus de précaution l’hypocrisie des moines.

N.D.L.R. : Une bien chouette bibliothèque autour de vous !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 12 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Fac
0
Randonnée cette après-midi avec l'université inter-âges de La Ferté-Macé. Nous étions très nombreux...

12 octobre 2016.

... et avons parcouru 8 bons kilomètres sur divers chemins creux...

12 octobre 2016.

12 octobre 2016.

12 octobre 2016.

... notamment autour du château de Couterne :

12 octobre 2016.

12 octobre 2016.

A la fin de la promenade, j'étais épuisé. J'ai néanmoins noté le lieu de nos prochains exploits :

12 octobre 2016.

Primaire : l’UDI appelle à voter Alain Juppé

Pour la formation centriste, c’est le maire de Bordeaux qui incarne le mieux les valeurs humanistes, l’écologie responsable, la liberté d’entreprendre et l’autorité de l’Etat.

N.D.L.R. : Non, merci !

"Valeurs humanistes" ? On a déjà donné, et plus que notre part ! "Ecologie responsable" ? Totalement contradictoire, circulez, il n'y a rien à voir. "Autorité de l'Etat" ? Foutaise, tout simplement !

C'est nous qu'on parle bien français :
« Je pense que le sujet, il est, par rapport aux Français : Qu'est-ce qui fait que nous sommes, en France, même si nous habitons des territoires différents, liés par quelque chose qui nous dépasse ? »
« La France, elle a 17 ans et le visage de Guy Môquet (…) La France, elle a 19 ans et le visage lumineux d'une fille de Lorraine (…) »

Pauvre pays, livré pendant dix ans à de tels ploucs !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 13 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Fac - Anecdotes
0
Une heure d'aqua-gym cet après-midi, dans le cadre de l'université inter-âges de La Ferté-Macé.

Cela me fait le plus grand bien de dérouiller ainsi ma vieille carcasse raide. Je recommande cette activité à mes conscrits.

Delphine COLEMAN
rédigé le Jeudi 13 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Lemaire décevant, Juppé dépassé, Sarko bon (mais Sarko est toujours bon quand il est en compétition, c'est une fois sur le trône que "ça" bug...) Fillon fatigué, Copé insupportable, finalement c'est NKM la plus inattendue.

N.D.L.R. : Je sais pas, j'ai pas la télé.

Benoît MAFFRE
rédigé le Vendredi 14 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Bonjour,

A côté de la Bâtie d'Urfé, il faut aller voir :
- le prieuré de Pommiers (à 11 km), ne pas oublier le pont en pierre situé en face
- l'abbaye bénédictine de Charlieu et le couvent des Cordeliers de Saint-Nizier-sous-Charlieu (pas visités).

Nous logions dans des chambres d'hôte dans l'arrière pays, assez sympa (ambiance), "Il fut un temps" - 04 77 62 52 19 à Saint-Marcel-d'Urfé (ruine d'un château médiéval non loin).

Et nous, nous avions poussé jusqu'au vieux Lyon que nous ne connaissions pas mais que nous avons beaucoup aimé.

Bon voyage.

N.D.L.R. : La prochaine fois, c'est avec vous que je devrais voyager...

J'ai regardé sur internet, ces endroits ont l'air superbe. Je crains que le château-prieuré de Pommiers soit fermé.

En tout cas, merci beaucoup pour toutes ces adresses !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 15 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Je viens de terminer la lecture de "La cause du peuple" de Patrick BUISSON, ouvrage qu'à l'évidence, un éditeur âpre à attirer le chaland, a affublé d'un sous-titre racoleur, "L'histoire interdite de la Présidence Sarkozy".

Ce livre vaut beaucoup plus que le flot de glaires à quoi le tout-médiatique a souhaité le réduire. Il témoigne de la richesse et de la profondeur de la culture historique de son auteur, ainsi que de sa recherche pour essayer de comprendre ce qui fait un peuple, une société, une vie possible.

En dépit de passages évidemment contestables, j'en recommande la lecture et, à titre d'exemple parmi d'autres, je cite ce passage :

Claire FOURIER
rédigé le Samedi 15 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - Références culturelles
0
Ce que je retiens du prix Nobel de littérature cette année, c'est le tournant, le signe des temps qu'il entérine. La littérature n'est plus dans l'écrit : dans le travail sur la langue écrite (ce qui, selon moi, représentait un progrès), mais dans l'oralité (comme au temps où l'écriture, cette patiente conquête de l'homme, n'existait pas). Il est permis de le regretter.
Avouons toutefois que nombre d'auteurs (des Céline de seconde catégorie qui ont mis à la mode un style parlé – ou craché – soi-disant percutant) ont préparé le tournant. En osant un parallèle avec le vêtement, on notera plaisamment que le Nobel suit la marche du monde et couronne le prêt-à-parler plutôt que la haute littérature. Chacun portera sur ce fait le jugement qu'il voudra.

J'ajoute ceci : dans littérature il y a "lettre". La lettre est d'abord un caractère d'écriture qui appelle le regard. En matière de typographie, le caractère "à empattement", tels le Garamond et le Didot chers aux imprimeurs, cède de plus en plus la place au caractère "bâton" cher aux graphistes. Or, le caractère à empattement est destiné à être lu : la "patte" entraîne le regard d'une lettre à la suivante, tandis que le caractère bâton est fait pour être vu : on dit qu'il cogne le regard, d'où son omniprésence dans les affiches. Le Nobel fait assurément fi de la richesse du travail méticuleux et de l'écrivain et de l'imprimeur sur l'alphabet, les ligatures, la ponctuation, le jeu des majuscules et minuscules, etc. Il reconnaît que ce qui est vu et entendu prime aujourd'hui sur ce qui est lu.

Le prix Nobel de littérature entérine ainsi un mouvement peut-être inexorable mais qu'heureusement (d'après moi) certains combattent, fussent-il les derniers des Mohicans. Après tout, il n'est pas si vieux, le temps où Albert Caraco, écrivain ô combien soucieux de la langue écrite, plaidait sans rougir pour l'affectation car elle ouvre, écrivait-il, le chemin d'un ciel où l'esprit est roi.

N.D.L.R. : Partagé.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 16 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Références culturelles
0
Je suis en train de lire un ouvrage qui, sur le fond, n'a pas grand intérêt, ""Un Président ne devrait pas dire ça..." - Les secrets d'un quinquennat" de Gérard DAVET et Fabrice LHOMME chez Stock.

Cet ouvrage soulève de graves interrogations au sujet de l'homme public qui se déboutonne ainsi :
1 - qu'est-ce qui lui a pris de s'épancher de la sorte à jet continu devant un micro ?
2 - comment se peut-il qu'ait été élu à une telle position un individu qui n'a pas plus de hauteur de vue ?

Je comprends et partage l'effarement qu'a suscité en tous rangs la parution d'un tel ouvrage.

0
L’Astrée est un roman pastoral, publié de 1607 à 1627, par Honoré d'Urfé.

Œuvre littéraire majeure du XVIIe siècle, l’Astrée est parfois appelé « le Roman des romans », d’abord par sa taille, qui fait qu’on le considère comme le premier roman-fleuve de la littérature française (5 parties en 12 livres chacunes, 40 histoires, 5 399 pages), mais aussi par le succès considérable qu’il a eu dans l’Europe tout entière (traduit en un grand nombre de langues et lu par toutes les cours européennes).

Aujourd’hui encore, cette œuvre extraordinaire est rééditée régulièrement, que ce soit dans des éditions intégrales, dans un format livre de poche ou même en bande dessinée. Les trois premières parties sont publiées en 1607, 1610, et 1619 et lorsque d’Urfé meurt en 1625, son secrétaire Balthazar Baro aurait achevé la quatrième partie et lui aurait donné une suite (1632-1633). Mais selon Larousse (1863), les cinquième et sixième parties auraient été composées par Pierre Boitel, monsieur de Gaubertin, et éditées en 1626.

N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.

Je me ballade en ce moment au pays de la famille d'URFE. Il faudra que je me procure une édition de poche de ce bouquin afin de l'étudier.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 16 Octobre 2016
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
J'ai pris la route hier à 3 h 30 du matin, en direction du Forez. Beaucoup d'autoroute, de très lourds péages.

Le soir, sur les conseils de Benoît MAFFRE, j'ai fait étape en chambre d'hôtes, à "Il fut un temps" - 04 77 62 52 19 à Saint-Marcel-d'Urfé (ruine d'un château médiéval non loin).

L'hôte en question a un sens remarquable de l'hospitalité. Bien que crevé, j'ai passé une excellente soirée et me suis vu affecter la "chambre Perrault" :

Grande admiration pour tous ceux qui savent créer simplement autour d'eux une atmosphère cordiale si réconfortante. J'en ai grand besoin.

J'aurai ainsi traversé la France (1 500 km au volant en 40 heures) pour voir ceci, les menuiseries de certaines portes extérieures de la Bastie d'Urfé :

15 octobre 2016.

15 octobre 2016.

15 octobre 2016.

15 octobre 2016.

J'avoue que je ne suis pas emballé, ces menuiseries ne me semblant ni d'époque, ni, surtout, de belle facture. Cela est particulièrement net sur la dernière, qui se trouve sur le logis.

Je mets ces photos en ligne ici pour permettre à deux membres éminents de notre fan club favori, Benoît MAFFRE et Pascal BRESSON, de nous donner leur avis. A dire vrai, je suis persuadé qu'ils auront le même que moi. Reste donc à imaginer le genre de porte qu'on va pouvoir dessiner pour notre manoir favori. Et c'est là que j'attends les artistes !

Quant aux autres photos de mon périple (il y en a 217), j'en mettrai en ligne la plupart quand j'aurai surmonté les tâches administraaaâââtives urgentes que j'ai retrouvées, avec le plaisir que vous imaginez, de retour à notre manoir favori. Il y aura notamment de magnifiques sculptures, conservées à Charlieu.