Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 11 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Félicitations à Bernard SOUL, maire de Domfront-en-Poiraie, qui vient de diffuser via la "page Facebook" de la "Ville de Domfront", le message suivant :

(Début de citation)

Ville de Domfront
55 min ·

Réflexion de circonstance

Rétrospective :
Au matin du 14 Juillet 2016, jour de liesse nationale et d'insouciance, l'argent venu de l'étranger n'a que le goût de l'audace, de l'ignorance de ses origines, de l'effet d'annonce, mais très souvent l'odeur du pétrole et quelques fois du sang Saoudien (argent servant aussi à divers financements plus ou moins occultes de certains groupes djihadistes). Nous pouvons jusqu'ici considérer qu'il puisse s'agir d'une simple allégeance à une monarchie, laquelle ne l'oublions pas, n'hésite pas à couper les têtes en place publique et à distribuer des coups de fouet à une femme parce qu’elle a été violée, mais qui, il est vrai, vient de recevoir discrètement la légion d'honneur du Chef de l’Etat.
Cependant, pouvons-nous d’un côté critiquer nos représentants de l'Etat et de l’autre côté accepter de l'argent de cette monarchie ? Il est permis de se poser certaines questions ?
A notre niveau, il n’est pas question de s'ingérer dans les gestions communales locales, qui face aux baisses de dotations nationales, cherchent par tous moyens des solutions plus ou moins louables en cette époque difficile obsédée par l'argent.
Pas de jugement non plus, juste quelques interrogations ?
Au matin du 15 Juillet 2016, à la sidération et à la résilience d'après les attentats parisiens dont le Bataclan, c'est en ce matin de réveil douloureux, l'impuissance et la colère qui l'emportent, puis honteusement, les lamentables querelles de élus locaux et nationaux sur les, leurs, responsabilités, alors qu'en ces difficiles heures, nous devrions être tous solidaires autour des victimes, de leurs familles et de notre république qui vient d'être touchée le jour de sa Fête Nationale. L'émotion nous envahit naturellement, puis viennent nos interrogations et questionnements sur notre sécurité nationale mais aussi individuelle. La France est légitime quand elle défend la démocratie, la liberté, la laïcité. Ne doit-elle pas mettre de l'ordre dans ses rangs, choisir son camp en valorisant les gouvernements démocratiques qui fonctionnent sur nos valeurs communes et, ce en interdisant les financements étrangers d'origine entre autres du Quatar et d'Arabie Saoudite. Elle se doit de mener un vrai combat sans succomber à l'amalgame, défendre ses valeurs, ne rien concéder, sinon ce qui a fait sa force sera détruit. Elle ne doit pas vendre son âme pour du pétrole, du business ou de l'argent.
La mémoire de ces 85 morts, 435 blessés, et l'accompagnement de leurs familles ne méritent-ils pas au lendemain de ce 14 juillet une révision de nos méthodes, de nos réflexions et de nos certitudes ?
Est-il convenable de persister en certains choix et attitudes sans risquer un manque de respect flagrant à la souffrance de nos concitoyens ?
Je m'interroge à la lecture de telles attitudes, quant à notre devenir Républicain dans la tourmente qui s'annonce, et à laquelle nous allons devoir, nous élus de proximité et nationaux, répondre de façon claire aux côtés de nos populations, à un moment où nous allons devoir rendre des comptes, sans succomber aux risques de guerre civile où veulent nous pousser les terroristes ?
Terroristes pour qui l'horreur n'a pas de limites, pour preuve ce mardi matin 26 juillet où après les chrétiens d'Orient, c'est l'Eglise catholique de France qui est à son tour la victime dans un de ses lieux de culte, de la barbarie aveugle et sauvage. Depuis cet attentat complétant les atteintes à notre démocratie, j'ai attendu, en vain, une ligne, un mot, un signe dans notre presse locale de cette semaine. Mais face à ce mutisme, ma déception est grande puisqu'il faut le constater aucune réaction n'est venue infirmer, corriger les dires et écrits de la semaine précédente.
Un tel silence m'amène à penser qu'il est plus que temps de s'insurger face à cette intolérable démagogie, la même capable de professer d’insupportables leçons de morale et de transparence.
Le Respect, l’Ecoute, l’Humilité et la défense de toutes nos valeurs républicaines doivent être portées et défendues par tous nos élus à quelque niveau que ce soit.
Ce que je doute face à ce silence
Nous savons "que l'argent n'a pas d'odeur" il a désormais une couleur, celui "du sang de nos nombreuses innocentes victimes"

Vous en souhaitant bonne réception,

Cordialement,

Bernard Soul
Maire de Domfront

(Fin de citation)

Dans cette affaire, le comportement de Christian DEROUET, maire de Lonlay-l'Abbaye, a été irresponsable, lamentable et odieux. Honte à lui !

Observons au passage qu'"Ouest-France", après avoir fait une pub indécente à cet élu aussi abruti que nombriliste, s'est bien gardé de revenir sur le sujet depuis lors.

Quant au "Publicateur Libre", il s'est senti une vocation de censeur puisque le débat, auquel l'attitude de ce maire minable avait donné lieu, a purement et simplement disparu de sa "page Facebook".

La fiabilité de la presse locale sort donc affaiblie de cet épisode qui n'est certes pas à son honneur.

P.S. : Un ami me signale que l'article de Bernard SOUL est également reproduit dans le "Publicateur Libre" du jour. Tant mieux. On attend toujours le réveil d'"Ouest-France".

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 13 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
L'hypocrisie flagrante de "Ouest-France"...

Et c'est ainsi, avec la complicité d'un organe de presse réputé sérieux, d'un maire nombriliste et d'une sénatrice intéressée, que la corruption se propage. C'est pire que de l'inconscience, une véritable folie. Toute trace de dignité disparaît avec de telles pratiques. Dégageons ces élus, désabonnons-nous de ce torchon collabo !

P.S. : Je signale qu'"Ouest-France" a censuré tous les commentaires (sauf un, le suivant, sans doute sauvé par son ton interrogatif : "Où voyez-vous de la transparence ? Cette fondation, vous la connaissez ? Et vous savez qui touche au passage, et combien ?") que je lui avais envoyés sur sa "page Facebook".

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 13 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
Je suis en train de lire un "récit" fort intéressant, "Les croisades vues par les Arabes" d'Amin MAALOUF.

Je suis frappé de constater qu'il y a 900 ans, on se battait déjà dans les mêmes localités qu'aujourd'hui, Homs, Mossoul, etc...

J'apprends également que l'anthropophagie était répandue parmi les troupes emmenées par Godefroy de BOUILLON (dont ma grand-mère FOURCADE prétendait que nous descendrions, ce qui semblerait confirmer que "nobody is perfect" en ce bas monde).

P.S. : Ce bouquin se révèle assez difficile à lire car on s'emmêle les pinceaux entre tous ces noms moyen-orientaux, toutes ces citadelles et tous ces roitelets. J'avoue que je sature un peu.

P.S. 2 (du 15 août) : Terminé. Style pas toujours facile. Le meilleur, d'après moi, est dans l'épilogue :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 15 Aout 2016
Vie du site - Entretien du site - Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Depuis des mois et des mois, il n'y a plus de dialogue entre Carole et moi. Juste ses monologues, heureusement pour moi discontinus. Mais des reproches à n'en plus finir. Toujours, désormais, à propos de notre site favori dont elle n'aura jamais accepté l'existence.

Bien sûr, cette Anastasie si vertueuse, comme chacun le sait bien entendu, ne parle que "pour protéger la famille et notre petite-fille". Car je ne me "rends pas compte" de tout ce que je raconte, de "toute la haine" que je déverse alors que je ne suis qu'un "privilégié".

Non contente de me soûler avec ses récriminations perpétuelles quand elle vient me voir, elle déverse également, à des heures diverses, de longs messages de la même veine sur mon répondeur téléphonique. Ainsi, cette nuit, vers minuit trente, j'ai décroché le combiné pour essayer de l'interrompre alors qu'elle avait relancé sa scie. Ma réponse exprimait le fond de ma pensée, avec un sens de la synthèse que l'on peut qualifier d'indéniable.

Cela tenait en effet en trois mots, je vous laisse deviner lesquels.

P.S. : Une telle correspondante veut toujours avoir le dessus. Elle n'a donc pas manqué de me refaire vibrer les tympans avec le timbre de l'appareil dont elle connaît la stridence. Pour un nouveau sermon dont elle a continué d'encombrer l'enregistreur. Cette fois, je n'ai pas décroché.

Comprendra-t-elle un jour que, si elle ne change pas rapidement de disque, je ne décrocherai plus du tout ?

Cela paraît pourtant simple, n'est-ce pas ?

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 15 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Sur sa "page Facebbok", Michel BERA affiche son score à un test de compétence lexicale : 26 662,5 points. Il ne devait donc pas être mécontent d'être ainsi classé dans le "Top 0,19 %". Une de ses "amies Facebook", normalienne comme lui, fait état de ses 26 977,5 points.

J'ai tenté ma chance : 27 292,5 points, soit une place dans le "Top 0,01 %". Pas trop mal, même si on doit pouvoir trouver mieux.

P.S.: Un calcul rapide me montre que, sous ce rapport, je serais ainsi parmi les 100 premiers Français de mon âge. Ceci ne me semble pas incohérent.

Commencé la lecture d'un roman dont j'ai découvert l'existence grâce à un article du canard que je monopolise lors de mes stations à ma cantine favorite. Il s'agit de "Le mystère Henri Pick" de David FOENKINOS.

Cela parle de la vie d'un écrivain face au monde de l'édition, un sujet qui m'intéresse. Envie rentrée d'écrire un bouquin ? On y viendra peut-être.

Louis HEUVELINE
rédigé le Lundi 15 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Chers Amis,

Vous avez lu l'article de Ouest-France du 14 juillet parlant du Maire de Lonlay-l'Abbaye qui se vante d'avoir obtenu une subvention de l'Arabie Saoudite pour transformer l'ancien presbytère. Il a sollicité et obtenu une subvention de 50 050 euros, et il en est très fier.

Il espère la visite de l'ambassadeur d'Arabie Saoudite l'an prochain. J'ai trouvé cette façon d'agir assez affligeante. Solliciter une subvention auprès d'une dictature, berceau du salafisme qui est responsable de beaucoup de troubles dans le monde.

J'ai écrit au maire de Lonlay pour lui dire mon désaccord.
Vous pouvez lui écrire si vous le souhaitez, je vous joins la lettre que vous pouvez personnaliser. A bientôt,

cordialement.

N.D.L.R. : Je pense qu'il faut effectivement adresser un courrier de ce genre, non seulement à ce maire mais aussi à l'ensemble des membres de son conseil municipal, afin de les placer clairement devant leurs responsabilités.

Et, à propos de la sénatrice qui, cette fois-ci comme à propos de l'Azerbaïdjan, se révèle si prompte à banaliser des financements pour le moins problématiques, rappelons-lui qu'aucun des terroristes qui ensanglantent la France (et la Belgique, entre autres pays frappés par ce fanatisme) n'a (ou n'avait), à notre connaissance, les yeux bridés.

Donc la question se pose : ce maire et cette sénatrice ont-ils besoin d'autres attentats pour stopper ce plaidoyer d'avocate paraît-il si brillante ?

Reparlons-en dans quelques semaines !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 15 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
J'aurai passé la journée à lire le bouquin de FOENKINOS. C'est honnêtement fait mais un peu plat. Un curieux usage des notes en bas de page, peut-être pour donner quelque relief ?

Il aura suffi que je laisse la porte de mon bureau ouverte 5 minutes pour qu'une hirondelle vienne en maculer le badigeon neuf.

Je le signale à Benjamin qui est justement en train de badigeonner l'intérieur du fournil du manoir, tout en écoutant France Inter.

16 août 2016.

Il me dit qu'il vient d'être question à l'antenne des fonds saoudiens si chers au maire de Lonlay-l'Abbaye et à un sénatrice de l'Orne.

P.S. : J'ai écouté l'émission. Cette sénatrice qualifie la personne qui l'a interrogée de "petite dame". Quelle morgue et quel mépris de la part d'une lobbyiste ouverte à des influences pour le moins troublantes...

... et qui se vante d'être un "législateur" (ce qu'elle est aussi, hélas !).

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 16 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Economie - Anecdotes
0
Coup de chapeau à "metlife europe limited - french branch" qui, d'après ce que je constate sur mon dernier relevé bancaire, m'a remboursé, rubis sur l'ongle et à ma première demande, trois annuités de primes d'assurance-vie que j'avais réglées à tort au titre d'un crédit de la Bred remboursé par anticipation.

Je vous avoue que j'avais déjà passé cette somme (de l'ordre de 7 500 €) par pertes et profits. Il y a heureusement des intermédiaires honnêtes.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 16 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Avant qu'elle n'émigre à Vichy (où j'irai la rechercher le 24) pour sa cure annuelle, j'ai donné à ma mère des devoirs de vacances. Je lui ai en effet demandé de nous raconter quelques anecdotes de son enfance ou même de celle de notre petite Julietotte : "le tricycle du curé", "les œufs", un certain "Feuillant coureur de jupons", etc.

Ma mère m'a téléphoné ce matin pour m'apprendre qu'elle était au travail et qu'elle prenait plaisir à rédiger ces souvenirs.

Attendons sa prose !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 17 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Economie - Anecdotes - Références culturelles
0
Si vous désirez comprendre ce qu'est une terre qui meurt, partez donc à la recherche, sur tout le territoire de l'ex-Basse-Normandie, d'un libraire vendant un "Eugène Onéguine". L'envie m'en a pris hier après-midi.

Première étape, le "Leclerc" de La Ferté-Macé ; rien que des Stéphane BERN, Jean-Pierre FOUCAULT et autres littératures de chiottes. Aucun bouquin de la "Pléiade".

Deuxième étape, le libraire de Flers où j'ai acheté dernièrement l'excellent bouquin de Christian MERLIN : chou blanc ; une dizaine de livres de la "Pléiade" se battent en duel sur un rayon.

Troisième étape, l'"Espace culturel (sic) Leclerc" de Flers : "Pouvez-vous m'épeler le nom de l'auteur ?". OK, au suivant !

Quatrième étape, "au brouillon de culture" à Caen : "on peut vous le commander".

Cinquième étape, la "librairie générale du Calvados" à Caen : même refrain.

Sixième étape, la "Fnac" de Caen...

... et là, enfin !

Plus de 200 km en plein cagnard, une après-midi (presque) perdue : je vous le dis, nous vivons une époque formidable !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 17 Aout 2016
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Félicitations à Chantal JOURDAN, députée suppléante de notre circonscription, pour sa réaction parue dans le "Ouest-France" du jour :

Après Bernard SOUL et elle, qui se sont exprimés courageusement, on attend que d'autres élus rendent public leur point de vue dans cette affaire qui dépasse à l'évidence les clivages politiques.