Désultoirement vôtre !

Les Echos
rédigé le Jeudi 23 Décembre 2021
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Opinion | Le masochisme énergétique de l'Europe

L'Europe a lancé en fanfare un « Green New Deal» censé montrer la voie au reste du monde vers la production d'énergie propre. Pour Samuel Furfari, il s'agit d'un défi irréaliste qui risque de coûter cher aux Européens.

L'opiniâtreté de l'UE de saboter son économie au nom d'objectifs climatiques irréalisables restera dans l'histoire comme la cause de la vassalisation envers la Chine et l'Inde du continent qui avait inventé la modernité et la technologie. Il est urgent que l'UE s'arrête dans sa course folle, mais j'ai peu d'espoir que cette décision soit prise. Il nous restera le plaisir dérisoire d'avoir prévenu.

N.D.L.R. : Grave.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 25 Décembre 2021
SVAADE (A.G.) - SVAADE (travaux) - Transmission du patrimoine - Désultoirement vôtre ! - SVAADE
0
Lors de la séance du bureau à laquelle nous assistions avant l'A.G. de la SVAADE, Carole a demandé que le "Bail" soit résilié automatiquement en cas de vente de la Chaslerie. L'idée mise en avant était que l'existence du "Bail" plomberait la valeur vénale du "Bien", un acquéreur éventuel se sentant nécessairement gêné par la présence d'un tiers dans les lieux. Ainsi présentée, cette idée paraît exacte, donc le bureau a suivi, d'autant que je ne m'y suis pas opposé, ceci pour valoriser l'intervention de mon épouse afin qu'elle ne puisse pas se plaindre que c'est moi qui lui impose tout ce montage sans lui laisser voix au chapitre.

A la réflexion, je me dis que cette approche ignore à quel point le montage de l'"usine à gaz" a été difficile, notamment pour moi qui ai dû, de surcroît, opérer dans le brouillard des textes, et fait aussi l'impasse sur tous les services qu'elle peut rendre au nouveau propriétaire, quel qu'il soit.

Donc je rumine en cette journée de Noël une nouvelle rédaction de cette clause du "Bail" qui pourrait disposer que "En cas de vente du Bien ou de décès ou d'incapacité du Bailleur, le Bail se poursuit, sauf si le nouveau propriétaire, à condition qu'il ne soit pas parent au 4ème degré du Bailleur, demande qu'il soit résilié."

De la sorte :
- si le nouveau propriétaire appartient à ma famille, le Bail se poursuit nécessairement, sans que je lui laisse le choix, ce qui aurait pour conséquence que la valeur vénale du Bien au moment où il me relaie s'en ressente nécessairement, dans l'intérêt de ce parent ; je fais en outre l'hypothèse, non triviale à mes yeux, que mon successeur familial soit suffisamment intelligent pour avoir compris les avantages, pour lui, du Bail ;
- si, au contraire, le nouveau propriétaire m'est étranger, alors il a toute latitude pour mettre fin au Bail, une fois cependant qu'il a bien pesé le pour et le contre, dans son cas, de l'existence de l'"usine à gaz".

Derrière tous ces raisonnements, il y a un double constat sans appel :
- qu'en l'état du chantier et du marché immobilier, la vente de la Chaslerie se traduirait pour moi par une énorme moins-value. J'accepte le principe de cette moins-value que, seul, je ne saurais réduire significativement, même en y consacrant toute mon épargne financière résiduelle et la fin de mon existence ; il est même vraisemblable que, parti comme c'est parti, si je persistais à supporter plus longtemps la charge du monument, j'y laisserais nombre de plumes supplémentaires jusqu'à me retrouver carrément à poil et d'autant plus rapidement bon pour l'hospice que ma santé a déjà connu diverses alertes ;
- que mon successeur, quel qu'il soit, "entrerait" à la Chaslerie sur la base d'un prix de revient très bas. Autrement dit que tout se passerait comme dans le cas d'une entreprise fondamentalement saine pour un repreneur mais obérée pour l'actionnaire failli par des dettes considérables. Il y a là matière à opérer ce que les financiers appellent un "coup d'accordéon". C'est-à-dire que je quitterais la scène avec un pécule très inférieur à ma mise mais que, pour le successeur, l'avenir serait beaucoup plus riant. Pour lui en effet, la finalisation du programme de restauration du monument se traduirait, une fois prises en compte les subventions probables et les économies fiscales imaginables, par une mise supplémentaire nette qu'il devrait, lui, retrouver en cas de revente ultérieure.

En clair, l'alternative est simple :
- ou bien mon aîné cesse de faire glisser devant moi l'horizon de son relais éventuel, comme il s'en est fait la spécialité depuis trop longtemps, donc me déclare enfin être prêt à me succéder très rapidement dans ce dossier qui aura été l’œuvre de ma vie ("ma danseuse", selon ce délicieux commentateur),
- ou bien j'enclenche le processus de vente, sur la base d'un prix demandé tenant compte de l'état du marché mais dans le haut de la fourchette, donc sans précipiter les choses nécessairement ; je le fais dès que je dispose de l'étude préalable que l'on sait, qui fournira aux candidats acquéreurs le descriptif professionnel de l'état des lieux et le devis détaillé du programme de travaux restant à mener, dans l'hypothèse du moins où l'acquéreur retenu n'en rabattrait pas sur le souci, qui aura été permanent pour moi, que les travaux soient menés "dans l'intérêt du monument" et en veillant au respect constant de la "qualité FOURCADE".

En résumé et alors que je deviens septuagénaire, j'ai pris mon parti du fait que, dans tous les cas de figure, la fin de la récréation sera très bientôt sonnée.

Pour moi, le temps de la patience est révolu.
Je m'étais promis d'aller fureter du côté de chez Alain DURANTE, au logis de Chaligny, c'est chose faite.

Il paraît que c'est moi qui lui avais fourni la clé pour financer son rêve, en lui décrivant mon montage pour l'achat de la Chaslerie, lors d'un voyage en train vers Nancy où nous allions acheter une charge d'agent de change. Mais lui a su, depuis trente ans et en y consacrant beaucoup moins de fonds que moi, restaurer l'entièreté de son impressionnante propriété (par la taille, le charme austère et les finitions) et la transformer en écrin bucolique de brillantes animations culturelles.
Très grand bravo à lui !
Il est certain que son sens de l'organisation et son goût sont très supérieurs aux miens.

Je retiens particulièrement les boiseries d'époque d'un petit salon...

30 décembre 2021.

... le plafond récent de son grand salon (dont on pourrait s'inspirer au premier étage du logis de la Chaslerie)...

30 décembre 2021.

... les boiseries neuves en peuplier de la salle principale de la tour où il loge à la mauvaise saison...

30 décembre 2021.

... et le plafond très récent de la même pièce (qui, par son coffrage de poutres médiocres, pourrait servir de modèle à celui de mon futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves") :

30 décembre 2021.


Accueil très chaleureux d'Alain, pourtant non prévenu de notre passage. J'espère qu'il aura l'occasion de venir en Normandie.

Pour sa suite, Alain, célibataire et sans enfant mais désormais octogénaire, a d'ores et déjà résolu d'en passer par une vente. Il paraît que son voisin et ami William CHRISTIE envisage de créer une fondation pour gérer la même question à son logis du Bâtiment, aperçu du bord de la route, comme le personnage venu contrôler des travaux sur un ilot de maisonnettes du même village, mais ce second logis vendéen m'a beaucoup moins plu.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 3 janvier 2022 17:37
À : Nicolas Delaval - CLAI
Cc : (...)
Objet : RE: Replay du colloque du Cérémé "quel mix électrique pour la France à l'horizon 2050-2060 ?"

Excellent travail.

Je diffuse sur mon site www.chaslerie.fr

Cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : Nicolas Delaval - CLAI
Envoyé : lundi 3 janvier 2022 17:26
À : CEREME-CLAI
Objet : Replay du colloque du Cérémé "quel mix électrique pour la France à l'horizon 2050-2060 ?"

Bonjour,

Le Cercle d’Étude Réalités Écologiques et Mix Énergétique (Cérémé) a organisé, le 9 décembre dernier, un colloque à l’Assemblée nationale sur le thème « quel mix électrique pour la France à l’horizon 2050-2060 ? », auquel vous vous êtes inscrit.

Nous tenions à vous informer que les captations sonores des tables rondes de ce colloque sont désormais disponibles en replay sur la chaîne Youtube du Cérémé aux liens suivants :

Discours introductif de Xavier Moreno, président du Cérémé - YouTube

Table ronde 1 : programmation pluriannuelle de l'énergie d'avril 2020 : une impasse avérée ? - YouTube
Table ronde 2 : limites et nuisances des énergies renouvelables intermittentes - YouTube
Table ronde 3 : Relance du nucléaire : acceptabilité et enjeux industriels - YouTube
Conclusion de Xavier Moreno, président du Cérémé - YouTube

Vous pouvez également visionner, sur la chaîne Youtube du Cérémé, les interviews vidéo de 12 des intervenants ayant participé à ce colloque :

Colloque du Cérémé - Xavier Moreno - YouTube
Colloque du Cérémé - Bruno Ladsous - YouTube
Colloque du Cérémé - Olivier Appert - YouTube
Colloque du Cérémé - Michel Doneddu - YouTube
Colloque du Cérémé - Valérie Faudon - YouTube
Colloque du Cérémé - Bernard Accoyer - YouTube
Colloque du Cérémé - Louis Gallois - YouTube
Colloque du Cérémé - Jean-Louis Ricaud - YouTube
Colloque du Cérémé - Brigitte Pistre - YouTube
Colloque du Cérémé - Fabien Bouglé - YouTube
Colloque du Cérémé - Yves d'Amécourt - YouTube
Colloque du Cérémé - Jean de Kervasdoué - YouTube

N’hésitez pas à les diffuser largement autour de vous et sur vos réseaux sociaux !

Nous vous souhaitons une très bonne année 2022.

Bien cordialement,

L’équipe du Cérémé.

Nicolas Delaval
Consultant senior

CLAI a déménagé ! Merci de noter notre nouvelle adresse :

CLAI - 63 rue La Boétie, 75008 Paris
+33 6 58 29 21 15
nicolas.delaval@clai2.com
www.clai-communications.com
Membre du réseau international SEC Newgate

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 3 janvier 2022 16:59
À : Patrice CAHART
Cc : 'Denis de la Burgade' <d.delaburgade@scp-mdlb.fr>
Objet : RE: Dossier SPPEF & AUTRES c/ PREFET DE LA MANCHE - demande n° 442953 - 015490 - DLB / TT

Idem pour moi.

PPF

___________________________________________________________________________________

De : Patrice CAHART
Envoyé : lundi 3 janvier 2022 16:56
À : 'Pierre-Paul Fourcade' <penadomf@msn.com>
Cc : 'Denis de la Burgade' <d.delaburgade@scp-mdlb.fr>
Objet : RE: Dossier SPPEF & AUTRES c/ PREFET DE LA MANCHE - demande n° 442953 - 015490 - DLB / TT

De mon point de vue, c’est parfait.

Patrice

____________________________________________________________________________________

De : Denis de la Burgade [mailto:d.delaburgade@scp-mdlb.fr]
Envoyé : lundi 3 janvier 2022 10:14
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : Patrice CAHART
Objet : Dossier SPPEF & AUTRES c/ PREFET DE LA MANCHE - demande n° 442953 - 015490 - DLB / TT

Cher Monsieur,

Merci de ce retour et de vos bons vœux. A mon tour, je vous adresse mes meilleurs vœux pour 2022.

Voici dès à présent le texte complété, pour tenir compte de vos remarques et de celles de M. Cahart qui me lit en copie. Les compléments sont en rouge.

Sauf avis contraire de votre part, c’est ce texte que je déposerai mercredi 5 janvier prochain.

Votre bien dévoué,

Denis DE LA BURGADE
Docteur en droit
Avocat associé auprès du Conseil d’Etat et de la Cour de cassation

d.delaburgade@scp-mdlb.fr
SCP MARLANGE-DE LA BURGADE
Avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation
5, rue Daunou / 75002 Paris
T : 01 53 63 33 10 / F : 01 45 48 90 09
E : contact@scp-mdlb.fr / W : https://www.scp-mdlb.fr

(Fin de citation)
La scierie Foulon ferme définitivement et dénonce une « course folle qui n’a ni queue ni tête »

Plus d’un siècle d’existence, 111 années pour être précis. C’est à cet âge éminemment honorable que la scierie Foulon, située à proximité de Saint-Omer dans les Hauts de France, va mettre la clé sous la porte au soir du 31 décembre 2021. Il ne s’agit pas d’une problématique financière, comme l’assurent les deux entrepreneurs et frères Florent et Fabrice Foulon : « tout va bien pour nous. Il ne s’agit pas d’une faillite, personne n’est malade », affirment-ils dans un message Facebook publié sur le compte de leur entreprise, le 6 décembre.

Les deux frères mettent en avant deux éléments pour expliquer cette décision radicale. Tout d’abord, la difficulté de trouver de la matière première adéquate. « L’immense majorité des bois français s’en vont à l’étranger. USA ou Chine, au choix. Dans les Hauts de France, c’est plutôt nos amis chinois qui raflent la mise », expliquent-ils, pointant du doigt les « méthodes d’achat pour le moins agressives » des USA. Quant à la Chine, « vous voulez rigoler ? » écrivent-ils, avant de rappeler qu’elle a « décrété un moratoire sur l’abattage des arbres pendant 99 ans. Pendant quasiment un siècle, les Chinois n’exploiteront pas leurs forêts. Inutile de préciser que cela ne s’applique pas aux forêts des autres pays ».

La scierie Foulon en veut à l’État. Les auteurs du texte rappellent qu’elle a financé pendant des décennies le Fonds Forestier National, une contribution financière destinée au reboisement et à l’entretien des forêts nationales. « On nous a taxés pour avoir de belles forêts, qui sont maintenant revendues à l’étranger » soulignent-ils amers, évoquant un État qui ignorerait les scieries de taille intermédiaire : « Les seuls lots proposés sont généralement des frênes malades ou des épicéas scolytes. Inutilisable en scierie, destinés au bois de chauffage ». Au point d’en arriver à cette aberration ou « il est plus facile pour nous de trouver de l’iroko du Cameroun, que du douglas des Hauts de France… »

Les coûts explosent depuis un an. Non seulement sur certaines essences « le coût a quasiment triplé », mais il s’accompagne de « délais en forte hausse » et d’une « qualité qui n’a jamais été aussi mauvaise ». Acheter du Sapin rouge « revient à jouer au trader », sans garantie des dates de livraison et de gage de qualité. « Qui veut jouer à la roulette russe ? », interrogent les deux frères qui en tirent cette conclusion lapidaire, la fin de leur entreprise : « agir de la sorte nous permet de nous “retirer” de cette course folle qui n’a ni queue ni tête ».

Le 8 juin dernier, la Fédération nationale du Bois tirait la sonnette d’alarme via une pétition pour dire « STOP aux exportations massives de grumes ! ». Face à la captation des arbres par la Chine et les USA, elle avait prévenu : « Ne vous trompez pas, la crise d’approvisionnement des scieries est d’une violence jamais connue à ce jour et ne fera que s’exacerber dans le futur ». Cette crise risquait de se matérialiser par la condamnation d’« une filière » et « mettre en danger le secteur des artisans, de la construction, de la logistique ». La fermeture de la scierie Foulon est la matérialisation du cri au secours lancé six mois auparavant.

Cette scierie vit donc son dernier jour. Pour mieux revenir un jour ? La fratrie ne l’exclut pas, mais pas à n’importe quel prix. « Il serait suicidaire de reprendre dans 6 mois. Il faut une remise en cause profonde de la gestion des forêts en France, dans les niveaux les plus hauts de l’État ». Sans passer par un protectionnisme sur le bois de France et une préservation de ses essences — notamment le chêne — il est peu probable de revoir la scierie Foulon.

N.D.L.R. : Gestion publique.
lefigaro.fr
rédigé le Vendredi 7 Janvier 2022
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Présidentielle : 12 militants entament une grève de la faim pour «l'union à gauche»

L'eurodéputé Pierre Larrouturou et d'autres militants exhortent les candidats de gauche à s'unir à travers la «primaire populaire».

N.D.L.R. : Mourir pour TAUBIRA, comment diable ne sommes-nous pas plus nombreux à en avoir rêvé ?

N.D.L.R. 2 (à 19 h 30) : Aux dernières nouvelles, cette "grève de la faim" durerait deux jours.

Donc des clowns, juste des clowns !
Message envoyé, via leur site internet, à l'association des architectes du patrimoine : "Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour que soient inscrits sur le tableau des architectes du patrimoine ceux qui ont obtenu leur diplôme en septembre dernier ? Et qu'est-ce qui justifie ce retard ?"

P.S. (à 14 heures) : La secrétaire générale de cette association me répond que l'"Ecole de Chaillot" ne lui a pas encore transmis la liste de ses derniers diplômés.

Ceci peut paraître assez curieux pour un diplôme d'Etat conférant un monopole.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 12 Janvier 2022
Lobbying - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Vie de l'association
0
La lutte contre l'émission de gaz à effet de serre telle que l'Allemagne y oblige la France, en coulant son industrie nucléaire et en polluant ses paysages avec des éoliennes, est une véritable escroquerie intellectuelle !


Honte aux élus qui acceptent de se coucher devant de tels diktats, voire de s'enrichir grâce à de telles inepties !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 12 Janvier 2022
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine
0
Il ressort d'un courriel que mon aîné m'a adressé ce matin qu'il progresse dans sa compréhension des contraintes et autres particularités de la détention d'un monument historique comme la Chaslerie.

Il m'indique en effet préparer une simulation financière "pour qu’on puisse avoir une discussion concrète sur la suite".

Je lui ai donc ouvert mes comptes.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 13 Janvier 2022
SVAADE (travaux) - Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - SVAADE
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 13 janvier 2022 19:20
À : Me Xavier MEYER
Cc : Hugues HOURDIN ; C. F. ; T. F.
Objet : RE: Modification Article IX du bail à la SVAADE.

Cher Maître,

Merci pour cette réécriture d'une clause où la brièveté de la rédaction avait à tort été préférée à l'exactitude juridique.

Ci-joint la version "2-quinquies" du Bail qui en résulte.

Pour ce qui concerne l'aspect testamentaire, il sera temps d'en traiter lorsque mon aîné aura suffisamment avancé, dans ses réflexions en cours (à condition qu'elles ne durent pas trop longtemps), pour que nous puissions acter notre accord sur son "relais" (ce que, comme chacun le sait, je souhaite aussi tôt que possible désormais).

Bien cordialement,

PPF

___________________________________________________________________________________

De : Me Xavier MEYER
Envoyé : jeudi 13 janvier 2022 15:15
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : Modification Article IX du bail à la SVAADE.

Cher Monsieur
Comme convenu, je vous propose infra une nouvelle rédaction de la modification que vous souhaiteriez pour le deuxième alinéa de l'article IX du bail :

Article IX - RESILIATION

... (inchangé) ...
Le présent bail se trouverait résilié de plein droit dans les hypothèses suivantes :
- Dissolution de l'association "Preneur",
- Incapacité de l'une ou l'autre des personnes composant le "Bailleur" à ce jour, comme de leurs ayants cause pour quelque titre que ce soit dans cette qualité par la suite,
- Décès de l'une ou l'autre des personnes composant le "Bailleur" à ce jour, comme de leurs ayants cause pour quelque cause que ce soit dans cette qualité par la suite, mais, seulement dans le cas où leur succession ne comporterait aucun héritier acceptant en ligne directe descendante.
Il est en outre convenu que pour le cas de vente par le "Bailleur" aux présentes, comme par ses ayants cause à quelque titre que ce soit dans cette qualité par la suite, de plus de soixante-dix pour cent (70%) de la Surface Hors Œuvre Brute (SHOB) des bâtiments loués, l'acquéreur, sauf s'il est un descendant dudit "Bailleur", pourra, si bon lui semble, expulser le "Preneur" en vertu du présent bail et conformément à l'article 1743 du Code civil, à condition cependant d'exercer cette faculté dans les six mois de la date de l'acte authentique de vente. Dans ce cas, ledit "Bailleur"alors vendeur pourrait devoir au "Preneur" une indemnité de résiliation qui serait déterminée conformément aux stipulations ci-après convenues.

... (inchangé) ...

J'espère que cette clause vous donnera satisfaction, dans la mesure où elle permettra de se libérer du bail dans la situation difficile où l'instigateur de " l’œuvre La Chaslerie" ne serait plus en mesure de la diriger pleinement en cas d'incapacité, de maintenir ladite œuvre par le bail en cas d'héritier en ligne directe appelé, comme successeur à la personne, de poursuivre cette œuvre et d'en favoriser fiscalement la transmission par une valeur vénale louée, et dans la mesure où l'acquéreur ne serait pas un héritier présomptif devant être en tant que tel appelé à poursuivre l’œuvre de son auteur, de pouvoir vendre libre, l'acquéreur pouvant dans un certain délai opter entre la fin du bail ou non, selon son intérêt à continuer l’œuvre de son vendeur.
Je me permets d'ajouter à votre endroit qu'une disposition testamentaire pourrait instituer légataire particulier l'un de vos enfants, pour lui permettre, si cela s'avérait judicieux et désiré, de recueillir avec certitude le bien objet de l’œuvre sans être soumis à l'aléa d'une indivision et d'un partage avec des cohéritiers. Dans la mesure où le bien objet de l’œuvre a été apporté à une société, le legs porterait sur les parts sociales correspondantes (il faudrait alors examiner la clause d'agrément prévue aux statuts afin de la modifier le cas échéant en vue de ne pas faire dépendre un tel legs de l'avis des associés). Enfin, il conviendrait alors de réfléchir si un tel legs serait stipulé simplement rapportable, c'est à dire seulement attributif en nature et imputable sur la vocation successorale du légataire, ou s'il devrait être préciputaire (soit hors part), ce qui serait le cas à défaut de stipulation particulière.

Restant à votre disposition, pour en parler, je vous prie de croire en mes sentiments les meilleurs.

X. MEYER

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 15 Janvier 2022
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0


Donc, si je comprends bien, le débat parlementaire en cours (pass vaccinal et "Français, je vous emmerde !") n'est rien d'autre que le battage médiatique habituel du Jupiter-de-mes-deux...

Plus que jamais, roi de la com' = roi des cons, CQFD !
Front Populaire
rédigé le Samedi 15 Janvier 2022
Lobbying - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Vie de l'association
0
L’Allemagne veut quadrupler le nombre d’éoliennes sur son territoire d’ici 2030

ARTICLE. Sans grande surprise, l’Allemagne n’a pas su respecter ses engagements en matière d’émission de CO2. Mais le tout nouveau ministre fédéral de l’Économie et du Climat du gouvernement Scholz, Robert Habeck, entend accélérer la transition énergétique de son pays. Sa proposition phare ? Quadrupler le nombre d’éoliennes d’ici 2030…


Le bilan climatique d’Angela Merkel est loin d’être aussi bon que ses promoteurs veulent bien le dire. C’est en substance ce qu’a estimé le tout nouveau ministre fédéral de l’Économie et du Climat, Robert Habeck, en conférence de presse ce mardi 11 janvier. « Même avec un changement de cap immédiat », les objectifs annuels pour 2022 et 2023 seront manqués, a-t-il affirmé. Graphique à l’appui, le vice-chancelier estime que l’Allemagne partait « avec un retard considérable », pour atteindre en 2030 l’objectif fixé de 65 % de diminution des émissions de CO2 par rapport à 1990. Pour combler cet écart, le pays désormais mené par le social-démocrate Olaf Scholz devra tripler sa baisse moyenne actuelle d’émission et passer de 15 à 40 millions la réduction annuelle de tonne de CO2 émise. Une véritable révolution, alors que l’énergie verte issue du nucléaire — à savoir 8,1 GW pour 2020 — est appelée à disparaître outre-Rhin en 2022.

L’Allemagne va donc devoir passer à la vitesse supérieure. Le nucléaire étant devenu industria non grata, le charbon — il en aura fallu du temps ! — également, le ministre écologiste se tourne vers les énergies renouvelables. En 2030, celles-ci devraient couvrir 80 % de la demande d’électricité, soit deux fois plus qu’en 2021 (42 % d’après les premières estimations), avec pour objectif la neutralité carbone en 2045. Alors, Robert Habeck entend s’appuyer massivement sur l’énergie solaire, mais surtout, sur l’éolien terrestre.

Les implantations d’éoliennes allemandes représentent aujourd’hui une surface équivalente à 0,5 % du territoire allemand. Jadis florissant, l’éolien terrestre y stagne. Entre 2018 et 2019, il n’en a été installé que +1,3 % de puissance supplémentaire. Loin, donc, des +18,2 % affiché entre 2016 et 2015. Le ministre fédéral de l’Économie et du Climat entend bien donner un coup de fouet à cette industrie qui devra, d’ici 2030, multiplier par quatre sa surface. En d’autres termes : réserver 2 % du territoire allemand aux éoliennes terrestres, soit 7 147 km2. À titre de comparaison, cela équivaut à passer d’une surface équivalente de 17 à 68 fois Paris en six ans. Ou réserver une surface équivalente en superficie au Maine-et-Loire (15e département le plus étendu de France) aux éoliennes et à ses sols bétonnés.

Paradoxalement, l’écologie politique, particulièrement vigoureuse outre-Rhin, milite donc pour une artificialisation massive des sols et contre l’avis (la santé ?) des habitants. Face à la gronde populaire naissante en Allemagne, la Bavière avait tenu à instaurer une règle stricte : une distance minimale équivalant à 10 fois la hauteur d’une éolienne entre cette dernière et les habitations. Pour imposer son quota de 2 % d’éolienne sur chaque Land, Robert Habeck est partisan d’une ligne ferme : « Partout où des règles de distance préventive sont en place, elles devront disparaître ». Deux lois climats sont prévues pour Pâques et pour cet été, mais une chose paraît sûre : l’avenir de l’Allemagne sera éolien. Quoi qu’il en coûte.

N.D.L.R. : Inquiétant. Pendant ce temps, le gouvernement achève de couler EdF.
Un courriel de mon correspondant à la région Normandie m'apprend que les obstacles à la mise en route de l'"usine à gaz" n'y existent plus. Je l'en remercie vivement.

Il faut désormais trouver des solutions, en liaison avec la D.R.A.C., aux problèmes soulevés par les projets de contrats de l'architecte pressenti.

Bref nous progressons mais le chantier n'est pas encore (toujours pas) prêt à redémarrer.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 31 Janvier 2022
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
De plus en plus fort, le "Service des retraites de l'Etat" m'écrit aujourd'hui, au timbre du trop fameux "Mr NOREPLY", que je suis "sur la file des agents toujours en activité et non des pensionnés". Pourtant ça doit faire près de cinq ans que, tous les mois, ils me versent ma pension de retraite.

En fait, je leur demandais pourquoi ce virement vient d'être réduit de plus de 150 € par mois alors qu'ils ne m'ont prévenu de rien et que leur site censé permettre d'imprimer les bulletins de pension est inexploitable, au moins par moi qui n'ai pas dû faire assez d'études.

(Début de citation)

De : Service des Retraites de l'Etat <ne_pas_repondre@dgfip.finances.gouv.fr>
Envoyé : lundi 31 janvier 2022 15:43
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : Re: [Ticket#2022012910003186] Informations droits retraite - DIR

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES
Service des Retraites de l'État
Pôle Conseil Retraites
10, boulevard Gaston Doumergue
44 964 NANTES Cedex 9
retraitesdeletat.gouv.fr/

Référence à rappeler : Ticket n° 2022012910003186
Dossier concernant : Pierre-Paul FOURCADE
Votre NIR : 152013523800595

Monsieur,


Par message du 29 janvier 2022, vous m’interrogez sur la baisse du montant de votre pension.


Vous êtes pensionné de l’État, je vous invite à effectuer votre demande auprès des services suivants :

- Par message électronique via le site retraitesdeletat.gouv.fr rubrique "retraité">je contacte mon régime

- Par téléphone au 09.70.82.33.35 du lundi au vendredi de 8h30 à 17h (heures métropolitaines).

En effet, vous êtes sur la "file" des agents toujours en activité et non des pensionnés.


Dans un souci d'amélioration de la qualité de nos services, je vous invite à compléter l'enquête de qualité suivante :

https://www.galileo.finances.gouv.fr/index.php/496975?lang=fr

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

Le conseiller retraite
S. Vong

Des appels frauduleux usurpant l'identité de l'administration et de ses agents ont été constatés par le Service des retraites de l'état (SRE), le plus souvent pour obtenir des renseignements personnels tels que adresse et RIB.
Soyez extrêmement prudents et sachez que les experts retraite du SRE ne demandent jamais de coordonnées bancaires par téléphone.

Vous pouvez également consulter le site www.retraitesdeletat.gouv.fr pour toutes demandes d'informations complémentaires concernant les retraites de la fonction publique d'état.

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 1er Février 2022
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Le professeur MEJEAN, rencontré hier en consultation à l'"hôpital européen Georges Pompidou", m'a donné rendez-vous dans deux mois. On verra alors si je continue à supporter la pommade à base de corticoïdes qu'il m'a prescrite en novembre. A défaut, il faudra opérer.

Mon premier est un combustible.
Mon deuxième est un combustible.
Mon troisième est un combustible.
Mon quatrième est un combustible.
Et mon tout est une déclaration que mon âme poétique pourrait m'inspirer si l'opération a lieu.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 1er Février 2022
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin - Anecdotes
0
Francis m'a ramené ce matin Guguss bloqué de l'arrière-train. Il me dit ne pas comprendre ce qui a pu se passer.

P.S. (à 14 h 30) : La vétérinaire de Domfront a diagnostiqué une hernie discale. Je rentre de Caen où j'ai déposé Guguss sur son conseil. On en saura plus ce soir après un scanner qui nécessitera qu'il soit endormi, de sorte qu'il devra rester à la clinique vétérinaire d'Epron jusqu'à demain matin au plus tôt.

Sacré Guguss, bête de race !

P.S. (à 19 h 15) : Les nouvelles du soir ne sont pas bonnes. Ce n'est pas une hernie discale mais Guguss souffre de naissance d'une dizaine de pathologies sur la colonne vertébrale, dues aux excès des croisements de sa lignée. En particulier, trois vertèbres thoraciques sont collées, la TH12 broyée par les deux autres (mon interlocuteur parle de "magma"). Une intervention chirurgicale serait envisageable mais avec un pronostic assez médiocre. On essayera donc d'alléger ses douleurs par ostéothérapie et balnéothérapie si on trouve un centre de rééducation dans le secteur. Sinon, on lui donnera des antalgiques.

J'irai le récupérer demain matin. Mon petit compagnon a à peine trois ans.