Charpente-couverture

En vue de préparer la réunion de chantier de demain à laquelle participeront notamment le conservateur régional des monuments historiques et l'ingénieur en charge du dossier de notre manoir favori, j'ai entrepris de relire tous les messages de notre site favori, du moins ceux apparus sous l'onglet "Architecture-M.O." depuis que je dialogue avec Arnaud PAQUIN. Cela en fait près de 400, une paille.

Je trouve que tout cela vieillit assez bien et je retrouve des dates utiles ainsi que le compte rendu des évolutions de mes préoccupations et priorités de chantier. A part depuis cinq semaines, et pour une raison que je qualifie - peut-être à tort - d'indépendante de ma volonté, on n'a certes pas chômé ici.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 20 novembre 2018 09:31
À : Arnaud Paquin Architecte
Cc : (...)@culture.gouv.fr; carolefourcade3@(...); T.F.
Objet : RE: Chaufferie projet Fourcade

Cher Monsieur,

Mon souci est d'avancer sous couvert d'autorisations administratives mais, pour autant, de conserver une grande souplesse de manœuvre pour me permettre de gérer au mieux mes autres contraintes (financière, fiscale, familiale, et de disponibilité des artisans, pour ne citer que les plus évidentes).

Donc je suis plus à même de définir les travaux pour lesquels je souhaite des dossiers en ordre que d'en préciser le calendrier de réalisation qui dépend de nombre de facteurs dont certains m'échappent, au moins largement. Vous pouvez néanmoins être assuré que, tant que je vivrai, je veillerai à avancer dans la réalisation de ce programme, le plus vite possible à mon échelle et sans, pour autant, en rabattre jamais sur la qualité des travaux.

Il va sans dire que je souhaiterais procéder avec votre soutien diligent, tant pour la mise au point des dossiers requis que pour le suivi des réalisations.

Sur le fond, je souhaiterais donc que vous prépariez dans les meilleurs délais des dossiers complets de demande d'autorisation (et, si possible de subventions, en veillant à optimiser celles-ci) pour des travaux dans les zones suivantes :

1 - abords immédiats :
- drainages le long de la façade Ouest du colombier de manière à limiter les risques de nouveaux dégâts des eaux ;
- fossés (à reboucher) pour amener les tuyaux de pompage des forages et autres fluides au rez-de-chaussée du colombier ;
- relations avec "Enedis" pour l'installation d'un transfo permettant le "tarif jaune", de manière à en minimiser le coût et l'encombrement visuel ;
2 - colombier : en se calant sur votre esquisse de juillet 2018, les 3 pièces superposées, y compris la restauration des menuiseries extérieures ainsi que la redéfinition des sols et plafonds pour un chauffage si possible par le sol, et plus particulièrement :
- au rez-de-chaussée : le cloisonnement en vue d'implanter la chaufferie centrale et local d'autres impedimenta techniques (pièce calibrée pour l'installation prévue à terme pour l'ensemble du manoir), une salle de bains avec baignoire et, si possible, un wc indépendant de la SdB ; une cuisine ;
- au 1er étage : des boiseries sur les murs avec reconstitution de la cheminée massacrée dans les années 1950 ; je signale que l'appui de granit de la fenêtre Sud est particulièrement mal en point ;
- au 2ème étage : la restitution des trous de colombes sur le mur Nord où il n'en reste que des vestiges à la suite des travaux des années 1950 ; la substitution de pierres aux briques de béton et autres matériaux inappropriés aux embrasures de fenêtres autorisés dans les années 1950.
3 - reste de l'aile de la belle-mère :
- menuiseries extérieures des lucarnes des anciennes écuries ;
- travaux indispensables au pied du mur Ouest pour le rendre étanche ;
4 - tour Louis XIII : les deux portes extérieures, mortes en l'état, celle du bureau à l'étage et celle du rez-de-chaussée qui nécessitera de plus une intervention en maçonnerie ;
5 - cour : la menuiserie de la porte du fond de la cour (accès direct à l'arrière-cour) ;
6 - bâtiment Nord : la menuiserie de la porte entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour ;
7 - logis : murs, sols et plafonds des pièces du rez-de-chaussée (y compris dans les tours, y compris la problématique d'isolation thermique) ainsi que dans la moitié Nord du 1er étage, et plus particulièrement :
- dans la salle-à-manger : la restauration des granits des embrasures de fenêtres ; enduits sur les murs ; au sol, un revêtement à déterminer de manière à permettre le chauffage par le sol ; au plafond, substituer un plafond approprié à l'horreur actuelle datant des années 1950 ;
- dans le salon : même problématique au sol ; isolation thermique au plafond plus revêtement solide au sol de la pièce au-dessus du salon (la "pièce dévastée") de manière à en permettre l'usage le plus vite possible comme garde-meubles ; aux murs, boiseries du modèle de la cheminée retirée du "salon de la belle-mère" à la suite des dégâts des eaux que vous savez ;
- rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest ; aménagement de mon bureau-bibliothèque (...) ;
- rez-de-chaussée de la tour Nord-Est : je ne suis pas encore en mesure de préciser le futur usage de cette pièce où mon épouse penserait installer sa cuisine ; le mur Nord est humide, y prévoir une cloison légère avec aération et incorporation de l'évier de la Julinière ;
- 1er étage de la tour Nord-Est : ce sera à terme une salle-de-bains avec baignoire ; prévoir les réservations pour fluides ;
- 1er étage de la tour Sud-Ouest : idem l'autre tour ; restauration des latrines massacrées au ciment dans les années 1950 ; éliminer des murs le ciment des années 1950 ;
- chambre au-dessus de la salle-à-manger : restaurer enfin les poutres en souffrance au plafond ; implanter la cheminée Renaissance de la Julinière, y compris sa niche de granit.

Je suis conscient du fait que tout cela peut donner, en première lecture, c'est-à-dire superficiellement, l'impression d'un inventaire à la Prévert. Mais cela tient à la nature-même du monument et, surtout, à son état intérieur actuel. Et je rappelle que nombre de ces demandes commencent à être anciennes puisque, par exemple, je réclame en vain, depuis une bonne dizaine d'années, le changement de poutres à l'étage du logis.

Dans ce programme, la "colonne vertébrale" technique qui dicte et conditionne l'enchaînement des travaux est constituée par la mise en place de la chaufferie centrale. Une autre "colonne vertébrale" serait l'"escalier-en-facteur-commun" de l'aile Ouest mais j'exclus, pour des raisons évidentes, de pouvoir le faire réaliser un jour, même sur la base de votre esquisse, pourtant très intéressante, de juillet 2018 ; donc l'accès aux pièces des étages du colombier devrait continuer, sauf miracle, de s'effectuer de mon vivant par l'horrible et stupidissime escalier actuel, tel qu'autorisé et réalisé dans les années 1950.

Il convient également de ne pas briser l'élan du programme de restauration des menuiseries extérieures du logis mis en place non sans mal, du moins vu de mon côté.

Au-delà de ces considérations et au total, les urgences les plus criantes sont, je le rappelle une nouvelle fois :

- la porte entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour (...) ;
- tout ce qui touche aux moyens d'empêcher les dégâts des eaux dans l'aile de la belle-mère et de remédier aux graves désordres constatés (y compris par la fourniture du rapport maintes fois demandé pour l'assureur) ;
- pour des raisons techniques, l'aménagement du rez-de-chaussée du colombier ;
- pour des raisons pratiques, le sol de la "pièce dévastée" au 1er étage du logis ; afin de permettre les autres travaux, il est indispensable que je puisse y disposer un complément de garde-meubles sans en abîmer le sol, actuellement très fragile ;
- pour des raisons administratives, les lucarnes du colombier.

Viendraient ensuite :

- pour des raisons d'habitabilité enfin, le rez-de-chaussée du logis et le reste du colombier.
- la pièce au-dessus de la salle-à-manger du logis.

(...)

Bien cordialement,

PPF

_________________________________________________________________


De : Arnaud Paquin Architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Envoyé : mardi 20 novembre 2018 07:36
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : RE: Chaufferie projet Fourcade


Bonjour M. Fourcade,

Bien reçu,

Pour information, notre rendez-vous de vendredi est compromis. Je suis convoqué en IDF pour une signature de marché, ce qui va d’ailleurs être très compliqué en raison du mouvement gilets jaunes.

L’idéal est que vous couchiez sur le papier le secteur et les éléments de projet concernés par l’autorisation à déposer, avec ébauche (s) de phasage et qu’on en reparle par téléphone.

Bien cordialement,

Arnaud PAQUIN architecte D.P.L.G.
architecte du Patrimoine DSA Chaillot.
2, rue du Collège 50300 AVRANCHES
Tél. 02 50 26 01 32
arnaudpaquin.architecte@gmail.com

_________________________________________________________________


De : Pierre-Paul Fourcade [mailto:penadomf@msn.com]
Envoyé : lundi 19 novembre 2018 17:30
À : Arnaud Paquin Architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>; T.F.
Objet : TR: Chaufferie projet Fourcade

Pour info.

Encombrement de la chaufferie centrale, d'après l'artisan que j'ai retenu.

Bien cordialement,

PPF

_________________________________________________________________


De : Ludovic ANTOINE <ludo.antoine@hotmail.fr>
Envoyé : lundi 19 novembre 2018 15:45
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : TR: Chaufferie projet Fourcade

_________________________________________________________________

De : maxime.laine@lemasson.fr <maxime.laine@lemasson.fr>
Envoyé : lundi 19 novembre 2018 09:44
À : ludo antoine
Objet : Chaufferie projet Fourcade

(Fin de citation)
Christian a pris l'initiative, hier, de mettre tout seul à l'abri, à l'aide du "Valtra", les deux poutres de la Julinière qui croupissaient à même le sol, au Sud de la charretterie. Les voici désormais à l'abri dans ce bâtiment :

20 novembre 2018.

20 novembre 2018.

20 novembre 2018.

Les deux poutres de la Julinière ont été placées au-dessus des deux poutres récemment retirées du rez-de-chaussée de notre colombier favori.

De même, il a nettoyé les plates-bandes de l'avant-cour, un travail dont se chargeait habituellement Carole qui aura assez largement déserté notre manoir favori cette année.

Ce matin, Christian m'explique de nouveau qu'il refuse de me montrer le cahier où je lui ai demandé de marquer ses heures de travail. Il invoque la confiance qui doit régner entre nous et ajoute, non sans raison, qu'il pourrait inscrire n'importe quoi sur son cahier. En tout état de cause, il convient qu'il récapitule pour moi les heures de travail qu'il a effectuées pour d'autres, au nom de l'APIJOMM.
Dans le prolongement de mon récent courriel lui indiquant quelles sont mes priorités de chantier, j'ai invité aujourd'hui Arnaud PAQUIN à déjeuner à ma cantine favorite. La réunion a duré près de deux heures et a permis de préciser mon programme de travaux - du moins mes ambitions en la matière -. J'ai insisté sur les questions de calendrier et marqué mon souhait que toute la phase paperassière soit au plus tôt derrière nous. Il est prévu qu'Arnaud PAQUIN rédige rapidement son compte rendu de la réunion de chantier du 15 novembre dernier et revienne vers moi avec un projet de contrat organisant notre coopération.

Arnaud PAQUIN a bien compris que notre chantier favori est très lourd pour mes épaules (sans oublier mes poches) et que je suis susceptible de devenir angoissé, comme encore récemment, pour cette raison ; il m'a recommandé de prendre du recul, par exemple en effectuant une retraite dans un certain cadre (il a cité à ce propos le nom d'Ignace de LOYOLA). Quand je lui ai dit que j'étais Béarnais d'origine, il a demandé si j'avais des attaches protestantes ; je comprends qu'il trouve ma tournure d'esprit plus empreinte de rigueur que de grâce, ce en quoi je ne saurais lui donner tort, bien entendu.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 21:57
À : Arnaud Paquin Architecte
Cc : T.F.
Objet : RE: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Je viens de réviser et de compléter le texte de mon message en ligne. Tout cela est en train de devenir beaucoup trop difficile pour moi. Je n'en peux plus de toutes les contraintes auxquelles je devrais faire face pour continuer à avancer à ce stade. Cela est devenu impossible, je suis prêt à jeter l'éponge. Et advienne que pourra !

_______________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 13:39
À : Arnaud Paquin Architecte
Objet : Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Cher Monsieur,

Pour info : https://www.chaslerie.fr/blog/message/44994

Pourriez-vous contacter (...) pour apprendre comment interpréter cette lettre ?

Par ailleurs, "Enedis" vient de m'appeler à l'instant pour l'histoire de transfo que vous savez. Ils voulaient encore me coller des appareillages visibles à l'extérieur de la charretterie. J'ai dit à mon interlocutrice (06 78 73 59 07) que vous alliez déposer une demande de permis de construire pour mes travaux et que le volet "Enedis" serait réexaminé avec eux à ce moment.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 29 Novembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Charpente-couverture - Menuiserie - Logis
1
Pour la 3ème fois en moins d'une semaine, Christian est absent sans m'en avoir prévenu. Je ne comprends pas son comportement. Cette série d'incidents n'est pas la première, loin s'en faut, même si, jusqu'à présent, j'avais passé l'éponge.

Je précise que cet employé est payé pour 35 heures de travail par semaine. Comme il refuse de tenir son cahier de présence ainsi qu'il y est pourtant tenu contractuellement, il me met dans l'impossibilité de vérifier, avec les moyens dont je dispose, qu'il n'abuse pas de la situation. En l'état du dossier, ceci n'est plus tolérable pour moi.

Je lui ai donc envoyé un S.M.S. de demande d'explication. Il a répliqué, d'abord en prétendant que c'est à moi de me présenter à lui et non à lui de me rendre des comptes puis, quand je l'ai prié de ne pas inverser les rôles, par un message de menace.

Dont acte.

S'il réapparaît demain, il ne devrait pas être surpris de recevoir en main propre un certain courrier lui donnant un peu de temps pour réfléchir.
Depuis un an, on sait que je rame pour tâcher de rééquilibrer le programme de travaux en le fondant sur de bonnes bases (comme la priorité au chauffage central) et en l'adaptant à mes moyens. Je m'appuie, pour ce faire, sur divers interlocuteurs, dont un architecte du patrimoine et des artisans avec qui j'espère poursuivre des relations de travail apaisées et confiantes. Il en va de même pour mes contacts avec la D.R.A.C.

Je ne puis, à l'inverse, me laisser pourrir la vie par des intervenants qui adopteraient face à moi un comportement dont j'estimerais sereinement qu'il dépasse les bornes.

Je me rappelle l'avoir expliqué à mon cadet il y a quelques mois, alors qu'il m'exhortait à renouer avec un architecte du patrimoine au comportement incorrect (de même que "Salvador Dali = Avida Dollars", cet individu était apparu digne du sobriquet "Ferme à bifton").

Ces jours-ci, je me trouve devant le même type de choix à propos d'un salarié pour le moins rétif.
Tout bien pesé de mon côté, je suis prêt à tirer toutes conséquences de son attitude si, comme il ne me l'a déjà que trop souvent affirmé, il persiste à refuser de s'amender.

En particulier, que quiconque soit bien convaincu qu'il ne sera pas dit qu'à mon âge, je serais prêt à entamer une carrière de pétochard face au chantage, quel qu'en soit l'objet.

A bon entendeur, salut !
A l'évidence, certains souhaitent connaître la suite de l'histoire :


La voici : Christian m'a envoyé hier, un peu avant 8 heures du matin, un S.M.S. m'indiquant qu'il ne reviendrait pas avant lundi.

La lettre recommandée est donc partie à l'ouverture du bureau de poste, l'entretien préalable étant prévu le lundi 10 décembre 2018 à 10 heures.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 3 Décembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Charpente-couverture - Menuiserie - Logis
0
En ce lundi matin, Christian a souhaité me voir. Il m'a confirmé refuser de me montrer le cahier sur lequel il note ses heures de présence et refuser de me prévenir quand il s'absente. Il continue à prétendre que je crée le problème en ne lui faisant pas confiance. Il m'a engagé à lui trouver un successeur, ajoutant qu'entre "le chômage" et les chantiers qu'il trouvera, il n'y aura aucun problème pour lui. Il souhaite seulement éviter le contentieux.

Je lui ai répondu que l'entretien préalable est dans une semaine, ce qui lui laisse le temps de réfléchir. Quant à moi, ai-je ajouté, je serai désormais intransigeant sur la fourniture du cahier de présence ainsi que sur la nécessité qu'il me prévienne avant ses absences. Bien entendu, je ne vois là aucun problème de manque de confiance de ma part, seulement mon droit d'employeur d'exercer un contrôle normal sur le travail de l'employé, ainsi que je l'ai toujours fait, sans que cela n'ait posé le moindre problème, pour chacun des prédécesseurs de Christian. Agir autrement équivaudrait pour moi à signer des chèques en blanc, ce qui est évidemment exclus.

Il souhaite que l'on se donne le mois pour se quitter. De mon côté, il me paraitrait inutile de ne pas nous en tenir au calendrier légal.

Voici en tout cas l'état des lieux, tel que photographié hier soir :

2 décembre 2018.

Avec toute cette agitation, j'ai oublié de rendre compte du passage de "Netto-Décor-Propreté" hier après-midi.

6 décembre 2018 à 13 h 46.

6 décembre 2018 à 13 h 48.

L'intervention a duré 75 minutes et a permis de pulvériser sous pression, dans la chapelle puis dans les deux étages supérieurs de la tour Louis XIII, cet insecticide :

6 décembre 2018 à 14 h 21.

Mon intention est de ne pas rouvrir ces bâtiments avant plusieurs jours afin de laisser ce produit faire effet.
Christian a souhaité me voir à 8 h 30 ce matin alors que nous avions rendez-vous à 10 heures. Portant un pansement à un bout de doigt, il m'a affirmé qu'il devait être considéré en congé de maladie aujourd'hui.

Je lui ai proposé de tenir notre réunion sur le champ. Il l'a accepté et j'ai donc abordé le fond de notre différend en lui demandant une nouvelle fois d'adopter une attitude compatible avec son statut de salarié. Il a confirmé son refus de me communiquer le cahier sur lequel il doit, comme stipulé par son contrat de travail, noter ses heures de travail. Il accepte toutefois de me prévenir désormais en cas d'absence. La conversation a tourné de façon telle que nous n'avons pas évoqué ses menaces.

Je lui ai en effet recommandé de réfléchir une dernière fois à la nécessité de tenir le cahier. Mais il l'a refusé et a déclaré que, puisque, d'après lui, je ne lui fais pas confiance, il arrêtait là notre collaboration. Il m'a ensuite demandé de lui régler son salaire de novembre, calculé sur la base de 35 heures de travail par semaine, ainsi que 19,10 € de frais sur factures. J'ai voulu lui rembourser ces frais mais ai confirmé que, pour le salaire, j'ai besoin du cahier afin de vérifier qu'après ses nombreuses absences sans qu'il m'en ait prévenu, il ne cherche pas à se faire payer des heures non effectuées.

Il est alors parti en refusant le remboursement immédiat des frais et en me disant : "c'est donc la guerre !".
Vérification faite à 9 h 30, Christian paraît bel et bien avoir abandonné le chantier. Il n'a même pas pris la peine de fermer la porte du colombier derrière lui :

10 décembre 2018.

Voici le spectacle sous les combles du colombier. Il a tout laissé en désordre, se bornant à enlever la scie électrique qui lui appartient :

10 décembre 2018.

10 décembre 2018.

10 décembre 2018.

10 décembre 2018.

Il a quasiment achevé son travail au niveau du panneau central du brisis Est...

10 décembre 2018.

... mais, outre les quatre terrassons, le brisis Nord reste à traiter...

10 décembre 2018.

... de même que tous les encadrements de lucarnes et plus de la moitié du brisis Ouest :

10 décembre 2018.

Le rayon de soleil de ce matin fait ressortir que, pour l'entretien des allées et des massifs de fleurs, il a, malgré mes instructions, utilisé du "Round-Up" :

10 décembre 2018.

10 décembre 2018.

Sans vouloir me livrer ici à un inventaire des reproches qui pourraient être formulés (ce n'est pas le lieu de le faire ni, d'ailleurs, mon intention présente), je puis seulement indiquer que, malgré mes multiples demandes, y compris récentes, il n'a toujours pas mis à l'abri diverses pièces de bois peu décoratives...

10 décembre 2018.

10 décembre 2018.

... ni davantage avancé dans son travail sous la charretterie.

Si, comme cela me semble probable, il ne réapparaît plus ici, il faudra que je trouve une solution pour remédier à la désorganisation résultant de son comportement, tant pour les chantiers en cours ou prévus que pour la pérennité-même de l'APIJOMM. Je me verrais mal en particulier entamer une carrière de jardinier ou, encore moins, d'homme toutes mains durant ma 68ème année.
Hier comme depuis lundi dernier, Christian en était à parfaire les angles des premiers brisis traités :

19 décembre 2018.


Pour la suite, je lui ai demandé de se préparer à s'occuper de la taille de formation et de l'élagage des boisements en étudiant certains comptes rendus des premières séances du FOGEFOR auquel j'avais participé il y a déjà quatre ans. Les messages pertinents commencent au n° 18144. mis en ligne le 31 mars 2015. Je pense que Christian pourrait s'en tenir à ce stade au message n° 18165.
Bonjour !
J'ai trouvé la fuite, elle vient de la lucarne, le couvreur n'a pas à intervenir. Je peux réparer.
Bon courage et bon Noël !

21 décembre 2018.

21 décembre 2018.

21 décembre 2018.

N.D.L.R. (à 18 h 15) : Merci beaucoup !
Tout va bien pour moi !
Joyeux Noël !

Franck LIEGEAS avait déjà réagi à mon appel à l'aide. Merci à lui aussi et tous mes vœux pour lui et sa famille, sans oublier Roland BOUSSIN !
Notre troquet favori à Bagnoles, du côté du "Cetlos", celui où l'on servait un chocolat chaud excellent car allongé de maïzena, a fermé du fait du départ à la retraite des tenanciers coutumiers. La réouverture est prévue en mars sous un autre pavillon. Carole et moi avons donc dû, hier après-midi, passer à notre choix n°2, une pâtisserie après le marchand de journaux. Et, là, autour d'un chocolat moins bon que dans l'ex-troquet favori, Carole m'a reproché que ma liste du 20 novembre soit "trop compliquée". Comme moi, elle s'interroge en effet sur les meilleurs moyens de débloquer notre chantier favori, encalminé depuis trop longtemps.

Je trouve curieux ce souci de vouloir ramasser en un minimum de points un tel chantier. Déjà la D.R.A.C. me l'avait demandé lors de sa visite du 15 novembre dernier. Dans son principe, l'idée paraît simple et de bon sens. Mais, en pratique, ça ne marche pas, en tout cas pour moi.

Toutes ces personnes, dont je ne mets nullement en doute les bonnes intentions, ne comprennent pas que j'ai besoin de pouvoir me lancer constamment dans plusieurs directions à la fois, par simple souci de ne pas me retrouver coincé par l'un des multiples contretemps qui ne manquent pas de surgir à tout moment pour des raisons étrangères à ma volonté. A commencer par la disponibilité des artisans ou les découvertes inopinées comme il en arrive à tout bout de champ en de multiples domaines. J'ai aussi et surtout des rythmes à respecter, le fiscal n'étant pas le moindre, loin s'en faut, qui m'obligent à avancer vaille que vaille, contre vents et marais si nécessaire : à ce seul titre, je dois pouvoir maintenir une vitesse de croisière à peu près constante et ce n'est pas un mince effort au milieu de tous les obstacles entre lesquels je passe ma vie à godiller.