Chapelle

Premières vérifications :

1 - Me fondant sur les plans à ma disposition, j'avais coutume de dire et d'écrire que la Chaslerie compte 2 400 m2 de surface hors oeuvre brute (S.H.O.B.).

Le tableau de la page 172 et dernière de la dernière transmission du cabinet PAQUIN m'apprend que le bon chiffrage est 2 504,23 m2, ceci sans tenir compte des deux fournils dont l'étude en question n'évoque l'existence que marginalement (sauf dans le "Diagnostic sanitaire").

2 - De même, je prétendais qu'il n'y a à la Chaslerie que 65 m2 habitables toute l'année.

Le même tableau me confirme ce chiffre, sachant que je ne retiens que les pièces du bâtiment Nord chauffées par la vieille chaudière actuelle, c'est-à-dire que je ne tiens pas compte de la cuisine ni de la "buanderie". Pour bien faire, il faudrait ajouter à ce décompte la surface du fournil de la ferme, bâtiment équipé d'un chauffage électrique par le sol.

Bref les données que je fournissais à propos des surfaces n'étaient pas grossièrement fausses, ce dont je n'étais pas persuadé avant ces vérifications sur la base des bonnes mesures.

P.S. (à 18 heures) : Le total des m2 potentiellement habitables du tableau de la page 172 omet à tort la ferme. En corrigeant cet oubli, on arriverait à quelque chose de l'ordre de 1 700 m2, soit un tiers de moins que la surface S.H.O.B.

Ce résultat ne me surprend guère en raison, d'une part, de l'importance des combles, notamment dans le logis et dans les diverses tours, d'autre part du jeu de la "loi Carrez", par exemple dans le "bâtiment Nord".
Lucile BOURDIN-NORGEOT m'a transmis ce soir une nouvelle mouture des parties I à III du projet d'"étude de diagnostic d'ensemble" que l'on sait :
- Préambule.
- Relevés du logis et de l'aile Ouest.
- Relevés de l'aile Nord et des dépendances.
- Etude historique et patrimoniale jusqu'à la Révolution.
- Etude historique et patrimoniale depuis la Révolution.
- Etude historique et patrimoniale - Plans de chronologie relative.
- Diagnostic sanitaire des abords.
- Diagnostic sanitaire des bâtiments sur cour.
- Diagnostic sanitaire des dépendances.

Je viens d'imprimer en recto-verso le fichier en question sur du papier A3 puis j'ai relié sommairement ces 222 pages (à comparer à 172 dans le version précédente car on a cherché à aérer le document de manière à en rendre la lecture plus confortable) :

25 mai 2024.


Je trouve ainsi qu'avec cette nouvelle version, on a nettement progressé en termes de lisibilité. Mais je m'aperçois qu'il reste diverses petites corrections à apporter, la plus importante étant, à première vue, le renvoi du texte de la page 147 juste après la page 126.

Quoi qu'il en soit, je vais pouvoir, sur cette base ainsi qu'à partir des éléments reçus le 28 avril dernier, remodeler le texte des parties IV et V puis rédiger ma version de la partie VI.

Avec un peu de chance et encore beaucoup de travail, on devrait ne pas être loin de pouvoir mettre un point final à cette "étude de diagnostic d'ensemble" en temps utile avant l'A.G. de La SVAADE programmée pour le 13 juin prochain.