Cave

Afin de savoir le nombre de versions successives de l'étude de diagnostic d'ensemble sur lesquelles nous avons travaillé, je me suis efforcé de les retrouver dans mes archives.

Voici le résultat de la pêche :
- 6 septembre 2023.
- 29 septembre 2023.
- 14 novembre 2023.
- 9 décembre 2023.
- 20 décembre 2023.
- 15 janvier 2024.
- 14 mars 2024.
- 22 mars 2024.
- 26 mars 2024.
- 5 avril 2024.
- 22 avril 2024.
- 14 mai 2024.
- 22 mai 2024.
- 6 juin 2024.
- 17 juin 2024.
- 28 juin 2024.
- 17 juillet 2024.

Je ne suis pas sûr que cette liste de 17 versions soit exhaustive. Elle donne néanmoins une idée du travail considérable qui a été accompli. De ce travail, je suis extrêmement reconnaissant à l'en tous points excellent Arnaud PAQUIN et à ses collaborateurs, notamment Lucile BOURDIN-NORGEOT. Face à moi, tous deux auront constamment fait preuve d'une patience angélique, il n'en fallait pas moins.

A ce stade, il ne devrait plus y avoir qu'une nouvelle version, la finale.

La principale différence entre la version finale et celle du 17 juillet dernier devrait porter sur l'inclusion d'un avant-propos et d'une préface. Deux personnalités éminentes, Pierre TOUBERT et Patrice CAHART, m'ont en effet donné leur accord de principe pour prendre en charge ces contributions exceptionnelles. Je les en remercie très vivement.

Certes, il n'est pas coutumier que les études de diagnostic soient ainsi placées sous le patronage de personnalités éminentes qui s'expriment en plus de tout ce qui a été expliqué et avancé par l'architecte du patrimoine mandaté. Bien évidemment, il n'y a là nulle volonté de contraindre ceux dont c'est le métier d'approuver ou pas les études de diagnostic menées sur des monuments historiques.

Mais, dans la mesure où le diagnostic d'ensemble de la Chaslerie est destiné à être, en quelque sorte, mon testament spirituel à propos de ce monument où j'aurai tant œuvré, cet apport, sollicité par moi, ne m'est pas apparu incongru.

A titre secondaire, j'ajoute que le choix des diverses citations placées en exergue des différentes parties du document est également de moi. Faire intervenir de grands auteurs dans un document au départ technique est également inhabituel. Il ne m'a toutefois pas semblé inutile de suggérer ainsi dans quel état d'esprit et sous quel éclairage je recommanderais de lire - d'étudier, pourrais-je même préciser - ce document.

P.S. (à 7 heures 30) : S'il me lit, Patrick TIMSIT sera sans doute stupéfait d'être qualifié de grand auteur, à côté d'EPICTETE ou de CHURCHILL.

Mais on voit l'idée...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Electricité - Cave
0
Le plombier Régis FOUILLEUL est passé me voir avant-hier.

Je lui ai demandé de réfléchir aux contraintes techniques de son intervention dans la cave, une fois que l'électricien en aura fini.

Il a en particulier examiné où il pourrait faire passer ses principaux tuyaux, notamment ceux d'évacuation.

Le fait est que, depuis 33 ans que la cave est en restauration, des réservations ont été faites mais je ne sais plus où ni comment. Et il n'était pas prévu au départ que la salle de bains de l'étage se trouve à l'Est du bâtiment.

Il va falloir que j'aille rechercher des photos dans mes archives. Je doute d'avoir documenté le dossier quand il l'aurait fallu.

Tout cela augure de difficultés d'autant qu'à l'époque lointaine où j'ai souhaité traiter le sol du rez-de-chaussée du bâtiment, j'y avais fait couler, en toute incompétence, une dalle de béton. Et pas de l'allégé, contrairement à que j'avais fait faire ensuite à l'étage...

(A suivre)
J'ai commencé cette après-midi à relire, stylo en main, les parties I à IV de l'"étude de diagnostic d'ensemble" dans la version du 17 juillet dernier.

Je vois encore des trucs à corriger ou à améliorer. Pas moins de 5 sur la seule page 83.

C'est quand même sidérant d'être pinailleur et perfectionniste à ce point. Je n'en reviens pas et en suis confus.