Bâtiment Nord

Enfin, le travail a pu reprendre à la Chaslerie après l'enneigement le plus long que j'y ai connu depuis 1991 : nous avons ainsi pu parachever la maçonnerie du dernier pignon de la charretterie, celui qui est le plus proche de la chapelle. Dans son atelier de l'autre bout du département de l'Orne, Roland BOUSSIN vient de commencer à restaurer les principales poutres de cet édifice, de manière à pouvoir prendre le relais sans trop perdre de temps.

Par ailleurs, j'ai passé commande des tuiles et des ardoises nécessaires pour la couverture des écuries. La réglementation étant ce qu'elle est, la Chaslerie risquait de perdre le bénéfice de subventions de l'Etat pour ces travaux si je n'étais pas capable de produire de factures à ce sujet avant juillet prochain. Compte tenu des délais de certains fournisseurs, j'ai préféré ne pas courir ce risque.

Le tour d'horizon sera complet quand j'aurai indiqué attendre toujours la pose de grilles sur la façade Nord du bâtiment Nord. Le forgeron me dit que cela ne saurait tarder.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 23 janvier 2010
Maçonnerie-carrelage - Charpente-couverture - Abords, Avenue, terrasse - Bâtiment Nord - Charretterie - Météo
0
La restauration de la maçonnerie de la charretterie vient d'être achevée. Le stock des dernières pierres déposées il y a un an entre la charretterie et le manoir a enfin disparu. En revanche, le sol trop meuble rend impossible, dans l'immédiat, le déplacement des pierres entreposées au Sud de la charretterie ; il faudra, pour cela, attendre des jours meilleurs.

On commence ainsi à bien se rendre compte de ce que sera l'avant-cour quand le couvreur aura fait son ouvrage. Tout cela aura beaucoup changé au cours des dernières années, après les décennies d'incurie que l'on sait.

Le chantier de maçonnerie se déplace donc vers le fournil de la ferme. Encore un bâtiment en très mauvais état, où il faudra effectuer des travaux lourds de maçonnerie, de charpente et de couverture. Voilà de quoi nous occuper dans les prochaines semaines, étant entendu que, si le temps reste clément, nous pourrions également nous affairer sur les enduits intérieurs du bâtiment Nord du manoir.

Quitte à passer pour un cuistre, je viens d'apprendre que les lichens qui envahissent ici les tuiles et les troncs sont des "Xanthoria parietina", lichens hétéromères foliacés comme nul ne devrait l'ignorer, n'est-ce pas ? Je ne sais si mes études actuelles de biologie à la fac de Caen me serviront un jour à mieux comprendre la faune et la flore de la Chaslerie. Je me dis qu'au moins, ça ne peut pas faire de mal.

Quoi qu'il en soit, j'ai fait abattre cette semaine deux arbres, un chêne près de la charretterie et un érable près du fournil de la ferme, dont la proximité de la façade Nord de ces bâtiments favorisait à l'évidence la multiplication de ces lichens.

A dire vrai, la "présence" de ces bâtiments est tellement forte, dès ce stade de leur restauration, que la disparition de ces arbres peut, à mon avis, ne pas être notée, même par les familiers des lieux.

Pour le reste, les travaux se poursuivent, gênés par le temps (neige encore, ce matin). Cette semaine, à la charretterie, le sol a été décapé et deux trous ont été creusés pour couler les fondations des piliers de soutènement de la couverture. Au fournil de la ferme, il y a eu un grand nettoyage de printemps ; autrement dit, le chantier peut désormais démarrer sur de bonnes bases ; il faut sans doute compter deux mois de travail sur la seule maçonnerie. Sur le bâtiment Nord du manoir, l'étanchéïté des fenêtres a fait l'objet de soins particuliers, de sorte que les grilles pourront être posées dans les prochains jours, j'espère.

En ce qui concerne les plantations, Bernard a coupé les branches des pommiers et poiriers qui, à l'Ouest de la ferme, étaient envahies de gui (Viscum album, de la famille des Loranthaceae, of course).

Enfin, je viens de mandater une entreprise spécialisée pour combattre les souris et les mouches dans la tour Louis XIII, notamment dans mon bureau. Il paraît que le traitement est efficace. On verra bien car ce commensalisme envahissant devient un tantinet agaçant.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 7 février 2010
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Logis - Bâtiment Nord - Aile "de la belle-mère" - Economie
0
@ Sébastien WEIL :

Laurent NEVOUX et moi avons échangé des courriels.

Je dois cependant reconnaître que je me hâte lentement.

D'abord, parce que, comme relaté dans la rubrique "Journal du chantier", j'ai déjà mandaté un autre expert qui devrait me rendre ses conclusions mi-2010.

Ensuite, parce que mon programme de travaux pour 2010 (et même 2011) est déjà bien chargé, les aléas boursiers ne m'incitant d'ailleurs pas à pousser encore les feux.

Encore une fois cette année, neige et gel aujourd'hui.

Nous avons donc opté pour des travaux intérieurs et préparé des palettes de tuiles pour Roland BOUSSIN à partir de mes stocks entreposés dans l'écurie. En effet, d'après ce que m'a expliqué Roland, il y aurait, du côté de Limoges, un petit groupe de potiers - au moins cinq - qui, forts de leur savoir-faire en matière de porcelaine, produisent des "tuiles périgourdines" du même modèle agréé pour les monuments historiques mais chacun d'une teinte différente. Avant de les poser sur une toiture, il convient donc de les panacher. D'où cette intervention d'aujourd'hui.

Une fois ce travail terminé, une porte de récupération a été installée pour occulter le local de la petite chaufferie actuelle du manoir, donnant sur l'arrière-cour. Enfin, le matériel du chantier et les tracteurs ont été entretenus.

Pendant ce temps, Bernard a continué d'élaguer la haie bordant la propriété le long de la route départementale.

La vie du chantier ne s'est cependant pas arrêtée là.

Sébastien LEBOISNE est venu de Saint Symphorien-des-Monts, commune manchote dont il est le maire, placer deux fenêtres de sa fabrication, l'une à la nouvelle lucarne du bâtiment Nord réalisée l'été dernier par Roland BOUSSIN, l'autre sur le trou de la grande salle du rez-de-chaussée du même bâtiment Nord, trou que je prenais à tort, comme raconté ici précédemment, pour une meurtrière. Puis Sébastien a posé des moulures, du meilleur effet, dans le dressing du 1er étage du bâtiment Nord, et procédé à diverses menues réparation de menuiserie au manoir.

Quant à Laurent NEVOUX, spécialiste du chauffage au bois recommandé par Sébastien WEIL, il a, dans l'après-midi, pris connaissance des besoins et possibilités de la Chaslerie en ce domaine. Il est en effet possible que l'expert mandaté l'été dernier pour préconiser le meilleur mode de chauffage (bois, géothermie ou autre) fasse faux bond, ce que je regretterais. Il semble à ce jour que cet expert ait perdu notre chantier de vue. Affaire à suivre.

Après Thibaud qui m'a rendu visite il y a quinze jours, Carole, de passage ce week-end malgré le froid, a pu examiner les travaux réalisés depuis le début de l'hiver.

Entrée sur mes pas dans le bâtiment Nord, elle a tardé à se rendre compte que des grilles venaient d'y être posées aux fenêtres. Cela prouve que, contrairement à ses craintes initiales, je ne suis pas en train de transformer la Chaslerie en prison. Ceci m'encourage à poursuivre ma politique de pose de grilles sur les ouvertures. Prochaine étape donc, la façade Est. Carole ne parcourt jamais ce site internet et je ne lui ai rien dit de ces travaux, donc elle aura la surprise de la réalisation de ces protections avant l'été, j'espère.

De même, bien qu'elle ait observé avec intérêt l'avancement des maçonneries de la charretterie et du fournil de la ferme, elle n'a pas détecté, avant que je ne le lui explique, que j'avais fait disparaître le chêne sous lequel elle garait habituellement sa Twingo, ni l'érable qui, pourtant, dissimulait le fournil il y a encore quelques jours.

Bien sûr, elle trouve qu'avant de m'attaquer au fournil de la ferme, j'aurais dû enfin privilégier l'habitabilité de deux chambres dans le bâtiment Nord. Je n'ai, bien entendu, sur ce point, d'autre argument à lui opposer que ce que j'appelle "la logique du chantier"...

Enfin, elle a beaucoup apprécié que j'aie fait repeindre l'intérieur de diverses fenêtres dans des pièces dites d'habitation. Elle estime que cela devrait rendre plus agréables à vivre, à la belle saison, ces pièces pourtant non encore chauffables en l'état du chantier.

J'ai acheté aujourd'hui, sur les conseils de Maxime, une mini-pelleteuse d'occasion (modèle de 1999, 3250 heures au compteur) de marque Pel Job, de 2,5 tonnes (le poids est l'indicateur pertinent de puissance), destinée à faciliter les terrassements à la Chaslerie, qu'il s'agisse de drainages ou de tris de pierres. Nous disposons en outre d'une écurie de trois tracteurs, dont l'un, puissant, est doté d'une benne. Autrement dit, nous commençons à être bien équipés pour la prochaine phase de travaux.

Maxime profite de ses congés scolaires pour entretenir tout le matériel. Il a ainsi rapporté aujourd'hui le gyro-broyeur dont il a remplacé les couteaux, révisé les fixations et sur la caisse duquel il a soudé une tôle destinée à renforcer une partie rouillée.

Eric OLIVIER, l'électricien-plombier-chauffagiste basé à Romagny qui intervient à la Chaslerie, est venu discuter avec moi des prochaines implantations de prises électriques, interrupteurs et autres radiateurs dans sept pièces du bâtiment Nord. Les installations antérieures ont en effet été déposées pour vétusté. Une fois ces travaux réalisés, la restauration de ce bâtiment se poursuivra par les enduits intérieurs.

En contrebas du Pournouët, Thierry BOURRE a replanté des cannes de jonc pour donner une idée de l'implantation des futurs poiriers. Cela ne correspond pas tout à fait à ce que j'avais demandé mais nous allons planter ces arbres en suivant ses préconisations. L'expérience a en effet montré qu'en matière d'arbres, il est difficile d'avoir la science infuse et il est toujours temps de compléter.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 mars 2010
Journal du chantier - Electricité - Bâtiment Nord
0
J'ai laissé sur le répondeur de l'électricien un message faisant part de mon vif mécontentement à propos de ses employés. Sans égard pour le travail du maçon ni pour l'intégrité du bâtiment Nord, ceux-ci, chargés d'implanter des prises et des interrupteurs, ont en effet utilisé une scie circulaire très puissante pour frayer à leurs câbles un chemin direct en massacrant des pierres de parement intérieur de différents murs.

Ce comportement est inacceptable. Je n'y vois rien de moins qu'une forme de bestialité que je ne peux tolérer sur ce chantier. J'ai donc signalé à l'électricien que j'attendais ses propositions de compensation. Faute de réponse satisfaisante, je ne manquerai pas de lui chercher un remplaçant.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 4 avril 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Charpente-couverture - Electricité - Bâtiment Nord - Ferme et son fournil
0
Acheté hier chez un voisin un lot de pierres, de linteaux de portes et de fenêtres, ainsi que des solives qui pourront servir à la restauration du fournil de la ferme de la Chaslerie.

A l'occasion de cet achat, j'ai remarqué sur une porte du bâtiment dont seront extraites ces pierres (pour percer une ouverture permettant le passage d'un tracteur) un linteau sculpté en granit, de qualité manoriale.

Compte tenu de la proximité de l'endroit, il ne serait pas surprenant que ce linteau provienne de la Chaslerie, vraisemblablement d'une porte d'un bâtiment disparu (le fameux bâtiment Nord, à l'intérieur de la cour ?). J'ai testé l'hypothèse auprès de mon voisin : il m'a regardé d'un oeil malicieux. Et, comme il est intelligent, nous arriverons peut-être à nous mettre d'accord pour que je récupère ce granit.

Par ailleurs, étant toujours sans nouvelles de l'électricien, je lui ai téléphoné. Il se déclare d'autant plus content du travail de ses employés qu'il ne l'a même pas vu encore. Il était en congé et ne peut revenir sur place avant huit jours. Cela ne l'empêche pas d'estimer que j'aurais dû signaler mon souci de préserver les pierres. Se poserait donc pour moi la question de savoir si, en l'état du chantier et compte tenu des efforts manifestes déployés depuis 19 ans, certaines vérités ont encore besoin d'être explicitées pour atteindre certains esprits.

Bien entendu, si un visiteur du site connaît un bon électricien dans le pays, je lui serais reconnaissant de me le signaler. Outre la qualité du travail, j'attache aussi de l'importance au respect des calendriers.

Enfin, pour répondre à une question de Pascal à propos de la chaux à employer pour enduire les murs à l'intérieur du bâtiment Nord, j'ai interrogé mon ami Marc CHALUFOUR. Selon lui, la chaux éteinte du commerce est de bonne qualité et il n'y a nul besoin d'éteindre soi-même de la chaux vive. Pascal craignait le danger de l'opération. Le voici donc rassuré.