Autres nouvelles associations

Les prix de l'électricité en France battent de nouveaux records

Les prix de gros pour 2023 atteignent ce vendredi plus de 1000 euros le mégawattheure. Il y a un an, les prix étaient d'environ 85 euros le mégawattheure.

N.D.L.R. : Il faudrait que ceux qui ont favorisé un tel désastre, en se faisant les chantres, les promoteurs ou les complices de politiques énergétiques ineptes, en répondent personnellement.
A mon avis, ils devraient être passibles de condamnations en France pour trahison envers l'intérêt national.

A titre d'exemple chez le puissant voisin, cette une du "Canard Enchaîné" d'avant-hier :

Chers Amis,

Alors que le Président Emmanuel Macron va réunir demain un conseil de défense énergétique, le prix de marché de l'électricité ne cesse d'exploser en raison de la forte demande en gaz due à la faible production en Europe et en particulier en Allemagne des éoliennes intermittentes et à la baisse des livraisons russes.

Pour rappel, nous sommes passés d'un prix de marché de l'électricité à 32 euros le mégawattheure en 2020 à 1.000 euros le mégawattheure à échéance 2023 soit une multiplication par 30.

Cela va avoir des répercussions considérables sur la facture électrique des foyers et des entreprises.

Voici le lien vers mon entretien au Figaro qui fait un point d'étape de cette situation.

Et comme d'habitude, n'hésitez pas à la diffuser massivement à vos proches et sur les réseaux sociaux.

ON NE LÂCHE RIEN !

Fabien Bouglé
@FabienBougle
Expert en politique énergétique
06 82 86 22 14
Auteur des livres
"Eoliennes la face noire de la Transition écologique" (éditions du Rocher mis à jour 2022) et
"Nucléaire les vérités cachées" (éditions du Rocher octobre 2021)
Vice-Président de la Fédération Environnement Durable
Fédération Environnement Durable
rédigé le Mardi 20 Septembre 2022
Vie de l'association - Lobbying - Autres nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Communiqué de presse
Paris le 20/09/2022

Ordres aux préfets. Accélération de l’éolien terrestre

Dans une circulaire, datée du 16 septembre, court-circuitant les députés et les sénateurs, quatre ministres, dont Agnès Pannier-Runacher et Christophe Béchu ordonnent aux préfets de « mettre en place toutes les actions requises » pour accélérer l’instruction des dossiers en cours concernant l’éolien terrestre ce qui représente plusieurs milliers de machines.

En des termes à la limite de la menace, ils exigent qu’aucune instruction n’excède vingt-quatre mois.

Dans chaque département et région, les préfets sont invités à transmettre à l’exécutif, « sous deux mois, puis tous les trois mois », plusieurs informations, dont la liste des projets en cours d’instruction depuis plus d’un an et une « analyse sur le délai de la procédure au cas par cas », assortie de propositions pour réduire la durée d’instruction.

Il leur est également ordonné de " délivrer sans délais" les autorisations accordées en application d’une décision de justice ».

Visant les maires ruraux de très nombreuses régions qui ne veulent plus d’éoliennes, ils appellent enfin à la « plus grande vigilance » des préfets à l’égard de « certains documents d’urbanisme qui introduisent des interdictions générales et absolues d’implantation de projets renouvelables, notamment de parcs éoliens ». Ceux-ci devront faire l’objet d’un « contrôle de légalité attentif.

Le gouvernement, se veut par ailleurs « informateur, sensibilisateur et facilitateur face à un discours anti-ENR parfois virulent »

Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net
tel 06 80 99 38 08

N.D.L.R. : La Macronie est une tyrannie.