Aspects juridiques

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 29 avril 2017
Vie du site - Aspects juridiques
0
Ma convocation hier au tribunal de proximité de Flers m'a montré que deux personnes, au moins, soulèvent des questions à propos de la teneur de certains messages de notre site favori et de leur diffusion.

Je vais devoir rappeler par écrit les règles convenues en la matière, tant au titre des "Mentions légales" que sous l'onglet "Vie du site / Aspects juridiques". Je ne manquerai pas de mettre en ligne ici les éléments de réponse pertinents que je vais rédiger, afin que nul n'en ignore (si c'était encore le cas).

Sur le chemin du retour, j'ai fait étape à Céaucé où Marie Annick de SAINT MELOIR m'a remis l'attestation suivante :

Je l'en remercie tout en faisant observer que j'aurais été moins catégorique qu'elle à propos de la date de livraison du fournil de la ferme (au point 3) . En effet, l'électro-ménager de sa kitchenette est encore à acheter.

Après en avoir, pas plus tard qu'aujourd'hui, parlé à la "jeune classe concernée" ("ou supposée telle", comme je devrais désormais l'ajouter), je suis en revanche au regret de confirmer l'appréciation portée (au point 5) sur le caractère très hypothétique du relais financier familial toujours espéré. Voici en effet, en substance, la réponse qu'on me fait de nouveau à Paris:

29 avril 2017.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 20 mai 2017
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Ferme et son fournil - Vie du site - Aspects juridiques
0
Dès que j'ai vu sur quel plan entendait se placer l'avocate adverse, j'ai communiqué avec les artisans qui interviennent de temps à autre sur notre chantier favori, afin qu'ils veuillent bien me fournir des attestations destinées à me défendre contre des accusations proférées à propos de notre site favori. Chacun a accepté et je leur exprime ici toute ma reconnaissance. Voici ces attestations :

J'ai bien sûr occulté sur la dernière, avant de la mettre en ligne, le nom de l'artisan au service de qui tant d'horreurs ont été proférées par son avocate (y compris, hier, qu'il était mon 4ème plombier, ce qui est faux même si cela n'aurait, je pense, rien d'anormal après 26 ans de chantier).

Merci les amis ! Je vous rends hommage par ailleurs et à ma façon, comme vous le savez, en vous citant au tableau d'honneur de mes artisans favoris mais, une fois de plus, vous avez été à la hauteur et je souhaite vous dire que je vous en suis très reconnaissant !

Je précise que Roland BOUSSIN manque ici à l'appel. Il aurait toute sa place parmi ses pairs mais je n'ai pas voulu le déranger dans sa retraite prise dernièrement, ni son gendre et successeur Franck LIEGEAS qui doit être particulièrement débordé par des tâches administraaaâââtives au moment de cette transition.

A noter que, dans ses dernières écritures, l'avocate adverse a rejeté toutes ces attestations au motif qu'elles ne sont pas entièrement manuscrites. Je ne doute pas que, si elle n'avait pas attendu le tout dernier moment pour m'informer de cette critique, chacun de ces artisans aurait fait le maximum pour me transmettre son texte dans la forme optimale.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 30 mai 2017
Vie du site - Aspects juridiques - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Réponses données par "Facebook" à un certain nombre de questions idiotes qu'ils posent à mon sujet :

"Quel est le lieu qui a changé ta vie ?"

N.D.L.R. : Conclusion trop rapide d'après bibi.

"Quelle est la proportion de gens qui t'aiment ?"

La dernière réponse donne à penser que ces corniauds me croient de sexe féminin.

Quelle drôle d'époque où n'importe quel moteur de recherche raconte ainsi n'importe quoi sur à peu près n'importe qui !

Certes le débat peut apparaître technique et abscons pour beaucoup d’entre nous mais la volonté de l’administration Trump de mettre fin à la neutralité de l’internet présente un énorme danger pour les consommateurs et, d’une manière plus générale, les citoyens que nous sommes. La neutralité du net, principe fondateur d’internet et jusqu’à présent la norme, consiste à garantir, sans discrimination, l’accès libre à l’ensemble des contenus en ligne. Concrètement, sa disparition permettrait ainsi aux fournisseurs d’accès de favoriser l’accès, par des modulations de débit par exemple, de leurs clients à des contenus propriétés de sociétés avec lesquels ils auraient au préalable conclu des accords commerciaux. Par exemple, abonné SFR vous disposeriez ainsi d’un accès étendu et garanti en terme de débit à Apple Music mais non à ses concurrents. Cela serait évidemment déclinable à l’ensemble des contenus de l’internet qu’ils soient de nature commerciale, culturelle et même, pourquoi pas, politique.

Que l’on ne s’y trompe pas, la fin de la neutralité du net, c’est d’abord, la livraison pieds et poings liés de l’internet aux multinationales et notamment aux GAFA dont le triste paradoxe est que ces derniers doivent leur existence même à cette neutralité à laquelle ils veulent maintenant, quasi-monopole obtenu, mettre un terme pour favoriser leurs intérêts commerciaux. A l’heure où l’intelligence artificielle et les algorithmes nous dépossèdent subrepticement, et sans que nous nous rendions vraiment compte, de notre libre-arbitre de consommateurs et de citoyens, la fin de la neutralité du net est un pas supplémentaire vers la toute puissance des monopoles capitalistiques, un danger mortel pour la libre concurrence en matière économique certes mais également des idées et, en ce sens, une menace pour notre liberté d’une manière globale.

N.D.L.R. : Très grave en effet.

N.D.L.R. 2 (du 15 décembre 2017) : Eh bien, on dirait que la messe est dite.
Internet : les neutres entrent en guerre

Même s'il s'agit d'une décision de la Federal Communications Commission, la remise en cause, le 15 décembre, du principe fondateur de l'Internet, celui de la neutralité du traitement du flux des données par les opérateurs, quelle que soit leur provenance, apparait pour ses défenseurs comme un nouveau mauvais coup de Donald Trump. Le président américain a toujours prêté une oreille complaisante aux récriminations des grandes compagnies de télécoms contre ce "pacte constitutionnel" du web, et s'est employé à nommer au comité de la FCC des républicains qui y étaient opposés. Le vote devrait entraîner l'application effective d'une priorisation des contenus dès l'année prochaine.

Parmi les angles d'attaque des partisans du maintien de la neutralité, le premier est juridique: ils peuvent faire valoir qu'il s'agit d'une de ces mesures "arbitraire et capricieuse" interdite aux agences fédérales. Ils vont aussi se battre sur le terrain politique, certains groupes de pression espérant faire voter au Congrès une résolution afin d'annuler la décision de la FCC. Voie difficile toutefois puisqu'elle réclame in fine l'accord de Trump lui-même ! Pour le moment, les géants du net, comme Google, Facebook, Amazon ou Microsoft, qui avaient été les premiers à s'alarmer d'une possible remise en cause de la règle fondamentale, font profil bas depuis le choc du 15 décembre, préférant laisser les associations de défense des droits numériques mener la fronde.

N.D.L.R. : Très bien. Je soutiens à fond !
Olivier LEPICK
rédigé le samedi 30 décembre 2017
Vie du site - Aspects juridiques - Entretien du site - Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Peau de chagrin ou comment une certaine morale bien-pensante à la pernicieuse ambition totalitaire importée des États-Unis tend à rétrécir le domaine de l'humour et de son indispensable impertinence. Je souscris complètement à l’aphorisme du regretté Pierre Desproges qui affirmait que l’on « pouvait rire de tout mais pas avec n’importe qui ». Est-ce encore possible aujourd’hui ?

N.D.L.R. : Je duplique ! A poil les pisse-vinaigre !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 8 janvier 2018
Vie du site - Aspects juridiques - Statistiques de fréquentation - Entretien du site
0
Je ne me rappelle plus les termes techniques exacts mais ce site est conçu de façon telle qu'il y existe trois types de messages :
- ceux que je choisis d'inclure sous des onglets autres que "Privé" ; ceux-ci sont accessibles à tous les visiteurs du site, en pratique aux "membres du fan-club", soit, au total, selon "Google Analytics", une centaine de visites par jour ces temps-ci ;
- une deuxième catégorie, les messages "Privé" autres que "PPF dans le texte", qui, à ma connaissance, ne sont accessibles qu'à un nombre très limité de personnes (ma mère, mon épouse et mes fils plus ceux à qui ces derniers donnent le mot de passe que je suis libre de changer à tout moment) ; des messages non "Privé" peuvent devenir "Privé" à tout moment, il suffit que je clique sur un lien dans ma "tour de contrôle" ;
- enfin, les messages "PPF dans le texte" qui ne sont accessibles qu'à moi et, de par ses fonctions, au geek en charge de la maintenance du site ; ce dernier a été choisi en raison de sa compétence et de la confiance qu'il m'inspire ; il est tenu par une clause de confidentialité ; les messages de cette 3ème catégorie sont protégés par un mot de passe particulièrement élaboré ; ce mot de passe sera divulgué à mes héritiers lorsqu'ils seront amenés à prendre connaissance de mon testament.

Comme je l'ai déjà écrit plusieurs fois, je suis tout particulièrement attaché à la liberté d'expression et j'essaye que les messages mis en ligne soient respectueux des personnes et, surtout, ne comportent pas de "fake news".

J'ai cru utile d'expliquer ces faits et cette ligne éditoriale à toutes fins utiles. Je renvoie pour le reste aux "Mentions légales" que je viens de modifier pour indiquer qu'à l'hébergeur OVH vient de succéder contractuellement une entité américaine qui a semblé plus puissante à mon "geek", à savoir la société "Amazon Web Services Inc." dont le siège social est situé P.O. Box 81226, Seattle, WA 98108-1226 (Etats-Unis d'Amérique).

Ce changement résulte de notre souci constant d'offrir le service le plus sûr et le plus adapté aux visiteurs qui nous font l'honneur de consulter ce site.