Archives, histoire, documentation

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 14 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Me disant rebondir sur un de mes très récents messages, l'ami "Cambérabéro" m'a transmis, de façon très elliptique pour moi, les deux photos suivantes, en me demandant ce que ça peut représenter à mes yeux :


Me rappelant mon stage E.N.A. à la préfecture des Yvelines en 1975 et, plus particulièrement, mon travail sur un "contrat DIJOUD" dans la "Z.U.P. du Val Fourré", j'ai suggéré : une M.J.C. dans une Z.U.P ?

La réponse n'a pas tardé : Loto du Patrimoine. 300 000 € pour le Hall John-Fitzgerald-Kennedy de Sarcelles

Avec cette somme, la Ville compte redonner son aspect d'origine à ce pavillon en bois et en faire un espace dédié à l'agriculture urbaine et à l'histoire de Sarcelles (Val-d'Oise).


Je ne sais ce que vous en pensez. Pour ma part, je trouve que ceci confirme qu'on est très, très mal barrés dans ce pays avec les "élites" (?) qui nous dirigent. Donc pas étonnant que je ne comprenne rien au fonctionnement, totalement opaque à mes yeux, de la "Fondation du Patrimoine" !
La Chapelle de la Visitation, à Moulin. Habituellement fermée. La photo a été prise lors d'une visite des VMF Jeunes de l'Allier.
Originellement attachée au couvent des visitandines, elle a été construite autour de 1650 et abrite le tombeau du duc de Montmorency. C'est sa veuve Marie-Félicie des Ursins qui, retirée au couvent après l'exécution de son mari, fut à l'origine de cette construction tout à fait exceptionnelle :


N.D.L.R. : Des veuves comme celle-ci, je suppose qu'on n'en fait plus.
Musée national de la Renaissance - Château d'Ecouen (site officiel)
rédigé le Mercredi 18 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
📣[DEMONTAGE DU LIT DIT DE FRANCOIS Ier]📣
Le lit dit « de François Ier » vient d’être démonté, avec l'aide précieuse de Juliette Mertens (restauratrice), pour permettre une étude et une restauration de ce meuble prestigieux des collections du musée.
La dépose de la garniture textile a été l’occasion de deux belles découvertes sur le ciel du lit :
▪️ Un grand panneau de tissu plus ancien avec des motifs en cordons rapportés
▪️ Un ensemble de panneaux sculptés appliqués à l’intérieur du châssis du ciel de lit et qui étaient jusqu’à présent invisibles (ces panneaux ne sont pas d’origine, et témoignent d’une adaptation du meuble pour une présentation antérieure à celle que nous connaissons actuellement).
L’étude portera sur la compréhension du système de montage et sur la datation des différents éléments qui le constituent. Elle permettra surtout de mettre en place une garniture textile nouvelle qui remplacera celle qui existait jusqu’alors et qui remontait au milieu du XXe siècle.
L’objectif est de trouver des textiles plus pérennes et aussi un accrochage plus authentique. La garniture actuelle était en effet purement et simplement clouée sur le châssis en bois du ciel de lit, y compris les rideaux qui n’étaient pas mobiles.
👀 A découvrir dans quelques années !

Châteaux, Manoirs et Logis Normands. (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 18 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Le manoir du Câtel à Ecretteville les Baons (76)
Aujourd'hui restauré après 20 ans de travaux, et débarrassé des ajouts du XIXe siècle, le manoir du Câtel est l'un des plus beaux manoir seinomarins.
Le manoir fut élevé au XVe siècle par les moines de Fécamp, sous l'abbatiat de Richard de Treigots, dixième abbé de Fécamp :


N.D.L.R. : Une source d'inspiration. Pas encore visité, pour ce qui me concerne.

Je comprends maintenant pourquoi quelque chose me gênait (beaucoup) dans les vues aériennes de la cour...

Au moins, au manoir favori, on se trouve face à un ensemble dont le plan-masse et la compacité n'ont pas trop été altérés.
Je reviens sur le plan de 1883 tiré de mes archives (en fait un crobard), exploité par Benoît MAFFRE en 2015 :


Je me suis trompé dans mes commentaires d'hier, donc les corrige :
- le linteau que j'ai retrouvé ne se trouve pas dans l'ancienne "remise" mais dans l'"écurie" limitrophe ;
- donc le mur qu'Igor finit d'abattre est peut-être celui qui, sur ce crobard, sépare cette "remise" de cette "écurie" ; ceci pourrait expliquer qu'à part dans les niches et la partie centrale, inondées de béton et de ciment dans les années 1950, ce mur ait été monté à la chaux ;
- dans cette hypothèse, ce mur, qui n'était nullement solidarisé avec les murs de façade, aurait néanmoins résulté d'un travail tardif et peu soigné, réalisé semblerait-il à la fin du XIXème siècle ou au début du XXème ;
- on retiendra en tout état de cause qu'en 1883, l'horrible sortie des écuries vers l'Ouest n'avait pas été percée ;
- j'ajoute enfin que demeure inconnue la raison de la présence d'un court linteau de bois une cinquantaine de centimètres au-dessus de celui de l'ancienne porte rebouchée de l'"écurie" limitrophe de la "remise".
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 23 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Je retrouve un message de 2010 où je rendais compte de ma découverte que les forfaits commis sur l'aile Ouest dans les années 1950 avaient reçu le feu vert d'un "architecte en chef du gouvernement" (et non d'un A.C.M.H., comme je l'avais écrit à l'époque, mais quelle est la différence ?).

A propos de ce que j'appelle le "salon de l'aile de la belle-mère" mais que ce document datant de mon année de naissance dénomme "salle de séjour", le "devis descriptif" précise certaines hypothèses que j'ai eu l'occasion de formuler, et encore récemment,...

... en particulier que :
- le mur qu'Igor est en train de finir de démonter résulte de la reconstruction dans les années 1950, avec insertion d'un "conduit de fumée", d'un mur préexistant mais "en mauvais état" ;
- surtout, la cheminée est issue des "matériaux récupérés sur place", de même que la "porte en chêne", sans qu'hélas plus de précisions ne soient données sur les endroits précis où elles ont été trouvées ni (pour prolonger un débat que j'avais eu avec Benoît MAFFRE) sur la date de leur implantation à ces endroits.
A l'évidence, lorsque la porte d'entrée dans le colombier a été percée telle que nous la connaissons, il a été utilisé de vieux corbeaux, vraisemblablement de cheminée :

24 janvier 2023.

24 janvier 2023.


Il pourrait être intéressant de savoir, sinon où ils avaient été trouvés, du moins quelle était la qualité exacte de leur décor.
Écomusée du Perche (via "Facebook")
rédigé le Jeudi 26 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Dans le cadre de Tout Feu Tout Flamme dans le Perche, nouvelle exposition temporaire et conférence (samedi 4 février à 15h) à l'Écomusée du Perche !
La cheminée, source de lumière et de chaleur, est présente dans la plupart des habitations, anciennes comme plus récentes, voire très contemporaines.

Mais depuis quelle époque peut-on réellement parler de cheminée?
Quels sont ses usages, ses équipements, et que représente-t-elle d’un point de vue symbolique?

L’Écomusée vous propose de découvrir une petite histoire de cet élément architectural depuis le Moyen Âge, dans les maisons du Perche et du haut-Maine.

Châteaux, Manoirs et Logis Normands. (via "Facebook")
rédigé le Jeudi 26 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Je poste cette page qui comblera ceux de ce groupe qui s'intéressent à l'architecture normande des nobles demeures.
Le livre entier est consultable gratuitement en naviguant sur ces pages.

Jadis noz peres se contentoient de faire bastir un bon corps d’hostel, un pavillon ou une tour ronde, une basse-court de mesnagerie, et autres pieces necessaires à loger eux et leur famille, sans faire des bastimens superbes, comme aujourd’hui on fait, grands corps d’hostel, pavillons, courts, arrierecourts, bassecourts, galleries, salles, portiques, perrons, ballustres et autres. On n’observoit point tant par dehors la proportion de la Geometrie, et de l’Architecture, qui en beaucoup d’édifices a gasté la commodité du dedans.
Bernard de Girard du Haillan, Les causes de l’extreme cherté qui est aujourd’huy en France…, Paris, 1574
.
J'ai eu la curiosité de demander à Igor de faire sauter le joint entourant l'une des deux pierres qui avaient attiré mon attention.

La chose s'est révélée très aisée.

Le résultat est on ne peut plus clair et confirme parfaitement l'hypothèse avancée par Alexandre HOFFMANN (que je ne crois pas avoir l'honneur de connaître), hypothèse de surcroît formulée en termes tout à fait appropriés :

27 janvier 2023.

27 janvier 2023.

27 janvier 2023.

27 janvier 2023.

27 janvier 2023.


Du coup, je me suis déplacé vers ma lithothèque pour y photographier des pierres trouvées au manoir favori, le plus souvent enfouies dans la terre,...

27 janvier 2023.

27 janvier 2023.

27 janvier 2023.

27 janvier 2023.

... et qui confortent une fois de plus l'affirmation que la Chaslerie conserve ses racines médiévales.
Amis céramistes d’art (adhérents Tout Terre ou non), cette annonce peut vous intéresser !
« La Céramique sur les toits » exposera des épis et tuiles de faîtage, dans les jardins de l’abbaye de Tuffé-Val-de-La-Chéronne (72160), d’avril à novembre 2023.
Organisée par l’association des Amis de l’abbaye de Tuffé et Philippe Ménard, collègue reconnu dans le domaine des ornements de toits, l’exposition a pour but d’illustrer la diversité des productions régionales d’épis de faîtage et tuiles faitières, sur l’Ouest de la France (Pays de la Loire et départements limitrophes), à travers l’exemple d’une dizaine d’artistes.
Dernière date limite d'envoi des dossiers le 20 février 2023
Contacts pour obtenir un bulletin d’inscription : 02 44 32 17 56 / 06 41 82 50 93 - amis.abbaye.tuffe@orange.fr