Archives, histoire, documentation

Bonsoir PPF

Je te conseille un excellent système wi-fi que je viens d'acquérir et étudier pour les maisons de grande dimension.

Il s'agit d'un réseau de bornes répéteur wi-fi qui distribuent le signal wi-fi sur un maximum de 10 bornes différentes. L'avantage est que tu n'auras qu'un seul réseau wi-fi avec le même nom dans toute ta maison. Il existe, en effet, d'autres systèmes qui créent plusieurs réseaux wi-fi, un par zone par exemple. L'inconvénient est que lorsque l'on passe d'une zone à l'autre on se déconnecte d'un réseau pour se connecter à un autre et que chacun de ses réseaux un nom et un mot de passe différent.

Tu peux aussi, pour améliorer encore la portée et la couverture relier les bornes entre elles par des câbles RJ 45. Mais cela n'a rien d'obligatoire, et dans ton cas tu devrais donc pouvoir te passer d'un câblage dans ton bâtiment. Après, pour des points vraiment éloignés et où le passage d'un câble n'est pas problématique, (par exemple vers une dépendance) à travers une tranchée, la pose d'un câble prend alors du sens.

Je crois que le coût de trois bornes est de 160 € et il serait judicieux que tu en achètes 10. La configuration en réseau se fait très simplement à travers une application téléchargeable sur ton téléphone portable et plutôt bien expliquée.

En complément, il n'y a pas besoin de prévoir de réservation pour le wi-fi sauf dans le cas extrêmes de liaison par câble Rj45. En revanche, chaque borne doit être connecté au 220 V.

N.D.L.R. : Si tu savais comme ces questions m'ennuient... Mais il va bien falloir que j'y passe un jour.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 23 juillet 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Généalogie et sagas familiales - Privé - Lieux
0
L'Avenue Jules Janin a été ouverte au début de la IIIème République, dans le quartier de la Muette, sur d'anciennes carrières remblayées, et lotie sous forme de petits immeubles R+2. Nous habitons au 15. Pour y parvenir, voici le chantier qu'il faut actuellement traverser, qui n'a rien à envier aux abords de notre manoir favori :

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

Voici donc le 15 (qui, par mes œuvres de jeunesse, est devenu R+3) :

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

23 juillet 2019.

Je comprends que ce binz, qui dure depuis un bon trimestre, ne sera pas terminé avant la fin de l'été. Et tout cela coûte la peau du dos car, à l'évidence, le syndic de l'Avenue n'est pas le dernier à se sucrer. Mais nous sommes ici de "petits minoritaires" et on connaît fort bien le dicton boursier.
J'ai loué une camionnette au garage FOUQUET de Domfront mais je n'ai pu, une fois que j'ai rendu l'engin, obtenir de facture en bonne et due forme. Des arguments foireux ont été avancés par le garagiste. Le point me paraît mériter d'être noté. Je saurai m'en souvenir.

Je me suis donc rendu à Reffuveille, c'est-à-dire au-delà de Mortain, où ma dalle m'attendait chez MARIAU :

24 juillet 2019.

J'ai immédiatement remarqué qu'un côté destiné à être visible n'en avait pas été bouchardé et j'ai demandé que ce soit fait :

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

Pendant ce temps, j'ai observé l'activité de l'atelier de découpe des blocs de granit, avec ses énormes robots,...

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

... et examiné les stocks à l'extérieur du bâtiment :

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

Je suis ainsi tombé en arrêt devant un lot de dalles qui pourraient fort bien convenir au sol de notre salle-à-manger favorite :

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

24 juillet 2019.

M. MARIAU m'a dit qu'il saurait me les patiner et m'en a indiqué le prix au m2 qui n'a rien à voir avec le prix demandé par le vendeur de tommettes vernissées que l'on sait. Et, en plus, ces dalles seraient infiniment plus faciles à poser. Et il n'y aurait plus à résoudre la problème du choix de l'endroit où rassembler les tommettes les plus usées.

Il ne me reste plus qu'à faire valoir cet argument si, toutefois, mon vendeur de tommettes anciennes n'est pas fermé au dialogue.
Jean-Pierre ARBON
rédigé le lundi 29 juillet 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Chatoiement
Publié le 29 juillet 2019

J’ai parlé dans ma chanson Les malappris du « chatoiement des marges ». L’expression m’est venue en songeant. J’ai hésité devant le mot chatoiement, qui n’appartient plus de nos jours au vocabulaire courant, mais il me plaisait.

Je viens de le retrouver dans la bouche de Sylvain Tesson qui, évoquant « l’usure du monde » dans un très bel entretien avec un journaliste du Monde, la définit ainsi : « indifférenciation, fin du chatoiement, effacement de la mosaïque, règne de l’Unique, reproduction du même. » Et Tesson, pour qui « la laideur, c’est quand tout se ressemble », ajoute : « vivre mieux aujourd’hui consiste à échapper aux développements du progrès. »

Je le reçois cinq sur cinq, et ma chanson ne dit rien d’autre. Le pas de côté, les chemins de traverse, le voyage intérieur. La nuance, le subtil, le labile. Le soleil à travers le feuillage.

Ce chatoiement retrouvé m’a incité à ouvrir mon dictionnaire. Qu’est-ce qui chatoie ? Ce qui brille tout en changeant de couleur selon les jeux de la lumière, à la manière de l’œil d’un chat.

© Sinchen Smiles


N.D.L.R. : Très intéressants messages, y compris celui de Lao-Tseu.
Aux dernières nouvelles, je n'obtiendrai pas avant septembre de réponse à mon offre relative au gros lot de pavés. Ni à ma demande de renseignement sur le prix des dalles de granit blanc. "Le responsable est en vacances".

Heureux d'apprendre qu'il y en a un quelque part.