Archives, histoire, documentation

Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le jeudi 13 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Billet : Notre-Dame de Paris en flammes
Posted on 12 juin 2019 par Libres Feuillets

Dans les hauteurs du toit l’incendie faisait rage
Un diable de brasier brûlant ex cathedra
Comme un mauvais génie malfaisant jaune et rouge
Crachait vers le ciel sombre et fumait en courroux

Les couleurs mélangées devenaient de l’orange
Et les gens regardaient ce spectacle navrant
Le voyaient perdurer sans que rien ne l’abrège
Dans la charpente à nu la ci-devant « forêt »

Comment oublierait-on la flamme qui s’érige
Au-dessus du transept en substitut de flèche
Quand celle-ci s’effondre en un dernier vertige

A l’instant où le feu jusqu’à la moelle ronge
Cette structure en bois mangée par les flammèches
Qui tombe et troue la voûte et dans la nef se plonge


Entre le 15 et le 16 avril 2019 sont partis en fumée le toit de la cathédrale de Paris recouvert de tuiles de plomb et sa charpente du XIIIe siècle appelée « forêt » en raison du très grand nombre de ses poutres multiséculaires, un sinistre tel que le monument n’en avait pas connu en 850 ans d’existence. Dans le passé, plusieurs autres cathédrales ont dû être dotées de nouvelles charpentes : celle de Chartres avec des poutrelles en fonte remplaçant les poutres de châtaignier après l’incendie provoqué en 1836 par la négligence de deux ouvriers plombiers ; celle de Metz avec ses fermes en fer recouvertes de cuivre, construites après l’incendie de 1877 causé par un feu d’artifice tiré depuis le toit pour fêter une visite de l’empereur allemand ; celle de Reims avec ses poutres en béton armé en remplacement de la charpente de chêne incendiée lors d’un bombardement intentionnel de 25 obus allemands en 1914 ; celle de Nantes où le bois a été remplacé également par le béton après un gigantesque incendie dû à la manipulation d’un chalumeau par un couvreur en 1972… Quant à la flèche néogothique en mauvais état de Notre-Dame de Paris, grandement responsable de la catastrophe de 2019 (car l’incendie est probablement parti du chantier entrepris pour sa rénovation, et c’est la chute de cette flèche en feu qui a crevé les voûtes de l’édifice), un éditorial du journal Le Monde daté du vendredi 19 avril 2019 a eu le courage de dire qu’elle a été « rajoutée de façon intempestive au XIXe siècle par Viollet-le-Duc ». Dans l’ordre des responsabilités depuis deux cents ans, le début XXIe siècle n’est pas en reste, par son laisser-aller, sa négligence, son « je-m’en-foutisme » qui ont caractérisé la politique de sécurité et le piètre comportement de ceux qui ont laissé de multiples mégots au niveau de la charpente malgré l’interdiction de fumer. En ce sens, on peut dire que ce sont les vices du monde moderne qui ont failli détruire ce chef-d’œuvre témoin de l’histoire de France.

Dominique Thiébaut Lemaire.
J'ai reçu cet après-midi la visite de Marc CHALUFOUR, hôte toujours aussi agréable et qui a regretté l'absence de Carole.

Il m'a prêté un ouvrage, "L'isolation bio de la maison ancienne" de Patrig LE GOARNIC chez Eyrolles, où il est question, paraît-il, d'huile de lin pour les enduits des bases de murs.
Je vais étudier cela.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 19 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Au programme demain soir...

J'ai réussi, non sans mal, à extraire Carole de ses activités parisiennes si prenantes. J'irai la chercher à la gare de Verneuil en fin d'après-midi et elle en repartira le lendemain matin dès le premier train. Entre temps, Hugues de BONARDI nous a fait l'amitié de nous inviter à coucher chez lui :

Le château de Boisset les Prévanches.


Il est, je crois, de pires sorts !
Club des fortunes à 100 milliards de dollars : Bernard Arnault rejoint Gates et Bezos.

N.D.L.R. : 100 milliards de dollars. 10 puissance 11. Quel sens cela a-t-il ? Il faut que je calcule...

Placée à la Caisse d'Epargne, cette somme rapporterait 668 millions d'euros par an, soit près de 2 millions d'euros par jour, soit de quoi s'offrir 4 Rolls-Royce neuves chaque jour que le Bon Dieu fait, et du modèle "Phantom" s'il vous plaît.

Mais, j'y songe, une nouvelle Rolls toutes les 6 heures, est-ce vraiment assez ?


Au train où vont les choses, on peut en douter...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 21 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Le programme du concert hier soir chez Hugues de BONARDI :

Après le rappel, Joachim BRESSON et Hugues REINER nous ont gratifiés d'un "Una furtiva lagrima" :

Una furtiva lagrima
Negli occhi suoi spunto
Quelle festose giovani
Invidiar sembro
Che più cercando io vo'
M'ama, lo vedo
Un solo instante i palpiti
Del suo bel cor sentir!
I miei sospir, confondere
Per poco a' suoi sospir!
Cielo, si può morir!
Di più non chiedo


Joachim nous a ensuite dédicacé un recueil de poèmes :

Au cours du dîner qui a suivi, il a notamment été question d'un certain piano "Erard" de 1908 sur lequel, un peu plus d'un siècle avant notre concert, avait joué Mata-Hari pour quelques châtelains du voisinage et divers officiers de cavalerie alors en garnison à Evreux :


Le rêve a ainsi pu se prolonger :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 21 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Le château de Boisset-les-Prévanches a été bâti moins de dix ans après notre manoir favori. Je suis allé le photographier avant le petit-déjeuner...

21 juin 2019.

21 juin 2019.

21 juin 2019.

21 juin 2019.

21 juin 2019.

21 juin 2019.

... auquel nous avait également conviés notre hôte :

21 juin 2019.

21 juin 2019.

Hugues a eu très tôt ce château en charge puisque son père est mort quand il avait douze ans. Il a trouvé, grâce aux mariages organisés dans sa propriété, les moyens matériels d'en assurer la pérennité, aidé en cela par cinq collaborateurs à temps plein dont un régisseur qui doit être une perle. Il a également conçu les jardins avec une autre éclatante réussite.
lejournal.cnrs.fr
rédigé le samedi 22 juin 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Charpente de Notre-Dame : stop aux idées reçues !
18.06.2019, par Frédéric Épaud
Après l’incendie qui a ravagé Notre-Dame le 15 avril dernier, Frédéric Épaud, spécialiste des charpentes médiévales, fait le point sur les contre-vérités qui ont circulé.

N.D.L.R. : Si j'ai bien compris, l'auteur de cet article est un ancien élève d'Yves LESCROART qui a eu l'occasion de me vanter la qualité de ses travaux. Il y a là des idées très intéressantes, comme celles sur l'âge des bois utilisés et leur préparation par les charpentiers.