Archives, histoire, documentation

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 17 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Troisième et dernier (pour ce qui me concerne) angle d'attaque des derniers documents exhumés par Eric YVARD, à propos du mobilier. Je ferai trois remarques principales à ce sujet :

- sur le nombre de lits recensés : il est révélateur du nombre de personnes qui cohabitaient alors dans notre manoir favori (quelque chose comme 16) et de l'entassement de la domesticité dans des endroits divers :
. un petit lit de repos dans la salle-à-manger,
. un petit lit en tombeau dans une petite salle voisine,
. une couchette de bois au grenier du bâtiment Nord,
. un châlit avec son couchage dans la chambre au-dessus de la cuisine,
. une paillasse avec couchage au 1er étage de la tour Nord-Est,
. trois couches dans l'écurie,
. trois châlits au-dessus du pressoir,
. un châlit dans le pavillon au bout de la terrasse,
. deux lits et un couchage dans la chambre du vieux seigneur du lieu,
. deux lits dans la chambre des servantes ;

- sur le matériel agricole recensé : il est standard dans ce pays de cidre et de poiré ; il y a très peu de bétail :
. un bandage de charrette dans une "galerie", ainsi que des "poupées de lanfert" (?) et une cloche de métal,
. dans la cave, des tonneaux de cidre et de poiré, y compris de vinaigre,
. dans un caveau, des saloirs (y compris contenant des quartiers de cochon corrompus),
. dans un grenier, des lots de filasse ou de laine,
. dans l'écurie, quelques licols de cuir et quelques morceaux de brides à cheval,
. dans le pressoir, "une grande cuve à faire macérer le cidre",
. des merrains et trente cinq douzaines de cercles à tonneau dans une chambre au-dessus du pressoir,
. trois vaches et six cochons ainsi que trente six ruches dans les étables, ;

- sur le mobilier témoignant de la noblesse ou, plus généralement, du statut social des propriétaires : le seigneur vit dans un luxe relatif, étroitement limité à sa personne :
. un peu partout, du mobilier de chêne, souvent recouvert de cuir noir, ce qui paraît bizarre,
. une tapisserie de Bergame dans la salle-à-manger,
. des assiettes et des plats d'étain dans la cuisine, ainsi que huit "vieux mousquets à l'antique", un vieux mousquet à rouet, un fusil, un mousqueton et trois couleuvrines de bronze ; enfin un sucrier d'argent aux armes de la maison,
. une poissonnière de cuivre dans l'office,
. dans un grenier, deux devants de cuirasse, avec un "couset" (coussin ?) de cuirasse, six "vieux traits servant à carrosses",
. des livres comme "La vie des Saints" et un vieux livre "gothique" dans la chambre des servantes ; également "une grille de fer ayant garni une fenêtre",
. une "vieille petite" couverture de soie blanche dans l'écurie,
. dans la chambre du vieux seigneur, deux habits avec justaucorps, vestes et culottes, une paire de bas, un chapeau, deux perruques, une robe de chambre de soie, une paire de pistolets, une épée avec un baudrier bordé d'or et d'argent, un couchage de qualité (serge couleur de feuille morte avec des franges de soie), un mobilier nombreux et varié (y compris une chaise percée couverte de verre), divers livres (une "vieille coutume de Normandie", le "bouquet historial de vieilles heures", un "Mercure galant"), une paire de gants brodés et une "garniture d'ancienne dentelle appelée neiges", divers ustensiles en porcelaine dorée,
. dans la galerie voisine, "deux grands coussins de carrosse de velours ciselé cramoisi", un "oreiller de haute lisse", un "morceau de cuir façon de Paris", "quelques vieilles tapisseries de droguet", une "vieille coutume de Normandie avec la suite du jardinier Français" et une quinzaine de vieux livres, divers papiers juridiques dont le droit de douaire sur des terres de Briouze, une "dentelle du bas d'une jupe d'ancien point", un sac de velours rouge avec des boutons d'or bordé d'hermines, trois masques de velours noir, deux bottines de cuir,
. dans l'écurie, "un cheval de poil noir à longue queue".
Je commence à réfléchir à la restitution de peintures sur les poutres et solives du plafond de la salle-à-manger du logis de notre manoir favori.

J'ai téléphoné ce soir à Jean-Jacques ROUCHERAY pour lui demander conseil.

Il me recommande de me documenter afin de bien préciser ce que je voudrais. A ce stade, je pense à des peintures du genre de celles que j'ai vues dans une dépendance du château de Couterne :

Il me suggère de contacter ensuite l'"Atelier Mériguet-Carrère", ce qui m'a l'air beaucoup trop haut de gamme pour notre manoir favori et moi, aussi rustiques l'un que l'autre.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 22 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Economie - Références culturelles
0
Invité dimanche après-midi chez un érudit et poète reconnu, homme d'une grande finesse à l'évidence, je discutais, avec l'un de ses invités, de l'évolution du marché de l'art. Mon interlocuteur cherche à faire tourner à l'étranger une exposition qu'il a organisée avec l'aide d'un grand collectionneur, consacrée à trois peintres dont je ne connais qu'un seul, MANESSIER, et qui ont, paraît-il, dessiné d'admirables vitraux dans l'Est de la France. (Je crois que les deux autres sont BAZAINE et BISSIERE.)

Mon interlocuteur me disait la difficulté de percer depuis quelques décennies sur le marché de l'art alors que, sous la pression des capitaux américains, la plupart des galeries parisiennes ont été converties à la promotion, de nos jours, d'un Jeff KOONS ou d'un Damien HIRST. Le fait qu'on se prévale encore de valeurs et d'une culture chrétiennes y serait même un handicap. Il faut désormais faire dans la provoc (cf Claude LEVÊQUE et autres "plug anal" ou "vagin de la Reine").

Divers signes comme celui-ci me donnent à penser que je ne suis plus guère, de mon côté, que ce qu'en géologie, on appelle une "butte résiduelle".
Nevitsky Castle - Невицкий Замок
rédigé le mardi 22 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
The Savoyard helms (?) - a type of closed burgonet in use in the XVIIth century, it was also called the death’s head helmet in German and the Tête de cul in French
Шлем "Мертвая голова" - 17 столетие

N.D.L.R. : Presque contemporain de la Chaslerie. Intéressant quand même, isn't it ?
Nevitsky Castle - Невицкий Замок
rédigé le mardi 22 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
The World’s Oldest Existing Revolver. The revolver was produced in 1597 by a weapons smith in Nuremberg, Germany.
Самый древний в мире револьвер. Германия. 16 столетие. Невицкий замок еще живет полноценной жизнью!

N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.
Nevitsky Castle - Невицкий Замок
rédigé le mardi 22 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
The Tombstone of Dyordy III (or Yuriy) Drugeth (propriertor of Nevitsky castle) of 1620 year in Trnava (Slovakia).
Дьордь III (Юрий) Другет. Владелец Невицкого замка. Надгробная плита. 1620 год в г. Трнава. Словакия.
Надпись под монументом (перевод) "Его светлость господин граф Дьордь Другет из Гуменного, жупан Земплинский и Ужгородский и одновременно рыцарь золотого руна и тайный советник его императорского величества и хранитель. Умер в 1620 году, дня 21, в месяце июне, имел 37 лет"
La pierre tombale de Dyordy III (ou yuriy) Drugeth (propriertor du château de nevitsky) de 1620 an à Trnava (Slovaquie).
Dʹordʹ III (Yuri) Dugen. Propriétaire du château de nevickogo. Pierre tombale, 1620 an en g. Trnava. La Slovaquie.
L'inscription sous le monument (traduction) " Sa Seigneurie m. Comte Dʹordʹ Dugen de humenny, zupan zemplinskij et uzhgorod et simultanément chevalier de la rune d'or et le conseiller secret de sa majesté impériale et de son tuteur. Mort en 1620, jour 21, au mois de juin, avait 37 ans "
·
Notez cette traduction

N.D.L.R. : Pas terrible, la traduction.
Contemporain de la Chaslerie.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 28 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Que musique
Publié le 28 janvier 2019


Michel Legrand est mort. En lisant les hommages qui lui sont rendus, on comprend ce qui a fait de lui un musicien exceptionnel. Au départ, il y a un enfant solitaire de quatre ans qui reconstituait d’oreille, au piano, les chansons de Charles Trénet qui passaient à la radio. Puis ce sauvageon surdoué entre au conservatoire quand il a neuf ans. Il y est éduqué par les meilleurs professeurs. A vingt ans, il a rencontré Stravinsky et Boulez, il sait tout faire, et il est libre. Arrangeur de génie, il bifurque vers le jazz, et écrit bientôt pour le cinéma. Une seule maîtresse : la mélodie.

L’un des personnages des Demoiselles de Rochefort confie dans une chanson « Je n’étais amoureux que de croches ou de rondes (…) Pour une mélodie j’aurais trahi mon père, je n’étais que musique ». C’est son double. C’est lui.

Des mélodies inoubliables, Michel Legrand nous en laisse un magnifique bouquet. Parmi les plus célèbres, il y a le thème des parapluies de Cherbourg. Et si l’on veut comprendre ce qu’est une mélodie véritable, éprouver sa finesse et sa robustesse, il faut regarder cet extrait video, et écouter comment ses subtilités se déploient en passant du classique à la valse musette et du jazz au tango.

N.D.L.R. : J'étais rétif (trop de notes), vous m'avez convaincu.