Archives, histoire, documentation

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 21 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Visite rapide, hier matin, de l'exposition organisée par "Domfront-Patrimoine" à partir de cartes postales du début du siècle dernier représentant les anciens cafés et hôtels de Domfront :

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

J'ai pris quelques photos des pittoresques documents exposés :

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

J'ai acheté quelques reproductions que j'ai scannées, témoignage d'une époque qui ne manquait pas de charme, qu'il s'agisse d'évoquer le "marché aux totors" (les cochons)...

20 septembre 2020.

... ou la fierté des commerçants de poser pour le photographe devant leur établissement...

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

... ou encore de l'atmosphère des salles de restaurant, avec nappes à carreaux rouges et blancs protégées par un linge blanc et fleurs à foison :

20 septembre 2020.


Merci à Jean-Paul LEROY-TULLIE, le président de "Domfront-Patrimoine" (et "les plus beaux yeux de Domfront" d'après Carole) pour cette très sympathique initiative :

20 septembre 2020.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 21 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Les "Journées du patrimoine" étaient l'occasion de présenter la salle de spectacles de Domfront qui vient d'être rénovée.

Voici de quoi on partait...

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

... en particulier l'horrible façade en meringue bourgeoise plaquée là il y a un siècle...

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

... et qui avait terni avec le temps :

20 septembre 2020.


Tout cela était à bout de souffle, indiscutablement, et pas du tout commode à l'usage :

20 septembre 2020.


Bien sûr, il y aura toujours des esprits chagrins pour parler de "verrue" à propos de la nouvelle entrée...

20 septembre 2020.

... mais ayant visité de fond en comble les nouvelles installations sous la houlette de Karine LECOMTE, chargée des affaires culturelles à la mairie de Domfront, ...

20 septembre 2020.

... je puis attester que le résultat est très fonctionnel, confortable et judicieusement organisé, tant pour le public que, pour autant que je puisse en juger, pour les artistes :

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.

20 septembre 2020.


Juste deux bémols à mes louanges :
- une petite faute d'accord à corriger (mais c'est une très bonne idée d'avoir conservé le vestige) :

20 septembre 2020.

- et un doute sur la facilité d'entretien de certains revêtements de sol. Mais ce sera la rançon du succès dont je ne doute pas.

Bravo donc à l'équipe municipale qui a su mener à bien ce projet. Je suis convaincu qu'il donnera à notre "petite cité de caractère" un supplément d'élan, d'autant qu'il y est prévu cinq projections de films par semaine, y compris des films d'art et essai. Première projection dès la fin de ce mois-ci, qu'on se le dise !

Avec la rénovation lancée du gymnase voisin, le haut de ville ne peut que se réveiller enfin et c'est très bien !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : dimanche 27 septembre 2020 07:02
À : Jean Louchet
Cc : C.F. ; A.-V. F.
Objet : Piano Erard

Salut camarade,

Une de mes voisines donne un piano "Erard" mais signale, sans plus de détail à ce stade, "une fente sur la table" (...) :


Est-ce grave d'après toi ? Est-ce réparable et à quel ordre de grandeur de prix et par qui ?

Quant au piano que tu m'as vendu, mon plan a parfaitement marché : ma petite-fille l'a récupéré et a commencé, avec beaucoup d'intérêt me dit-on, des cours de piano... L'Erard lui permettrait de jouer pour son Bon-Papa quand elle viendrait le voir en Normandie... (à moins que ses parents, qui ont de la place chez eux, veuillent que nous échangions nos pianos...).

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (à 19 heures) : Feu vert de Jean LOUCHET, joint par téléphone. Nous parlons également de la "S.V.A.A.D.E.", de l'économie des concerts et des moyens de contacter des ensembles intéressants.
Bonjour M. Fourcade,
Suite à ma visite de dimanche dernier à la Chaslerie, je vous remercie de l'attestation fiscale que j'ai bien reçue.
Mais, tel n'est pas l'objet de ce mail :
En effet, je pratique assez assidûment le logiciel de dessin "3D Sketchup" à titre de hobby, et en recherchant sur votre site des plans de la Chaslerie afin de représenter votre manoir en 3D, j'ai vu que vous aviez reçu il y a quelque temps un fichier Sketchup que vous n'aviez pas pu lire.
Dans la mesure où vous n'y seriez pas opposé, je pourrais récupérer ce fichier et le "travailler" afin que vous puissiez exploiter en dynamique toutes les possibilités liées à un dessin 3D. Entre autres plus basiques, une possibilité intéressante avec un tel fichier Sketchup serait de permettre de voir votre manoir en 3D sur Google Earth. Ce n'est pas forcément simple car cela requiert une validation de Google, mais je l'ai déjà fait pour la maison de mon cousin (qui était avec nous à la Chaslerie dimanche dernier) . Vous pouvez d'ailleurs voir sur Google Earth ce petit hameau en recherchant "La gaudinière - Niort la fontaine - Lassay les chateaux".

Quoiqu'il en soit, je suis à votre disposition pour vous rendre visite et échanger à ce sujet.

Bien cordialement

Jean Thuaudet
06 37 52 73 34

N.D.L.R. : Cher Monsieur, merci beaucoup pour cette offre. Je ne suis pas sûr de retrouver ce fichier dans mes archives (ni d'avoir plus de succès auprès de l'architecte du patrimoine qui l'avait créé). Mais je vais essayer. En tout cas, n'attendons pas cela pour que vous reveniez à la Chaslerie, à un prochain concert sous l'égide de la "S.V.A.A.D.E." (qui vous remercie beaucoup pour votre don du week-end dernier, un exemple à suivre) ou même avant. Bien cordialement, PPF
Jean LOUCHET, qui est administrateur du "groupe Facebook" dénommé "Piano Historique - Fan d'Erard" vient de m'y admettre. On y trouve des fichiers "PDF" sur différents sujets. Il va m'en communiquer un autre sur la façon de déménager les pianos. Je le transférerai à Jean LEMARIE qui a bien voulu accepter la corvée, de Perriers-en-Beauficel au manoir favori.

Mon camarade de promotion de l'X viendra ensuite accorder le piano.

Il a également promis de brancher la "S.V.A.A.D.E." sur des groupes d'instrumentistes et de me raconter l'économie du milieu.

Bref, on avance !

P.S. (à 22 h 30) : Je trouve en ligne le site de "Piano historique", association dont mon camarade est le vice-président. Ce garçon est étonnant.
Petit divertissement sans prétention à la mode SketchUp :

Cordialement

N.D.L.R. : Merci beaucoup pour cette sympathique contribution !

Pour le moment, je n'ai pas beaucoup de succès pour me faire transférer par les architectes du patrimoine les fichiers que vous avez souhaités.

On se demande bien pourquoi...
Jean LOUCHET
rédigé le Lundi 28 Septembre 2020
Livre d'or - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Voici le fichier promis sur la façon de déménager un piano.

J'ai juste quelques remarques mineures:
- sur un piano verni, il faut mettre le film plastique fin AVANT la couverture, surtout si le piano doit rester longtemps emballé. Et après avoir mis la couverture, on met le gros plastique d'emballage.
- à la fin, on n'est pas obligé de ranger les pieds à l'intérieur du piano, on peut les transporter à part. En plus, sur un petit piano a queue, ce n'est pas forcément possible.
- les 3 pieds sont légèrement différents, c'est bien de les marquer pour les remettre au même endroit
- bien emballer les petits morceaux : vis des pieds (éventuellement), vis de fixation de la lyre, bref tous les petits trucs, dans un sac à part, bien scotché.
- certains déménageurs déposent le couvercle (et donc aussi le pupitre) avant de déménager le piano. Ça vaut le coup pour alléger quand on doit faire des étages dans un escalier, mais ce n'est pas le cas ici donc il vaut mieux laisser le couvercle en place comme dans ce document.

A+

Jean

N.D.L.R. : Merci, camarade ! Je transfère à Jean LEMARIE qui a prévu d'intervenir mardi prochain (dans 8 jours) !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 29 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
Le vendeur de la console, à qui je demandais des détails sur sa peinture, vient de me transmettre ces nouvelles photos :

Mon impression est que la peinture est d'époque, notamment parce que je détecte une bichromie. Mais je me demande maintenant si le plateau est en marbre ou en bois peint et s'il est d'époque.

Le mieux serait sans doute que j'aille voir ce meuble sur place. A quelque chose comme 15 heures de route, allez-retour. Et que je me renseigne sur l'opportunité de restaurer sa peinture. Et sur la disponibilité du châtelain du Nord-Cotentin qui pourrait se charger de ce travail, une fois que Sébastien LEBOISNE aurait restauré la frise à la grecque, à laquelle manquent quelques petits morceaux d'après les photos précédentes.

Et pour ce qui concerne l'endroit où installer ce meuble, je ne peux guère y réfléchir car Carole a emporté à Paris les tirages des derniers plans de l'architecte du patrimoine, ainsi que d'autres dossiers dont j'aurais également besoin pour travailler, comme celui relatif au financement du chantier favori par la Région ou celui du bail emphytéotique précédent... Commode !
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Mardi 29 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
De Simone de Beauvoir et du surf
Publié le 29 septembre 2020

J’ai appris que l’histoire de Pyrrhus et Cinéas, que j’ai rapportée l’autre jour, avait inspiré à Simone de Beauvoir un petit essai, le premier qu’elle ait publié. Je me le suis donc procuré, curieux de voir ce que cette anecdote avait pu inspirer à notre philosophe. Eh bien, pas grand chose, à mon avis (mais je ne suis pas allé au-delà d’une vingtaine de pages).

Elle dit que Cinéas semble sage mais qu’il est en réalité un apôtre de l’à quoi bon, du genre « à quoi bon partir si c’est pour rentrer chez soi ? » Elle écrit que le carpe diem d’Horace n’est qu’une illusion ; que « toute jouissance est projet » et suppose une projection vers l’avenir ; que si on fait halte pour goûter le présent ce n’est que pour le plaisir de contempler le chemin déjà parcouru et afin de mieux repartir, car quand cette pause se prolonge on en vient vite à s’ennuyer. Bref elle n’aime pas vraiment l’instant présent. L’homme doit agir, il se définit par l’action (le « faire » dont parle Sartre). Elle n’apprécie donc pas non plus le repos.

J’ai arrêté ma lecture car j’avais du mal à la suivre. Pour moi, le secret de la vie consiste précisément à se tenir dans le présent, c’est-à-dire à vivre en se tenant à l’écart aussi bien des « espérances qui flattent les désirs » (dixit Plutarque), que des alanguissements de la nostalgie : c’est parvenir à s’affranchir des tensions entre futur et passé auxquelles, par nature et culture, nous sommes constamment soumis. Et par rapport à la course perpétuelle, en effet, on peut appeler ça le repos.

Pourtant, c’est tout sauf une posture immobile, car le temps avance, et les heures passent, les saisons, les années. Et ce temps inexorable, il s’agit de se tenir sur sa vague haute et fine, comme un surfeur.


N.D.L.R. : De Simone de BEAUVOIR, je n'ai jamais rien pu lire de ma vie, elle m'emmerde au plus haut point. A poil les féministes !

Beaucoup apprécié en revanche le commentaire, plein de féminité (et même, sans doute, de solidarité féminine), de Claudine sur Juliette GRECO.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 29 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
Alors que je revenais de Mortain, j'ai croisé cette après-midi par hasard mon ancien jardinier Bernard CORBIERE. J'ai évoqué le livre de Gisèle LERICOLAIS, mon ancienne femme de ménage qui fut sa compagne, livre que je lis par longues traites au cours de mes insomnies actuelles :


Gisèle, si discrète lorsqu'elle était à mon service. Gisèle, à propos de qui je savais très peu de choses. Elle déballe tout dans ce livre de 400 pages, dont un père alcoolique, une enfance dans la misère, le viol dont elle fut l'objet au sortir de l'adolescence, son premier mari Algérien qui l'a emmenée au bled, refusait de travailler et lui a fait deux garçons, son second mari, plus âgé qu'elle et qui la maltraitait et dégradait aux yeux des enfants (il lui a fait une fille dont Gisèle était fière dans mon souvenir), de nombreuses aventures sans lendemain, beaucoup d'illusions perdues, toujours la peur de manquer du nécessaire, toujours des travaux ingrats pour gagner peu d'argent pour survivre, mais toujours, aussi, une aspiration à la beauté et à la culture pour elle qui n'a jamais eu l'opportunité de dépasser le niveau du certificat d'études. Ce livre à l'éclat brut ne manque pas de me surprendre. Il y est même question (très peu) de moi, puis de Carole, puis du manoir favori ou de Claude MARTIN (mon premier maçon salarié).

Est-elle la seule personne du voisinage à avoir traversé tant d'épreuves, joué de tant de malchance, au départ de la vie et ensuite, de Charybde en Scylla, profondément incapable de se stabiliser et, pourtant, toujours soucieuse de se sortir de toutes les ornières de son parcours, avec cet étonnant espoir dans ses recherches picturales puis ces confessions ?

Est-elle la seule à vouloir témoigner de ce qu'elle a vécu, de ce en quoi elle croit, de ce à quoi elle aspire ? Au moins, celle-ci ne reste pas mutique comme une buse, bloquée dans des dénis sans fin, bouchée à l'émeri vis-à-vis de qui voudrait la comprendre, de qui voudrait l'aimer.

Bravo Gisèle !
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Mercredi 30 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Un cœur vide
Publié le 30 septembre 2020

Encore un mot sur Pyrrhus et Cinéas qui avaient fait déjà couler beaucoup d’encre, avant celle de Madame de Beauvoir. Boileau en parle dans une de ses épîtres, il paraphrase Plutarque en alexandrins, mais c’est le constat lapidaire de Pascal, dans ses Pensées, que je retiens : « Pyrrhus ne pouvait être heureux ni avant ni après avoir conquis le monde. »

Il y a ceux qui désirent ce qu’ils ont, et ceux qui toujours rêvent de ce qu’ils n’ont pas. Les premiers sont heureux (mais ils sont rares). Les autres pourront bien posséder l’univers, cela ne remplira pas leur cœur vide. Un cœur vide est un vide sans fin.


N.D.L.R. : Exact.
Sébastien DAUCE (via "Facebook")
rédigé le Lundi 5 Octobre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Annonces - Ailleurs
0
A l'approche de la recréation du Ballet royal de la Nuit au Théâtre des Champs-Elysées !

Nos doigts sont tous croisés pour permettre à cette grande Nuit de se dissiper et faire place à l'Aurore !

N.D.L.R. : On tâche d'obtenir des places pour aller vous écouter à Caen (mais les réservations en ligne sont déjà closes).
Le piano quart de queue "Erard" qui m'a été donné...

6 octobre 2020.

... est arrivé ce matin à la Chaslerie ; il attendra des jours meilleurs dans le grand salon :

6 octobre 2020.

6 octobre 2020.

Certes, il faudra le raccorder (j'espère que Jean LOUCHET pourra s'en charger)...

6 octobre 2020.

... et, quand le chantier sera suffisamment avancé, il conviendra de le revernir :

6 octobre 2020.


Mais la meilleure nouvelle est peut-être que le couple qui me l'a donné est à la tête d'une famille de musiciens avec qui nous pourrons, je l'espère, organiser de futurs concerts sous l'égide de la S.V.A.A.D.E.