Architecture-M.O.

Non, vous ne rêvez pas !

12 octobre 2018.

12 octobre 2018.

Ce sont des mouches !

Elles viennent s'agglutiner aux lucarnes des combles de la tour Louis XIII puis finissent par tomber sur le plancher. C'est noir, ça grouille, gigote, copule et se multiplie à vive allure (j'ai fait là le ménage il y a à peine trois semaines) et je ne sais plus à quel saint me vouer. Une entreprise spécialisée est venue traiter cet espace à la fin de l'année dernière et nous avons encore projeté des produits toxiques récemment.

Que faire pour éviter ce cauchemar ?
Par S.M.S. envoyé ce matin peu avant 8 heures, Christian m'annonce qu'il a la grippe.

Je lui réponds qu'à nos âges, il faut se faire vacciner comme je ne manque pas de le faire chaque année.

Le fait est qu'en rentrant de Paris, hier soir, j'ai trouvé le projecteur allumé sous les combles du colombier. Pourtant, il ne m'a pas semblé que le chantier avait avancé à cet endroit.

Je suppose que Christian aura travaillé ces deux jours à la poursuite de la restauration du plancher de la charretterie, comme il m'avait dit en avoir l'intention aussi.
Le réaménagement provisoire de la cuisine au rez-de-chaussée du bâtiment Nord donne à Carole l'occasion de réfléchir concrètement aux prochains (?) aménagements intérieurs.

Ce matin, elle me déclare ainsi que :
- je ne peux décemment pas maintenir mon bureau dans ma "chambrette monacalo-monastique" ; elle considère que je devrais consacrer à mon bureau la première travée de ladite cuisine provisoire, jusqu'à la poutre centrale comprise ;
- sa cuisine devrait occuper le rez-de-chaussée de la tour Nord-Est ;
- disposer d'une arrière-cuisine là où se trouve actuellement la chaufferie est une bonne idée, à retenir ;
- dans le bâtiment Nord, elle se contenterait, en plus de cette arrière-cuisine, d'une buanderie.

On en reviendrait de la sorte au schéma que j'avais imaginé et proposé en début d'année, à la suite de la défection mémorable et inattendue de mon aîné ; simplement, depuis ce schéma, j'ai renoncé, sur les conseils d'Arnaud PAQUIN, de Cédrick COOS et de Sébastien DUVAL, à percer un passage entre ladite arrière-cuisine et la tour Nord-Est. Donc tout cela ne serait pas forcément des plus pratiques, du moins me semble-t-il.

Ceci dit, ne nous emballons pas pour mettre en œuvre ces idées. Il faudrait d'abord que j'aie résolu la question du chauffage, c'est-à-dire tous les problème de phasage des travaux et de financement que soulève cette très importante tranche du chantier, d'une priorité désormais absolue.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 20 Octobre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Electricité - Aile "de la belle-mère"
0
Après de nombreuses tentatives, j'ai fini par joindre avant-hier M. ROBVEILLE pour lui demander de préparer un devis en vue de l'électrification, dans des délais rapides, des combles du colombier, de manière à en mettre en valeur la charpente.

Il m'a répondu qu'il a des "petits problèmes de santé" qui l'obligent à "restreindre la cadence et par conséquent (son) périmètre d'action".

Je lui ai donc souhaité un prompt rétablissement.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 23 octobre 2018 10:48
À : arnaudpaquin architecte
Cc : carolefourcade(...) ; Thibaud Fourcade
Objet : Chaslerie - Passage au tarif jaune d'EdF - Impact sur une dépendance ISMH

Cher Monsieur,

Comme vous le savez, l'installation d'un chauffage par géothermie profonde à la Chaslerie présuppose le changement du transfo local afin de pouvoir bénéficier du "tarif jaune" d'EdF nécessité par ce projet ô combien prioritaire.

L'entreprise qui a le monopole des changements de transfo, "Enedis", m'a transmis le dossier suivant : https://www.chaslerie.fr/blog/message/44512.

J'en retiens ici deux caractéristiques :

- il met à ma seule charge le coût de ce changement de transfo alors que le voisinage de la Chaslerie pourra en bénéficier ;
- surtout, il impose l'installation d'un appareillage disgracieux à l'extérieur du pignon Ouest de la charretterie, monument inscrit à l'ISMH et ouvert au public tout au long de l'année. Pourtant l'équipement antérieur - lui-même assez récent - avait pu être logé sous ce même bâtiment, à un endroit très aisément accessible aux agents d'"Enedis".

Je vous prie de m'indiquer si "Enedis" ne pourrait pas être rappelée à l'ordre, par exemple par l'UDAP de l'Orne, afin que leurs caprices et autres changements de normes décidés loin du terrain ne compliquent indument le dossier.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (à 11 h) : Mon correspondant d'"Enedis" vient de me rappeler. Il se dit ouvert à mes remarques et prêt à adapter son offre aux contraintes d'un bâtiment inscrit. Il m'indique même que l'obtention d'un permis de construire pour ce dossier lui faciliterait les choses. Je vais regarder si cette démarche est envisageable.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 23 Octobre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Aile "de la belle-mère"
0
Le temps nécessaire pour le complet séchage du béton étant écoulé, "les PICAULT" sont réapparus ce matin pour récupérer leurs étais et commencer à nettoyer leur chantier :

23 octobre 2018.

23 octobre 2018.

23 octobre 2018.

23 octobre 2018.

23 octobre 2018.

23 octobre 2018.

Pas de doute, même en relevant le sol de l'épaisseur d'une marche, on devrait disposer là d'un espace beaucoup plus commode que le précédent pour installer la chaufferie centrale, une salle de bains avec baignoire (mon rêve) et des w.-c., tout en conservant sous ce nouveau plafond un large espace disponible pour une cuisine, par exemple.
Excellente réunion de travail ce matin avec un plombier et ses alliés :
- ils acceptent le principe de factures étalées et réglées dans le temps, de manière à optimiser leur incidence fiscale pour moi ; reste à traiter la question du nantissement ou autre garantie à mettre en place en leur faveur, sachant que mon aîné ayant refusé de m'aider, je ne puis compter, encore et toujours, que sur mes propres forces ;
- je m'oriente vers une campagne unique de forages, couvrant les besoins à terme de l'ensemble du manoir ; cela permettra diverses économies d'échelle et évitera d'avoir à ouvrir le terrain à plusieurs occasions ; à ce stade de nos réflexions, les forages seraient effectués dans le pré situé immédiatement au Sud de la charretterie et occuperaient une zone de 30 mètres sur 50, sur laquelle il ne serait plus possible de replanter d'arbres ;
- pour faire pénétrer dans le colombier la tuyauterie située en aval des forages et, plus précisément, des collecteurs assez hideux à prévoir (j'ai demandé que de la fonte remplace le plastique ), le mieux techniquement serait d'opérer sous la fenêtre Sud-Ouest du rez-de-chaussée du colombier ; l'importance des terrassements à prévoir entre le champ des forages et cette entrée dans le bâtiment nécessiterait l'intervention d'un terrassier professionnel (et non d'Igor à la mini-pelle) ;
- l'emprise de la chaufferie centrale devrait être calibrée de manière à ce qu'à terme, elle puisse abriter toutes les pompes à chaleur et citernes nécessitées par l'ensemble de l'installation (soit la tranche 1 et la tranche 2 du chauffage) ; de ce fait, je risque de perdre l'espace que je comptais consacrer là à une salle-de-bains avec baignoire.

La météo annonçant l'arrivée de l'hiver le week-end prochain, j'ai profité de la présence du plombier pour lui faire rallumer la chaudière actuelle, celle dissimulée dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord. Il a eu un peu de mal car, m'a-t-il expliqué, des connecteurs ont fondu. Il va essayer de les remplacer mais n'est pas sûr d'y arriver parce que, me dit-il, cette chaudière commence à dater (je l'avais achetée neuve il y a 25 ans environ et il faudrait qu'elle me dure encore 2 ou 3 ans, le temps que le nouveau chauffage de la tranche 1 fonctionne).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 24 Octobre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Charpente-couverture - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0

24 octobre 2018.

24 octobre 2018.

24 octobre 2018.

24 octobre 2018.

Comme me l'a écrit ce matin une inconnue : "Magnifique votre charpente avec les lattes boisées ; ravie que vous ayez préservé Tout l'ensemble dans sa Gracieuse Immensité ... Quelle allure !
Ça me vaudra un déplacement ?"

Je rappelle à toutes fins utiles que, si la visite extérieure de notre manoir favori est libre et gratuite tout au long de l'année, sa visite intérieure est possible par groupes et sur rendez-vous (en écrivant à penadomf@msn.com ou en téléphonant au 06 12 96 01 34), au prix modique de 1,50 €/personne (il me semble que c'est à portée de toutes les bourses).
0
En cette période où j'ai commencé à opérer les ajustements de fin d'année de mes comptes, ajustements rendus souhaitables par la révélation ce week-end d'une partie des comptes de Carole pour 2018, j'ai passé commande aujourd'hui de 1 900 mètres de forages en vue de l'installation d'un chauffage par géothermie profonde. Il paraît que c'est la longueur nécessaire pour l'ensemble de l'installation projetée à terme (c'est-à-dire pour les deux tranches envisagées pour l'aval de ces forages ; je rappelle que je ne serai pas capable de financer plus que la première de ces tranches mais que, pour des raisons diverses, il a paru préférable de concentrer les forages en une seule session). La "puissance totale frigorifique soutirée (suivant le B.R.G.M.)" sera, m'assure-t-on contractuellement, de 95 kW, paraît-il nécessaire et suffisante pour chauffer l'ensemble constitué par les bâtiments sur cour et la chapelle de notre manoir favori.

Il faut espérer à ce stade :
- que je trouve très rapidement le financement de cette commande au-delà des arrhes d'ores et déjà versées ; les échanges s'intensifient donc avec le directeur de l'agence de Flers de la Société Générale sous l’œil de mon aîné, tenu informé ;
- et, aussi, que la réalisation des 19 puits de 100 mètres en question puisse intervenir avant que les abords concernés (au Sud de la charretterie) ne soient redevenus impraticables sous l'effet des pluies de saison.

Bien entendu, cette commande va jouer un rôle-clé dans l'enchaînement des travaux à venir. Au-delà de la poursuite prioritaire du programme de restauration des menuiseries extérieures du logis, je sais désormais sans ambiguïté quel sera mon fil conducteur : à partir des puits, je n'aurai qu'à dérouler la pelote des interventions du plombier ; elles s'enchaîneront en effet, en quelque sorte, de façon mécanique car obligée et commanderont tout le reste, confié aux autres corps de métier.
Le dernier week-end, mon aîné m'a fait observer qu'il serait grand temps que je rétablisse des toilettes au rez-de-chaussée du bâtiment Nord dont l'aménagement pourtant très provisoire de la cuisine lui semble très bienvenu, avec la marche bricolée par Christian mais qui aura permis à mon premier petit-fils de poursuivre aisément sa carrière prometteuse de déménageur.

Quant à Carole, elle a suggéré que, dans le futur petit cabinet de toilettes en question, j'installe la douche au fond de la pièce (là où j'avais prévu une cuvette de w.-c.) et la cuvette des w.-c. immédiatement à droite en entrant (c'est-à-dire là où j'avais fait les réservations pour une douche). En fait, cette permutation me semble pertinente car de nature à permettre des évolutions plus commodes dans la pièce. Et je butais sur la difficulté de conception des aménagements du mur du fond, sous le fenestrou ; là, on aurait même un granit sculpté à la Renaissance pour servir de tablette où poser les shampooings. Il faut cependant que je m'assure du caractère réalisable de ce plan en l'état des canalisations en attente pour le chauffage par le sol. Et bien sûr - air connu - que je trouve les choux.
En route vers le 13ème dégât des eaux de l'année :

13 novembre 2018.

13 novembre 2018.

Comme on le voit, le pied du mur Ouest de l'ex-salon de l'"aile de la belle-mère", qui avait fini par sécher cet été, recommence à s'imbiber d'eau sous l'effet des précipitations de saison.

Serait-ce faire preuve d'une impatience déplacée que manifester un certain agacement qu'on en soit encore, ici, à attendre je ne sais quoi pour y remédier enfin ?
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 14 novembre 2018 07:49
À : Arnaud Paquin Architecte
Objet : RE: convocation à un rendez-vous avec la DRAC au manoir de la Chaslerie-propriété de monsieur Pierre-Paul Fourcade

Cher Monsieur,

Ne m'aviez-vous pas dit que le menuisier présenterait demain une fenêtre posée dans le logis au titre de la 1ère tranche de restauration des menuiseries extérieures ? (...) Et quid des ferronneries des fenêtres, sans parler de celles de la porte principale (...) ?

Ne conviendrait-il pas que soit évoquée la porte à installer dans le bâtiment Nord, entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour ? (...) On pourrait également évoquer deux autres portes que je vous avais signalées : celle, extérieure, du 1er étage de la tour Louis XIII, qui est morte, et celle de la porte entre la cour et l'arrière-cour.

Par ailleurs, il me paraitrait indispensable que, demain, on puisse avancer sur la résolution du problème de dégâts des eaux dans l'"aile de la belle-mère". Nous en sommes au 13ème de l'année (...).

En outre, il ne faudrait pas oublier les lucarnes du colombier, pour lesquelles les travaux devront (...) être effectués très rapidement, sauf à nous faire perdre les subventions correspondantes dont la date de péremption approche à grands pas désormais. Si vous pensez ne pas y arriver, il conviendrait de solliciter de la DRAC un report de la date-limite, ainsi qu'elle avait bien voulu l'accepter pour les enduits de la cage d'escalier du logis...

Enfin, il conviendra de se coordonner avec "Enedis" pour le changement de transfo permettant le "tarif jaune" nécessité par le projet de chauffage par géothermie profonde pour lequel j'ai dû passer commande de 1 900 m de forages qui devraient être prochainement effectués dans la pièce de terre au Sud de la charretterie. Apparemment, "Enedis" serait prêt à dialoguer sur le coût du transfo et sur les réservations nécessaires, dès lors que cela se passerait dans le cadre d'un permis de construire, par exemple consécutif à votre esquisse de juillet. Tout cela conditionne l'installation d'un chauffage central à la Chaslerie, ce qui constitue un point de passage, technique et familial, obligé dans le phasage de travaux destinés à rendre enfin habitables plus de 65 m2 du manoir...

Il était également prévu qu'on évoque les meilleures isolations thermiques à mettre en place au sol du rez-de-chaussée et du 1er étage du logis. Là, le cas de la "salle dévastée" (grande pièce au-dessus du salon) est le plus urgent compte tenu de mon souhait d'y disposer très rapidement du garde-meubles rendu indispensable par mes autres travaux.

Et il faudrait qu'on n'oublie pas de parler des menuiseries métalliques pour les meurtrières des tours. Comme le fabricant ne semblait pas décidé à se déplacer pour trop peu de telles huisseries, l'idée serait de lui commander d'un coup toutes les menuiseries métalliques de meurtrières, y compris celles de la tour Nord-Est.

Bien cordialement,

PPF

____________________________________________________________________

De : Arnaud Paquin Architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Envoyé : vendredi 9 novembre 2018 08:07
À : 'LEBOISNE Ebénisterie'; 'Bodin Entreprise'
Cc : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : convocation à un rendez-vous avec la DRAC au manoir de la Chaslerie-propriété de monsieur Pierre-Paul Fourcade

Bonjour,

Je vous prie de trouver ci-jointe la convocation au rendez-vous avec les services de la DRAC au manoir de la Chaslerie jeudi prochain 15 novembre.

Comptant sur votre présence.

Bien cordialement,

(Fin de citation)
Je traîne, depuis plusieurs années, sur mes avis d'imposition, un important poste intitulé "déficits fonciers antérieurs non déduits des autres revenus" amassé à l'époque où je disposais d'une épargne suffisante pour financer un montant de travaux plus important que celui des revenus totaux de mon foyer fiscal.

Il serait grand temps que je fasse usage de cette provision avant qu'elle ne s'évapore et pour m'éviter d'être en permanence étranglé par le financement d'un maximum de travaux.

Patrice CAHART, interrogé ce matin, me dit que cela lui semble possible. Sur son conseil, j'ai demandé une confirmation écrite (et le mode opératoire) à la fiscaliste de la "Demeure Historique".