Architecture-M.O.

Reprenons nos exercices.

Je disais donc que, dans la chaufferie, Sébastien avait restauré le cul du four :

1er juin 2018.

Ça marche (et même la cédille) !

La nouvelle calotte est en terre mélangée à de la paille, ce qui est parfait pour l’authenticité mais posera problème lorsque la chaufferie aura été englobée dans la nouvelle cuisine. Il faudra alors enduire cette calotte de chaux, je suppose.

Dans la salle à manger, Sébastien semble avoir fini son intervention sur le linteau de la porte du passage vers la tour Nord-Est...

1er juin 2018.

... mais, si je pénètre dans cette tour, je m’aperçois qu’il reste encore un rang de pierres à poser :

1er juin 2018.

En revanche, même vu du côté de cette salle à manger, rien n’a encore été commencé sur l’autre linteau, celui du passage vers le bâtiment Nord :

1er juin 2018.

Ces travaux de maçonnerie ont nécessité l’usage de la bétonnière dans la cour dont le sol n’en a pas trop pâti malgré les récentes intempéries :

1er juin 2018.

A ce stade de mes expérimentations hasardeuses, je confirme que le copier-coller n’est pas simple sur cet iPad, ce qui va m’entraver beaucoup tant que je n’aurai pas récupéré l’usage de l’un de mes deux « Asus ».
Les précipitations des tout derniers jours se sont traduites, me dit-on, par deux dégâts des eaux supplémentaires dans l’aile de la belle-mère (j’abandonne ici les guillemets car je ne trouve pas, sur cet iPad, décidément pas très commode pour mes usages, le guillemet entrant après une apostrophe). La photo suivante montre que le séchage du sol était toujours en cours hier soir. Il faudra que je signale sans tarder à l’assureur ces nouveaux incidents et que je relance Arnaud PAQUIN afin qu’il établisse enfin son rapport :

1er juin 2018.

Comme il me l’avait promis, Sébastien LEBOISNE est venu hier démonter la cheminée en attente de la restauration de ses pieds qui avaient commencé à pourrir après ces 10 dégâts des eaux en 5 mois... Il en a profité pour démonter le lit à baldaquin du deuxième étage du colombier, préalable nécessaire à la restauration du plancher de cette pièce que je compte lancer (je ne sais pas quand à ce stade).
Le chantier en fin de journée, hier, après le départ d’Igor :

2 juin 2018.

2 juin 2018.

2 juin 2018.

On se rend ainsi compte que l’affaiblissement du pied du mur Ouest, source des dégâts des eaux à répétition, nécessitera une intervention tout au long de ce mur, au moins dans cette pièce :

2 juin 2018.

2 juin 2018.

2 juin 2018.

Puique j’en suis à parler des dégâts des eaux, voici les pieds pourris de la cheminée démontée...

2 juin 2018.

2 juin 2018.

... et, tant qu’on y est, voici la cicatrice d’un pied de la cheminée dans le salon :

2 juin 2018.

Il va sans dire que, dès que j’aurai récupéré l’ordi nº1, j’enverrai ces photos à l’assureur ainsi qu’à Arnaud PAQUIN.

P.S. (du 5 juin 2018) :

La question du choix de l’emplacement (et de la taille) de la future cuisine évolue sous l’effet du débat familial. L’idée de conserver le mur bleu de séparation paraît séduire car elle permet une arrière-cuisine suffisamment vaste, malgré le cul du four, pour qu’y soient installés les engins bruyants ainsi qu’une buanderie. On se contenterait, semble-t-il, du moins à ce stade, de la 2ème travée pour la cuisine « stricto sensu « (pas moyen de fermer ces guillemets). On préférerait y placer l’évier devant la fenêtre, le reste de la pièce étant consacré au matériel de cuisson ainsi qu’à des rangements que l’on voudrait nombreux. Cette dernière idée conduirait à rétrécir le bureau-bibliothèque de mes rêves de manière à ce que la poutre bascule côté cuisine.

Il m’est demandé de fournir un plan permettant la poursuite de ces cogitations. Je note au passage que, si ces réflexions devaient prospérer, il pourrait être inutile de chauler le cul du four. Dans toutes les hypothèses, il faudrait qu’Arnaud PAQUIN nous dessine une porte vitrée reliant la chaufferie actuelle à l’arrière-cour.

Je mettrai mon relevé des cotes en ligne dès que mes outils me le permettront de nouveau.

P.S. (du 6 juin 2018) : Voici mon crobard :

Depuis le 3 juin dernier, mes idées ont encore évolué. Je me dis que, plutôt que de réduire l'espace dévolu à mon bureau-bibliothèque à la première travée sans y inclure la poutre du plafond, il vaudrait mieux renvoyer celui-ci à un autre endroit, de manière à rétablir la cuisine dans ses dimensions antérieures à mes premières interventions, c'est-à-dire sur les deux premières travées.

On arriverait ainsi à une cuisine de 7 mètres de long sur 4 mètres de large, ce qui pourrait suffire aux ayants cause les plus exigeants, d'autant plus que s'y ajouterait une arrière-cuisine de 2,5 m x 4 m (dont le cul du four, un peu envahissant il est vrai), plus le passage vers l'arrière-cour de 2 m x 1,5 m (ex-passage vers l'ex-future-salle-de-petit-déjeuner, puisque l'idée de cette dernière a, comme on le sait, été torpillée et coulée).
Il a fallu trois heures de travail, hier matin, à trois compagnons de Jean LEMARIE, assistés de Christian, pour remiser les derniers meubles ou objets entreposés à l'étage du logis :

Souvent, il fallait commencer par les démonter :

5 juin 2018.

5 juin 2018.

5 juin 2018.

5 juin 2018.

Dans le tas, il y avait beaucoup de lits...

5 juin 2018.

5 juin 2018.

... ou de radiateurs :

5 juin 2018.

5 juin 2018.

Je retiens que deux armoires et un lit ne pouvaient passer par l'escalier de l'"aile de la belle-mère". On a donc trouvé d'autres solutions pour dégager le logis, en vue de permettre les prochains travaux d'isolation thermique du sol de son 1er étage.
Frédéric LEBON, de l'entreprise BODIN, est venu hier matin s'assurer de l'avancement de notre chantier favori :

5 juin 2018.

Il a été question de la cheminée de la salle-à-manger pour laquelle je ne demande plus le remplacement des granits brûlés par plus de trois siècles d'usage, ni même de l'appui en grès du four, pourtant en mauvais état :

5 juin 2018.

Nous avons évoqué la qualité et la couleur du granit à rechercher pour le sol de la salle-à-manger, étant donné que le lot sur lequel Frédéric avait mis la main en 2014 pour le sol de l'entrée (lot provenant de la Motte-Fouquet) me paraît idéal :

5 juin 2018.

Nous avons parlé du linteau du passage entre l'entrée et la salle-à-manger qui serait à changer...

5 juin 2018.

... ainsi que du linteau du passage, au 1er étage du logis, entre la "pièce dévastée" et la tour Sud-Ouest, linteau que je souhaiterais surélever comme les deux autres (au rez-de-chaussée des deux tours circulaires) que nous avons déjà traités :

5 juin 2018.

Enfin, j'ai confié à Frédéric mon bout de carreau bizarre qui, me dit-il, "lui parle" ; il le pense très ancien (médiéval) mais doit s'en assurer auprès d'un expert de sa connaissance qui pourrait nous apprendre quel en était l'usage.
Hier et aujourd'hui, Sébastien a travaillé à la surélévation du linteau du passage entre la salle-à-manger du logis et le bâtiment Nord.

Comme on l'avait déjà observé en faisant tomber une partie de l'enduit débile au ciment (il y a déjà plusieurs années), le propriétaire des années 1950, tout à sa lésine bien connue de nos services, n'avait pas pris le soin de remplacer une pièce de bois brûlée, à l'évidence, par l'incendie de 1884 :

5 juin 2018.

Or, en faisant tomber une plaque de fibro-ciment censée dissimuler ce forfait, Sébastien s'est aperçu que le plafond du passage était tout entier (au linteau actuellement dans la future cuisine près) en bois :

5 juin 2018.

Il s'est naturellement attaché à desceller d'abord ces pièces de bois :

5 juin 2018.

5 juin 2018.

5 juin 2018.

5 juin 2018.

En réalité, lesdites pièces de bois étaient bel et bien cramées et caramélisées, ainsi que le montrent les photos suivantes qui prouvent qu'il s'agissait déjà, au moment de leur pose, de pièces de récupération et qu'elles étaient en outre devenues, derrière ce fibro-ciment de merde, profondément vermoulues :

5 juin 2018.

5 juin 2018.

Il est ainsi démontré que l'incompétent et radin notoire des années 1950 était de surcroît un type dangereux puisque les pierres (montées à la terre, faut-il le rappeler ?) qui surplombaient ces linteaux H.S. étaient susceptibles à tout moment de s'ébouler sur la tête du premier pékin venu.

De ce passé déplorable, nous avons légitimement fait table rase :

5 juin 2018.

5 juin 2018.

Et du côté du bâtiment Nord, me demanderez-vous, qu'en est-il du linteau de ce dernier passage ?

Là, c'est Yasin qui est à l'ouvrage...

5 juin 2018.

... sous le contrôle de Sébastien...

5 juin 2018.

5 juin 2018.

... ce qui ne l'empêche pas de nous divertir en faisant le clown :

5 juin 2018.

En fouillant l'assemblage de pierres, il a découvert que des souris l'ont précédé, qui avaient su se faufiler entre ces pierres et pièces de bois montées à la terre :

5 juin 2018.

Trêve de plaisanterie, observez le linteau de granit, tel qu'il avait été mal restauré par un artisan médiocre, intervenu pour mon compte il doit y avoir quelque chose comme une douzaine d'années :

5 juin 2018.

Ce démontage en règle a montré qu'en fait de linteau de granit, avait été utilisé un avaloir de récupération de cheminée...

5 juin 2018.

... ce qui établit que le père de mon vendeur n'était sans doute pas le premier de cette lignée à travailler comme un cochon.

Quoi qu'il en soit, Sébastien bosse aussi sur ce côté du passage puisque c'est lui qui taille les granits nécessaires :

5 juin 2018.

5 juin 2018.

A noter qu'il a récupéré dans mes stocks un morceau d'un ancien pont de Lonlay que mon prédécesseur ou son père (rendons-lui en grâce) avait su acheter en temps utile...

5 juin 2018.

6 juin 2018.

6 juin 2018.

6 juin 2018.

... morceau d'une série dont j'ai déjà utilisé deux exemplaires pour doter notre avant-cour favorite de deux marches bienvenues, lorsque, du temps de Claude MARTIN, on a restauré le mur de la chapelle au manoir :

6 juin 2018.

Toujours aussi exigeant (ce qui ne contribue pas qu'un peu à mon charme ô combien dévastateur), j'ai retoqué une première mouture d'une pierre d'exhaussement qu'en lumière rasante, je trouvais trop lisse et trop géométrique :

6 juin 2018.

Sébastien a su corriger tout de suite...

6 juin 2018.

... ce qui confirme tout l'intérêt qu'il y a à confier des travaux délicats à un artisan aussi compétent que l'entreprise BODIN (publicité non payée mais bien méritée selon moi) :

6 juin 2018.

A ce stade, ma crainte est que le granit du pont de Lonlay soit trop bleu pour le linteau en question. Sébastien m'assure que non. On verra ça à mon retour de Paris où je dois déposer demain les pièces justificatives de mon dossier fiscal 2017 (je fais ça chaque année, bien que ce ne soit pas requis par les textes, pour couper court, si possible, à des débats qui me casseraient les pieds si, d'aventure, il reprenait aux gabelous l'envie de me chercher des poux).
Il faut que je note, avant que je ne les oublie, les enseignements de la visite, cette après-midi, du plombier Régis FOUILLEUL, de Saint Quentin les Chardonnets. Il était accompagné de Michel ENOND, gérant de l'agence de Rennes de la firme "HARGASSNER", fabricant de chaudières à bois.

Je souhaitais me renseigner sur les coûts relatifs, pour chauffer notre manoir favori, du bois déchiqueté et des granulés, par comparaison avec la géothermie profonde qui, à ce stade de mes investigations, m'a paru, comme on le sait, la plus appropriée.

Voici ce que j'ai retenu :
- 1 m3 de fuel produit 10 000 kWh, comme 3 m3 de granulés ou 10 m3 de bois déchiqueté ;
- en l'état du marché, 1 kWh de fuel coûterait 12 cents, 1 kWh de granulés 6 cents et 1 kWh de bois déchiqueté 3 cents s'il est acheté à un professionnel et moitié moins si je le produis à partir de mes plantations ;
- pour chauffer notre manoir favori, j'aurais besoin de 17 m3 de fuel par an, ce qui me coûterait, en combustible, 20 000 € ; les coûts correspondants seraient de 10 000 € avec les granulés et de 5 000 € avec du bois déchiqueté ;
- que j'utilise des granulés ou du bois déchiqueté, j'aurais besoin ici d'une chaudière de 90 kW (et, bien sûr, d'une cheminée) ;
- une telle chaudière fonctionnant aux granulés me coûterait, en investissement, 28 k€ H.T. ; il faudrait alors me doter d'un silo de 7,5 tonnes, soit environ 10 m3 (soit un cube de 2,5 mètres de côté ai-je noté mais le calcul est faux), en prévoyant 5 chargements par an ;
- avec du bois déchiqueté, la chaudière coûterait 31 k€ H.T., de sorte que le supplément de prix serait amorti en un an ; le silo d'une trentaine de m3 devrait être chargé 6 fois par an ; la partie de la charretterie où l'on gare habituellement le "Valtra" suffirait à abriter une telle chaudière et un tel silo ; mais il faudrait en faciliter l'accès en disposant à son entrée une plate-forme en béton de manière à pouvoir y déposer puis y pousser ou y soulever vers le silo le bois déchiqueté en question ;
- le devis total de l'installation au bois déchiqueté serait de l'ordre de 100 k€, soit très sensiblement moins qu'en géothermie (du fait des forages). En outre, la géothermie nécessiterait ici 54 A d'électricité, donc le passage au "tarif jaune" d'EdF, ce qui coûterait beaucoup plus cher que les 10 A requis par une chaudière à bois ;
- installer la chaufferie dans la charretterie ne poserait pas, en l'état de la technique, de problème de déperdition de la chaleur vers le manoir puisqu'on compte une perte de 1° C par 100 m de canalisation "ad-hoc".

Constatant mes réticences devant tant de manipulations à assurer et de capacités de stockage à fournir, Régis FOUILLEUL et Michel ENOND m'ont emmené à Chaunu voir l'installation au bois déchiqueté d'un de leurs clients, dont les volumes à chauffer m'ont paru nettement moins importants que ceux à quoi je réfléchis (rêve ?) pour notre manoir favori. Voici ce que j'ai observé :

- en matière de stockage :

6 juin 2018.

6 juin 2018.

- en matière de chaufferie :

6 juin 2018.

6 juin 2018.

6 juin 2018.

6 juin 2018.

- au niveau de la cheminée :

6 juin 2018.

Vous avouerai-je qu'à vue de nez, tout cela ne m'emballe guère ?

J'ai néanmoins demandé à Régis FOUILLEUL de me préparer un devis que je puisse comparer, en investissement comme en fonctionnement, à ses devis de géothermie.
Au bord de la D 22, la charmille a enfin été taillée. Quand on descend vers le manoir, l'herbe des bermes est nickel. Christian a bien travaillé. Deux chevreuils m'attendaient mais ont détalé à l'approche de ma "Twingo".

En chemin de retour de Paris, j'avais appelé mon aîné. Il trouve que l'idée d'installer mon bureau-bibliothèque à la place du salon de l'"aile de la belle-mère" est excellente. Idem pour une cuisine sur deux travées dans le bâtiment Nord, suivie d'une arrière-cuisine sur la 3ème. Il regrette un peu que je n'envisage pas de percer, dans cette cuisine, une porte d'accès à l'arrière-cour ; en fait, il ignore que cette dernière est impraticable car trop mouillée les deux tiers de l'année.

Bref, j'ai la chance de vivre dans un bel endroit et le débat familial progresse petit à petit.

Lorsque je dois m'éloigner de notre chantier favori alors que des travaux délicats y sont en cours, j'ai toujours des appréhensions, craignant qu'en mon absence, il se produise des loupés que j'aurais pu prévenir.

Hier matin, quand j'ai quitté notre manoir favori, Sébastien était en train de tailler le granit issu du pont de Lonlay, de manière à le transformer en linteau :

7 juin 2018.

Voici quel était alors l'état du chantier, vu de la salle-à-manger...

7 juin 2018.

... ou de la future (et ancienne) cuisine :

7 juin 2018.

7 juin 2018.

Quand je suis rentré de Paris, hier soir, j'ai eu un doute mais il était trop tard pour que j'y voie clair.

Ce matin, je confirme mon impression que Sébastien a eu la main un peu trop lourde en écornant le haut de la pierre :

8 juin 2018.

8 juin 2018.

Cela risque de faire tâche à côté des autres pierres dont les angles sont plus nets.

Il a taillé dans le linteau la feuillure nécessaire pour la future porte :

8 juin 2018.

Je vois également que, comme je le lui avais demandé, il a dégagé le pied du four du béton qui l'étouffait, de manière à pouvoir en rejointoyer correctement les pierres:

8 juin 2018.

Mais il n'a pas osé enlever l'étayage qui aurait servi si, entre temps, je n'avais pas décidé de garder le mur bleu du fond de la cuisine. Je lui en donnerai le feu vert ce matin.

P.S. : A la reprise du chantier ce matin, j'ai fait part de mes remarques à Sébastien. Il m'a expliqué qu'il avait voulu éviter d'enlever deux pierres particulières du mur, d'où la forme du haut du linteau, calculée pour faciliter le glissement dans la loge prévue à cet effet.

Il paraît que ce linteau pèse 350 kg et que le déplacer pour l'amener à poste a pris deux heures et a cassé un anneau métallique vissé sur le côté :

8 juin 2018.

On devrait avoir moins de mal avec l'autre pierre que Sébastien a trouvée dans mes stocks, pour servir de linteau du côté de la salle-à-manger :

8 juin 2018.

Celle-ci, je ne me rappelle plus où je l'avais récupérée mais je me souvenais de sa forme, avec son angle inférieur à 90°.
Finalement, le linteau prévu du côté de la cuisine semble coller :

8 juin 2018.

8 juin 2018.

8 juin 2018.

Les feuillures sont à leur place :

8 juin 2018.

8 juin 2018.

Sébastien a fini de retailler le linteau du côté de la salle-à-manger :

8 juin 2018.

8 juin 2018.

8 juin 2018.

Entre les deux linteaux, nous ne reposerons pas de pièces de bois mais des dalles de granit d'épaisseur suffisante pour soutenir la maçonnerie à la terre du dessus :

8 juin 2018.

Le problème est que Sébastien n'a pas trouvé, dans mes stocks, de pierres de dimensions appropriées pour combler ce vide de 60 cm de large. Il faudra donc que Frédéric LEBON nous trouve le nécessaire, en taille et en couleur. En attendant, le chantier de cette porte est suspendu dans l'état suivant :

8 juin 2018.

En l'état du chantier, il n'est pas encore possible d'enlever les étais du passage entre la salle-à-manger et la tour Nord-Est :

8 juin 2018.

J'ai donc demandé à l'entreprise BODIN de déménager le chantier du côté de la "salle dévastée", au premier étage du logis. Ils ont commencé à installer les échafaudages en vue de surélever le linteau du passage vers la tour Sud-Ouest, à l'instar de ce qu'ils ont déjà fait à l'étage au-dessous (et au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est) :

8 juin 2018.

8 juin 2018.

Ici, l'appareillage de ce linteau n'a pas trop souffert de l'incendie de 1884 :

8 juin 2018.

8 juin 2018.

Je suppose qu'il en est allé tout autrement du côté du passage de la chambre du 1er étage du logis (mon ancienne chambre jusque vers 2010)...

8 juin 2018.

... vers la tour Nord-Est. :

8 juin 2018.

Là, j'aime beaucoup la forme de selle du linteau, avec ses deux courbures orthogonales, telle qu'elle transparaît sous l'enduit :

8 juin 2018.

8 juin 2018.

Il est prévu qu'Igor vienne dans huit jours faire tomber l'enduit de ciment des murs de la pièce du 1er étage de cette tour. Nous verrons alors à quoi nous en tenir à propos de l'opportunité et de la faisabilité d'une surélévation de ce linteau, d'autant qu'il faut aussi que je pense à mon porte-monnaie.

P.S. (à 17 h 45) : Igor vient de me téléphoner pour me dire que, contrairement à ce qu'il m'avait indiqué ce matin, il ne sera pas disponible dans huit jours. Le rendez-vous a été décalé d'une semaine.

La gestion des divas est un art.
Yasin ne s'est pas présenté ce matin. Il paraît qu'il a envoyé la nuit dernière à la boîte d'intérim qui l'emploie un courriel annonçant qu'il part une semaine en vacances avec sa copine.

Pas belle la vie de tels individus ?

Et dire que c'est pour ça aussi que, dans ce pays-ci, les employeurs supportent autant de charges sociales...
Dans la "pièce dévastée", Sébastien a commencé à démonter le dessus du linteau du passage vers la tour Sud-Ouest, en vue d'en permettre la surélévation d'une trentaine de centimètres :

11 juin 2018.

Il a ainsi découvert une pièce de bois vermoulue qui ne m'inspire guère confiance :

11 juin 2018.

Il en va de même, dans la tour, pour une sablière qui n'est pas restée à sa place :

11 juin 2018.

Je demanderai à Christian d'aller voir de quoi il retourne. Comme la météo est mauvaise pour les prochains jours, il en profitera pour aider Sébastien dans sa tâche.