Architecture-M.O.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 30 avril 2014
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Bâtiment Nord
0
Il faut le faire, quand même... Appeler ça un bureau...

30 avril 2014.

Je persiste à penser que le nom de "chambre mortuaire" (ou "funéraire", selon l'humeur) lui va beaucoup mieux. En effet, ne se croirait-on pas ici au fin fond de la Transylvanie, chez le sinistre Dracula ?

Quoi qu'il en soit, Igor a enduit les deux fonds des futures niches pour volets intérieurs, comme souhaité.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 1 mai 2014
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Maçonnerie-carrelage - Plomberie-chauffage - Electricité - Terrassement - Logis
1
Suivant le conseil de M. MAFFRE, Jonathan a ajouté hier deux fourreaux électriques dans l'entrée du logis, entre le salon et la salle-à-manger. Il a de même gaîné des fils électriques d'une installation provisoire qui auraient pu être endommagés par la prochaine pose de gravier sur ce sol :

1er mai 2014.

A cet égard, il faudra que je demande à l'architecte ce que nous devons faire précisément avant la pose du dallage. J'ai retenu qu'il convenait de superposer du bidim, un gravier dont le type est à préciser et une dalle de béton dont j'ignore l'épaisseur. Mais j'aimerais en savoir un peu plus avant que Jonathan ne soit chargé de ces tâches, sans doute demain, dès que le plombier aura passé un tuyau d'alimentation en eau sous l'escalier, pour le futur cabinet de toilettes.

J'essaye de me documenter sur ce qu'il faudrait prévoir sous les dalles de l'entrée du logis afin de limiter les remontées d'humidité.

Je comprends qu'il y a deux approches, celle normative (conforme au DTU - document technique unifié), et une autre, plus "vernaculaire".

Le DTU préconiserait une formule dont le principe serait le suivant : film étanche, isolant, avec relevés latéraux, grave ou équivalent et dallage en béton armé.
Le principal inconvénient de cette formule serait, selon moi, de créer, en contact direct avec la terre humide, une étanchéité qui empêche toute évaporation et renverrait l'humidité dans les murs.

Une formule plus "vernaculaire modernisée" serait possible :
- feutre non tissé, non étanche, type bidim, sur la terre (pour éviter que la terre ne remonte dans la couche supérieure) ;
- gros cailloux des champs, type silex ou chute de granit, sur au moins 40 cm, formant hérisson - une nappe avec vide d'air (entre les cailloux) - si possible ventilé ; il conviendrait de mettre dans cette épaisseur un morceau de drain (tuyau annelé) raccordé avec l'extérieur avec grillage anti-insectes et rongeurs. Une ventilation haute, côté intérieur, avec une grille réglable serait un plus pour un assainissement naturel ;
- directement sur les pointes des gros cailloux, il faudrait réaliser un dallage armé (treillis soudé) d'environ 8 cm d'épaisseur, en béton de chaux, si possible avec un mélange très épais pour éviter de boucher les cavités entre les trous. Le dessus de ce dallage devrait rester grossier pour bien accrocher la chape de pose du revêtement de sol ;
- le dallage de granit pourrait être posé à bain de mortier de chaux sur ce dallage.`

Les réseaux devraient être protégés avant pose des cailloux. Ceux-ci devraient être relativement stabilisés. Une petite lame d'air pourrait être prévue entre le dallage et les murs. L'inconvénient de tous les vides d'air ménagés est le potentiel de circulation pour les petits animaux et insectes ; il faudrait alors veiller à bien boucher tous les trous en fond de fouille et dans les murs latéraux.

Après avoir pris connaissance de toutes ces infos, je pencherais pour la méthode "vernaculaire". Je me pense toutefois deux questions complémentaires :
- quelles différences y a-t-il entre le bidim et un géotextile (Guy HEDOUIN paraît avoir des vues tranchées à ce sujet) ?
- les 40 cm de gravier sont-ils vraiment indispensables ? Si oui, il faudrait que nous recreusions la terre sur 20 bons cm, ce qui ne serait pas simple compte tenu des divers tubes qui jonchent le sol pour les réseaux. Peut-être pourrait-on creuser ces 20 cm en intervenant uniquement du côté de la terrasse, c'est-à-dire là où le terrain extérieur au logis est le plus bas ?

Je demande l'avis de tous mes experts, M. MAFFRE, Guy HEDOUIN, Sébastien, et tous ceux qui ont des expériences à faire valoir en la matière.

Pas faciles, ces essais de couleurs...

3 mai 2014.

A gauche, le "gris ardoise RAL 7015" ; à droite le "gris souris RAL 7005", tous deux sur carton :

3 mai 2014.

J'ai également voulu tester un "gris mousse RAL 7003" qui, comme son nom l'indique, tire un peu sur le vert. Mais l'essai sur bois n'est pas concluant (ce qui n'apparaît guère sur la photo suivante).

3 mai 2014.

Conclusion provisoire : la 1ère des 3 couches sera en "gris souris". Pour la 2ème couche, on mélangera sans doute le "gris ardoise" et le "gris souris". A suivre donc.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 3 mai 2014
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Electricité - Bâtiment Nord
0
A quoi passer le temps, durant le week-end, dans une chambre mortuaire ? Vous aimeriez bien le savoir, n'est-ce pas ?

Vincent Price fait la lecture à Peter Lorre, Boris Karloff et Basil Rathbone...

La réponse est simple : on a de saines activités car on y modifie l'emplacement de prises électriques et d'interrupteurs et on y fait arriver l'internet :

3 mai 2014.

Au centre, vous reconnaissez quand même le balais de la sorcière...

Plus que dix semaines de travaux avant le mariage. Jamais je ne parviendrai à livrer tout ce qu'on attend de moi. Des points critiques seront les deux cabinets de toilettes (celui du rez-de-chaussée du bâtiment Nord et celui sous l'escalier du logis) qui seraient pourtant indispensables mais dont le chantier se trouve bloqué en l'attente d'autorisations administraaaâââtives. Idem pour les enduits sur les murs de la cage d'escalier du logis qui resteront donc à l'état brut actuel jusqu'à l'automne au moins.

Et il en va de même depuis 23 ans. Jamais aucun délai n'est tenu ici, toujours tout dérape, à commencer par les coûts. On devrait l'avoir compris.

Pour essayer de me remonter le moral, je regarde où nous en étions du chantier il y a un an, ou deux (où l'on voit qu'un "meilleur ouvrier de France" a dit beaucoup d'âneries à propos de la chaux sur les placos, par exemple...), ou trois, ou quatre. Dommage que notre site favori n'ait pas été créé plus tôt car cela nous aurait permis de jalonner de la sorte le chemin parcouru malgré tout...