Architecture-M.O.

J'ai reçu du "Centre Régional de la Propriété Forestière NORMANDIE" une lettre qui a appelé de ma part les courriels suivants :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 9 mars 2019 10:38
À : cappelaere.marc@wanadoo.fr
Objet : TR: Votre réf : A9/2352

Cher Monsieur,

D'où sort ce Charlot, pinailleur et confus ?

Par ailleurs, je rappelle ma demande, à vous par courriel puis à votre collaborateur oralement lors de sa dernière visite, que vous m'aidiez à organiser le suivi du PSG.

Cordialement,

PPF

__________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 9 mars 2019 10:35
À : (...)@crpf.fr
Cc : cappelaere.marc@wanadoo.fr
Objet : Votre réf : A9/2352

Monsieur,

J'accuse réception de votre courrier du 29 février dernier.

Malheureusement, il est inexploitable par moi car vous n'avez pas pris le soin d'indiquer les mentions du document que j'ai déjà signé que vous entendez modifier. Ce dernier document a pourtant été paginé sans ambiguïté de même que son plan est clairement apparent, avec numérotation de ses parties, sous-parties et sous-sous-parties.

Ainsi, les quatre pages annexées à votre lettre ne semblent pas être des pages à substituer à celles déjà signées, puisqu'elles n'en respectent pas le formalisme élémentaire mais un "rapport d'instruction" selon le titre que vous avez choisi et qui ne me paraît pas susceptible, en l'état, de m'engager.

Je vous prie donc de reprendre votre travail avant de m'adresser un document utile, c'est-à-dire, à tout le moins, dont les pages puissent être substituées aux pages correspondantes du document initial et signé. Ce n'est qu'alors que je pourrai, le cas échéant, vous faire part de mes observations de fond ou, si je n'en relève pas, vous le signer.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Il aura suffi d'une heure à Maxime pour remettre en état de marche le "John Deere".

Il est vraiment doué pour la mécanique, ce garçon ! Et moi, je suis soulagé car je ne connais rien de pire que de me sentir impuissant face à la Nature quand elle se réveille.

(Hum, pas de mauvais esprit, s'il vous plaît...)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 11 mars 2019 14:41
À : gregoire.cadyck@crpf.fr
Cc : cappelaere.marc@wanadoo.fr
Objet : RE: Votre réf : A9/2352

Monsieur,

Merci pour ce courriel détaillé qui répond à mes interrogations.

J'attends donc le document adapté par M. Vaugarny.

Cordialement,

PPF

-----------------------------------------------------------------------------------------

De : Grégoire CADYCK <gregoire.cadyck@crpf.fr>
Envoyé : lundi 11 mars 2019 14:21:08
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: Votre réf : A9/2352

Monsieur,

La lettre que vous avez reçu le 29 février dernier comprend un rapport d'instruction rédigé par moi-même, ainsi qu'un courrier d'accompagnement. Ce courrier a pour but de vous informer quant à la contenance de la lettre ainsi que la suite de la procédure réglementaire pour l'agrément de votre PSG.

Le rapport d'instruction est un document qui, entre autres, permet de vous rendre compte de la conformité de votre PSG par rapport aux dispositions réglementaires. Il fait suite à la visite d'instruction effectuée le 20 février dernier en votre compagnie, celle de M. Anaël Vaugarny le rédacteur de votre PSG, et moi-même, technicien forestier au CRPF de Normandie.

Il est composé de la manière qui suit : une description synthétique de votre forêt avec ; le contexte général de celle-ci, une synthèse des différents types de peuplements avec différentes observations rapportées par moi-même, le renseignement du patrimoine paysager et architectural ainsi que des habitats et espèces d'intérêt patrimonial présents sur votre forêt, un bilan de l'équilibre sylvo-cynégétique de votre forêt, puis un bref constat de la gestion qui est proposée dans votre PSG, de la présentation générale du document et enfin, une demande de correction(s) obligatoire(s) à apporter à votre PSG afin de le rendre parfaitement conforme aux dispositions réglementaires.

Comme il est indiqué dans le courrier d'accompagnement que je vous ai fait parvenir, une copie de ce rapport d'instruction a été transmise à M. Anaël Vaugarny, le rédacteur de votre PSG. Ainsi, la demande de correction présente à la fin du rapport d'instruction permettra au rédacteur de votre PSG de réaliser ces dites corrections. Les pages corrigées vous seront alors transmises par ce dernier. Ce sont ces pages modifiées que vous devrez signer si vous êtes en accord avec les modifications apportées. Vous pouvez également faire le choix de ne pas apporter de modification à votre PSG, et, le cas échéant, vous devrez adresser une lettre explicative dans un délai de deux mois au CRPF de Normandie.

Le rapport d'instruction que je vous ai transmis ne constitue donc pas les pages qui devront, avec votre accord préalable, se substituer à celles déjà signées.

En revanche, et, je vous prie de m'en excuser, je ne me suis pas référé au plan de votre PSG pour vous indiquer ou se situent les différentes corrections à apporter à celui-ci. Toutefois, ayant déjà pu m'entretenir au sujet de cette demande de correction avec M. Anaël Vaugarny, sachez qu'il n'y a pas d'ambiguïté quant à ces corrections et que celles-ci sont pour lui limpides.

Je reste à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire,

Cordialement,

CRPF de Normandie
Grégoire CADYCK
Technicien forestier - Département de l'Orne

(Fin de citation)
Mes idées mûrissent pour sortir notre chantier favori de l'impasse où le bloque de fait un turlupin protégé.

Par ailleurs, je reprendrai le volant cette après-midi pour tenter de convaincre Igor de devenir le salarié de l'APIJOMM. Il vient en effet de m'apprendre que le contrat qu'il a signé hier ne porte que sur 15 jours.

Comme toujours, "La guerre est un art simple et tout d'exécution".
Je ne suis pas prêt à pardonner à un véritable branlotin d'avoir refusé de fait de traiter le problème de porosité du mur Ouest de l'"aile de la belle-mère". Les abondantes pluies de ces derniers jours ont évidemment produit l'effet habituel :

17 mars 2019.

17 mars 2019.

Il est lamentable qu'un tel incapable puisse se prévaloir d'un monopole légal non contrôlé comme il devrait l'être à l'évidence.

En attendant, mon chantier est bel et bien bloqué par ce jean-foutre succédant, entre autres, à un rapace, à un alcoolique et à une pétroleuse.

Ah, ils sont chouettes, je vous l'assure, dans cette corporation protégée en dépit du bon sens !


P.S. (du 18 mars 2019, à 3 heures du matin) : La tour de contrôle me signale que le message 44960, que j'avais rédigé il y a quatre mois, a fait l'objet, hier, d'une lecture approfondie.

A l'intention plus particulière du membre du fan-club qui l'étudie, je rappelle et signale que, depuis cette époque, mes idées ont évolué :
- le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" sera implanté au 1er étage du colombier et la cuisine du manoir dans le bâtiment Nord, dans deux des trois travées disponibles ;
- de ce fait, les rez-de-chaussée des deux tours sont actuellement sans affectation définie ;
- la raison de ces changements est, pour l'essentiel, la découverte récente d'une "rivière souterraine" (?) sous la charretterie ; celle-ci permettra, en tout état de cause, de chauffer commodément tout le manoir par aquathermie ; mais, alors qu'il y a quatre mois, je privilégiais l'option d'une chaufferie centrale au rez-de-chaussée du colombier, il m'a été recommandé par le dirigeant de "LEMASSON" (fabriquant de pompes à chaleur) de prévoir deux chaufferies, l'une dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord (3ème travée), pour chauffer le bâtiment Nord et le logis, l'autre au rez-de-chaussée du colombier, pour desservir l'aile Ouest (le cas du chauffage de la chapelle devant être optimisé à l'occasion) ; cette partition semble une bonne idée pour diverses raisons, y compris techniques.

Cette fois-ci, je crois que je tiens enfin la bonne implantation pour le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves". C'est pourquoi je pourrais avancer dans la restauration intérieure du colombier et ne serais plus obligé de me focaliser prioritairement sur la moitié Nord du logis.

Ayant dit ceci, il est clair que je demeurerai entravé, au moins formellement, là et ailleurs, tant que le lancinant (et ô combien superfétatoire) problème d'architecte que nous savons n'aura pas été enfin résolu.

A dire vrai, mes "déficits fonciers reportables" devraient me permettre de patienter un peu, me préservant ainsi de tourner vite en bourrique face à des situations manifestement sur-contraintes.