Architecture-M.O.

Jacqueline X.
rédigé le dimanche 25 novembre 2018
Livre d'or - Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Désultoirement vôtre ! - Economie
0
Bonjour,

Je trouvais aussi la proposition de votre banquier très bizarre, et je pense que vous avez raison de la refuser.

Je n'ai pas de solution-miracle hélas, je peux toutefois vous suggérer deux noms, Jean-Marc (...), cadre de direction chez Oséo, probablement retraité maintenant et Jean-Claude (...), cadre juridique chez Auxicomi, retraité aussi.

J'ai travaillé avec eux et apprécié leurs compétences et leur courtoisie, je les ai perdus de vue peu après ma retraite car plongée dans le maelström de ce qu'on nomme une longue maladie. Vous pouvez peut-être les retrouver dans des annuaires professionnels ou par twitter.

Votre mot de passe pour prendre contact : Jacqueline (...).

Il me semble, s'ils sont disponibles, que vous pourriez faire un fameux trio.

Bon week-end

Cordialement

N.D.L.R. : Merci beaucoup, je vais essayer de les contacter.
Nouveau problème d'ordi. Cette fois-ci, le scanner, qui hoquetait souvent, ne fonctionne plus du tout.

Je ne peux donc - au moins dans l'immédiat - mettre en ligne la lettre, datée du 23 novembre dernier, par laquelle la D.R.A.C. m'informe qu'elle a reçu ma demande de subvention pour la 2ème tranche de restauration des menuiseries extérieures de notre logis favori. La D.R.A.C. précise qu'elle dispose d'un délai de huit mois, soit jusqu'à la fin juillet 2019, pour instruire cette demande mais "qu'à l'issue de ce délai, le silence de l'Etat vaut rejet."

Il me semble que c'est la première fois que je reçois un courrier de ce modèle.

Le fait est que, sans cette subvention, je ne serais pas en mesure de financer les travaux correspondants, donc devrais reporter "sine die" la restauration des menuiseries extérieures de la salle-à-manger et de la pièce au-dessus, sur lesquelles devait porter cette deuxième des trois tranches envisagées en la matière.

Puisque, aux dernières nouvelles, Sébastien LEBOISNE a repoussé à mars prochain la livraison des menuiseries de la première tranche, je me dis, en première analyse, que le délai indiqué dans cette lettre ne devrait pas poser de problème en soi. Mais, à la réflexion, je suis d'avis que l'incertitude sur l'existence ou non de cette subvention va compliquer sérieusement, à un moment critique à beaucoup d'égards, la mise au point du contrat de collaboration avec Arnaud PAQUIN. Je me serais donc volontiers passé de cette difficulté inattendue.

Il devient ainsi de plus en plus problématique pour moi d'avancer dans les travaux de notre chantier favori, tant je suis assailli de contraintes beaucoup trop nombreuses et difficilement surmontables en l'état de mes forces.

P.S. : L'imprimante fonctionne à partir de l'ordi 1. Or, en passant à l'ordi 2, je m'aperçois que ce n'est pas un problème de scanner. Donc, une fois de plus, une mise à jour intempestive de je ne sais quoi sur l'ordi 1 met en drapeau ses connexions utiles pour le scanner. Cela ne doit pas être trop grave. J’éteins l'ordi 1 puisqu'on m'a dit de le faire de temps à autre pour permettre la digestion des mises à jour. Je remets en service l'ordi 2.

Grâce à ces manips, voici cette lettre :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 21:57
À : Arnaud Paquin Architecte
Cc : T.F.
Objet : RE: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Je viens de réviser et de compléter le texte de mon message en ligne. Tout cela est en train de devenir beaucoup trop difficile pour moi. Je n'en peux plus de toutes les contraintes auxquelles je devrais faire face pour continuer à avancer à ce stade. Cela est devenu impossible, je suis prêt à jeter l'éponge. Et advienne que pourra !

_______________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 13:39
À : Arnaud Paquin Architecte
Objet : Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Cher Monsieur,

Pour info : https://www.chaslerie.fr/blog/message/44994

Pourriez-vous contacter (...) pour apprendre comment interpréter cette lettre ?

Par ailleurs, "Enedis" vient de m'appeler à l'instant pour l'histoire de transfo que vous savez. Ils voulaient encore me coller des appareillages visibles à l'extérieur de la charretterie. J'ai dit à mon interlocutrice (06 78 73 59 07) que vous alliez déposer une demande de permis de construire pour mes travaux et que le volet "Enedis" serait réexaminé avec eux à ce moment.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 26 novembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Ferronnerie - Menuiserie - Logis
0
(Début de citation)

De : Arnaud Paquin <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 22:32
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : RE: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Bonsoir Monsieur Fourcade,

J’ai lu votre blog et comprends la même chose que vous : la subvention n’est pas assurée à 100%.

J’essaierai d’appeler (...) pour avoir des nouvelles.

Soyez serein cependant.

Bien cordialement,

Arnaud Paquin

(Fin de citation)

Je lis ce message qui me réconforte. Je me dis que j'ai beaucoup de chance d'avoir croisé le chemin de M. PAQUIN. Et si c'était cela, la grâce dont il m'a parlé vendredi dernier, le visage rayonnant ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 27 novembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Menuiserie - Logis
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 27 novembre 2018 16:34
À : (...)
Cc : T.F. ; Arnaud Paquin Architecte
Objet : RE: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Cher Monsieur,

Merci beaucoup pour cette réponse. Je viens de joindre (...) qui m'a donné des détails rassurants sur la procédure.

En pratique, je ne compte pas engager les travaux de la 2ème tranche avant de recevoir l'arrêté de subvention. Comme nous n'attendons pas la pose des menuiseries de la 1ère tranche avant le mois de mars prochain, les choses devraient donc pouvoir s'organiser calmement et dans l'ordre pour la 2ème tranche.

Bien cordialement,

PPF

________________________________________________________________________________

De : (...)@culture.gouv.fr
Envoyé : mardi 27 novembre 2018 14:47
À : Pierre-Paul Fourcade
Cc : Arnaud Paquin Architecte; (...)
Objet : Re: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Bonjour Monsieur Fourcade,

Il n'y a pas d'inquiétude à avoir sur ce courrier, mais vous pouvez appeler mes collègues de la programmation (...) pour avoir les précisions utiles.

Bien cordialement

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 27 novembre 2018 16:46
À : Davy Bernard
Objet : RE: infos relatives à l'inhumation chapelle privée

Cher Bernard.

Merci beaucoup, c'est très clair. Je vais devoir me rapprocher d' un hydrogéologue agréé ; j'imagine que la chose sera facile.

A très bientôt, bien cordialement,

PPF

_____________________________________________________________

De : Davy Bernard <b.davy@villededomfront.fr>
Envoyé : mardi 27 novembre 2018 11:54
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Fwd: infos relatives à l'inhumation chapelle privée

Pierre Paul,

Je vous transfère les infos concernant l'inhumation à domicile.
Excusez-moi pour ce retard .

Bernard

(Fin de citation)

P.S. : Je m'aperçois que l'autorisation préfectorale nécessaire à mon inhumation dans la chapelle de la Chaslerie ne peut être obtenue de mon vivant. Je vais néanmoins essayer de purger l'obligation d'un rapport "ad hoc" d'un hydrogéologue agréé. Pour cela, il serait sans doute judicieux que j'interroge la préfecture sur l'utilité d'une telle précaution.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 27 novembre 2018 18:41
À : olivier.dugue@unicaen.fr
Objet : Inhumation à domicile - Domfront-en-Poiraie (Orne)

Monsieur,

Comme vous le savez, l'inhumation de particuliers en terrain privé est soumise à autorisation préfectorale sur le rapport d'un hydrogéologue agréé. L'autorisation doit être postérieure au décès mais j'imagine, peut-être à tort, que le rapport peut lui être antérieur.

Pouvez-vous m'indiquer, en votre qualité d'hydrogéologue agréé, vos conditions éventuelles pour établir un tel rapport à propos d'une chapelle privée sise à la Chaslerie, La Haute Chapelle, 61700 Domfront-en-Poiraie ? La dernière inhumation à cet endroit date de 1970 et je ne pense pas qu'il y ait là de problème hydrogéologique particulier. Le bâtiment a été restauré il y a une vingtaine d'années sous le contrôle de l'administration des affaires culturelles ; il a alors été drainé extérieurement, le drain débouchant dans une douve sèche très proche.

Je me tiens à votre disposition pour compléter votre information si nécessaire, notamment lors d'une visite sur place.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée.

Pierre-Paul FOURCADE
(06 12 96 01 34)

P.S. : J'ai été étudiant à l'I.B.F.A. de Caen à l'époque où M. Jean-Louis LAGARDE qui, je le vois, a signé des publications avec vous, était vice-président de l'université ; il est possible qu'il se souvienne de moi. Je suis par ailleurs en termes amicaux avec M. Francis DORE qui enseigna la géologie à Caen il y a quelques années.

(Fin de citation)
Comme me le disait amicalement Arnaud PAQUIN il y a quelques jours, j'ai besoin de prendre un peu de champ par rapport à notre chantier favori. Je crois que c'est le moment, le chantier est très calme, dans l'attente du foreur dès qu'il aura reçu ses tuyaux. Je n'ai plus rien à ajouter aux divers dossiers qui font si souvent mon quotidien, tout est en ordre de mon côté.

Aujourd'hui, la météo clémente m'encourage à aller faire un tour à Villers pour y marcher sur la plage, au grand air, en compagnie de Carole qui s'y repose quelques jours dans l'appartement de ses parents.

J'espère que les "gilets jaunes" ne me retarderont pas trop. Hier, sur la route d'Alençon, ils étaient présents mais ne bloquaient pas la circulation.