Architecture-M.O.

Dans le prolongement de mon récent courriel lui indiquant quelles sont mes priorités de chantier, j'ai invité aujourd'hui Arnaud PAQUIN à déjeuner à ma cantine favorite. La réunion a duré près de deux heures et a permis de préciser mon programme de travaux - du moins mes ambitions en la matière -. J'ai insisté sur les questions de calendrier et marqué mon souhait que toute la phase paperassière soit au plus tôt derrière nous. Il est prévu qu'Arnaud PAQUIN rédige rapidement son compte rendu de la réunion de chantier du 15 novembre dernier et revienne vers moi avec un projet de contrat organisant notre coopération.

Arnaud PAQUIN a bien compris que notre chantier favori est très lourd pour mes épaules (sans oublier mes poches) et que je suis susceptible de devenir angoissé, comme encore récemment, pour cette raison ; il m'a recommandé de prendre du recul, par exemple en effectuant une retraite dans un certain cadre (il a cité à ce propos le nom d'Ignace de LOYOLA). Quand je lui ai dit que j'étais Béarnais d'origine, il a demandé si j'avais des attaches protestantes ; je comprends qu'il trouve ma tournure d'esprit plus empreinte de rigueur que de grâce, ce en quoi je ne saurais lui donner tort, bien entendu.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 24 novembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Ferronnerie - Menuiserie - Logis
0
Depuis une bonne semaine, j'essaye en vain de rentrer en contact avec un artisan déjà intervenu dans le cadre de notre manoir favori. Il ne daigne pas répondre aux messages que je laisse sur ses répondeurs.

S'il persiste dans cette attitude, je pourrais avoir envie d'expliquer à quel point il est plus cher qu'un de ses concurrents qui fait de l'excellent travail, lui aussi. Ou comment il fait pour obtenir des rétro-commissions en imposant l'intervention d'un ferronnier dont les produits, fabriqués en réalité au Vietnam, rouillent prématurément.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 24 novembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Désultoirement vôtre ! - Economie
0
Le directeur d'agence bancaire sur lequel je comptais pour me prêter la somme nécessaire à mes travaux, sans que j'aie à me soumettre aux diktats de médecins-conseils prompts à ouvrir le parapluie, vient de me donner sa réponse :
- il refuse la caution de mon aîné, son établissement ayant pour politique de refuser les "cautions de tiers" ; je ne comprends pas pourquoi ;
- pour me prêter 75 000 €, il me demande d'investir d'abord 35 000 € dans un de ses produits d'assurance dont je ne suis pas informé des conditions ;
- la durée de son crédit serait de 7 ans et le remboursement se ferait par mensualités constantes à un taux de 2,94 % (est-ce bien le taux actuariel ? je n'obtiens pas de réponse claire de sa part à ce sujet), ce qui se traduirait par des mensualités d'un peu moins de 1 000 € :

Je ne suis pas sûr d'être emballé par une telle offre, notamment par l'idée de devoir investir quasiment la moitié de la somme prêtée dans un produit d'assurance sur lequel, d'après ce que j'imagine, je demeurerais collé un bon moment.

Après avoir mis en ligne ce message, je viens d'écrire à mon correspondant :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 24 novembre 2018 01:32
À : (...)
Cc :T.F.
Objet : RE: Prêt

Cher Monsieur,

Si vous me prêtez 200 quand je "nantis" 100, il n'y a pas d'autre limite pour moi que mes besoins de financement externe ou, plus immédiatement, mon souci de limiter mes mensualités. Visons donc à ce stade 150 000 € de crédit.

J'aurais néanmoins besoin que vous me fournissiez un peu d'infos sur votre produit d'assurance dans lequel je devrais investir : risque, rendement net, charges et durée.

Cordialement,

PPF

_______________________________________________________________


De : (...)
Envoyé : vendredi 23 novembre 2018 12:24
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Cc : T.F.
Objet : RE: Prêt

Ici, je suis parti avec la BFM sur 75 000 de prêt pour nantir 35 000 d’épargne (ce qui est le maximum).

A mon sens, si nous voulons exclure assurance ET toute garantie, nous pourrons aller au dela des 35/40 0000 euros. Et cette demande sera sous décision de ma direction vu les absences Assurance/garantie.

La question pour que nous puissions nous positionner est :

Combien pouvez-vous nantir afin que je détermine, alors, cette enveloppe sans assurance ?

A vous lire,

_______________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade [mailto:penadomf@msn.com]
Envoyé : vendredi 23 novembre 2018 12:18
À : (...)
Cc :T.F.
Objet : RE: Prêt

Tout cela mérite réflexion.

Quel est le montant maximum du crédit que vous pouvez mettre en place à ces conditions de nantissement, de durée et de taux ?

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Je n'arrive pas à obtenir de la fiscaliste de la "Demeure Historique" de réponse à mes courriels sur la réintégration, dans mes prochaines déclarations de revenus, de mes déficits fonciers reportables. Sans doute est-elle débordée par les questions d'autres adhérents. Sur les conseils de mon ami Patrice qui m'étonne en me disant que mes questions ne sont pas simples, j'ai donc laissé hier après-midi un message téléphonique à l'attention de la correspondante qu'il m'a désignée.
0
Si les "gilets jaunes" ne le bloquent pas, il est prévu qu'Igor revienne aujourd'hui. Christian a proposé que je les laisse, Igor et lui, retirer les branches trop grosses que les élagages et tailles de formation antérieurs ont laissées sur le terrain, sous forme d'andains. Christian voudrait en effet pouvoir, à la belle saison, débroussailler au tracteur les travées entre rangées d'arbres.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 24 novembre 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Ferronnerie - Logis
0
Ce samedi matin, les "gilets jaunes" étaient rares sur la route de Lanvallay. Sébastien LEBOISNE et moi sommes donc arrivés sans encombres à "L'atelier des métaux".


Après une rapide reconnaissance de l'atelier proprement dit où l'on aperçoit trois petites forges au gaz (les appareils bleus sur les deux premières photos ci-dessous) mais où l'on peut constater l'absence de forge au charbon de bois...

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

... j'ai photographié les panneaux montrant le savoir-faire de Robert HOGUE et de ses compagnons :

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

Puis Sébastien LEBOISNE et Robert HOGUE se sont lancés sous mes yeux dans une discussion technique...

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

planches de la C.R.M.H. en mains...

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.

24 novembre 2018.


La principale conclusion de cette séance m'est apparue que les plans de Benoît MAFFRE sont insuffisamment précis ou comportent des erreurs, de sorte qu'une nouvelle réunion devra être organisée en présence cette fois d'Arnaud PAQUIN. Devraient alors pouvoir être effectués les choix de ferrages et de garnitures pour les menuiseries extérieures du logis.

Au cours de la discussion, j'ai appris quelques expressions, comme l'aspect du métal "brut de forge" ou, au contraire, "limé blanchi", les "gonds à turlupet" ou ceux "à vase", les "fenêtres à recouvrement" ou "à feuillure". C'est notamment autour de ces notions que devraient, si j'ai bien compris, tourner les précisions attendues d'Arnaud PAQUIN lors de cette prochaine réunion.

J'ai également noté les coordonnées d'un artisan que je crois connaître (depuis juillet 2014, voitures anciennes oblige), Alexandre GURY, de "Fer Art Forge", basé à La Fortinière, 14350 Saint-Aubin-des-Bois, 06 26 97 28 78, 02 31 59 03 74 qui paraît jouer un certain rôle dans la succession - si succession il y a - de Roland FORNARI, notamment pour ce qui concerne les gros objets, comme des grilles.
En parcourant le site de "Fer Art Forge" puis en surfant sur la toile, je m'aperçois qu'Alexandre GURY n'est pas l'artisan auprès de qui j'avais loué deux voitures anciennes en 2014. Peut-être est-ce son fils, il faudrait que je le vérifie.

Je note aussi cette image extérieure d'un évier qui permet peut-être de comprendre comment était monté l'évier de la Julinière que Xavier m'a vendu récemment et que j'envisage d'installer dans la tour Nord-Est de notre manoir favori :

A la réflexion, je trouverais idiot de m'endetter à mon âge à hauteur de 150 000 € en supportant des mensualités de 2 000 € si c'est pour ne pouvoir financer que 75 000 € de travaux et me retrouver, à l'âge de 73 ans, avec 75 000 € d'épargne. Mon problème est en effet de financer mon programme immédiat de travaux de plomberie et chauffage en attendant un hypothétique relais par mon aîné dans cinq ans, pas de me constituer une épargne pour l'époque où je serai gaga.

J'envisage donc de décliner cette offre de crédit. Mon problème de financement reste entier. Ça devient très tendu, tout ça.

Or, si mon idée de réintégration fiscale de déficits fonciers antérieurs était réalisable (ce qu'à dire vrai je crois être le cas, au moins pour une partie qui demeure substantielle à mon échelle), cela me permettrait dans un premier temps de lever le pied sur les travaux non subventionnés, donc de profiter de cette période de répit pour reconstituer un peu d'épargne m'autorisant une relance de ces travaux dans un second temps. Je parle ici d'une pause qui pourrait durer trois bonnes années. Autrement dit, le calendrier du chantier en serait lourdement affecté. Pas sûr que ça ne couine pas dans mon entourage.

Décidément, la restauration de vieilles pierres n'est pas une sinécure !

P.S. (du 26 novembre 2018) : (Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 08:21
À : (...)
Cc : T.F.
Objet : RE: Prêt

Cher Monsieur,

En réalité, cette offre ne correspond pas à ma demande. Je n'ai en effet nul besoin de me constituer une épargne de 75 000 € - accessible dans 7 ans ? - mais de financer mes travaux immédiats.

Cordialement,

PPF

_____________________________________________________________________

De : (...)
Envoyé : samedi 24 novembre 2018 08:56
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : RE: Prêt

Bonjour Monsieur FOURCADE,

Nous pouvons donc partir sur un placement de 75 000 et un prêt de 150 000€ ?

Pouvez-vous venir semaine prochaine à l’agence ?

A vous lire

(Fin de citation)