Architecture-M.O.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 30 Janvier 2022
Architecture-M.O. - Administration - SVAADE (travaux) - SVAADE
0
Le rendez-vous avec Me MEYER est avancé à ce soir. Je compte lui communiquer à cette occasion, en les lui commentant, les principales pièces du dossier, telles que je les ai récupérées dernièrement et telles que je les mets à la disposition des architectes du patrimoine avec qui j'entre en contact utile.

Parmi les plus importantes de ces pièces figurent les études préalables dont la Chaslerie a déjà fait l'objet. Il y en a deux, l'une, sur laquelle on ne s'étendra pas, due à un architecte en chef des monuments historiques qui doit désormais être retraité, l'autre, datant de septembre 2015 et portant sur les menuiseries extérieures des bâtiments sur cour.

Je relis cette dernière avant la réunion de ce soir. Je le fais avec d'autant plus d'intérêt que La SVAADE et/ou moi devrions commander une troisième étude préalable pour éclairer nos réflexions sur la suite du chantier favori. A cet effet, la relecture d'une étude préalable réputée de qualité est de nature à nous remettre en tête ce à quoi on peut s'attendre en la matière.

P.S. (à 13 h 30) : Avec un recul de plus de six ans, je relève que ce document comporte une série de lacunes ou d'insuffisances, voire de pétitions de principe, qui pourraient se révéler gênantes pour la suite des travaux.

Ainsi et sauf erreur de ma part :
- je ne vois nulle part mention du fait que, de façon générale, les murs de la Chaslerie ont été montés à la terre ; or ceci suffirait à expliquer diverses évolutions architecturales qui ne sont que superficiellement abordées dans ce document, comme divers percements ou modifications des dimensions de certaines ouvertures ;
- l'incendie de 1884 est à peine évoqué alors qu'il a rendu nécessaires, à l'époque, non seulement la reconstruction de l'ensemble de la charpente du logis, mais aussi l'arasement des murs sur une bonne soixantaine de centimètres ; à ce sujet, que M. Nicolas GAUTIER, ancien A.B.F. de l'Orne, avait parfaitement perçu et expliqué, l'auteur de cette étude préalable ne s'est jamais borné qu'à écrire que le logis "aurait pu être dérasé pour limiter la reprise des arases et la restitution des lucarnes hautes" ; bien entendu, il n'est pas évoqué les plafonds des pièces du rez-de-chaussée du logis dont la poutraison et le solivage datant des travaux, ô combien bâclés de manière générale, de la mi-XXème siècle, devraient suffire à illustrer les ravages de l'incendie, ceci sans insister davantage sur tous les dégâts sur les granits dudit logis, et pas seulement les intérieurs ;
- nulle part il n'est fait état, dans ce document, de la problématique des "poutres pourries" du premier étage du logis alors que les travaux indispensables en la matière posent nécessairement la question préalable de la qualité du linteau de la fenêtre sur jardin de l'ancienne chambre au 1er étage Nord du logis ; ainsi cette problématique est bel et bien dans le cœur du sujet ; je peux ajouter que l'attention de la D.R.A.C. et de l'architecte en cause n'avait pas manqué d'être attirée de longue date sur cette question, mais sans que cet architecte du patrimoine (pas plus que ses successeurs à ce jour) daigne s'y intéresser jamais, malgré mes multiples relances, y compris écrites ;
- nulle part il n'est fait mention de l'étude, que j'avais réalisée de mon propre chef et transmise en temps utile audit architecte du patrimoine, sur les linteaux du premier étage des manoirs du Domfrontais ; le conservateur régional des monuments historiques avait pourtant considéré cette étude comme utile et pertinente ;
- surtout, les conclusions très hâtives, selon moi (et selon d'autres observateurs comme un menuisier chevronné), dudit architecte du patrimoine sur la porte principale du logis (celle sur cour) n'ont pas fini, peut-on craindre, d'empoisonner les débats. En effet, cet architecte du patrimoine n'avait pas hésité à affirmer de fait que les menuiseries de cette porte avaient résisté à l'incendie, ce qui paraît particulièrement invraisemblable ;
- et je cite pour ordre le fait que tout débat sur le parti architectural de restauration desdites menuiseries a été délibérément escamoté au bénéfice d'une situation imaginée à l'époque Transition, l'auteur ayant carrément affirmé qu'il n'existe en la matière "aucun élément documentaire" sur l'état antérieur au XVIIIème siècle, alors que les cicatrices de meneaux et traverses de granit surabondent sur place.

Accessoirement, je ne reviens pas sur la façon dont cet architecte du patrimoine avait facturé ses interventions, en avait toujours obtenu le prompt règlement et avait néanmoins abandonné le chantier en 2017, en usant de termes particulièrement désobligeants pour moi, sans avoir mené à bien la restauration d'une seule menuiserie en question (à part celles de la porte d'entrée du bâtiment Nord et de la porte du logis sur jardin, travaux au demeurant excellents, grâce en particulier au menuisier que je viens d'évoquer, à savoir Pascal BRESSON).

P.S. 2 (à 14 h 30) : Parmi les bons aspects de cette deuxième étude préalable, il y a lieu de retenir au moins trois affirmations :
- sur l'existence de lucarnes sur le logis avant l'incendie de 1884,
- sur le caractère complètement raté des "casts" des écuries et l'opportunité de lucarnes du modèle connu,
- sur le caractère tardif du percement de l'horrible porte agricole de la façade Ouest des écuries.

Au moins sur ces trois sujets, ce document devrait nous permettre d'échapper - du moins je l'espère - à de vains débats.
Après que j'ai eu subitement l'idée de téléphoner hier, à 7 heures du matin, à un architecte du patrimoine disposant de l'ancienneté requise par les textes, un accord oral de principe a été trouvé entre lui et moi pour qu'il assure dans les meilleurs délais la maîtrise d’œuvre de la restauration des menuiseries extérieures du logis ainsi que de travaux annexes comme ceux liés à la problématique des "poutres pourries".

En application de l'accord récemment intervenu entre la région Normandie et moi, je serais pour ma part habilité à exercer la maîtrise d'ouvrage de ce chantier en liaison avec "La SVAADE", étant entendu que je souhaite que mon aîné tire rapidement les conséquences de ses dernières réflexions relatives à ma succession dans ce rôle dont je crois avoir épuisé tous les charmes.

Il me reste toutefois à convaincre la D.R.A.C. de Normandie que toutes les conditions sont désormais réunies pour qu'ils se décident à subventionner dès que possible ces travaux (et quelques autres) au nom de l'Etat.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 13 février 2022 08:15
À : PERREAU Marie
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Jean-Aimable LENEGRE ; C. F. ; T. F. ; (...) architecte
Objet : RE: Politique régionale du patrimoine - Application au manoir de la Chaslerie (Orne) - Intervention de l'association "La SVAADE"

Chère Madame,

Le projet en est toujours au stade du montage, de sorte que les éléments chiffrés que je vous communique ici sont encore provisoires.

Le montant global des travaux pour lesquels les subventions de la région Normandie seront sollicitées est de l'ordre de 2 M€. Ils porteront tant sur le manoir (menuiseries extérieures et restauration intérieure d'ensemble) que sur la réhabilitation de deux dépendances destinées à servir de résidences d'artistes.

Dans l'immédiat :
- une première tranche de travaux dont la définition est en cours, sous l'égide d'un architecte du patrimoine dont le recrutement est en phase de finalisation, devrait porter, pour l'essentiel, sur les menuiseries extérieures (classées monument historique) des principaux bâtiments sur cour ; son montant serait de l'ordre de 0,5 M€. Il est possible - mais non souhaité par La SVAADE ni par moi - que la D.R.A.C. choisisse, pour des raisons qui lui sont propres, de tronçonner cette tranche sur plusieurs exercices ;
- une "étude de diagnostic" d'ensemble est également en cours de définition, rendue complexe par une problématique de chauffage par aquathermie ; le budget de cette étude serait de quelques dizaines de milliers d'euros, comme déjà signalé ;
- enfin, "La SVAADE" et moi avons le désir de lancer au plus tôt les travaux de réhabilitation et d'aménagement intérieur de deux dépendances (la "cave" et la "ferme", elles seulement inscrites à l'I.S.M.H.) destinées à servir de résidences d'artistes ; le budget de ces travaux-ci pourrait atteindre 0,5 M€.

Bien cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : PERREAU Marie
Envoyé : jeudi 10 février 2022 16:31
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : RE: Politique régionale du patrimoine - Application au manoir de la Chaslerie (Orne) - Intervention de l'association "La SVAADE"

Monsieur,

Pourriez-vous me confirmer le montant sollicité auprès de la Région ainsi que la nature et le montant global de votre projet ?

Merci par avance

Marie Perreau

Chargée de projets pour l’Eure et l’Orne
Service Patrimoine et Inventaire
Direction de la Culture et du Patrimoine
Région Normandie (site de Caen)
02 14 47 63 05

____________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 8 février 2022 17:33
À : PERREAU Marie
Objet : Re: Politique régionale du patrimoine - Application au manoir de la Chaslerie (Orne) - Intervention de l'association "La SVAADE"

Chère Madame,

Vous résumez bien les protections. En clair, tout est au moins inscrit, intérieurs comme extérieurs. Un sous-ensemble important a été ultérieurement classé.

Quant aux visites, elles sont possibles tout au long de l'année.

Bien cordialement,

PPF

Envoyé de mon Galaxy A32 5G Orange
Télécharger Outlook pour Android

____________________________________________________________________________________

From: PERREAU Marie
Sent: Tuesday, February 8, 2022 5:25:03 PM
To: Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Subject: RE: Politique régionale du patrimoine - Application au manoir de la Chaslerie (Orne) - Intervention de l'association "La SVAADE"

Bonjour Monsieur,

Je me permets de vous contacter concernant la visite du 18 février prochain. Je prépare une note sur l’histoire et l’architecture du manoir ainsi que l’évolution du chantier de restauration du site.

Votre site internet à ce sujet est très bien fait.

J’ai deux questions :

- Au sujet de la protection du site au titre des MH j’ai vu que l’ensemble du site (intérieur et extérieur) est inscrit au titre des MH par arrêté du 2 novembre 1926. Cette protection a été étendue par arrêté le 26 octobre 1993, à l’allée historique du manoir (au Sud, vers le bourg de La Haute Chapelle). Enfin, par arrêté du 4 juillet 1995, l’extérieur des bâtiments et des constructions entourant la cour, la chapelle en totalité avec son décor intérieur, les murs bordant le « Pournouët » et le circuit des douves, du bief amont au bief aval, ont été classés. Est-ce que ces informations sont exactes ?

- Le site est-il ouvert au public au moins 40 jours par an ?

Merci par avance pour votre retour.

Bien Cordialement

Marie Perreau

Chargée de projets pour l’Eure et l’Orne
Service Patrimoine et Inventaire
Direction de la Culture et du Patrimoine
Région Normandie (site de Caen)
02 14 47 63 05

(Fin de citation)
Des arrêtés de subvention de l'Etat arrivent prochainement à expiration, celui relatif à la première tranche de restauration des menuiseries extérieures du logis et celui prévoyant que la cage d'escalier soit enduite de chaux. La D.R.A.C. a proposé de substituer aux deux arrêtés relatifs aux menuiseries, dont elle reconnaît de fait les imperfections, un nouvel arrêté dont le contenu pourrait être repensé. Je souhaiterais qu'à cette occasion, la question des "poutres pourries" soit enfin réglée.

Je suis passé voir Arnaud PAQUIN hier à son cabinet d'Avranches. Il connaît bien notre chantier favori et considère comme moi, d'une part, que le traitement des "poutres pourries" est un préalable nécessaire à la restauration d'une fenêtre du logis et, d'autre part, qu'il serait sous-optimal d'enduire la cage d'escalier avant d'y restaurer les menuiseries ou de passer les tuyaux de chauffage. Tant qu'à fusionner les deux premiers arrêtés, il suggère même que le nouvel arrêté à prendre, en substitution des deux premiers, couvre également la question des enduits de la cage d'escalier, ce qui me semblerait en effet de bon sens.

Compte tenu de l'urgence, j'ai demandé à Arnaud PAQUIN, qui accepte d'assurer la maîtrise d’œuvre de la restauration des menuiseries extérieures du logis, de prendre à ces sujets l'attache de la D.R.A.C. afin que ces travaux puissent enfin être réalisés dans les meilleurs délais.

Aucun autre engagement n'a été pris entre nous deux, ni de ma part, ni de la sienne, sur la suite du chantier.

Quant à La SVAADE et moi, nous estimons toujours indispensable que, pour commencer et dans les meilleurs délais :
- un architecte du patrimoine puisse dialoguer utilement avec le bureau d'études "Bee +" afin qu'après la région Normandie (qui en a accepté le principe), l'ADEME puisse subventionner notre installation de chauffage par aquathermie et le service régional d'archéologie mettre un terme à son intervention dans ce dossier ;
- une étude préalable d'ensemble fournisse, sur la base du projet architectural existant, le chiffrage par grandes masses des travaux à mener en vue de finir la restauration de la Chaslerie, dépendances (aménagées comme résidences d'artistes) incluses.

Sur ces deux derniers sujets, comme sur leur aval, nous n'en sommes toujours qu'à la phase des discussions. Nous cherchons de concert (rejoints très bientôt, je l'espère, par mon aîné) à nous entourer des meilleurs conseils, tout en facilitant leur nécessaire coordination. Que ceci soit clair pour tout le monde !
Serions-nous en train de débloquer enfin le chantier favori ?

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 28 février 2022 13:17
À : Arnaud PAQUIN
Cc : Me Xavier MEYER ; Hugues HOURDIN ; C.F. ; T.F.
Objet : RE: Chaslerie - Contrats

OK.

Donc :

- menuiseries extérieures du logis
- étude préalable avec chiffrages des travaux sur bâtiments sur cour autres que le bâtiment Nord (ouvertures de l'aile ouest, aménagements intérieurs du logis et de l'aile ouest)
- étude préalable des dépendances :
. ferme (y compris réflexion sur la ligne faitière : longère ou pas)
. chapelle : résolution du problème d'humidité qui gâte très vite les peintures murales pourtant restaurées
. cave : chiffrage essentiellement.

Bien cordialement,

PPF

___________________________________________________________________________________

De : Arnaud PAQUIN
Envoyé : lundi 28 février 2022 12:42
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: Chaslerie - Contrats

Bonjour M. Fourcade,
Je vous l'envoie demain Midi.
Et d'accord a priori pour les dépendances. Ce sera une autre proposition.

Bien cordialement,

Arnaud Paquin

Atelier PAQUIN architecte D.P.L.G
architecte du patrimoine DSA école de Chaillot.
2, rue du collège 50300 AVRANCHES
tél: 02 50 26 01 32
arnaudpaquin.architecte@gmail.com
atelierpaquin.architecte@gmail.com

____________________________________________________________________________________

Le lun. 28 févr. 2022 à 08:58, Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com> a écrit :

Cher Monsieur,

Puisque nous nous sommes mis d'accord, le 11 février dernier, sur les principales clauses de votre contrat (y compris sur les "poutres pourries" et la porte d'accès à l'arrière-cour), je vous prie de me le communiquer.

Par ailleurs, accepteriez-vous d'être chargé de l'étude préalable des bâtiments sur cour (autres que le bâtiment Nord) ? Voire de l'étude préalable relative aux dépendances ? Ceci nous serait des plus utiles pour introduire dès que possible nos demandes de subventions, notamment à la région (...).

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 2 Mars 2022
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - SVAADE (travaux) - SVAADE
0
Ce matin, deux très bonnes nouvelles pour le chantier favori :
- Arnaud PAQUIN m'a fait parvenir son contrat de maîtrise d’œuvre pour la restauration des menuiseries extérieures du logis et de l'aile Ouest ; il est prévu qu'il vienne me voir au manoir favori mardi prochain ; je l'y recevrai en compagnie de Xavier MEYER afin de définir ce que pourrait être la suite de notre collaboration (les études préalables dont j'ai besoin afin d'amorcer un dialogue utile avec les subventionneurs potentiels) ;
- Xavier MEYER et moi avons rencontré mon officier traitant à la D.R.A.C., ceci à ma demande et à Caen ; atmosphère assainie, donc tout à fait constructive ; tous les efforts depuis plus d'un an pour recaler les dossiers commencent ainsi à porter leurs fruits.

Reste à espérer que le contexte géopolitique ne viendra pas entraver tout cela. Car on est bien peu de chose (air connu) face à ces réalités autrement dramatiques.
J'ai mis fin ce matin à ma recherche de solutions pour obtenir d'un jeune architecte du patrimoine, par ailleurs ingénieur thermicien, qu'il daigne s'occuper de la relation avec le bureau d'études "Bee +" et avec l'ADEME.

Par voie de conséquence, je rendrai visite mercredi matin à Gregory VANNOBEL, de "Bee +", dans ses locaux près de Rennes afin de définir la poursuite de sa mission.

La veille, Arnaud PAQUIN sera passé à la Chaslerie. En liaison avec Xavier MEYER, nous évoquerons les tâches que je souhaiterais lui confier, y compris d'être à mes côtés le correspondant de "Bee +" pour que nous puissions tirer le meilleur parti du travail de ce bureau d'études.
Pour le plus grand intérêt de Guguss-Chien-De-Chantier, Philippe JARRY est venu, tôt ce matin, sonder le sol du haut de l'allée historique :

7 mars 2022.

7 mars 2022.

7 mars 2022.

7 mars 2022.


Il a creusé sur 1,30 m de profondeur...

7 mars 2022.

... et considère qu'il n'y aurait pas de difficulté particulière à prévoir là les fondations de pilastres de trente tonnes chacun.

Je compte néanmoins interroger à ce sujet le bureau d'études "Bee +" après-demain.
La réunion cette après-midi avec Arnaud PAQUIN et en présence de Xavier MEYER s'est très bien passée.

J'ai signé le contrat de maîtrise d’œuvre de la restauration des menuiseries extérieures des bâtiments sur cour. La restauration des "poutres pourries" fait partie des priorités, il est prévu qu'elle soit effectuée dans le cadre de la "tranche A" destinée à se substituer aux "tranches 1 et 2" antérieures. Cette "tranche A" devrait être achevée pour le 1er novembre 2022.
Une "tranche B" suivrait dans les meilleurs délais, couvrant toutes les autres menuiseries extérieures, y compris le remplacement des horribles "casts" par des lucarnes et la résorption de l'affreuse porte agricole de la façade Ouest du bâtiment Ouest. Normalement, c'est mon aîné qui devrait assurer la maîtrise d'ouvrage de cette "tranche B" qui sera présentée sans retard aux entités publiques subventionneuses.

Une étude préalable permettra de concrétiser l'accord de toutes les parties concernées sur les principes de la restauration intérieure du logis et de l'aile Ouest.
En marge de cette étude préalable, Arnaud PAQUIN se coordonnera avec le bureau d'études "Bee +" pour résoudre toutes les problématiques des fluides, y compris internet et y compris les relations avec l'ADEME, entité subventionneuse qu'il faudra convaincre, et avec le service régional d'archéologie qui s'est trouvé mis dans la boucle.

Pour la cave, il n'y aura pas d'étude préalable et on passera directement aux travaux, en continuité avec le permis de construire obtenu il y a une trentaine d'années par Nicolas GAUTIER. Les questions d'isolation thermique feront l'objet d'un grand soin, tant sur les murs que dans les combles, avec l'espoir de convaincre l'ADEME de leur qualité subventionnable (La SVAADE devant donc être leur maître d'ouvrage délégué). Le principe de vitraux en losange sera appliqué à toutes les ouvertures mais un double vitrage intérieur sera ajouté. A l'étage, les pannes de onze mètres de longueur (ce qui a paru remarquable à Arnaud PAQUIN) ne seront pas touchées et resteront visibles malgré l'isolation, de même que les croix de Saint-André de la charpente mais contrairement aux chevrons. Il n'y aura plus, à l'étage, que deux pièces principales, vastes, la plus à l'Est pouvant être éclairée par des chatières. Il est possible que la cave dispose d'une chaudière indépendante tout en recourant à l'aquathermie.
L'aménagement intérieur de ce bâtiment bénéficiera d'une nette priorité de ma part puisqu'il me permettra de m'y replier pour, je l'espère, le reste de ma vie, après avoir transmis à mon aîné, dans les meilleures conditions pour lui, l'ensemble des bâtiments sur cour.
Ainsi conçus, les travaux sur la cave sont considérés comme simples et relativement peu coûteux à réaliser.

Il en ira différemment pour la ferme, destinée à servir de résidence d'artistes (la cave aussi d'ailleurs mais, pour celle-ci, à titre subsidiaire).
A première vue, Arnaud PAQUIN préfère redonner à ce bâtiment son aspect initial de longère. Les lucarnes et houteaux actuels seront remplacés par des ouvertures mieux dessinées. La grande porte double de grange devrait être conservée, alors que le permis de construire obtenu par Lucyna GAUTIER la faisait sauter.
Ces problématiques de la ferme seront éclairées par une étude préalable "ad-hoc".

J'ai signalé le projet de pilastres en haut de l'avenue historique. Arnaud PAQUIN trouve le modèle envisagé très beau et parfaitement adapté à l'endroit.

J'ai communiqué à Arnaud PAQUIN de nombreux plans et documents pertinents. Il envisage de vérifier des cotes au laser.
Il reviendra à la Chaslerie dans deux semaines.

Voici une affaire qui semble enfin bien partie. Espérons que la "conjoncture" (appelons cela ainsi) ne la freinera pas.
En tout cas, de notre côté, nous comptons pousser les feux.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 8 mars 2022 18:26
À : Hugues HOURDIN ; Jean-Aimable LENEGRE ; Jean THUAUDET ; C.F. ; T.F.
Cc : Xavier MEYER ; Jean LOUCHET
Objet : SVAADE : M. PAQUIN, concert PSE, réunion du bureau

Pour info.

La réunion avec M. PAQUIN, architecte du patrimoine, à laquelle j'avais convié Xavier MEYER, s'est en effet très bien passée. Vous en trouverez le compte rendu sur le site favori.
Il reviendra dans deux semaines.

Comme l'indique Xavier MEYER, Jean LOUCHET m'a donné l'accord du groupe "Les resjouissances baroques" pour intervenir (...) le 7 mai prochain à la Chaslerie, "dans l'intérêt de PSE". Il va falloir qu'on se coordonne avec Jacques BROCHARD sur les questions de publicité, de billetterie et de tarif.

La réunion du bureau de La SVAADE que Xavier évoque également pourrait, avec l'accord de Hugues HOURDIN, avoir lieu au tout début d'avril pour régler divers points en suspens :
- liste des membres de l'association et des prospects ;
- tarifs des concerts 2022 (discounts pour achat de plusieurs billets, pour les donateurs, etc)
- publicité des concerts et billetterie,
- contrats des artistes,
- qui se dévoue pour suivre le stage d'"organisateur de spectacles" ?
- signature de la 2ème version du bail au bénéfice de La SVAADE
etc

Amicalement,

PPF

___________________________________________________________________________________

De : Xavier MEYER
Envoyé : mardi 8 mars 2022 17:50
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : M. PAQUIN

Cher Pierre-Paul

J'ai trouvé cette rencontre avec Monsieur PAQUIN très intéressante et je formule le souhait qu'elle porte les fruits que vous attendez pour l'avancement du chantier. Il m'a semblé vouloir s'intéresser, avoir des connaissances et compétences indubitables, sans compter qu'il a déjà une connaissance du monument.
De plus, je trouve que cela fonctionne plutôt bien avec vous.
Je vous remercie donc pour cette rencontre et pour le déjeuner.
Dès que vous aurez des dates pour la prochaine réunion du bureau, dites-le moi pour que puisse vérifier si je peux être libre.
Pour le concert PSE du 7 mai, je ne serai malheureusement pas à Domfront.

Bien cordialement.

Xavier MEYER

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 9 Mars 2022
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Plomberie-chauffage
0
Importante et agréable réunion de travail ce matin, dans la banlieue de Rennes, avec Grégory VANNOBEL du bureau d'études "Bee +".

Je lui ai exposé les derniers développements du dossier de restauration de la Chaslerie et l'ai invité à me transmettre des devis complémentaires pour la poursuite de sa mission, telle que j'en ai esquissé les axes.

Il devrait être des nôtres dans deux semaines, lors de la prochaine réunion à la Chaslerie avec Arnaud PAQUIN.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 10 mars 2022 22:20
À : CHEVILLON Anne
Cc : MERCIER Isabelle ; Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; C.F. ; T.F. ; Arnaud TIERCELIN
Objet : Déclaration préalable de travaux sur monument inscrit ("travaux non soumis au droit de l'urbanisme").

Madame,

Arnaud TIERCELIN, appelé ce matin, me dit que c'est à vous que je dois adresser le Cerfa 15459*02 relatif au projet dont je souhaitais vous entretenir.

Je vous prie donc de trouver ci-joint ce formulaire rempli à toutes fins utiles.

Le projet dont il s'agit concerne l'allée historique du manoir de la Chaslerie, inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté préfectoral du 26 octobre 1993.

Je souhaiterais, en qualité de maître d'ouvrage :
- remettre en état sa chaussée tout en la recentrant ;
- implanter au Sud de son emprise, donc à environ 500 mètres des bâtiments sur cour du manoir, une paire de pilastres inspirés de ceux de l'ancien château de Maleffre (Sarthe), pilastres dont vous trouverez des photos notamment sous le lien suivant : https://www.chaslerie.fr/recherche?q=ar%C3%A7onnay

Ces travaux auraient lieu dans les meilleurs délais. Ils auraient à mes yeux trois objectifs :
- redonner à cette allée sa fonction principale d'usage aisé et manorial, perdue depuis longtemps (bien qu'elle ait été bitumée très superficiellement il y a 70 ans environ et pour partie seulement) et encore mise à mal par le dernier remembrement de La Haute Chapelle (il y a environ 25 ans), raté localement, du moins selon moi ;
- me permettre, au moment où mon aîné m'a promis de me relayer très prochainement comme propriétaire de la Chaslerie (au moins pour les bâtiments sur cour), de fêter sa prise de possession des lieux par un cadeau de bienvenue de ma part tandis que je me replierais, en prévision de mes vieux jours, dans la dépendance appelée cave de la Chaslerie ; j'indique que là, dans le prolongement d'un permis de construire obtenu il y a une trentaine d'années par Nicolas GAUTIER, alors A.B.F. de l'Orne, Arnaud PAQUIN, architecte du patrimoine, serait chargé des quelques aménagements intérieurs qui restent à y réaliser ;
- me donner de la flexibilité dans la gestion fiscale du chantier pour la part qu'il me resterait à en financer, en me permettant de programmer la réalisation de ces travaux-ci avant que ne soient définis précisément (avec toutes les autorisations nécessaires) les travaux lourds sur le manoir et la ferme pour lesquels des études préalables devraient être très prochainement réalisées par Arnaud PAQUIN.

Pour ces travaux-ci, je ne sollicite pas de subvention de l'Etat compte tenu de la réponse préalable que m'a faite ce matin M. TIERCELIN.
Qu'il soit cependant clair que, si la doctrine évoluait, la demande suivrait.

Bien cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 10 mars 2022 08:43
À : CHEVILLON Anne
Cc : MERCIER Isabelle ; Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; C.F. ; T.F. ; Arnaud TIERCELIN
Objet : RE: Demande de rendez-vous

Madame,

Merci beaucoup pour cet éclairage.

Je vais donc chercher à joindre Arnaud TIERCELIN pour lui signaler les derniers développements du dossier de la Chaslerie, qui évolue très vite et très bien en ce moment, et j'en suis le premier satisfait.

Bien cordialement,

PPF

___________________________________________________________________________________

De : CHEVILLON Anne
Envoyé : jeudi 10 mars 2022 08:39
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : MERCIER Isabelle
Objet : RE: Demande de rendez-vous

Bonjour Monsieur Fourcade,

Les autorisations de travaux sur MH relèvent toutes du niveau régional. L’Udap est cependant « guichet unique », il réceptionne les demandes, formule éventuellement ses observations et les transmet toutes au niveau régional.

Entre UDAP et CRMH (tous 2 rattachés à la Drac), la répartition du suivi des opérations n’est pas juridiquement fixée. C’est une organisation interne. Il est vrai qu’à une époque, l’UDAP était plutôt référent sur les inscrits et la CRMH sur les classés, mais cette répartition peut évoluer, notamment quand un monument bénéficie d’une protection mixte comme la Chaslerie. Cela vous permet d’avoir un interlocuteur privilégié unique et cela permet une coordination plus simple.

Bien cordialement,

Anne Chevillon

___________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 9 mars 2022 17:52
À : CHEVILLON Anne <anne.chevillon@culture.gouv.fr>
Cc : MERCIER Isabelle
Objet : RE: Demande de rendez-vous

Madame,

Merci pour cette réponse. Je croyais que l'instruction des demandes de permis pour travaux sur parties inscrites relevait de l'UDAP et de son A.B.F.

De quand date cette réforme qui m'avait échappé ?

Bien cordialement,

PPF

___________________________________________________________________________________

De : CHEVILLON Anne
Envoyé : mercredi 9 mars 2022 16:30
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : MERCIER Isabelle
Objet : RE: Demande de rendez-vous

Bonjour Monsieur Fourcade,

J’ai relayé votre demande à la CRMH, en charge du suivi de vos projets sur les parties protégées MH (inscrites et classées)

Le standard téléphonique est en effet fermé l’après-midi et nous avons parfois des soucis de transferts automatiques d’appels le mercredi, jour où la personne chargée de l’accueil est absente. Je vous prie de bien vouloir nous en excuser.

Si vous souhaitiez aussi aborder des questions relatives au bâti non MH ou aux abords, je peux vous proposer un RDV le 17 mars à 11h30 ou le 24 mars à 11h00 ou à 15h30 à l’Udap.

Bien cordialement,

___________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 9 mars 2022 14:42
À : CHEVILLON Anne
Cc : Xavier MEYER
Objet : Demande de rendez-vous

Madame,

N'arrivant pas, malgré de nombreux essais, à joindre l'U.D.A.P. de l'Orne par voie téléphonique, je vous écris pour solliciter un rendez-vous.

Je souhaiterais vous expliquer l'état du dossier de restauration de la Chaslerie. Il y a en effet de nombreuses nouvelles depuis que nous l'avons évoqué, certaines relatives directement à des parties inscrites.

Je mets en copie Me Xavier MEYER, vice-président de l'association qui est intéressée par ce chantier ; il pourrait, si vous le permettez, m'accompagner.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Meyer Xavier
Envoyé : vendredi 11 mars 2022 14:44
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet :

Cher Pierre-Paul
Puisse le projet de cette porte monumentale signifier, par l’avenue que vous tracez, l’entrée effective et active de votre fils aîné dans le dossier de « La Chaslerie » porté par vous à bout de bras depuis si longtemps !
Amicalement.
Xavier Meyer

___________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 11 mars 2022 13:42
À : Meyer Xavier
Objet : RE: Divers

Cher Xavier,

Vous ne serez pas surpris que mes priorités soient un peu différentes à propos de cette démarche. J'y vois surtout deux avantages :
- mettre un peu de pression sur (...) ; il est vrai que la "conjoncture" n'incite guère à l'optimisme, ni lui, ni personne ;
- me mettre en position, si possible, de solliciter pour cette allée des subventions de la région (20 %, ce n'est pas rien).

Quant à l'Udap, elle reçoit les demandes de permis et d'autorisations et peut donner son avis à la Drac.
Normalement, pour ce dossier, il ne devrait pas y avoir de problème. C'est en tout cas ce que j'imagine.

Amicalement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : Meyer Xavier <axmeyer@hotmail.com>
Envoyé : vendredi 11 mars 2022 13:30
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Divers

Cher Pierre-Paul
Je vous félicite de votre démarche auprès de la D.R.A.C., notamment concernant la porte monumentale de l’avenue. Cela sécurise l’opération à l’égard non seulement de l’Administration mais également des tiers … De plus, malgré le caractère fastidieux de ces formalités, cette réglementation permet de garantir l’environnement du bâti de qualité et d’avoir une action contre ceux qui détruisent le patrimoine par des constructions et des démolitions sauvages…
Quant à la question du champ de compétence de l’ UDAP, j’avoue ne pas savoir ce qu’il en est désormais suite à vos échanges …
Amicalement.
Xavier Meyer

(Fin de citation)
Hier matin, en présence de Xavier MEYER, j'ai reçu la visite de Guillaume BOISANFRAY, tailleur de pierre et membre de "Les Chantiers de Demain - Coopérative d'Activité et d'Emploi" basée à Canisy (Manche). Guillaume intervient également sur le vieux bois. Nous avons évoqué trois chantiers qui pourraient lui être confiés :
- le plus urgent serait de monter trois cloisons en colombage au 1er étage de la cave et sur le modèle de celles du rez-de-chaussée de ce bâtiment ; ce travail sera conditionné par l'encombrement final de la trémie de l'escalier, question qui, avec le dessin de ce dernier, devra être traitée préalablement par Arnaud PAQUIN. Sur ces trois cloisons, je prévois que les portes soient dotées d'impostes afin que puisse circuler au maximum la lumière des lucarnes ; je n'exclus pas, dans ces parois et pour la même raison, d'autres ouvertures (un genre de fenêtres) donnant sur la lucarne de la cage d'escalier ;
- dès qu'Igor, désormais auto-entrepreneur, aura remis en état la maçonnerie et la menuiserie des auges de la future chaufferie centrale, la reconstitution dans les règles de l'art de la cloison intérieure massacrée par mon futur voisin dans la chapelle, ce propriétaire qui a sévi ici au milieu du siècle dernier ;
- en haut de l'allée historique, l'implantation de deux pilastres copiés sur ceux de l'ancien château de Maleffre. Guillaume BOISANFRAY, qui préparera un nouveau devis, nous a signalé le devers du terrain à l'endroit prévu pour cette implantation, devers qui devra être corrigé avant son intervention à cet endroit ; cette dernière pourrait s'étaler sur deux ou trois ans.

Plus tard hier, j'ai reçu le dernier devis du bureau d'études "Bee +" pour la fin de leur mission relative aux fluides de la Chaslerie. Ouille ! Je devrais étudier ce devis et réagir avant la réunion prévue mardi prochain avec Arnaud PAQUIN en compagnie de Grégory VANNOBEL, mon interlocuteur chez "Bee +".
La séance de travail d'hier après-midi a réuni Arnaud PAQUIN, architecte du patrimoine, Grégory VANNOBEL et son collègue Vincent ELIE, du bureau d'études "Bee +", Xavier MEYER, vice-président de La SVAADE, Carole et, bien entendu, Guguss-chien-de-chantier et moi. Elle a duré cinq heures et s'est déroulée dans un excellent climat.

J'ai commencé par signer le contrat relatif à la mission complémentaire confiée à "Bee +", étendant leur mission initiale à la ferme et la poussant jusqu'à la conception des installations des "missions fluides" (y compris les "courants faibles", c'est-à-dire le téléphone et la connexion à internet) et, même, à l'"assistance à la sélection des entreprises - lots fluides". J'ai en revanche laissé de côté, à ce stade du moins, l'"assistance au suivi de chantier - lots fluides" et la "mission de suivi énergétique de l'installation pendant une durée de trois ans".

Il est de fait que mon incapacité financière à engager des travaux importants sur les bâtiments sur cour et le doute qui persiste, malgré tous mes efforts, sur l'identité du prochain propriétaire de la Chaslerie ne facilitent guère la tâche des experts dont je m'entoure et rémunère les services. En effet, si La SVAADE et moi avons désormais les idées claires sur l'usage qui sera fait à terme de la cave ("maison du gardien", ainsi qu'il était prévu sur le permis de construire obtenu il y a trente ans par Nicolas GAUTIER) et de la ferme ("résidence d'artistes"), un certain flou demeure, à propos des bâtiments sur cour, sur l'usage qui sera fait de la "pièce dévastée" (au premier étage du logis ; Arnaud PAQUIN recommande de ne pas cloisonner ce volume, ce qui serait également ma préconisation à mon successeur, quel qu'il soit) et sur le futur statut, en termes de "réglementation ERP", de la grande salle au premier étage des écuries (Arnaud PAQUIN insiste sur l'implantation d'un ascenseur et de sorties de secours, tant à cet étage que dans la grande salle du rez-de-chaussée de ce bâtiment). En tout état de cause, Arnaud PAQUIN devra communiquer à "Bee +", afin de leur permettre de travailler utilement, des plans suffisamment détaillés et explicites quant aux prochaines affectations de l'ensemble des bâtiments d'habitation (bâtiments sur cour, cave et ferme). Je rappelle ici que l'élaboration de tels plans fait partie des missions confiées à Arnaud PAQUIN, notamment celles relatives aux "études préalables" à mener, d'une part, sur l'aménagement intérieur des bâtiments sur cour et, d'autre part, sur la ferme (y compris les extérieurs de celle-ci). A propos de ces deux missions-ci, Arnaud PAQUIN ne m'a pas encore communiqué ses projets de contrat mais il a déjà beaucoup travaillé et je sais que ces dossiers sont, en sa personne, en d'excellentes mains.

Une visite des différents bâtiments de la Chaslerie a notamment permis :
- dans la chapelle, de reconnaître l'ampleur des dégâts causés aux peintures murales et aux enduits par l'humidité et l'absence de ventilation de la pièce ; Arnaud PAQUIN devra définir des solutions et préparer les demandes d'autorisation correspondantes ;
- dans la cave, de réfléchir à la forme du futur escalier et de repenser les cloisons prévues à l'étage ainsi que les questions d'isolation thermique ou du mode de chauffage. Ainsi, l'escalier comporterait, selon les premières idées d'Arnaud PAQUIN sur le terrain, un virage à 90° à gauche au départ et - idée nouvelle - un virage à 180 ° à droite au sommet ; en d'autres termes, il ne voit pas comment réduire la trémie si, comme souhaité, on désire un escalier "confortable" quant à sa pente. Pour ce qui concerne les cloisons de l'étage, Arnaud PAQUIN a émis plein d'idées inédites et astucieuses que je n'explicite pas ici mais dont il fournira rapidement les plans afin de ne pas freiner cette partie du chantier (sur laquelle je souhaite qu'Igor et M. BOISANFRAY interviennent rapidement) ; comme je m'en doutais, la pose des cloisons précèdera l'installation du circuit de chauffage par le sol. Enfin, s'agissant de l'isolation, son idée serait de remplacer les portes extérieures par de nouveaux modèles, ceux-ci étanches ; j'ai suggéré que deux de ces trois portes soient réutilisées pour occulter les sorties de secours à créer, aux deux niveaux des écuries, entre ces dernières et la tour Louis XIII ; Arnaud PAQUIN a estimé que c'est là une bonne idée ; en ce qui concerne l'isolation intérieure des murs, il est probable qu'il faudra commencer par faire tomber l'enduit à la chaux, au minimum sur le mur Nord où l'isolation efficace à installer réduirait trop la largeur du passage si l'on faisait l'économie de ce préalable. En ce qui concerne le mode de chauffage de la cave, "Bee +" juge possible de bénéficier du captage en place à côté de la charretterie mais recommande que la cave dispose d'une chaudière autonome, soit par aquathermie (ce qui supposerait la mise en place d'une servitude juridique en lien avec les bâtiments sur cour), soit par aérothermie ; dans les deux cas, la nouvelle chaudière serait installée dans l'appentis de la cave.

Aidé d'un engin au laser très performant (du même type que celui employé dernièrement à la Chaslerie par le géomètre "Géomat"), Arnaud PAQUIN a relevé en grand détail les dimensions intérieures et extérieures de la cave et de la ferme.

Voici, pour terminer ce message, les quelques photos que j'ai prises de cette après-midi de travail :

22 mars 2022.

22 mars 2022.

22 mars 2022.

22 mars 2022.

22 mars 2022.



P.S. (du 23 mars 2022 à 7 heures) : Au cours de cette réunion et de la visite des lieux, j'ai montré à "Bee +" les arrivées générales de l'eau et de l'électricité, aussi bien sur les bâtiments sur cour que sur la ferme. Dans le logis et le bâtiment Ouest, j'ai montré les anciennes tuyauteries et les réservations existantes pour les futures. Idem dans la cave. Dans la ferme, je n'ai rien eu à montrer car, à part le circuit d'assainissement des eaux usées, tout est à faire en la matière.

Surtout, j'ai rappelé à mes interlocuteurs qu'ils trouveront sur le site favori toutes photos utiles sur les réservations qui ont été faites, notamment (1) sous le dallage de l'entrée du logis, (2) sous le dallage du rez-de-chaussée de la tour Louis XIII et (3) sous la porte située entre la cour et l'arrière-cour.

Au cas où ils ne retrouveraient pas ces photos (dont les principales doivent être accessibles sous l'onglet "Vie du site/Florilège des travaux extraordinaires"), je les aiderais à les débusquer. Si nécessaire, j'"exhumerais" des photos reléguées aux pages "Privé" quand La SVAADE a été saisie, à mon encontre et à celle du site favori, d'un prurit de censure par bien-pensance qui, jusque là, était la spécialité quasi-exclusive de Carole.

P.S. 2 (le même jour à 18 heures) : Quant à la troisième porte extérieure de la cave, elle pourrait à mon avis être réutilisée pour occulter le passage entre l'arrière-cuisine (du bâtiment Nord) et l'arrière-cour. Idée à soumettre à mon "Richard BURTON" favori.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 29 mars 2022 14:39
À : Xavier MEYER
Cc : arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> ; C. F. ; A.-V. F.
Objet : RV avec M. PAQUIN le 5/4 à 13 h à la Chaslerie

Cher Xavier,

Pourrez-vous être des nôtres, sachant qu'on déjeunera ensemble, soit à la Chaslerie, soit à ma cantine ?

Arnaud PAQUIN nous présentera les résultats de ses premières réflexions, notamment sur la cave.

De mon côté, j'expliciterai mes contraintes de calendrier, notamment en soulignant l'importance des études préalables (bâtiments sur cour et ferme) dans le contexte de la transmission rapide de la Chaslerie, si possible familiale.

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 5 Avril 2022
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Maçonnerie-carrelage - Charpente-couverture - Menuiserie - Cave
0
La visite d'Arnaud PAQUIN, cette après-midi, a surtout permis de poursuivre les réflexions sur l'aménagement intérieur du premier étage de la cave. Ainsi :
- compte tenu de la structure de la poutraison et du solivage du plafond du rez-de-chaussée, il serait possible d'agrandir la trémie dans deux directions pour rendre l'escalier plus confortable ; la rampe sera en bois, constituée de barreaux droits de section carrée et posés de manière à minimiser l'espace entre deux barreaux successifs ;
- du fait de l'agrandissement de la trémie, l'espace initialement prévu pour la salle de bains de l'étage devient trop étroit ;
- du coup, la salle de bains est renvoyée dans la partie Est du comble, donc éclairée par les deux fenestrous que l'on sait ; il y aura là assez de place pour une grande baignoire, une douche à l'italienne, un double lavabo, une cuvette de w.-c. et, comble du confort, un bidet ;
- pas de nouvelles idées pour mon futur bureau qui sera vaste mais, entre celui-ci et la salle de bains, les cloisonnages intérieurs sont supprimés au profit d'un grand plateau, éclairé par deux lucarnes et percé de la trémie ; l'un des gros avantages de ce changement est de mettre au mieux en valeur la charpente à croix de Saint André ;
- l'isolant dissimulant les chevrons serait lui-même caché sous des lattes de chêne formant parquet entre les fermes.

Sur ces bases, Arnaud PAQUIN va dessiner les plans qui permettront, dans un premier temps, d'agrandir la trémie et d'installer des cloisons à colombes, d'un modèle analogue à celles du rez-de-chaussée. La prochaine réunion de chantier pourrait ainsi avoir lieu dans une semaine si l'on peut accélérer les choses avant les vacances scolaires.

A noter qu'au rez-de-chaussée de la cave, Arnaud PAQUIN trouve bonne l'idée qu'Igor élargisse le passage Nord que l'on sait mais il demande qu'il fasse tomber l'enduit à la chaux posé il y a quelques années ; j'objecte que cet enduit a permis de taire disparaître le fruit du mur...

5 avril 2022.

... mais Arnaud PAQUIN persiste dans ses vues d'y substituer un enduit chaux-chanvre de six centimètres d'épaisseur et qui épouse ledit fruit.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 5 Avril 2022
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Charpente-couverture - Cave
0
Une mauvaise surprise lors de la visite de chantier de cette après-midi ; un montant de lucarne est en train de pourrir d'autant plus rapidement que la pièce de bois utilisée, il y a une trentaine d'années, pour le façonner contenait de l'aubier :

5 avril 2022.


Le diagnostic d'Arnaud PAQUIN paraît sans appel. Une bavette de métal a disparu du côté gauche, donc l'eau s'infiltre entre le bois et le cuivre pour dégrader le bois fragile :

5 avril 2022.

5 avril 2022.


La réparation pourrait nécessiter le changement du montant de bois atteint.

J'ai demandé ce soir à Franck LIEGEAS d'assister à la prochaine réunion de chantier pour qu'on décide quoi faire.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 5 Avril 2022
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Maçonnerie-carrelage - Cave
0
Arnaud PAQUIN trouve que le travail d'Igor sur la cave est très satisfaisant.

Je lui demande quelle couleur de joint utiliser pour le conduit de cheminée. Il répond : blanc.
Et quid des joints du mur Ouest, de part et d'autre de la cheminée ? En raison de la présence de l'appentis de l'autre côté du mur, il répond que l'on peut se passer là de l'isolant prévu par ailleurs et que le mieux est donc d'enduire ce mur de chaux en laissant apparentes les plus grosses pierres qui entourent cette cheminée, y compris au niveau de la niche. Il ajoute que se contenter de jointoyer les pierres donnerait en effet audit living un aspect bar ou ranch à éviter.

Igor sait donc comment continuer :

5 avril 2022.

5 avril 2022.

5 avril 2022.