Architecture-M.O.

Je poursuis la négociation sur le prix avec le propriétaire de 150 m2 de pavés de grès armoricain usés de ces modèles (les carrés font 20 x 20 cm) :

26 juin 2018.

26 juin 2018.

26 juin 2018.

La municipalité qui les lui avait vendus et que j'ai consultée refuse d'en céder davantage (elle les garde pour de futurs ronds-points, sachant qu'elle en est déjà cernée...).

Or la cour de notre manoir favori a une surface de près de 500 m2. Et je dois tenir compte des pavés qui seraient abîmés à l'occasion de leur chargement puis de leur déchargement, sans parler des autres manipulations.
La journée d'hier a été très occupée pour moi par la recherche d'un établissement susceptible d'accueillir ma mère et les échanges à ce sujet avec ma sœur, et aussi par la recherche de linteaux de granits à Rouellé, où je me suis heurté à un refus de m'en céder, jusqu'à Coulouvray-Boisbenâtre, où j'ai renoncé à participer à la vente aux enchères d'aujourd'hui.

Pendant ce temps, notre chantier favori n'a pas connu d'évolutions spectaculaires, en tout cas que j'aie documentée par des photos. Après avoir fini de jointoyer (mais pas encore brossé) le cul du four...

27 juin 2018.

... Sébastien a commencé effectivement les travaux de maçonnerie de la "tranche 1 de restauration des menuiseries extérieures du logis"...

27 juin 2018.

... tandis que Benoît mettait de l'ordre dans le chantier...

27 juin 2018.

... utilisant pour ce faire la benne du "Valtra". En fin de journée, Christian m'a laissé le message que lui-même venait de déchirer une roue arrière de ce tracteur, je ne sais pas encore comment.

Ce matin, je devrai finir de remplir et expédier à MetLife mon dossier médical puisque j'ai enfin reçu la pièce qui me manquait, puis préparer un courrier à la magistrate d'Avranches qui m'a demandé de lui préciser mes pouvoirs face au dernier locataire défaillant. Enfin, je dois assister à une visite du Haras du Pin organisée par le conseil départemental de l'Orne avant de poursuivre vers Paris de manière à participer à une réunion familiale demain, autour de mon cadet.

Si l'on ajoute à cela quelques menues interventions, dans l'urgence, dans notre combat anti-éolien (voir à ce sujet l'excellent article de mon ami Patrice CAHART), on comprendra que je n'ai guère de temps à consacrer dans l'immédiat à notre site favori. D'autant que j'utilise mes moments de répit pour avancer dans la lecture de l'excellent livre d'Alexandre MARAL sur "Les derniers jours de Versailles", un récit tout à fait captivant et dont on ne se lasse pas de suivre les péripéties.

P.S. : Christian m'apprend qu'il a frotté le pneu contre une pièce de métal qui, à force de se dévisser à l'usage, avait fini par dépasser de la porte charretière. J'avais, de longue date, remarqué ce défaut mais omis de le réparer. Comme quoi, il ne faut négliger aucun détail. En sens inverse, il est de fait également que j'ai toujours demandé aux différents conducteurs du "Valtra" de faire attention à ne jamais toucher les battants de cette porte, en dépit de son étroitesse relative.

P.S. 2 : Vérification faite, il y a bien eu faute du conducteur qui ne s'est pas contenté de frotter ce bout de métal mais, bel et bien, l'ensemble du battant :

28 juin 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 28 juin 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Cette petite Loukoum, que Sébastien m'a fait la joie de me ramener ce matin, est un vrai bolide.
Mais, j'y pense, ne se prendrait-elle pas pour certain conducteur de "Valtra" ?

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

Imperturbables quant à eux, Sébastien et Benoît continuent leur tâche sur le tympan de l'entrée du logis :

28 juin 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 3 juillet 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
En rentrant de Paris cette après-midi, j'ai eu la mauvaise surprise de constater que le chantier avait été déserté sans que j'en sois prévenu. Je n'aime pas cela du tout. D'autant que, de son côté, Christian n'avait rien entrepris pour changer le pneu déchiré ni pour appliquer mes instructions de travailler dans les douves.

Voici les dernières photos du chantier confié à l'entreprise BODIN prises vendredi dernier, au moment de mon départ pour Paris :
- dans l'entrée, une malfaçon de 2014 était en train d'être réparée :

29 juin 2018.

- autour de la porte principale, les joints venaient d'être refaits mais n'avaient pas encore été brossés :

29 juin 2018.

Chantier au repos, à Christian près mais pas pour longtemps pour ce qui le concerne. Roland FORNARI s'est néanmoins manifesté. Idem pour le démolisseur qui me parle de cheminées anciennes pour remplacer les deux de la moitié Nord du logis (celle de la salle-à-manger et celle de Mebzon).

Roue de tracteur pas encore changée mais devis accepté. Merci Maxime pour ton aide !

Allers-retours à Pontorson où je dialogue, pour un lot qui vient de se libérer, avec un Roumain en C.D.D. sans garanties évidentes mais doté d'une concubine enceinte jusqu'aux dents. Toujours aucun écho du jeune à coiffure bizarre qui, au dernier décompte, me devait plus de 3 000 € mais que je devrais être autorisé à faire expulser sous peu (du moins je l'espère).

Plus que jamais distrait au volant, j'ai échappé à trois ou quatre refus de priorité (de ma part) au cours des trois derniers jours.

Contributions à la mise au point d'un ballet acoustique dans notre combat anti-éolien favori. L'adversaire est très coriace mais on se bat comme des lions.

Et, bien sûr, visites quotidiennes à ma mère qui semble se remettre rapidement.

3 juillet 2018.

J'en veux pour preuve qu'elle a la dent plus dure que jamais, désormais à l'encontre d'un personnel hospitalier qui me paraît pourtant s'acquitter parfaitement d'une tâche que je ne lui envie pas.

P.S. : J'oubliais : je lis toujours avec autant d'intérêt "Les derniers jours de Versailles". Il faudra que j'offre ce passionnant bouquin autour de moi.
La deuxième étape de la promenade des "Amis du Houlme" nous a emmenés dans un manoir de Clairefougère dont le propriétaire semble devenu moins sauvage qu'il y a sept ans, lorsqu'il avait cru devoir m'écrire après que j'avais mis en ligne, sur notre site favori, des photos de grilles qui ne lui appartiennent toujours pas :

5 juillet 2018.

5 juillet 2018, au manoir de Lambosne.

Cette fois, en son absence de surcroît, il nous a autorisés à pénétrer dans son logis dont je l'imagine aisément fier de la restauration :

5 juillet 2018.

Quant à moi, qu'il se rassure, je ne me suis guère intéressé, cette fois-ci, qu'à sa cheminée...

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

... ainsi qu'aux quatre corbeaux de sa pièce à vivre qui, je le note, sont tous différents, en tout cas dignes d'inspirer la restauration de notre manoir favori

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

Après quoi, nous sommes allés nous recueillir dans la chapelle voisine...

5 juillet 2018.

... où semblent avoir été inhumés en leurs temps (immémoriaux, bien entendu) quelques ancêtres dudit propriétaire :

5 juillet 2018.

Après un excellent et copieux déjeuner chez le traiteur LICHTLE de Saint-Georges-des-Groseillers, la promenade des "Amis du Houlme" s'est poursuivie au château de Flers où j'ai remarqué un tourne-broche ayant nécessité la taille d'un corbeau...

5 juillet 2018.

... une collection de superbes carreaux de terre cuite...

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

... et un portrait d'un certain SCHNETZ, célèbre à Flers (cet ancien propriétaire du château y a sa rue), à qui j'ai trouvé une nette ressemblance avec une idole de ma mère, Sami FREY :

5 juillet 2018, Jean-Victor SCHNETZ par François-Joseph NAVEZ (Charleroi 1787 - Bruxellres 1869), hst, 1820.

En fin de journée, lors de la visite d'une chapelle du Souvenir du collège Saint Thomas d'Aquin de Flers, de style Arts Décos et récemment classée M.H., j'étais, je l'avoue, un peu fatigué :

5 juillet 2017.

Si j'en juge par les réactions de mon aîné et de sa petite famille, il n'y a pas de contestation à propos de ma façon de mener notre chantier favori :
- accord sur les conclusions provisoires sur le choix du meilleur combustible (y compris sur la perspective d'implantation de cellules photo-voltaïques dans les "nouvelles terres") ainsi que sur le phasage des travaux de chauffage ;
- accord sur les conclusions provisoires sur la meilleure implantation de la cuisine dans le bâtiment Nord, sur l'idée d'un escalier "en facteur commun" dans l'"aile de la belle-mère" et sur l'implantation de mon futur bureau dans le salon de cette aile (y compris sur l'idée de déplacer une fenêtre Ouest) ;
- accord sur toutes les interventions de l'entreprise BODIN, aussi bien achevées qu'envisagées ; en particulier, les nouvelles hauteurs de linteaux et la qualité des travaux correspondants sont loués ; idem pour le traitement du cul du four, considéré comme très réussi.

En ce qui concerne ma mère, accord également sur le choix du "Parc" où elle paraît aussi heureuse que possible et compréhension, du moins m'a-t'il semblé, de mes réflexions sur la suite.
Contrairement à ce qui avait été prévu, Igor n'est pas revenu ce samedi. Il avait du travail chez lui et je n'ai pas insisté en raison de la visite de mon aîné.

Quant à Christian, il a pris trois semaines de congés.

Il est néanmoins prévu que le chantier redémarre sans tarder :
- aujourd'hui, avec le retour de l'entreprise BODIN qui devrait attaquer la restauration du linteau de la porte entre l'entrée du logis et la salle-à-manger ;
- demain, avec la venue d'"Enedis" qui devrait m'expliquer si le "tarif jaune" d'EdF serait envisageable pour notre manoir favori ;
- demain également, avec le retour de Sébastien LEBOISNE pour démonter les dernières fenêtres de la 1ère tranche de restauration de menuiseries extérieures.

Sont à la traîne, à l'habitude et malgré de multiples relances :
- Roland FORNARI pour les deux grilles à reposer ;
- et, surtout, pour avancer enfin dans la restauration de la cage d'escalier qui en est toujours à attendre ses enduits, le jeune électricien qui me donnait des coups de main mais qui, depuis qu'il s'est marié, est littéralement "absorbé" (comme on le dit en mathématiques) par sa moitié (plus que moitié, peut-on même préciser tant cette personne est imposante).

P.S. : J'ai réussi à le joindre, Roland FORNARI vient demain. Il en profitera pour poser une nouvelle lanterne sur l'"aile de la belle-mère", entre les entrées de la cuisine-provisoire-qui-dure et du salon.