Architecture-M.O.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 18 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 18 décembre 2019 04:10
À : parquetancien@hotmail.fr <parquetancien@hotmail.fr>
Cc : C.F. ; T.F.
Objet : Normand cherche lattes de parquet

Comme demandé, voici le message envoyé cette après-midi par SMS : je recherche environ 20 m2 de lattes de parquet de chêne, ancien et ciré, de 7 cm de largeur si possible, de 2,4 cm d'épaisseur et avec rainures, comme sur les photos :

17 décembre 2019.

17 décembre 2019.

Je serai à Paris demain jeudi 19 et désireux de voir ce que vous proposez.

Bien à vous,

PPF
06 12 96 01 34

(Fin de citation)

Grâce à l'adresse mail, je vois que j'ai affaire à un vendeur spécialisé, manifestement très doué comme en témoignent ses divers sites internet.

D'après le site "ParuVendu.fr" qui me l'a fait connaître, il est très loin d'être donné (60 €/m2)...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 19 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Terrassement - Logis - Murs divers - Désultoirement vôtre ! - Météo
0
La grosse flaque à côté du bassin central semble indiquer qu'il a beaucoup plu au cours des dernières 24 heures :

19 décembre 2019.

En tout cas, lorsque j'ai débarqué de Paris en début d'après-midi, il n'y avait personne pour m'accueillir (à part Guguss, bien sûr, ce qui est déjà beaucoup) :

19 décembre 2019.

La nouvelle du jour semble toutefois la réapparition d'une ligne de gros pavés devant la porte charretière, en direction du bâtiment Nord (ou, peut-être, de l'ancienne "aile en retour") :

19 décembre 2019.

Nous avons encore beaucoup à apprendre sur l'ancien pavage. J'ai l'intention de ne pas arrêter le curetage en cours tant que cette affaire ne m'apparaîtra pas suffisamment documentée.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 20 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Ferronnerie - Logis - Tour Louis XIII
0
Alexandre GURY, de "Fer, Art, Forge", vient de prendre les mesures des différentes meurtrières qu'il s'agit d'équiper de menuiseries métalliques :

20 décembre 2019.

20 décembre 2019.

20 décembre 2019.

Il y en a 4 au rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest, 4 au 1er étage de la même tour, 4 au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est ; il y a en outre les deux petites ouvertures du 1er étage de cette dernière tour qui seraient à traiter, de même que 3 meurtrières au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII et une dernière à son étage.

J'ai demandé que le devis soit préparé dans deux hypothèses, selon que les châssis seraient ouvrants ou non. J'ai enfin souhaité que l'emprise visuelle du métal soit minimale. Quant au calendrier de réalisation, j'ai visé la fin du 1er trimestre de 2020 afin qu'Igor puisse intervenir en maçonnerie si nécessaire.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 20 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Terrassement - Logis - Murs divers
0

20 décembre 2019.


Ce chantier du curetage de la cour a ceci d'extraordinaire qu'il ne se passe pas une journée sans qu'on ne redécouvre quelque chose d'intéressant.

Ainsi, cette après-midi, il semble que des pavés aient été disposés en réseau à partir de ce qui est aujourd'hui la porte cochère :

20 décembre 2019.

20 décembre 2019.

20 décembre 2019.

On peut même se demander si trois des alignements anciens de pavés ne convergeaient pas à un endroit situé aujourd'hui près du bassin central :

20 décembre 2019.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 21 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Terrassement - Logis - Murs divers
0
En fait et contrairement à ma première impression hier, les réseaux de lignes d'anciens gros pavés ne convergent pas à proximité de la porte charretière (ce qui aurait mis à mal mon hypothèse que l'ancien pavage de la cour est contemporain de la construction du logis et de son "aile en retour"). Ils convergent en revanche en un point situé devant la porte principale du logis, à proximité du bassin central (que je pense avoir été installé là, un peu n'importe comment, lorsque la Chaslerie était à usage principalement agricole, c'est-à-dire, vraisemblablement, entre la fin du XVIIIème et le milieu du XIXème).

Comme il me paraît utile que je sois plus précis dans mes affirmations sur la forme de l'ancien pavage, je me propose, aujourd'hui quand il fera jour et si la pluie s'arrête (et si je n'en ai pas la flemme), d'aller prendre quelques mesures de l'état du chantier de curetage et de les reporter sur un croquis (à défaut d'un plan).

P.S. (à 10 heures) : Voici mon premier crobard, relevé à vue de nez (on essayera de faire mieux la semaine prochaine). J'ai souhaité y reporter les limites actuelles du curetage, les doubles rangs de pavés exhumés à ce stade et l'orientation de l'ancien pavage (je le répète ici car j'écris comme un cochon) :


Je précise que le fond du croquis est tiré d'un dossier préparé par Benoît MAFFRE, de sorte que les pointillés autour de l'aile Ouest n'ont aucune signification ici.

Il semble d'ailleurs qu'Arnaud PAQUIN ou "Bee +" aient omis de me rendre des plans que je leur avais communiqués. D'où mon recours ici à ce travail de Benoît MAFFRE.
Alexandre HOFFMANN
rédigé le Samedi 21 Décembre 2019
Livre d'or - Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis - Murs divers
0
Bonsoir,
Voici un exemple de canalisation convergente des eaux d'une cour d'une maison forte du 79 avec puits central :

Laroulière.


Cordialement,

N.D.L.R. : Merci beaucoup. Intéressant !

Ici, j'ai représenté l'éventuel point de convergence sous forme d'un rond sur mon croquis. Mais l'appareillage des pierres ne laisse rien entrevoir de particulier dans la cour favorite. Rien qui ressemble à un puits, en particulier.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 22 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Pour permettre à Igor de travailler dans l'écurie comme il le fait, avec d'anciennes lattes de parquet, dans le colombier, je contacte en priorité la scierie de Lonlay-l'Abbaye :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : dimanche 22 décembre 2019 17:45
À : scierie.gerault@laposte.net <scierie.gerault@laposte.net>
Objet : Devis

Monsieur,

Suite à ma visite avant-hier matin, je vous prie de me communiquer votre devis pour la fourniture de 400 m2 de planches de chêne, en bois sec (équivalent sec à 14/16 %) de 27 mm d'épaisseur, largeurs entre 11 et 23 cm, longueurs supérieures à 2 m et inférieures à 3,5 m, avec tolérance aubier en contre-parement, nœuds sains de diamètre maxi 25 mm.

Prière de me préciser si la longueur et la largeur des planches influent sur le montant du devis et, si oui, comment.

Prière de me communiquer un échantillon pour qu'on soit bien d'accord.

Cordialement,

Pierre-Paul FOURCADE
La Chaslerie
La Haute Chapelle
06 12 96 01 34

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 22 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
A 20 heures 45, c'est-à-dire il y a une minute, j'ai entendu un nouveau contingent de pierres ou de briques débouler à l'intérieur du conduit de la cheminée Nord du logis.

L'urgence d'une réparation sérieuse ne fait plus aucun doute.

P.S. (du 23 décembre 2019 à 9 heures) : Nous en sommes ce matin à 16 pierres ou briques échouées sur le parquet du 1er étage du logis :

23 décembre 2019.


Après avoir prévenu hier l'architecte du patrimoine, j'écris ce matin à la D.R.A.C.
J'apprends qu'Igor et Daniel (que j'appelle désormais le "brexiter") se sont réconciliés :


Je vais donc pouvoir, au titre de l'APIJOMM, recruter Daniel en C.D.D. à temps partiel à compter du début de 2020.

Puisque nous en sommes à redéménager les pavés de la cour, mon idée serait de confier à ces deux jeunes gens le soin de remplacer, dans la charretterie, le sol en terre battu actuel par un pavage de "qualité FOURCADE". Cette charretterie est, comme l'on sait, ouverte vers le Nord et les abondantes précipitations récentes ont transformé son sol en bouillabaisse. Il est temps de réagir.

Et, si possible également, on tâchera de canaliser les eaux de pluie dans l'allée qui descend de la D22. Chaque année, cette allée très empruntée arrive au printemps ravinée et ça finit par me coûter cher de la faire remettre en état avec la même périodicité.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 23 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Pour le moment, j'ai eu beau courir la Normandie, j'ai fait chou blanc dans ma quête des lattes de parquet de chêne nécessaires pour terminer les travaux d'isolation des combles du colombier. Il y a quelques années, j'avais fait brûler ou jeter les lattes des années 1950 démontées au 1er étage du bâtiment Nord. Dommage, peut-être.

Il nous reste pourtant du stock à récupérer au 1er étage du logis (elles y ont 8 cm de large, ce qui serait acceptable pour traiter le dessous des terrassons, sachant que le dessous des brisis a été traité en lattes de 7 cm)...

23 décembre 2019.

23 décembre 2019.

23 décembre 2019.


A noter qu'au centre de l'ancienne chambre du 1er étage du logis, il y a actuellement au sol un mauvais réemploi d'un parquet un peu plus sophistiqué, sans doute issu d'un appartement du quartier de la rue ou du square de l'Alboni à Paris, je veux dire un héritage GOUPIL installé ici par mon prédécesseur des années 1950.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 25 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Terrassement - Aile "de la belle-mère" - Murs divers
0
De retour en fin d'après-midi aujourd'hui au manoir favori, j'ai pris quelques photos de l'état d'avancement du curetage de la cour, hier, par Igor :

25 décembre 2019.

25 décembre 2019.

25 décembre 2019.

25 décembre 2019.

25 décembre 2019.

25 décembre 2019.

25 décembre 2019.

25 décembre 2019.

Comme on le voit, il y a une grosse lacune de pavage devant la porte charretière mais le pavage existe toujours près du colombier. On aperçoit également une nouvelle ligne de gros pavés à un endroit inattendu (à droite de la deuxième photo).

En ce qui concerne la grosse lacune, elle est peut-être attribuable aux travaux de drainage de la cour dans les années 1950. A moins qu'elle ne soit plus ancienne ; on tâchera de résoudre cette énigme dans les prochains jours.
Après qu'Igor m'a reparlé du problème, je ne suis pas sûr d'arriver à le faire coopérer avec Daniel sur le même chantier. Ceci ne me simplifie pas la vie.

Ce matin, j'avais chargé Igor de poursuivre le curetage de la cour. Mais il vaut peut-être mieux que je conserve cette tâche pour Daniel.

Donc, cette après-midi, j'ai demandé à Igor de poursuivre la pose de lattes de parquet entre les chevrons du colombier. A quelques détails dans les angles et aux lucarnes près, on peut dire que le travail est terminé au niveau des brisis :

27 décembre 2019.

Pour ce qui concerne l'habillage de l'intérieur des lucarnes, Igor me dit à juste titre être gêné tant que les menuiseries des ouvertures n'ont pas été posées. J'espère que celles-ci pourront être fabriquées dans des délais pas trop éloignés afin qu'Igor puisse parfaire son travail à ces endroits avant la fin de son contrat.

Enfin, pour ce qui est du dessous des terrassons, il vaut mieux attendre que je nous ai trouvé suffisamment de lattes de parquet anciennes en chêne ciré pour que les terrassons soient équipés à partir d'un seul lot homogène.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 27 Décembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Désireux de savoir quelle surface de parquet nous serait nécessaire pour traiter les terrassons du colombier et quelle surface de planches prévoir pour traiter de même les combles des écuries, j'ai recherché ces informations dans l'"étude préalable à la restauration de la charpente et de la couverture des écuries et du colombier", document signé en 2006 par l'A.C.M.H. alors pressenti pour la maîtrise d’œuvre de ces travaux :

En vain chercherait-on ce type d'informations ou quelque chose d'approchant dans l'"estimation sommaire" d'alors, signée du même, du coût de ces travaux où il n'eut pas été indécent qu'elle figurât :

J'ai donc dû écarquiller les yeux sur les plans et coupes annexés à cette étude :


D'où je conclus que :
- pour les terrassons du colombier, 20 m2 de lattes suffiront (compte tenu du fait qu'il nous en reste à peu près 6) alors que les brisis en auront absorbé une cinquantaine ; pas étonnant que les planchers des deux niveaux supérieurs précédents du colombier n'aient pas suffi (surtout si l'on tient compte de l'ancienne trémie, des espaces dévolus dans les années 1950 aux cabinets de toilette et des chutes inévitables lors du démontage) ;
- pour les écuries, le chiffrage de 400 m2 que j'ai indiqué à la scierie ne tient pas compte des 10 cm de largeur de chevron tous les 45 cm de couverture ; autant dire que 315 m2 devraient suffire.