Arboriculture-horticulture

En une journée, Benjamin a tondu l'herbe de l'intérieur de différentes parcelles (les limites en seront à peaufiner à la débroussailleuse) ; il s'agit :
- de l'avant-cour, jusqu'aux premiers tilleuls ;
- de l'arrière-cour ;
- de la terrasse et du Pournouët ;
- du devant de la ferme ;
- du devant de la façade Ouest de l'aile Ouest.

En revanche, il n'est pas encore intervenu cette fois-ci sur les parcelles :
- à l'Ouest de la ferme ;
- au Nord-Ouest de l'aile Ouest ;
- devant ni derrière la cave.
Et les charmilles restent à retailler.

Il est vrai qu'il a continué à apprendre un peu de maçonnerie auprès d'Igor :
- l'utilisation de la disqueuse et, plus généralement, la taille des pierres ;
- la préparation d'un chantier intérieur, dans le fournil de la ferme où Igor a commencé à fixer l'alimentation électrique d'éventuelles appliques murales dans la future kitchenette :

11 juillet 2016.

De son côté, Igor a surtout taillé et fixé des rustines de pierre sur la tablier du 2ème petit pont (3 pièces manquaient) et sur le petit muret de la charretterie (à un angle supérieur). Les joints correspondants seront à faire demain, en même temps que ceux de la kitchenette.

Comme on le voit, la journée a quand même été "busy" pour ce petit monde.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 12 Juillet 2016
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Benjamin a consacré la journée à la taille de haies...

12 juillet 2016.

... tandis qu'Igor passait le "John Deere" :

12 juillet 2016.

Ce soir, les dernières parcelles aux abords immédiats du manoir ont été tondues mais, pour ce qui concerne les haies, la haute le long de la D22 et les charmilles sur la partie basse de l'allée restent à tailler :

12 juillet 2016.

J'observe au passage que la régénération naturelle des chênes s'effectue très facilement par ici :

12 juillet 2016.

12 juillet 2016.

Mais, sur cette dernière photo, on aperçoit une camionnette blanche qui descend l'allée...

Coup de fil ce matin de Pôle-Emploi de Flers (02 33 62 10 30).

Mon interlocutrice m'explique qu'avant d'autoriser la diffusion de mon offre d'"emploi d'avenir", elle doit la faire valider par une commission réunissant la DIRRECTE (inspection du travail), Pôle-Emploi, la Mission Locale et Cap-Emploi.

Auparavant, elle a besoin d'un numéro SIRET et d'un "code naf".

Tout cela devient un peu compliqué pour ma 'tite tête. Moi qui croyais que la lutte contre le chômage était une priorité du gouvernement, j'ai dû mal lire. Je pense que je vais devoir attendre le retour de congés d'Alexandra PROUST pour mettre en place tout ce tremblement.

P.S. : Coup de fil de la Mission Locale de Flers, en fin de matinée (alors que je sirotais un double café-calva chez Maxime que j'étais venu remercier). Excellent contact téléphonique, j'ai l'impression qu'on va faire du bon travail ensemble.

Peut-être notre site favori n'est-il pas totalement étranger au bon climat de tous ces échanges ? J'en hasarde en tout cas l'hypothèse.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 13 Juillet 2016
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Notre manoir favori entend bien être nickel-chrome pour les visiteurs de ce long week-end du 14 juillet.

Benjamin a continué de tailler haies et charmilles...

13 juillet 2016.

13 juillet 2016.

13 juillet 2016.

13 juillet 2016.

... tandis qu'Igor se chargeait du débroussaillage au pied des murs et des arbres :

13 juillet 2016.

13 juillet 2016.

En fin de journée, Joffrey est venu nous prêter main-forte pour les plates-bandes :

13 juillet 2016.

13 juillet 2016.

Nickel-chrome je vous dis !

Nouvelle idée ce soir : je propose à mon aîné d'installer la chaufferie dans la partie fermée de la charretterie. Il me répond qu'il vient d'y penser. Ce parti nous semble intéressant à tous les deux.

Lui me demande comment je verrais la restauration de l'allée historique ; apparemment, cela entre également dans ses projets.

On dirait qu'on va pouvoir faire de belles choses ensemble.

Flers
Des jeunes motivés pour trouver un emploi à la Mission locale de Flers
Des jeunes de 18 à 25 ans bénéficient, via la Mission locale de Flers (Orne), du dispositif Garantie Jeunes. Le but : les accompagner à trouver un emploi.

N.D.L.R. : Il faudra que j'étudie ce dispositif, en plus de celui des "emplois d'avenir" dont j'essaye déjà de cerner les contours.

Les doches résistent même aux pesticides abondamment répandus par le voisin, comme ici en limite de mes nouvelles terres (pourtant ces poisons arrivent à faire avorter nombre de mes arbres fruitiers) :

29 juillet 2016.

J'ai donc demandé à Igor et Benjamin de consacrer la matinée à les couper puis à les brûler :

29 juillet 2016.

En retournant au manoir, je m'aperçois que cette vacherie prolifère même à ses abords :

29 juillet 2016.

Je poursuis mes recherches sur les meilleurs moyens d'abaisser pour moi la charge du personnel de notre chantier favori.

Il semble qu'une solution puisse être de mettre notre force d'intervention favorite en commun avec certains voisins.

Benjamin est désormais seul pour entretenir les abords de notre manoir favori.

Je viens de lui communiquer les priorités immédiates :

1 - couper et brûler les doches...

8 août 2016.

... sur les 5 hectares de terres les plus proches ; à l'occasion, couper les gourmands sur les arbres (notamment poiriers, noisetiers et sycomores-érables) ;
2 - passer le gyrobroyeur sur toute la longueur de l'"Avenue Fourcade" ainsi que sur les nouvelles terres (qu'on a trop eu tendance à délaisser) ;
3 - retailler les charmilles car je trouve bon pour le moral qu'elles soient nickel quand on descend l'allée de la D22.

Il y en a là pour quelques jours de travail.

En ce qui concerne les travaux sur les bâtiments, qui passeront ensuite, la première priorité sera de badigeonner autant que nécessaire l'intérieur du fournil du manoir, de manière à ce que ma petite famille (du moins la jeune classe concernée), qui doit débarquer dans quelques jours, puisse y déjeuner dès que possible si la fantaisie lui en prend.

Je n'en parle pas beaucoup mais Benjamin travaille à rendre aussi présentables que possible les abords immédiats de notre manoir favori en vue des pochaines Journées du Patrimoine.

Le voici en train de remettre de l'ordre du côté du 2ème petit pont où les choses en avaient bien besoin (sacré Igor !) :

9 septembre 2016.

Bien que je ne sois pas un grand amateur de résineux (je trouve que les chênes et les hêtres ont beaucoup plus de manorialitude), je me suis inscrit à la prochaine séance de formation de l'excellente Béatrice LACOSTE :

Ce sera pour moi l'occasion de lui demander où en est l'instruction de mon projet de P.S.G. que Thierry BOURRE me donne l'impression d'avoir carrément planté.

Excellent contact téléphonique avec la mission locale de Flers. Il s'agit pour moi de faire bénéficier notre chantier favori de la collaboration d'une jeune motivé pour s'insérer sur le marché du travail. Je prendrais en charge une formation qualifiante pour lui. Il serait payé au S.M.I.C. mais 75 % de son salaire (charges sociales incluses) serait remboursé par la puissance publique. En d'autres termes, il me reviendrait à un peu plus (en raison de la formation à financer) de 3,62 €/h, pour 151,67 h/mois.

J'ai fait le nécessaire pour que notre chantier favori puisse bénéficier de ce dispositif, notamment en adaptant les statuts de l'A.D.D.O.O.E. (voir articles 2 (2) et 5 de ce texte) et en faisant immatriculer cette association auprès de l'I.N.S.E.E.

J'envisage que Benjamin soit également salarié de cette association, de manière à pouvoir partager avec des voisins intéressés la charge de cette équipe qui interviendrait sans but lucratif, conformément aux statuts de l'association.

Il est fort possible que je reçoive les premières candidatures dès la semaine prochaine. Mais mon offre devra être validée par un comité incluant Pôle-Emploi et la D.I.R.E.C.C.T.E. (inspection du travail).

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 19 Septembre 2016
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Pour les dernières "Journées du Patrimoine", les abords de notre manoir favori étaient, à mes yeux, très présentables, sous réserve de la plate-bande imprudemment prévue au pied du muret de terrasse...

18 septembre 2016.

... ou des douves, qui n'ont jamais été entretenues convenablement depuis le départ de Bernard :

18 septembre 2016.

18 septembre 2016.

A l'évidence, le travail dans les douves répugne autant à Benjamin que ce n'était le cas pour Igor. Mais il faudra qu'il s'y fasse car cela fait partie du job. Surtout pour quelqu'un formé à la sylviculture mais moins compétent en maçonnerie.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 22 Septembre 2016
Journal du chantier - Administraaaâââtion - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Thierry BOURRE m'a enfin communiqué son projet de P.S.G. (plan simple de gestion, en réalité établi par son fils) des boisements dont il a planté l'essentiel aux alentours de notre manoir favori :

Tel qu'il se présente, ce document appelle de ma part les principales remarques suivantes :

1) Sur la forme :
- prévoir une pagination ;
- vérifier l'orthographe ;
- donner les dénominations vernaculaires des arbres, pas seulement leur nom savant en latin qui ne fait pas partie de mon vocabulaire courant.

2) Sur le fond :
- il est prévu, en page 3, que ce P.S.G. serait applicable de mai 2016 à avril 2026 ; compte tenu des retards accumulés dans sa mise au point, adapter ces dates en tant que de besoin ;
- vérifier les surfaces indiquées ; il y en a, à l'évidence, au moins deux fausses, la "surface totale" de plus de 86 ha de la page 3 et la surface de "clairières, landes, emprises EDF..." de 61,7 ha de la page 12 ;
- ne pas omettre les plantations réalisées en 2015 à l'Ouest de l'allée historique, sur ce que j'appelle les "nouvelles terres" ;
- l'emprise du ruisseau, telle qu'indiquée en vert sur le plan de la page 2, est trop large ; en revanche, il y a lieu d'inclure une languette de terrain omise ici sur la rive droite du ruisseau (donc sur Lonlay), du côté du bief amont ;
- faire en sorte que le P.S.G. puisse renseigner utilement le cadastre afin que celui-ci cesse enfin de m'infliger des impôts locaux indus et dispose de tous éléments utiles pour me rembourser son trop-perçu ;
- inclure dans le dossier la demande de subvention pour restauration de l'allée furtivement évoquée en haut de la page 11 ;
- renseigner le tableau d'"enjeux économiques" de la page 10, ici au stade embryonnaire ;
- bas de la page 11 : je laisse également passer les randonneurs et les chevaux mais pas les engins pétaradants et surtout pas les pétrolettes de cylindrées quelconques ni les quads ;
- haut de la page 12 : la cueillette des champignons est interdite ;
- haut de la page 13 : il faudrait le double de bagues de chevreuil (adapter le laïus pour tenir compte de cette réalité) ; faut-il des bagues pour les sangliers ?
- dans le tableau relatif à la santé des plantations (pages 14 à 16, ne pas oublier d'évoquer la maladie des frênes ;
- tableau des pages 17 à 23 : définir les termes employés, notamment "dégagement" et "nettoiement" ; j'aimerais que ces recommandations soient également récapitulées, année par année, sur un tableau annexe, ceci afin d'en faciliter l'application ;
- "programme des coupes" : quelle est la justification de cette idée d'une coupe "totale" sur la parcelle P15.1 en 2017 ? Je suis très réservé à l'idée de mettre à bas ces arbres et rappelle que mes préoccupations sont avant tout esthétiques, même si l'économie ne doit pas être oubliée, mais en arrière-plan pour ce qui me concerne en cette matière ;
- renseigner le tableau de la page 24, notamment en fournissant l'ordre de grandeur du coût des travaux et la nature de ces derniers.

Je vais transmettre ce projet à Benjamin pour qu'il me fasse part de ses réactions.

De même, j'interrogerai Béatrice LACOSTE dès demain puisque je dois la rencontrer au Grais.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 27 Septembre 2016
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Benjamin me signale qu'un rat musqué a élu domicile dans un des trous du mur Ouest de la douve Sud. Il va en dégoûter cette bestiole :

27 septembre 2016.

Pour le reste, il prend possession du terrain en maniant la débroussailleuse :

27 septembre 2016.

27 septembre 2016.

J'ai reçu hier les 4 premiers C.-V. de candidats pour l'"emploi d'avenir" que je propose via l'A.D.D.O.O.E. J'ai appris ce matin que mon offre venait en effet de recevoir le feu vert de la commission qui devait l'examiner.

J'ai rencontré ce matin l'un de ces candidats ; il âgé de 17 ans et en échec scolaire mais m'a fait bonne impression. J'ai interrogé son "conseiller référant" à la mission locale de Flers et me suis rendu à Athis chez son précédent employeur ; tous ces retours me semblent bons.

Cet après-midi, je dois faire la connaissance de deux des autres candidats recensés à ce stade. Le 4ème ne réagit pas.

P.S. (à 17 h 30) : Les deux candidats de l'après-midi, n'étant nullement maçons, ne conviendraient pas à ce poste.

Celui de ce matin m'a envoyé des photos de maçonneries sur lesquelles il a travaillé et dont il est fier :

16 septembre 2015.

16 septembre 2015.

16 septembre 2015.

18 septembre 2015.

18 septembre 2015.

16 septembre 2015.

16 septembre 2015.

Ce n'est, bien sûr, pas du tout la qualité de travail que je recherche mais je constate que ce jeune homme ne doit pas rechigner à manier des pierres lourdes. C'est déjà ça.

Coup de fil, dès 9 heures de ce lundi matin, de la mission locale de Flers. Mme LEROYER me demande comment se sont passés mes entretiens de la semaine dernière avec les candidats à un "emploi d'avenir".

Je lui réponds :
- un glandeur qui n'a même pas réagi à mon appel téléphonique ;
- deux garçons sans compétence en maçonnerie et qui n'avaient pas le "look" (notamment un punk à crête d'Iroquois et empestant le patchouli) ;
- un candidat que je note 8/10.

Nous sommes convenus que Mme LEROYER va m'adresser 4 nouveaux C.-V.
J'entends boucler cette affaire rapidement.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 3 Octobre 2016
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Las de passer trop de temps à tenter d'empoisonner les doches, Benjamin a adopté l'outil traditionnel pour les arracher du sol :

1er octobre 2016

Il doit également entretenir différents engins (débroussailleuse, tronçonneuse, etc) dont Igor laissait les moteurs en déshérence et retirer des douves, avant d'y mettre le feu, les branches coupées que son prédécesseur y avait laissé se faire recouvrir d'herbes et de ronces :

3 octobre 2016

3 octobre 2016