Anecdotes

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 18 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
Mon aîné était à la recherche d'un notaire diligent et compétent. Je lui ai recommandé de s'adresser à Me Charles LESCURE, nouvellement établi à Bagnoles-de-l'Orne.

Leur premier rendez-vous a eu lieu hier (à la place du mien, repoussé au 28, pour signer le compromis de "Pontorson"). Je comprends que les choses se sont bien passées.

A ce stade de mes relations avec ce jeune notaire, assez denses depuis deux mois, je ne puis qu'être satisfait de son travail. Je le trouve de surcroît très agréable de contact.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 20 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Carole et moi sortons du garage JOUBIN de Saint-Georges-de-Rouelley. Elle y a acheté une "Renault Captur Intens" d'occasion à essence, donc lui permettant de rouler dans Paris :

Par voie de conséquence et afin de remplacer la "Twingo" H.S., la "Duster" (qui affiche un peu plus de 300 000 km au compteur) sera mon nouveau carrosse. A mes yeux et pour l'usage que j'en ai, c'est suffisant.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 21 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Lorsque je reviens à un endroit longtemps fréquenté en me disant que c'est sans doute la dernière fois que je le revois, cela ne me laisse pas indifférent.

Ainsi début juillet, après avoir rendu un livre. S'en était suivi un appel auquel je n'avais pas répondu.

Ce matin, ce fut le cas de "Pontorson" :

21 août 2020.


Une longue page est ainsi en passe de se tourner pour moi.

Là comme ailleurs, je note que tout se résume en définitive en rien. Ou quasiment.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 26 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Quelqu'un s'est attardé avant-hier sur le message 18698. Celui-ci remonte ainsi à la surface de temps à autre, comme je l'avais déjà remarqué. Il date de cinq ans mais je ne cherche pas à me remémorer dans quel contexte je l'avais rédigé, ce détail me semblant désormais secondaire. Ou, ce qui revient au même, appartenir à un passé qui a choisi de s'éloigner.

Je retiens en revanche la constance de la démarche évoquée, alors que la fin du cheminement apparaît ce soir, encore confuse certes, même si c'est la troisième fois en quelques mois.
(Début de citation)

De : Mouvipress <contact@mouvipress.fr>
Envoyé : jeudi 27 août 2020 08:18
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : Vos informations de rendez-vous

Madame/ Monsieur FOURCADE Pierre-Paul.

Ceci est la confirmation que vous avez réservé 500 kg.
Nous vous attendons le 23 octobre - Domfront - magasin la Maison.fr à 9 h 00 min.

Merci.

Mouvipress

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 3 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Six mois plus tard, le vendeur de cinq fauteuils Louis XV sur "gensdeconfiance.fr" et moi sommes tombés d'accord sur le prix. J'irai donc à Lyon un de ces prochains jours prendre livraison de ces meubles :


Jean LEMARIE m'avait pourtant dit que les sculptures ne sont pas terribles mais il me fallait fêter à ma façon la vente de "Pontorson" :


Reste à déterminer où je vais pouvoir, en l'état du chantier, caser ces fauteuils. Simple détail !
Sur un présentoir de la nouvelle salle de spectacles de Domfront, j'ai trouvé ce prospectus...

... dont la 2ème de couverture ne pouvait qu'attirer mon attention :


En effet, que faisait là la silhouette du manoir favori ?

C'est alors que j'ai trouvé cette annonce ...

... d'un spectacle de la troupe du "Préau de Vire" qui se tiendrait à la Chaslerie les 17 et 18 juin prochains. Si la pandémie le permet. Elle a déjà balayé le projet prévu avec les mêmes pour 2020 mais je ne me souviens pas d'avoir été informé qu'on remettrait les couverts à ces dates. Je les note sur mon calepin, faites-en autant et voici comment réserver les billets le moment venu :


Sur le même présentoir, un lexique des termes du théâtre pourra toujours servir (il faudrait quand même en revoir l'orthographe... Oui, je sais, je suis un vieux con de m'attacher à de tels détails...) :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 26 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Un de mes correspondants me suggère de lui acheter cette console, de travail provençal et d'époque Transition Louis XV-Louis XVI :


Je me pose deux questions :
- quel prix en proposer ?
- et surtout, où la mettre ?

P.S. (à 10 h 30) : Carole ne voit pas où nous pourrions installer ce meuble à Paris ou au manoir favori. Ma belle-fille ne l'imagine pas dans son entrée, en face de son plan de Turgot. De mon côté, je me demande si une telle console, particulièrement meublante, aurait sa place dans mon futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" que je souhaite de style Louis XVI.

Par ailleurs le vendeur semble ne pas souhaiter beaucoup descendre sous l'évaluation qu'il avait obtenue d'un expert en 2014. Pourtant la profession d'antiquaire m'apparaît sinistrée depuis ces années-là. Et Jean LEMARIE n'est pas là, apparemment, pour me donner son avis.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : dimanche 27 septembre 2020 07:02
À : Jean Louchet
Cc : C.F. ; A.-V. F.
Objet : Piano Erard

Salut camarade,

Une de mes voisines donne un piano "Erard" mais signale, sans plus de détail à ce stade, "une fente sur la table" (...) :


Est-ce grave d'après toi ? Est-ce réparable et à quel ordre de grandeur de prix et par qui ?

Quant au piano que tu m'as vendu, mon plan a parfaitement marché : ma petite-fille l'a récupéré et a commencé, avec beaucoup d'intérêt me dit-on, des cours de piano... L'Erard lui permettrait de jouer pour son Bon-Papa quand elle viendrait le voir en Normandie... (à moins que ses parents, qui ont de la place chez eux, veuillent que nous échangions nos pianos...).

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (à 19 heures) : Feu vert de Jean LOUCHET, joint par téléphone. Nous parlons également de la "S.V.A.A.D.E.", de l'économie des concerts et des moyens de contacter des ensembles intéressants.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 27 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Acheté ce soir, via "GensDeConfiance" et au prix de 85 €, une paire d'appliques de style Louis XVI en bronze :

Comme on l'a sans doute compris, je commence en effet à penser au décor de mon futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves".
Jean LOUCHET, qui est administrateur du "groupe Facebook" dénommé "Piano Historique - Fan d'Erard" vient de m'y admettre. On y trouve des fichiers "PDF" sur différents sujets. Il va m'en communiquer un autre sur la façon de déménager les pianos. Je le transférerai à Jean LEMARIE qui a bien voulu accepter la corvée, de Perriers-en-Beauficel au manoir favori.

Mon camarade de promotion de l'X viendra ensuite accorder le piano.

Il a également promis de brancher la "S.V.A.A.D.E." sur des groupes d'instrumentistes et de me raconter l'économie du milieu.

Bref, on avance !

P.S. (à 22 h 30) : Je trouve en ligne le site de "Piano historique", association dont mon camarade est le vice-président. Ce garçon est étonnant.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 29 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
Le vendeur de la console, à qui je demandais des détails sur sa peinture, vient de me transmettre ces nouvelles photos :

Mon impression est que la peinture est d'époque, notamment parce que je détecte une bichromie. Mais je me demande maintenant si le plateau est en marbre ou en bois peint et s'il est d'époque.

Le mieux serait sans doute que j'aille voir ce meuble sur place. A quelque chose comme 15 heures de route, allez-retour. Et que je me renseigne sur l'opportunité de restaurer sa peinture. Et sur la disponibilité du châtelain du Nord-Cotentin qui pourrait se charger de ce travail, une fois que Sébastien LEBOISNE aurait restauré la frise à la grecque, à laquelle manquent quelques petits morceaux d'après les photos précédentes.

Et pour ce qui concerne l'endroit où installer ce meuble, je ne peux guère y réfléchir car Carole a emporté à Paris les tirages des derniers plans de l'architecte du patrimoine, ainsi que d'autres dossiers dont j'aurais également besoin pour travailler, comme celui relatif au financement du chantier favori par la Région ou celui du bail emphytéotique précédent... Commode !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 29 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
J'aurai le plaisir de rencontrer Jean-Jacques ROUCHERAY à Pont-Rilly après-demain. J'irai le consulter sur l'ancienneté, d'après les photos, des peintures de la console que l'on sait.

Cette après-midi, j'ai poussé une tête jusqu'au nouvel atelier, très spacieux, de Ryszard ZUREK à Mortain. J'ai eu la surprise de constater qu'il a recommencé à travailler sur ma "Passion". Il m'a déclaré que ses reprises des fissures de cet objet résistent bien au temps :

29 septembre 2020.

Nous nous sommes expliqués sur de récents incidents et sommes convenus de repartir d'un bon pied. J'ai ainsi relâché la pression sur le calendrier d'avancement de ce chantier.

L'entrevue s'est si bien passée que j'ai montré à Ryszard des photos de la console que l'on sait. Comme moi, il y voit une bichromie. Selon lui, la peinture est probablement d'origine car, sinon, on décèlerait des vestiges d'anciennes peintures ou dorures au milieu du blanc de l'apprêt (j'ai retenu que l'apprêt est normalement passé en une douzaine de couches). Bref, il serait prêt à être chargé de la restauration de ces peintures. Je lui mettrais, cette fois-ci, d'autant moins de pression sur le calendrier que je ne sais toujours pas où je pourrais installer cette console. Peut-être au rez-de-chaussée de l'aile Ouest, près de la cuisine, mais ce ne serait pas l'endroit le plus valorisant me semble-t-il. Peut-être dans mon futur "bureau-bibliothèque-de-mes rêves", à droite en y entrant, avant la cheminée, mais ceci supposerait que la porte d'entrée dans cette pièce n'empiète guère dans son espace. Et il faudrait alors se demander si les nouvelles boiseries ne devraient pas être peintes dans les mêmes tons.

Ryszard m'a demandé ce que je pense d'Arnaud PAQUIN. Je lui en ai dit le plus grand bien, tant sur le plan humain que technique, sous réserve de quelques aspects touchant à l'organisation. Mais j'ai souligné sa compétence impeccable, la qualité de sa contribution au manoir favori (l'"escalier-en-facteur commun", beau problème qu'il a su résoudre) et son caractère extrêmement sympathique. J'ai rappelé que, lorsque nos voies ont divergé, il avait eu la très grande correction de me recommander un successeur. En fait, l'architecte du patrimoine actuellement en charge de notre chantier favori.

Nous avons également évoqué le dossier de l'Abbaye Blanche de Mortain que jouxte le nouvel atelier. Un dossier difficile et qui paraît engagé de façon préoccupante sur des aspects critiques relatifs à l'intérêt du monument.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 29 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
Alors que je revenais de Mortain, j'ai croisé cette après-midi par hasard mon ancien jardinier Bernard CORBIERE. J'ai évoqué le livre de Gisèle LERICOLAIS, mon ancienne femme de ménage qui fut sa compagne, livre que je lis par longues traites au cours de mes insomnies actuelles :


Gisèle, si discrète lorsqu'elle était à mon service. Gisèle, à propos de qui je savais très peu de choses. Elle déballe tout dans ce livre de 400 pages, dont un père alcoolique, une enfance dans la misère, le viol dont elle fut l'objet au sortir de l'adolescence, son premier mari Algérien qui l'a emmenée au bled, refusait de travailler et lui a fait deux garçons, son second mari, plus âgé qu'elle et qui la maltraitait et dégradait aux yeux des enfants (il lui a fait une fille dont Gisèle était fière dans mon souvenir), de nombreuses aventures sans lendemain, beaucoup d'illusions perdues, toujours la peur de manquer du nécessaire, toujours des travaux ingrats pour gagner peu d'argent pour survivre, mais toujours, aussi, une aspiration à la beauté et à la culture pour elle qui n'a jamais eu l'opportunité de dépasser le niveau du certificat d'études. Ce livre à l'éclat brut ne manque pas de me surprendre. Il y est même question (très peu) de moi, puis de Carole, puis du manoir favori ou de Claude MARTIN (mon premier maçon salarié).

Est-elle la seule personne du voisinage à avoir traversé tant d'épreuves, joué de tant de malchance, au départ de la vie et ensuite, de Charybde en Scylla, profondément incapable de se stabiliser et, pourtant, toujours soucieuse de se sortir de toutes les ornières de son parcours, avec cet étonnant espoir dans ses recherches picturales puis ces confessions ?

Est-elle la seule à vouloir témoigner de ce qu'elle a vécu, de ce en quoi elle croit, de ce à quoi elle aspire ? Au moins, celle-ci ne reste pas mutique comme une buse, bloquée dans des dénis sans fin, bouchée à l'émeri vis-à-vis de qui voudrait la comprendre, de qui voudrait l'aimer.

Bravo Gisèle !