Anecdotes

Je viens de m'inscrire à une formation gratuite sur le financement participatif organisée par "Dartagnans" le 14 mars prochain :

(Début de citation)

De : Solenne de Dartagnans <solenne@dartagnans.fr>
Envoyé : lundi 24 février 2020 16:52
À : Penadomf <penadomf@msn.com>
Objet : Une formation gratuite au financement participatif !

Madame, Monsieur,

Vous avez sûrement des interrogations sur le financement participatif et sur comment cette nouvelle source de financement pourrait s'intégrer à vos projets.

Les devis liés à la restauration, la préservation ou encore la valorisation d'un monument, ainsi que ceux liés aux lancement de projets culturels sont souvent élevés, et le financement participatif peut en ce sens servir de source complémentaire de financement, pour soulager vos dépenses.

Dartagnans, plateforme leader de financement participatif dédiée à l'accompagnement des projets culturels et patrimoniaux, propose désormais des formations interactives, vous permettant de comprendre le mécanisme de crowdfunding et ses clés de succès.

La prochaine présentation aura lieu le vendredi 13 mars à 11h et durera environ 1h. Cliquez-ici pour vous inscrire !

Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire,

Bien cordialement,

Solenne Mirouze
Account Manager
01 88 32 01 98
solenne@dartagnans.fr
1 rue de Châteaudun, 75009 Paris

(Fin de citation)
Dès 7 heures du matin, je suis sur le pont pour me faire donner une plaque de cheminée trouvée sur "gensdeconfiance.fr" :

Le temps que j'écrive ce message, rendez-vous a été pris avec le donateur. Pour 15 heures, donc après ma matinée à Pontorson, et du côté de Honfleur.

Cette taque aux armes de France serait en effet légitime au manoir favori. A première vue, sans que j'en connaisse à cette heure les dimensions ni l'époque, il me semble qu'elle aurait sa place dans le futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves". Au pire, j'aurais fait un peu de route pour rien.
L'architecte du patrimoine me fait beaucoup bosser. Elle m'a demandé ce matin de dresser la liste des autorisations de travaux, permis de construire et subventions pour travaux que j'avais reçus depuis 1991. Il va donc falloir que je replonge dans mes archives.

En attendant, voici des documents de 1972, à l'initiative de mon prédécesseur, François LEVÊQUE, que j'ai retrouvés hier et et qui ne me paraissent pas sans intérêt :

Ces documents datant de près d'un demi-siècle sont ici incomplets et pas très cohérents mais donnent néanmoins une idée de travaux de restauration alors entrepris :
- outre la charpente, la couverture et les portes extérieures de la tour Louis XIII (ce qu'on savait déjà), il est question d'un "pavillon Mansard" qui doit être le colombier, bien qu'il soit qualifié de "contigu" à la tour Louis XIII ;
- la facture du couvreur indique, mais sans préciser le lieu, que 48 m2 de tuiles ont alors été déposées pour réemploi. Je ne comprends pas où elles se trouvaient ; certainement pas sur le colombier dont les terrassons avaient été couverts d'ardoises vers le début du XXème siècle ; si c'était sur les écuries, il y en aurait eu pour beaucoup plus que ces 48 m2 ; donc mystère ;
- dans le logis, qualifié de "pavillon Est", des poutres ont été remplacées ; j'imagine qu'il s'agit ici d'une poutre à aubier du plafond du salon, manifestement plus récente que les deux autres ; je pense en effet que les deux poutres de la salle-à-manger datent d'Henri LEVÊQUE, c'est-à-dire des années 1950, quand celui-ci a installé dans la moitié Nord du logis, à grands renforts de ciment, la cheminée de la Jarrière et celle de Mebzon ;
- la facture du peintre est riche d'enseignements : elle montre que François LEVÊQUE ne s'est pas contenté d'installer des boiseries au premier étage de la tour Louis XIII ; c'est également lui qui a fait à tout le moins repeindre les boiseries du salon ; à propos de chacune des boiseries évoquées, il est question de "repointage verres" : ceci peut concerner les boiseries du salon ainsi que le bout de boiseries qui se trouvait au 1er étage du colombier, mal bricolé et que j'ai fait démonter, mais certainement pas les boiseries du 1er étage de la tour Louis XIII.

Mon impression d'ensemble, à la relecture de ces documents, est que François LEVÊQUE a fait beaucoup plus de travaux que ce que je croyais jusque là. Il est cependant regrettable que je n'aie pas retrouvé à ce jour de documents relatifs à ses travaux en vue de rendre habitable le bâtiment Nord (il ne fait cependant pas de doute, d'après des témoignages oraux que j'avais recueillis, notamment auprès de M. de MALGLAIVE, ancien conseiller général et ami de la famille LEVÊQUE, que ces derniers travaux lui étaient imputables, y compris la douche pour les salariés agricoles et le choix du carrelage bleu, couleur fétiche de son épouse, Brigitte LEVÊQUE, toujours vivante à ce jour, paraît-il, mais que je n'ai jamais rencontrée).
Rhubarbe et aubergines plantées...

4 mai 2020.

... et, dans la serre, un plant de tomates supplémentaire. Et d'autres trucs qui devraient nous régaler bientôt :

4 mai 2020.


Puis Francis a continué à tondre l'herbe aux abords du manoir ; elle pousse beaucoup en mai et on serait vite débordés:

4 mai 2020.

Je poursuis la mise en ligne des courriers échangés avec Nicolas GAUTIER jusqu'au 12 mai 1998 (c'est en effet à cette date que s'arrête le tome 1 de mes archives relatives à cet architecte des bâtiments de France).

Cette mise en ligne présente-t-elle le moindre intérêt, compte tenu notamment du recul du temps ? Et ne serait-il pas dans mon intérêt bien compris de laisser tout cela reposer dans son coin, voire de le détruire afin de ne pas risquer d'envenimer les choses ? On peut sans doute se le demander.

Mais, comme me le disait mon aîné hier soir, j'ai toujours été très ordonné et méthodique dans mes classements. Donc, lorsqu'on me demande, comme actuellement, de justifier mon attitude face à des interlocuteurs officiels, je pense n'être pas trop mal équipé ou outillé pour éclairer le contexte d'une façon qui ne me semble pas inutile afin d'éviter la propagation d'appréciations insuffisamment fondées, pour ne pas dire insuffisamment réfléchies.

Et, comme je ne mets quasiment jamais en doute, par choix délibéré et hygiène de vie, la bonne foi de mes interlocuteurs, je me dis que ceux auxquels je pense ici trouveront peut-être là matière à reconsidérer les choses.

Les commentaires ci-après, sous forme de mots-clés, répondent à mon souci principal de faciliter, ne serait-ce qu'à mon simple usage, le fonctionnement du moteur de recherche du site favori.

20/12/91 - Terrassements du circuit des douves ; mur de terrasse, mur d'escarpe, mur entre la chapelle et le manoir, mur au Sud de la chapelle ; mur entre le manoir et le fournil ; bief amont et bief aval :


11/3/92 - Année de naissance d'Henri LEVÊQUE (le fermier) ; charretterie :


18/3/92 - Bief amont, bief aval ; mur entre la chapelle et le manoir ; mur de terrasse :


11/5/92 - Terrassements des douves (durant l'été 1991) :


25/1/93 - Mur entre le manoir et le fournil :


20/2/97 : Cave ; chauffage du logis ; couverture du logis et de l'aile Ouest ; subventions ; enfouissement de lignes électriques (au niveau de l'allée principale et en dépit de nombreuses relances, ce dossier n'a pas bougé à ce jour ) :


24/8/97 - Terrassement de l'arrière-cour ; démontage d'une grange (été 1991) ; drainages divers ; allée principale ; plantations ; mur entre la chapelle et le manoir ; "maison de Toutou" ; intérieurs du bâtiment Nord :


1/9/97 - Allée principale :


2/9/97 - Allée historique ; fournil du manoir ; toiture de la ferme :


2/9/97 : Allée historique ; fournil du manoir ; toiture de la ferme ; appentis de la ferme :


7/9/97 : "spécificité" de la compétence d'un A.B.F. :


14/9/97 : "Spécificité" d'un A.B.F. ; autres questions vulgaires (honoraires ; fosses septiques, etc) :


27/10/97 : Couverture de la ferme ; démolition du garage de la ferme ; charretterie (ou pressoir) ; mur de terrasse ; enfouissement de lignes électriques ; plantations :


24/11/97 : Colombier ; subventions ; tracasseries administratives ; maîtrise d’œuvre :


24/11/97 : Colombier ; subventions ; tracasseries administratives ; maîtrise d’œuvre :


12/3/98 : "maison de Toutou" :


26/3/98 : Tracasseries administratives :


22/4/98 : Mur d'escarpe des douves ; mur entre la chapelle et le manoir ; subventions :


25/4/98 : Subventions :


12/5/98 : Signalisation routière (dossier qui, en 2020, n'a pas avancé d'un pouce) :

Des militantes seins nus dénoncent «le calvaire» des vaches laitières

À deux jours de la fête des Mères, des militantes de l'association Peta ont manifesté seins nus vendredi matin 5 juin à Paris place de la Nation :


N.D.L.R. : Qu'on se le dise, l'association des amis du manoir de la Chaslerie ("ARDAMC" pour les intimes) est toujours prête à accueillir ce genre de manifestation sous ses frais ombrages. Si possible pour de meilleures causes, mais on devrait pouvoir en trouver.
Malgré tous mes efforts, je confonds souvent les termes de "maître d'ouvrage" et de "maître d’œuvre" et viens de corriger à l'instant trois erreurs que comportait la rédaction d'un de mes récents messages. Il faudrait que je retienne ou que j'écrive quelque part que je suis le maître d'ouvrage et les architectes les maîtres d’œuvre.

Ouvrage, œuvre, les deux termes me paraissent si proches que je n'arrive pas à en percevoir, et encore moins à mémoriser, les différences. En effet, la Chaslerie est-elle mon œuvre ou mon ouvrage ? Un peu des deux sans doute. Et peut-être beaucoup ? Ce qui est sûr en revanche, c'est que j'en suis moins le maître qu'elle ma maîtresse. Ma "danseuse", comme l'appelle mon aîné, non sans un pointe de cruauté, du moins d'après moi. Une maîtresse insatiable et qui ruinera ma santé, après le reste. Il serait grand temps que je puisse passer la main et laisse ces joies à d'autres, beaucoup plus jeunes.

Car je ne vois toujours pas comment je vais pouvoir tenir encore quatre ans.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 29 juillet 2020 23:08
À : (...)@culture.gouv.fr
Cc : Eric MAZIER - Responsable OT DOMFRONT
Objet : Demande d'inscription du manoir de la Chaslerie au programme régional des Journées du patrimoine 2020

PAR COURRIEL AVEC MENTION SUR LE SITE CHASLERIE.FR

Madame,

Mes courriels précédents à vous adressés étant restés sans réponse, je réitère ma demande, avec mention sur le site www.chaslerie.fr auquel l'expérience montre que certains de vos collègues de la DRAC ne sont pas toujours insensibles.

Il semble qu'il ne soit plus possible de s'inscrire aux "Journées du patrimoine" sans passer par votre site openagenda.com/jep-2020-normandie/.

Or je trouve celui-ci impossible d'accès pour y porter la mention qui m'intéresse, comme je vous l'ai déjà signalé. En tout cas, je n'ai plus la souplesse d'esprit ni la patience de me plier aux prétendues "simplifications administratives" dont ce site est, à l'évidence, un nouvel avatar. Aussi n'ai-je pu, de ce fait, y mettre en ligne mon annonce avant le 15 juillet dernier comme il était demandé. De plus, je trouve ce site très mal conçu puisque nombre d'annonces y sont publiées plusieurs fois et que l'on y chercherait en vain un sommaire, doté des liens "ad-hoc" permettant de se repérer utilement dans le désordre complet qui y prévaut.

Par ce courriel-ci, qui sera suivi d'une L.R.A.R. s'il reste également lettre morte, je réitère que, comme depuis une trentaine d'années, je désire que le manoir de la Chaslerie soit inscrit au programme régional dont vous êtes, à ma connaissance, en charge de la gestion. Les conditions seront les conditions habituelles, qui ne changent pas d'une année sur l'autre, donc devraient vous être enfin connues.

Bien entendu, il ne serait pas refusé que vous fassiez en sorte qu'en dépit du franchissement de votre date-limite, l'événement reçoive la même publicité que pour les autres monuments.

Ci-joint une photo récente de la Chaslerie vous permettant d'illustrer votre article :


Je mets en copie l'office de tourisme de Domfront afin qu'ils pensent à compléter votre programme au cas où vous ne remédieriez pas aux défaillances constatées, du moins celle concernant la Chaslerie.

D'avance merci.

Salutations distinguées,

PPF
06 12 96 01 34

(Fin de citation)
Visite, ce matin, de Nathalie GUERIN, journaliste au "Publicateur libre", venue m'interviewer sur la création de la "SVAADE" :

6 août 2010.

Je me suis efforcé d'être clair dans mes explications.

A l'occasion de cette visite, je l'ai complimentée sur l'article publié ce matin dans le "Publicateur" à propos de nos concerts du 12 août prochain :


J'ai cependant signalé qu'il aurait été utile de rappeler que la billetterie est tenue par l'"Office du tourisme de Domfront" (02 33 38 53 97), ce qu'elle va faire sur la "page Facebook" du "Publicateur".

P.S. (du 7 août 2020 à 4 heures) : Voici le correctif publié sur la "page Facebook" du "Publicateur".
Sur un présentoir de la nouvelle salle de spectacles de Domfront, j'ai trouvé ce prospectus...

... dont la 2ème de couverture ne pouvait qu'attirer mon attention :


En effet, que faisait là la silhouette du manoir favori ?

C'est alors que j'ai trouvé cette annonce ...

... d'un spectacle de la troupe du "Préau de Vire" qui se tiendrait à la Chaslerie les 17 et 18 juin prochains. Si la pandémie le permet. Elle a déjà balayé le projet prévu avec les mêmes pour 2020 mais je ne me souviens pas d'avoir été informé qu'on remettrait les couverts à ces dates. Je les note sur mon calepin, faites-en autant et voici comment réserver les billets le moment venu :


Sur le même présentoir, un lexique des termes du théâtre pourra toujours servir (il faudrait quand même en revoir l'orthographe... Oui, je sais, je suis un vieux con de m'attacher à de tels détails...) :

Jean LOUCHET, qui est administrateur du "groupe Facebook" dénommé "Piano Historique - Fan d'Erard" vient de m'y admettre. On y trouve des fichiers "PDF" sur différents sujets. Il va m'en communiquer un autre sur la façon de déménager les pianos. Je le transférerai à Jean LEMARIE qui a bien voulu accepter la corvée, de Perriers-en-Beauficel au manoir favori.

Mon camarade de promotion de l'X viendra ensuite accorder le piano.

Il a également promis de brancher la "S.V.A.A.D.E." sur des groupes d'instrumentistes et de me raconter l'économie du milieu.

Bref, on avance !

P.S. (à 22 h 30) : Je trouve en ligne le site de "Piano historique", association dont mon camarade est le vice-président. Ce garçon est étonnant.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 2 Octobre 2020
Vie de l'association - SVAADE - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
(Début de citation)

De : Patrice (...) <p.(...)@orange.fr>
Envoyé : vendredi 2 octobre 2020 15:13
À : 'Pierre-Paul Fourcade' <penadomf@msn.com>
Objet : RE: Votre lettre du 28 septembre 2020

Bravo Pierre-Paul. C’est un message salutaire.

Patrice

_______________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : vendredi 2 octobre 2020 12:58
À : (...)@dgfip.finances.gouv.fr ; ddfip61.PPR.personnel@dgfip.finances.gouv.fr
C.C.I. : P. C. ; H. H.
Objet : Votre lettre du 28 septembre 2020

A l'attention de M. (...), administrateur général des finances publiques

Monsieur le directeur,

J'accuse réception de votre lettre en objet, suite à mes "courriers en réponse adressés au SIP-SIE de Domfront".

Le ton de certains de mes messages, ceux auxquels vous vous référez si je comprends bien, est - je pense que vous l'avez compris - le simple reflet de l'exaspération que je ne dois pas être le seul à éprouver, notamment parmi vos administrés âgés, devant la complexification qui apparaît sans limite des formulaires que nous avons à remplir. Leur informatisation n'a, selon mon expérience, fait qu'empirer la situation. A un titre qui n'est pas qu'anecdotique, me semble-t-il, j'ai eu l'occasion de classer dernièrement mes déclarations de revenus depuis que j'en remplis, c'est-à-dire depuis une cinquantaine d'années, et il est clair que les dernières sont d'un niveau de détail et d'une longueur sans commune mesure avec celles qui étaient en vigueur il y a quelques années seulement. Or il est patent que ma situation personnelle ne s'est pas complexifiée pour autant, au moins depuis une bonne vingtaine d'années, de sorte que le remplissage de ces formulaires aurait pu me devenir routinier, ce qui est loin d'être le cas. Il me paraît nécessaire que vous sachiez que j'y consacre désormais un nombre croissant de jours chaque année, plus de trois et bientôt cinq. Pourtant j'ai enseigné la fiscalité à l'E.N.A., il y a une quarantaine d'années il est vrai...

Certes, je comprends fort bien que, dans le rôle qui est le vôtre, vous puissiez avoir une réaction telle que celle exprimée par votre courrier lorsque vous prenez connaissance de telles critiques indépendamment du contexte.

Mais puisque, ancien fonctionnaire au ministère des finances, je me considère - peut-être à tort - comme l'un de vos "anciens", je ne puis que vous inviter à sensibiliser, autant que faire se peut, vos collègues en charge de la mise au point desdits formulaires informatisés à la nécessité de veiller au confort des usagers et à la préservation de la dimension intuitive du remplissage de ces documents. Dans toute la mesure du possible, il faudrait par exemple veiller à stabiliser la forme de ces formulaires ou bien mettre en place un guichet aisément accessible et humain (car on en a assez de recevoir des courriels émanant de "nepasrepondre@" !). Il me semble qu'il y aurait là un immense champ de progrès pour "rendre la vie commode et les gens heureux", selon la formule intemporelle de Bossuet.

C'est dire qu'en plus de vos critiques, que je vous assure recevoir positivement, de mes réactions à des procédures qui ne fonctionnent pas ou mal (soit sur "impots.gouv.fr", soit sur "service-public.fr", ainsi que j'en ai encore récemment fait l'expérience, le problème que j'évoque me paraissant global), j'aurais apprécié qu'au moins au bénéfice de l'âge et pour demeurer constructif, vous me désigniez l'un de vos collaborateurs disponible pour m'aider à remplir les formulaires en ligne en question. Il semble en particulier que je doive fournir des adresses de courriel différentes lorsque je remplis des formulaires différents et je ne sais pas le faire (outre que je peine à comprendre pourquoi il faudrait multiplier de telles adresses quand on est, chaque fois, le même signataire).

Donc loin de rejeter les démarches en ligne, je me tiens au contraire à la disposition du collaborateur que vous voudriez bien me désigner, si possible à Domfront, pour me donner la formation nécessaire dont je puis vous assurer qu'elle serait suivie avec les plus grands sérieux et application.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Pierre-Paul FOURCADE
(...)

(Fin de citation)
Le piano crapaud "Erard" qui m'a été donné...

6 octobre 2020.

... est arrivé ce matin à la Chaslerie ; il attendra des jours meilleurs dans le grand salon :

6 octobre 2020.

6 octobre 2020.

Certes, il faudra le raccorder...

6 octobre 2020.

... et, quand le chantier sera suffisamment avancé, il conviendrait de le revernir :

6 octobre 2020.


Mais la meilleure nouvelle est peut-être que le couple qui me l'a donné est à la tête d'une famille de musiciens avec qui nous pourrons, je l'espère, organiser de futurs concerts sous l'égide de la S.V.A.A.D.E.