Anecdotes

Suivant une recommandation parue sur le site de Domfront-en-Poiraie et relayée par l'office local de tourisme, j'ai entraîné ma petite famille ce matin sur un circuit prétendument court (2,5 km) et facile, à la découverte du marais de Rouellé.

En fait, ce chemin est très imparfaitement balisé et, à divers endroits, suffisamment mal entretenu pour disparaître sous les hautes herbes :

2 juin 2020.

2 juin 2020.

On s'est perdus et on a dû marcher plus de 4 km pour retrouver la voiture.

Voici donc une promenade à déconseiller clairement aux personnes âgées et aux trop jeunes enfants.

P.S. (du 4 juin 2020 à 3 h 30) : Je remercie Eric MAZIER et Chantal HEUZE d'avoir réagi utilement à mon message. Je comprends que le nécessaire va être fait sur le terrain.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie) - Anecdotes
2
Christian pense que l'oisillon était un faucon crécerelle. En raison de l'iris, je persiste à penser que c'était un épervier d'Europe. Quoi qu'il en soit, il n'est plus là ce matin :

5 juin 2020.

5 juin 2020.

Seuls restent quelques reliefs sucrés ou salés (l'histoire ne le dit pas). Christian est d'avis qu'un prédateur est passé par là.
Des militantes seins nus dénoncent «le calvaire» des vaches laitières

À deux jours de la fête des Mères, des militantes de l'association Peta ont manifesté seins nus vendredi matin 5 juin à Paris place de la Nation :


N.D.L.R. : Qu'on se le dise, l'association des amis du manoir de la Chaslerie ("ARDAMC" pour les intimes) est toujours prête à accueillir ce genre de manifestation sous ses frais ombrages. Si possible pour de meilleures causes, mais on devrait pouvoir en trouver.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 7 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
J'étais invité à passer la Fête des Mères à Paris. Mais j'en suis désolé pour ma belle-fille, je me sens trop fatigué et sans ressort pour un des ces allers-retours qui, il y a peu encore, ne me posaient aucun problème. Et il faut que je termine la mise en ligne de ma déclaration de revenus, ce qui suppose encore un certain nombre de contrôles de ma part, notamment à propos de l'invraisemblable micmac des "déficits reportables", un poste que j'ai longtemps délaissé à tort mais auquel je suis désormais réduit à veiller, si du moins c'est encore possible. Puis je devrai rouvrir le dossier ô combien emberlificoté des comptes de la copropriété de Paris, toujours pas réglé à ce jour, la balle étant une nouvelle fois dans mon camp.

Du côté du chantier, je n'ai plus d'écho de l'architecte en charge de la "mission n°2". L'administraaaâââtion aura réussi à tout geler avec ses réglementations stupides édictées à l'avantage d'une corporation bénéficiant d'un monopole public mal contrôlé. Tant de paperasses coûteuses, chronophages et verbeuses, tant de talents consacrés à couper les cheveux en quatre sans valeur ajoutée ou encore tant d'égos tatillons de petits-chefs ou de sous-petits-chefs auxquels je devrais prendre garde comme à autant de casseroles de lait sur le feu. En trente ans de chantier, j'aurai tout connu. Et toujours pas d'horizon en vue où serait enfin purgé ce dossier de tous ces tracas qui me minent. A ce titre, mon dernier espoir sera que l'impéritie bien connue de l'Etat finisse par priver de toute légitimité à enfiler des perles mes interlocuteurs obligés.
lemonde.fr
rédigé le Dimanche 7 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
Impôts : qui a jusqu’au 30 juin pour déposer sa déclaration ?

Une discrétion, mais surtout un flou, entoure le délai exceptionnel accordé jusqu’au 30 juin, dans certains cas, pour la déclaration de revenus… Sont concernés, notamment, les particuliers percevant des loyers.

N.D.L.R. : C'était bien le peine que je me mette la pression... Un tel article risque de me démobiliser, procrastinateur comme je le suis.
S.M.S. envoyé à Ryszard ZUREK ce matin à 8 h 15 : "Quand comptez-vous terminer votre travail ? Je rappelle que je vous ai confié cet objet il y a 6 mois (le 10 décembre) et que vous m'aviez alors dit qu'il serait prêt pour la fin janvier 2020".

Des amis m'avaient prévenu : Ryszard ZUREK, qui se disperse, a perdu toute fiabilité pour ses clients. Je suis au regret de le confirmer.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 9 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
1
Comme je suis malgré tout un brave type, j'ai quelque peu édulcoré la prose que j'ai cherché à joindre à ma déclaration de revenus, dans la fenêtre prévue à cet effet :

"1 - Cette année, il est devenu impossible, du moins avec mes appareils et sauf à procéder à tout bout de champ à des captures d'écran, d'imprimer entièrement diverses pages de votre formulaire. Ce n'était pas le cas l'an dernier. Il serait utile que, d'une année à l'autre, des fonctionnalités de ce type ne disparaissent pas (à dire vrai, je ne sais pas si c’est dû à votre système ou au mien).
2 - Votre formulaire, qui se dilate d'une année sur l'autre et jamais ne se simplifie, est devenu un invraisemblable casse-tête. Cela foisonne de tous côtés. Il paraitrait grand temps que les responsables d'une telle logorrhée (s'il existe des responsables dans une organisation qui ose diffuser ce genre de formulaire, ce qui resterait à établir) reprennent enfin contact avec la réalité.
3 – En particulier, ces histoires de prélèvement à la source sont une nouvelle source de perplexité. Vous demandez pourtant aux contribuables de reporter à ce titre des sommes dont ils auraient connaissance (et qui seraient donc de nature à réduire leur impôt). N'ayant pas l'outrecuidance de considérer que je maîtrise suffisamment cette prétendue "simplification administrative", je n'ai, pour ma part, rien reporté.
4 – Propriétaire d’un monument historique, je prépare ma déclaration en suivant la grille mise au point par la « Demeure Historique ». Celle-ci prévoit un report dans une « case 6DD de la déclaration 2042 » de certaines dépenses (17 030 € dans mon cas). Or je n’ai pas trouvé la trace de cette case dans votre formulaire donc n’ai pu me prévaloir de cette somme, pourtant de nature, si je comprends bien, à impacter mon « revenu global ».
5 – Comme chaque année, je m'arrache les cheveux à propos de la notion de « déficits antérieurs restant à imputer ». Il s’agit, dans mon cas et à mon échelle, de montants très substantiels. Toutefois mes déficits courants sont eux-mêmes tels qu’il ne me paraît pas utile, si je comprends bien, que j’active cette année tout ou partie de ces sommes.
"

P.S. (à 17 h 45) : Le site "impots.gouv.fr" me fait savoir que "La saisie de caractères spéciaux et de mise en forme (puces, tabulation, <, >, &, œ...) n'est pas autorisée dans cette rubrique", de sorte que ma prose est refusée par leur machine.

J'ai donc essayé avec la version suivante :

"Cette année, il est devenu impossible, du moins avec mes appareils et sauf à procéder à tout bout de champ à des captures d'écran, d'imprimer entièrement diverses pages de votre formulaire. Ce n'était pas le cas l'an dernier. Il serait utile que, d'une année à l'autre, des fonctionnalités de ce type ne disparaissent pas. A dire vrai, je ne sais pas si c’est dû à votre système ou au mien.

Votre formulaire, qui se dilate d'une année sur l'autre et jamais ne se simplifie, est devenu un invraisemblable casse-tête. Cela foisonne de tous côtés. Il paraitrait grand temps que les responsables d'une telle logorrhée reprennent enfin contact avec la réalité.

En particulier, ces histoires de prélèvement à la source sont une nouvelle source de perplexité. Vous demandez pourtant aux contribuables de reporter à ce titre des sommes dont ils auraient connaissance et qui seraient donc de nature à réduire leur impôt. N'ayant pas l'outrecuidance de considérer que je maîtrise suffisamment cette prétendue simplification administrative, je n'ai, pour ma part, rien reporté.

Propriétaire d’un monument historique, je prépare ma déclaration en suivant la grille mise au point par la Demeure Historique. Celle-ci prévoit un report dans une case 6DD de la déclaration 2042 de certaines dépenses, 17 030 euros dans mon cas. Or je n’ai pas trouvé la trace de cette case dans votre formulaire donc n’ai pu me prévaloir de cette somme, pourtant de nature, si je comprends bien, à impacter mon revenu global.

Comme chaque année, je m'arrache les cheveux à propos de la notion de déficits antérieurs restant à imputer. Il s’agit, dans mon cas et à mon échelle, de montants très substantiels. Toutefois mes déficits courants sont eux-mêmes tels qu’il ne me paraît pas utile, si je comprends bien, que j’active cette année tout ou partie de ces sommes.
"

Là encore, ma prose a été refusée. Et pour la même raison. Je ne comprends pas. Qu'ils aillent donc se faire cuire un œuf !

P.S. 2 (à 18 heures) : J'ai réussi à insérer le texte suivant dans ma déclaration :

"J'avais préparé une note circonstanciée mais vous l'avez refusée pour des motifs qui paraissent futiles, tenant à la saisie de caractères spéciaux. J'ai donc débarrassé mon texte de ces caractères mais, plusieurs fois encore, vous avez refusé ce dernier. Tout cela ne me semble pas convenable. Tant pis pour vous, je réserve mes droits."

P.S. 3 (à 18 h 10) : Je suis informé que ma déclaration "a bien été enregistrée le 09 juin 2020 à 18:09:03".

C'est quand même beau la technique moderne !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 14 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Les bonnes nouvelles (à confirmer) de Pontorson me mettent du baume au cœur. Donc j'ai lâché un peu de lest ce soir via "Catawiki".

(Début de citation)

Vous avez remporté ce lot !
Estimation de l’expert 1 000 € - 1 200 €
Votre offre gagnante
480 €
14-06-2020 21:37:30
Autres offres:
Enchérisseur 5393 14-06-2020 21:36:21 460 €
Enchérisseur 9293 14-06-2020 21:35:26 440 €
Enchérisseur 5393 14-06-2020 21:34:28 420 €
Enchérisseur 9293 14-06-2020 21:33:25 400 €
Enchérisseur 9293 14-06-2020 21:32:56 300 €
Enchérisseur 1127 14-06-2020 21:29:11 270 €
Consultez toutes les offres

(Fin de citation)

J'ai ainsi acheté le tapis suivant :


Manorial, isn't it ?

Je le destine à me servir de descente de lit dans ma "chambrette monacalo-monastique" (c'est pile les dimensions que je recherchais).

Voici la description du bébé :

Vendeur : teresacordeiro

Afshar - Tapis figuratif persan antique - 190 cm - 127 cm
Laine sur laine - Iran - Fin du XIXe siècle


Antique Persian Afshar Figural Rug
Unique Figural Hunting Scene

Antique tribal rug by the semi-nomadic Afshar tribe principally located in the mountainous areas surrounding the region of Persian Azerbaijan.
The motif of hunting scene is unique in tribal weaving.

Circa 1890
Size: 190x127cm

Wool on wool foundation.
Please note the fine palette of colors.
Very good/good condition with some minimal age related signs of use.

Rare, coveted rug from a private collection.

Shipping with track and trace (CTT Portugal)

The rug was imported to Europe before 01.01.2010

P.S. (du 15 juin 2020 à 4 h 30) : Ce tapis aux tons quelque peu sanguinolents, "il lui a plu sur la marchandise", comme aurait dit Julietotte. Il a dû subir quelques lavages vigoureux, d'autant qu'il n'est pas tout jeune.

1890, donc 6 ans après l'incendie de la Chaslerie.
Année de naissance du Général.
Année de naissance également du "Pater".

130 ans, déjà. Moins du double de mon âge, le temps passe si vite...

P.S. 2 (du 15 juin 2020 à 10 h 45) : En tout cas, ce tapis semble beaucoup plaire à la crème du fan-club. "Une merveille", "Sublime", m'écrit-on ce matin (par S.M.S. ou via "WhatsApp").
S.M.S. à Ryszard ZUREK ce matin à 8 h 15 : "Toujours pas reçu les photos de l'état actuel de la restauration. A quel endroit puis-je passer voir où vous en êtes rendu ?"

Réponse de Ryszard ZUREK par S.M.S. à 8 h 41 : "Compte tenu du gentil message sur google, je ne vous enverrai pas de photos. Ce n'est pas la peine de passer. Comme tout artisan, je vous préviendrai quand vous pourrez récupérer votre oeuvre. Sans pression et respectant avant tout l'éthique de la restauration, j'effectue le travail au rythme que j'estime nécessaire.
Cordialement,"

S.M.S. à Ryszard ZUREK à 8 h 44 : "Cher Monsieur, comme vous le savez, je déteste l'hypocrisie. Hypocrisie dont l'archétype était ma grand-mère bigote. Je comprends que vous n'avez pas avancé depuis mon dernier rappel. L'éthique professionnelle a bon dos."
Malgré tous mes efforts, je confonds souvent les termes de "maître d'ouvrage" et de "maître d’œuvre" et viens de corriger à l'instant trois erreurs que comportait la rédaction d'un de mes récents messages. Il faudrait que je retienne ou que j'écrive quelque part que je suis le maître d'ouvrage et les architectes les maîtres d’œuvre.

Ouvrage, œuvre, les deux termes me paraissent si proches que je n'arrive pas à en percevoir, et encore moins à mémoriser, les différences. En effet, la Chaslerie est-elle mon œuvre ou mon ouvrage ? Un peu des deux sans doute. Et peut-être beaucoup ? Ce qui est sûr en revanche, c'est que j'en suis moins le maître qu'elle ma maîtresse. Ma "danseuse", comme l'appelle mon aîné, non sans un pointe de cruauté, du moins d'après moi. Une maîtresse insatiable et qui ruinera ma santé, après le reste. Il serait grand temps que je puisse passer la main et laisse ces joies à d'autres, beaucoup plus jeunes.

Car je ne vois toujours pas comment je vais pouvoir tenir encore quatre ans.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 19 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Economie - Anecdotes
0
Je comptais offrir demain à chacun des participants à la réunion de 11 heures un exemplaire de l'ouvrage d'André DEGON, "De châteaux en manoirs en Normandie" (où il est fait état, en termes élogieux, de la Chaslerie), afin de tâcher de développer, si nécessaire, leur intérêt pour les questions touchant au patrimoine. J'avais passé ma commande il y a plus de quinze jours à "La civette" de Domfront.

J'ai appris ce matin que ces ouvrages ne sont toujours pas arrivés, le patron de "La civette" ne parvenant même pas à obtenir le moindre retour utile de l'éditeur, "Ouest-France". Il y a, semble-t-il, des bugs du côté du transporteur, manifestement infesté de planqués qui planent.

Désormais, je ne m'en remettrai plus, pour ce genre de commande, qu'à "Amazon".
Afin de l'amadouer si la chose est possible, j'ai entraîné ce midi le vendeur potentiel d'un important lot de tomettes vernissées du XVIème siècle à ma cantine favorite. Nous étions assis à moins de deux pas d'un couple de retraités de l'enseignement secondaire de Domfront qui, je n'ai pas de mal à l'imaginer, ont très longtemps été des militants socialistes. Qu'ont-ils dû se dire à mon sujet en captant des bribes du discours sonore de mon hôte, vieux militant d'un tout autre bord ?

Et tout ça pour pas grand chose puisque mon visiteur s'est déclaré indécis à propos de la question qui avait motivé mon invitation.
Passion Angleterre et Pays de Galles (via "Facebook")
rédigé le 22 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Joyeux anniversaire à HRH le duc de Cambridge prince William pour la fête des pères !


N.D.L.R. : Les mitaines too much (et ces gros doigts boudinés, n'en parlons même pas...). Pour le reste, "very smart, my dear !".
Un de mes correspondants locaux, que j'ai plaisir à assister dans une mission délicate et d'intérêt général, avec qui je discutais librement des orientations d'une certaine association, m'a déclaré hier après-midi - en insistant bien sur le fait qu'il s'exprimait sous le sceau de la confidence - : "Je vous le dis avec franchise, votre problème par ici est que vous faites peur !"

Intéressante remarque qui m'évoque quelques souvenirs... "C'est vrai, ai-je répondu, ma taille, ma masse corporelle, ma façon de m'exprimer, mon mode de vie volontiers solitaire, mon niveau d'exigence impressionnent souvent, au point d'inquiéter parfois, sans que je le comprenne toujours, les gens enclins à privilégier le calme, la tranquillité, pour ne pas dire une certaine routine. Pourtant, où est l'essentiel ?"

Ce disant, un poème m'est revenu en mémoire que je me suis récité en silence...




Mais assez parlé de moi, n'est-ce pas ?

P.S. : L’Azur / Stéphane Mallarmé
« De l’éternel Azur la sereine ironie
Accable, belle indolemment comme les fleurs,
Le poète impuissant qui maudit son génie
À travers un désert stérile de Douleurs.
Fuyant, les yeux fermés, je le sens qui regarde
Avec l’intensité d’un remords atterrant,
Mon âme vide. Où fuir ? Et quelle nuit hagarde
Jeter, lambeaux, jeter sur ce mépris navrant ?
Brouillards, montez ! versez vos cendres monotones
Avec de longs haillons de brume dans les cieux
Que noiera le marais livide des automnes,
Et bâtissez un grand plafond silencieux !
Et toi, sors des étangs léthéens et ramasse
En t’en venant la vase et les pâles roseaux,
Cher Ennui, pour boucher d’une main jamais lasse
Les grands trous bleus que font méchamment les oiseaux.
Encor ! que sans répit les tristes cheminées
Fument, et que de suie une errante prison
Éteigne dans l’horreur de ses noires traînées
Le soleil se mourant jaunâtre à l’horizon !
— Le Ciel est mort. — Vers toi, j’accours ! donne, ô matière,
L’oubli de l’Idéal cruel et du Péché
À ce martyr qui vient partager la litière
Où le bétail heureux des hommes est couché,
Car j’y veux, puisque enfin ma cervelle, vidée
Comme le pot de fard gisant au pied d’un mur,
N’a plus l’art d’attifer la sanglotante idée,
Lugubrement bâiller vers un trépas obscur…
En vain ! l’Azur triomphe, et je l’entends qui chante
Dans les cloches. Mon âme, il se fait voix pour plus
Nous faire peur avec sa victoire méchante,
Et du métal vivant sort en bleus angelus !
Il roule par la brume, ancien et traverse
Ta native agonie ainsi qu’un glaive sûr ;
Où fuir dans la révolte inutile et perverse ?
Je suis hanté. L’Azur ! l’Azur ! l’Azur ! l’Azur !
»
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 29 juin 2020 10:41
À : jerome.nury@assemblee-nationale.fr <jerome.nury@assemblee-nationale.fr>; Bernard Soul <bernard.soul@orange.fr>
Cc : C.F.
Objet : Signalé - Mise en cause par M. DEROUET, maire de Lonlay-l'Abbaye

Monsieur le député, Monsieur le Maire,

J'ai l'honneur de vous informer que je viens de recevoir à la Chaslerie la visite du chef de gendarmerie (...), de la brigade de gendarmerie de Messei.

Il venait m'informer que M. DEROUET, maire de Lonlay-l'Abbaye, a déposé plainte à la suite de la distribution d'un tract dans les boîtes aux lettres d'électeurs de sa commune, peu avant le 1er tour des municipales.

Il paraît que, dans sa plainte, M. DEROUET me "met en cause" (c'est le terme juridique) comme auteur potentiel de ce tract qui serait injurieux. Je suis donc attendu à 15 h 30 à la brigade de gendarmerie de Domfront pour être entendu à la suite de cette "mise en cause". Il m'est indiqué que je peux me faire assister d'un avocat, que des photos seront prises de moi et que mes empreintes digitales seront relevées. Il paraît qu'il est possible que le procureur de la République en charge de l'instruction de cette plainte diligente une perquisition chez moi pour s'assurer qu'il n'y retrouve pas de tracts.

Je compte déférer à cette demande de me rendre à la gendarmerie de Domfront à 15 h 30 aujourd'hui pour répondre à leurs questions. J'irai seul car je n'ai pas d'avocat à charger de ma défense.

Cette "mise en cause" est bien entendu dépourvue de tout fondement. Je n'ai jamais eu le tract en question entre les mains et viens d'en apprendre l'existence. Toutefois, je ne puis que me demander ce qu'il serait advenu de moi sous l'Occupation avec un tel édile proférant de telles accusations auprès des instances judiciaires, ainsi qu'il l'a donc fait à mon encontre.

L'affaire me paraît suffisamment grave pour que je vous en informe en votre qualité d'élus amenés à côtoyer fréquemment cet individu dans des instances officielles.

Bien entendu, je me réserve de déposer plainte le moment venu contre M. DEROUET pour dénonciation calomnieuse.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (à 11 h 40) : Mon ami Bertrand CARADET, avocat à Paris (et descendant d'un compagnon de Guillaume le Conquérant), se tient prêt à assurer ma défense. Je l'en remercie.

Par ailleurs, j'ai invité un voisin, ami d'enfance et adjoint à la mairie de M. DEROUET à suggérer à ce dernier de me présenter des excuses sans tarder. J'ai signalé qu'à défaut de telles excuses en bonne et due forme, je n'hésiterais pas, le moment venu, à déposer plainte au pénal pour dénonciation calomnieuse.