Anecdotes

Vivre et laisser dire...

Toutefois, notre site favori m'aura parfois fourni l'occasion de rencontrer des individus très curieux et pour le moins agités :


Il me semble que, depuis cette époque, la chaleur de l'hommage auxdits services n'est plus aussi vive qu'elle a pu l'être. En effet tout le monde, et je ne dois pas être le dernier, a parfois, je le crois, des moments d'égarement.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 13 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Autoportrait post confinement :

13 mai 2020.


De ma vie, je n'ai jamais eu les cheveux aussi longs. Un vrai beatnik ! Rendez-vous a été pris chez le figaro de Flers pour ce soir à 20 heures. A l'évidence, il rattrape le temps perdu.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 13 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie) - Anecdotes - Météo
3
Je suis triste ce matin. Les oisillons ne bougent plus, le nid est abandonné :

13 mai 2020.

Ils n'ont pas résisté au froid de loup d'avant-hier. Idem pour les plants de tomates m'a dit Francis hier, qui avaient passé la nuit sans la protection de la serre.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 16 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
"Le Roi Soleil" n'aura pas tardé, après le déconfinement, ...

16 mai 2020.

... pour livrer un buffet normand dans la cuisine...

16 mai 2020.

16 mai 2020.

16 mai 2020.

... et une commode dans la chambre de Carole :

16 mai 2020.


Du coup, la desserte attendra le long d'un mur qu'on statue sur son sort :

16 mai 2020.

16 mai 2020.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 17 Mai 2020
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
L'architecte du patrimoine en charge de la "mission n°2" devant revenir demain au manoir favori, il faut que je termine aujourd'hui la révision de mes dossiers en vue de retrouver, si possible, la trace des dernières autorisations administraaaâââtives reçues.

En cette aube blême, il me reste ainsi à traiter principalement quatre classeurs d'archives, ceux qui sont consacrés à l'architecte du patrimoine qui, de la série qu'il m'a été donné de côtoyer depuis trente ans, m'aura, et de loin, laissé le plus mauvais souvenir :

17 mai 2020.


Au mépris flagrant et lamentable de sa signature au bas d'un contrat, ce goujat a abandonné mon chantier en 2017 pour poursuivre ailleurs (et avec succès semble-t-il car il est aujourd'hui, à ma connaissance, le bénéficiaire de deux mandats dans le cadre de la "mission BERN" si richement dotée par choix médiatique du prince) sa recherche forcenée des moyens d'assurer au plus vite le train de vie qu'il estime mériter.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 19 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
Ryszard ZUREK m'a envoyé une photo de la "Passion" qu'il est en train de restaurer :

19 mai 2020.


Je continue à trouver son travail des plus lents. Cela fait en effet six mois que je lui ai confié cet objet. Il m'avait promis qu'il en aurait fini pour la fin janvier (2020, je le précise, en attendant la suite).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 19 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Puisque nous nous trouvions à Pontorson, l'envie nous a pris de pousser jusqu'au Mont que je n'avais plus visité depuis l'époque où l'on se garait à son pied :

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

19 mai 2020.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 20 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Celui-ci me paraitrait pouvoir faire une bonne descente de lit dans ma chambrette monacalo-monastique :


P.S. (à 21 h 50) : "Le prix de réserve n'a pas été atteint. Le lot n'a donc pas été vendu."
J'étais le seul enchérisseur.

P.S. 2 (du 23 mai 2020 à 6 heures) : L'histoire ne s'arrête pas là. En effet, le vendeur du tapis m'a contacté pour me dire que, tout bien considéré, il accepte ma dernière offre. Il m'a donné une semaine pour y réfléchir. Bref, un vrai marchand de tapis !

J'ai répondu par une contre-offre nettement plus basse que ma dernière offre qui était, m'a-t-il appris, à quelques 62 % de son prix de réserve ; ma contre-offre n'était plus qu'à 46 % de ce dernier ; le vendeur l'a rejetée.

Or, depuis cette enchère, j'ai participé à une autre, également avec un prix de réserve qui n'a pas été atteint et tandis que j'étais, là encore, le seul enchérisseur ; et, là encore, le vendeur (différent du précédent) m'a contacté pour me donner une semaine pour toper à mon dernier prix.

Autant savoir comment fonctionnent les "prix de réserve" sur "Catawiki" pour ne pas mourir idiot.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 24 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Il y avait, ce soir, sur "Catawiki", un tapis qui m'aurait bien plu pour ma chambrette monacalo-monastique en raison de son décor géométrique et de ses couleurs claires et chaudes, un "Bakthiar" de la seconde moitié du XIXème siècle, ce qui ne gâtait rien :


Il était estimé entre 700 et 800 €, sans prix de réserve. Mais je n'ai pas poussé les enchères au-delà de 280 € car je trouvais ses bordures à franges bizarrement riquiquis. Il a été adjugé à 300 € (plus 9 % de frais d'enchères, plus 25 € de port).

Ce n'est pas bien grave, il y aura d'autres occasions.
Suivant une recommandation parue sur le site de Domfront-en-Poiraie et relayée par l'office local de tourisme, j'ai entraîné ma petite famille ce matin sur un circuit prétendument court (2,5 km) et facile, à la découverte du marais de Rouellé.

En fait, ce chemin est très imparfaitement balisé et, à divers endroits, suffisamment mal entretenu pour disparaître sous les hautes herbes :

2 juin 2020.

2 juin 2020.

On s'est perdus et on a dû marcher plus de 4 km pour retrouver la voiture.

Voici donc une promenade à déconseiller clairement aux personnes âgées et aux trop jeunes enfants.

P.S. (du 4 juin 2020 à 3 h 30) : Je remercie Eric MAZIER et Chantal HEUZE d'avoir réagi utilement à mon message. Je comprends que le nécessaire va être fait sur le terrain.