Anecdotes

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 24 Avril 2020
Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie) - Anecdotes
1
Dans la boîte aux lettres ce matin :

24 avril 2020.

Les œufs sont beaucoup plus nombreux, bien groupés et, surtout, n'ont pas la même couleur (ici, blanc tacheté de rouille, au lieu de blanc)...

Que comprendre ?

P.S. (à 13 h 30) : J'ai aperçu l'oiseau. Ce n'est pas celui qui avait pondu les deux premiers œufs, qui était jaune et bleu. Le dernier est plus sombre, avec des bandes noires et blanches. Peut-être un peu plus gros.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 24 Avril 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie) - Anecdotes
0
A la suite du confinement, la circulation automobile sur la D22 était tombée à zéro ou presque. Je constate ce matin qu'elle est remontée à un bon tiers de ce qu'elle était en temps normal. Il me paraît clair que les gens en ont marre de ce confinement décidé sous la pression manifestement excessive des médias. Tant mieux si cela augure d'une reprise de l'activité moins atone que ce que l'on peut encore craindre.
L'architecte du patrimoine me fait beaucoup bosser. Elle m'a demandé ce matin de dresser la liste des autorisations de travaux, permis de construire et subventions pour travaux que j'avais reçus depuis 1991. Il va donc falloir que je replonge dans mes archives.

En attendant, voici des documents de 1972, à l'initiative de mon prédécesseur, François LEVÊQUE, que j'ai retrouvés hier et et qui ne me paraissent pas sans intérêt :

Ces documents datant de près d'un demi-siècle sont ici incomplets et pas très cohérents mais donnent néanmoins une idée de travaux de restauration alors entrepris :
- outre la charpente, la couverture et les portes extérieures de la tour Louis XIII (ce qu'on savait déjà), il est question d'un "pavillon Mansard" qui doit être le colombier, bien qu'il soit qualifié de "contigu" à la tour Louis XIII ;
- la facture du couvreur indique, mais sans préciser le lieu, que 48 m2 de tuiles ont alors été déposées pour réemploi. Je ne comprends pas où elles se trouvaient ; certainement pas sur le colombier dont les terrassons avaient été couverts d'ardoises vers le début du XXème siècle ; si c'était sur les écuries, il y en aurait eu pour beaucoup plus que ces 48 m2 ; donc mystère ;
- dans le logis, qualifié de "pavillon Est", des poutres ont été remplacées ; j'imagine qu'il s'agit ici d'une poutre à aubier du plafond du salon, manifestement plus récente que les deux autres ; je pense en effet que les deux poutres de la salle-à-manger datent d'Henri LEVÊQUE, c'est-à-dire des années 1950, quand celui-ci a installé dans la moitié Nord du logis, à grands renforts de ciment, la cheminée de la Jarrière et celle de Mebzon ;
- la facture du peintre est riche d'enseignements : elle montre que François LEVÊQUE ne s'est pas contenté d'installer des boiseries au premier étage de la tour Louis XIII ; c'est également lui qui a fait à tout le moins repeindre les boiseries du salon ; à propos de chacune des boiseries évoquées, il est question de "repointage verres" : ceci peut concerner les boiseries du salon ainsi que le bout de boiseries qui se trouvait au 1er étage du colombier, mal bricolé et que j'ai fait démonter, mais certainement pas les boiseries du 1er étage de la tour Louis XIII.

Mon impression d'ensemble, à la relecture de ces documents, est que François LEVÊQUE a fait beaucoup plus de travaux que ce que je croyais jusque là. Il est cependant regrettable que je n'aie pas retrouvé à ce jour de documents relatifs à ses travaux en vue de rendre habitable le bâtiment Nord (il ne fait cependant pas de doute, d'après des témoignages oraux que j'avais recueillis, notamment auprès de M. de MALGLAIVE, ancien conseiller général et ami de la famille LEVÊQUE, que ces derniers travaux lui étaient imputables, y compris la douche pour les salariés agricoles et le choix du carrelage bleu, couleur fétiche de son épouse, Brigitte LEVÊQUE, toujours vivante à ce jour, paraît-il, mais que je n'ai jamais rencontrée).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 24 Avril 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles
0
Ryszard ZUREK m'a transmis, cette après-midi, les photos suivantes. Elles montrent l'état d'avancement de la restauration d'une "Passion" que je lui ai confiée :

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.


24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

24 avril 2020.

Tout cela me paraît fort intéressant. Ryszard doit m'appeler dans la soirée pour me commenter son travail.

P.S. (à 19 h 10) : Je note sous la dictée de Ryszard :
- il a fait une consolidation générale, en deux ou trois fois, à base de colle de peau de lapin, pour consolider tous les apprêts qui se détachaient du support de bois ;
- puis nettoyage de la polychromie puis de la dorure avec du diméthylformanide ;
- il a utilisé un diluant synthétique pour dissoudre un vernis synthétique sur la dorure ;
- il a dégagé la dorure et la polychromie d'origine ; constat de repeints et d'une restauration antérieures (les argentures ont été noircies pour tout unifier ; il y a de l'argent qui a alors été rajouté dans les nuages) ; ce travail a été fait par un restaurateur, mal mais dans les règles de l'art pour ce qui concerne les produits ; c'est un travail qui a été très difficile à retirer ; il en reste à retirer, notamment sur les cuisses du Christ et autour du périzonium ; ceci doit être retiré très délicatement et au scalpel ;
- l'ensemble du panneau étant très fragile, il ne sera pas démonté ; il y aura du flipotage à faire sur la partie centrale ;
- le bois sera consolidé au niveau de la structure par infiltration de colle chaude (mélange de colle de nerf et de colle d'os) qui donne une très bonne adhésion tout en gardant de la souplesse face aux variations de température et d'hygrométrie.

Le rouge autour de la croix est l'assiette de l'ancienne argenture.

Au niveau de l'usure des nuages, elle n'est sans doute pas naturelle. En réponse à une de mes questions, Ryszard ne se prononce pas formellement sur le point de savoir si cette usure était accidentelle ou naturelle. Il signale cependant qu'il n'y a pas une usure aussi accentuée sur les dorures qui, elles, sont d'origine.

Il continuera à me tenir informé, photos à l'appui, de la poursuite de son travail et je ne manquerai pas d'en rendre compte sur le site favori.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 26 Avril 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
De corvée de nettoyage du parasol...

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

... puis ce fut pour moi le tour de deux tabourets de jardin et des deux vélos à assistance électrique.

Pendant ce temps, Carole s'est transformée en tornade blanche dans les écuries :

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

26 avril 2020.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 2 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
J'ai passé de nouveau l'après-midi à ranger la tour Louis XIII. Cette fois-ci au niveau de mon ancien bureau, au 1er étage. Là non plus, ce n'était pas du luxe.

A cette occasion, j'ai retrouvé divers documents oubliés dont ces deux représentations du manoir favori par des enfants qui, si ma mémoire ne me joue pas des tours, accompagnaient une grand-mère exubérante et qui doivent, j'imagine, être de grandes jeunes filles aujourd'hui :


P.S. (du 3 mai 2020) : Apparemment membre du fan-club favori, cette grand-mère vient de m'envoyer une photo, récente je suppose, de ces deux demoiselles, actuellement âgées, précise-t-elle, de 9 et 6 ans, en compagnie de leur petite sœur Jeanne, 3 ans. Pas de doute, elles sont de la même famille, pas vraiment mélancolique :

Bien mignonnes, quand même.

Je pensais ces dessins beaucoup plus anciens.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 3 Mai 2020
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Cette fois, je crois que j'ai retrouvé dans la tour Louis XIII la plupart des documents administraaaâââtifs que j'y recherchais. J'espère que le reste n'est pas parti au feu.

Les dossiers ainsi extraits des combles sont quasiment tous antérieurs à 2010 (date de lancement du site favori qui me permet, à mon niveau, de lutter contre la déforestation). Voici ma pêche de l'après-midi...

3 mai 2020.

... qui s'ajoute au stock précédemment retrouvé :

3 mai 2020.


Et, vous l'avez noté, il n'y a pas encore eu là, semble-t-il, assez de paperasses pour satisfaire une administraaaâââtion parmi beaucoup d'autres.

P.S. : Et, pour ce si gratifiant exercice, je n'ai pas encore cherché à exploiter les dossiers fiscaux.
Ville de Domfront-en-Poiraie‎ (via "Facebook")
rédigé le Lundi 4 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Une visite surprise en centre-ville pendant le confinement 🤩

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 4 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Francis a évacué du premier étage de la tour Louis XIII les anciens prospectus et autres vieux papiers sans intérêt désormais que j'y avais accumulés hier en provenance des combles :

4 mai 2020.

Il part brûler tout cela dans un coin reculé :

4 mai 2020.

Rhubarbe et aubergines plantées...

4 mai 2020.

... et, dans la serre, un plant de tomates supplémentaire. Et d'autres trucs qui devraient nous régaler bientôt :

4 mai 2020.


Puis Francis a continué à tondre l'herbe aux abords du manoir ; elle pousse beaucoup en mai et on serait vite débordés:

4 mai 2020.

Je poursuis la mise en ligne des courriers échangés avec Nicolas GAUTIER jusqu'au 12 mai 1998 (c'est en effet à cette date que s'arrête le tome 1 de mes archives relatives à cet architecte des bâtiments de France).

Cette mise en ligne présente-t-elle le moindre intérêt, compte tenu notamment du recul du temps ? Et ne serait-il pas dans mon intérêt bien compris de laisser tout cela reposer dans son coin, voire de le détruire afin de ne pas risquer d'envenimer les choses ? On peut sans doute se le demander.

Mais, comme me le disait mon aîné hier soir, j'ai toujours été très ordonné et méthodique dans mes classements. Donc, lorsqu'on me demande, comme actuellement, de justifier mon attitude face à des interlocuteurs officiels, je pense n'être pas trop mal équipé ou outillé pour éclairer le contexte d'une façon qui ne me semble pas inutile afin d'éviter la propagation d'appréciations insuffisamment fondées, pour ne pas dire insuffisamment réfléchies.

Et, comme je ne mets quasiment jamais en doute, par choix délibéré et hygiène de vie, la bonne foi de mes interlocuteurs, je me dis que ceux auxquels je pense ici trouveront peut-être là matière à reconsidérer les choses.

Les commentaires ci-après, sous forme de mots-clés, répondent à mon souci principal de faciliter, ne serait-ce qu'à mon simple usage, le fonctionnement du moteur de recherche du site favori.

20/12/91 - Terrassements du circuit des douves ; mur de terrasse, mur d'escarpe, mur entre la chapelle et le manoir, mur au Sud de la chapelle ; mur entre le manoir et le fournil ; bief amont et bief aval :


11/3/92 - Année de naissance d'Henri LEVÊQUE (le fermier) ; charretterie :


18/3/92 - Bief amont, bief aval ; mur entre la chapelle et le manoir ; mur de terrasse :


11/5/92 - Terrassements des douves (durant l'été 1991) :


25/1/93 - Mur entre le manoir et le fournil :


20/2/97 : Cave ; chauffage du logis ; couverture du logis et de l'aile Ouest ; subventions ; enfouissement de lignes électriques (au niveau de l'allée principale et en dépit de nombreuses relances, ce dossier n'a pas bougé à ce jour ) :


24/8/97 - Terrassement de l'arrière-cour ; démontage d'une grange (été 1991) ; drainages divers ; allée principale ; plantations ; mur entre la chapelle et le manoir ; "maison de Toutou" ; intérieurs du bâtiment Nord :


1/9/97 - Allée principale :


2/9/97 - Allée historique ; fournil du manoir ; toiture de la ferme :


2/9/97 : Allée historique ; fournil du manoir ; toiture de la ferme ; appentis de la ferme :


7/9/97 : "spécificité" de la compétence d'un A.B.F. :


14/9/97 : "Spécificité" d'un A.B.F. ; autres questions vulgaires (honoraires ; fosses septiques, etc) :


27/10/97 : Couverture de la ferme ; démolition du garage de la ferme ; charretterie (ou pressoir) ; mur de terrasse ; enfouissement de lignes électriques ; plantations :


24/11/97 : Colombier ; subventions ; tracasseries administraaaâââtives ; maîtrise d'oeuvre :


24/11/97 : Colombier ; subventions ; tracasseries administraaaâââtives ; maîtrise d'oeuvre :


12/3/98 : "maison de Toutou" :


26/3/98 : Tracasseries administraaaâââtives :


22/4/98 : Mur d'escarpe des douves ; mur entre la chapelle et le manoir ; subventions :


25/4/98 : Subventions :


12/5/98 : Signalisation routière (dossier qui, en 2020, n'a pas avancé d'un pouce) :

Au titre du tome 1 de mes relations épistolaires avec Nicolas GAUTIER, on a pu commencer à observer comment une relation particulièrement cordiale au départ a pu se durcir progressivement du fait d'incompréhensions croissantes.

Relire, comme je le fais en ce moment, les documents reliés dans le second tome s'avère assez pénible pour moi. Car je me remémore à cette occasion par quoi je suis passé, notamment ma perplexité devant des circuits administraaaââtifs d'une savante opacité ou face à la diversité des casquettes de tel ou tel interlocuteur. A la vérité, devant un tel maquis d'intérêts divers, on ne savait plus très bien à qui on s'adressait et ce qu'on pouvait en attendre. C'est du moins ainsi que je le ressentais. Sur le dernier point, l'empilement de certaines casquettes sur une même tête, la réglementation a changé et c'est tant mieux.

Il faut également se rappeler qu'à partir, disons, de 1997, mon expérience professionnelle d'une défaisance amnistiante (ne le sont-elles pas toutes ?) m'avait fait perdre beaucoup d'illusions (peut-être toutes) sur la gestion publique et ses prétendus objectifs et avantages. Il n'est donc pas exclus que j'aie parfois surréagi face à des contrariétés dont la base m'apparaissait singulièrement non convaincante.

Sur cette dernière question, je suis au regret d'indiquer qu'au cours de la vingtaine d'années qui ont suivi, donc à ce jour, mon appréciation n'a guère évolué.
Visiteuse facétieuse (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 6 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
J’accepte le défi que m’a lancé (...) en vous dévoilant les quelques objets qui m’aident à tenir pendant le confinement :
- Les lunettes loupes (+1,5 et +2) : bel investissement chez le pharmacien car je devais aller chez l'opticien le 17 mars pour commander - enfin ! - les lunettes que vous m'aviez aidée à choisir... J'aurais été incapable de quoi que ce soit sans.
- La machine à café (Nespresso) : cinq à six par jour ! L'arabica ne peut pas grand chose contre la grippe corse mais le soutien moral, c'est important
- L'ordinateur : des cours en visio à l'élaboration de questions de QCM (l'enseignant confiné aura subi tous les outrages) aux longues balades sur FB et google, en passant par les commandes d'huîtres, viande, fromage, fruits, légumes et les apéros Zoom, Skype, WhatsApp (bon, ça, c’est sur téléphone) et Jitsi pour faire passer ce qui précède... J'ai des apéros du mercredi au dimanche (un peu comme avant).
- le robot pâtissier, mon piccolo di cucina qui bat les oeufs en neige, pétrit la pâte... mais qui malheureusement ne passe pas l'aspirateur (à étudier).
- la machine à coudre : le bonheur d'apprendre quelque chose depuis le début, découvrir un nouvel univers de matières, de sensibilités, se fixer de nouveaux objectifs (aujourd'hui, je découvre l'entoilage et je tente de poser une fermeture éclair).
- Le découd vite, objet essentiel que je passe une bonne partie de la journée à perdre et l'autre à retrouver ; comme je passe la moitié de la journée à coudre et l'autre à découdre, cela fait presque quatre moitiés, ce qui est beaucoup trop, vous en conviendrez.
- le carton (d'emballage) : je fais bien marcher l'économie française (pour l'essentiel) et j'en suis plutôt contente : le commerce de proximité avec le boucher et l'épicerie bio, un site de livraison directe par des éleveurs et des maraîchers français. Et le monde de la mercerie, de la rue de Charonne jusqu'à Bordeaux. J'ai même tenté Hong Kong, je vous tiens au courant...
- la télévision : elle m'aide à tenir, même hors confinement, un grand aquarium dont on n'a pas à changer l'eau, avec des poissons qui se nourrissent tout seuls et qui parfois sont bien habillés et parlent bien.
- le rouge à lèvres, parce que c'est toujours moi.
- depuis hier, j'ai un nouvel objet : la liseuse électronique.
C'était impensable il y a deux mois mais là, il va falloir que je me sépare d'une partie de mes 150 livres de cuisine, parce que la couture, ça prend de la place et je trouve que la lecture de romans est somme toute très agréable.
Je passe le relais à (...)

N.D.L.R. : En quoi consistent les lunettes loupes et où se les procure-t-on ? Car cela fait des années que je m'use les yeux devant l'ordi.

Ici, pas de télé (même pas en ligne), pas de rouge à lèvres, pas de couture ni de café. Mais des dossiers et encore des dossiers que je passe des journées entières, et des nuits, à rechercher dans des lieux difficiles d'accès, à entasser dans ma chambrette, à relire et à scanner sans trêve en me disant que toute cette administraaaâââtion me vaut une vie de chien. Et tout ça pour quoi ? Tant de temps, tant d'énergie, (de talent, peut-être ?) perdus pour pondre de la paperasse, toujours plus de paperasses et encore de la paperasse... Tant de tracasseries invraisemblables, tant de temps perdu à peigner la girafe sans résultat réel autre que compliquer les choses, emmerder les gens sans limite au lieu de leur faire enfin confiance, les transformer en hamster dans son moulinet : avec de telles mœurs dont les limites, la vanité et l'inefficacité sautent aux yeux de toutes parts, je vous le dis, ce pays est bel et bien foutu !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 6 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie) - O'Gustin - Anecdotes
0
Promenade du matin avec le loïde. Nous allons d'abord ouvrir la serre et arroser les plantes (il se méfie à juste titre de ma lance à eau - c'est trop tentant et trop rigolo -).

Betteraves et concombres, plus rhubarbe :

5 mai 2020.

Premières patates :

5 mai 2020.

Beaucoup de tomates (mon aîné m'a dit qu'il aimait ça) :

5 mai 2020.

Les deux premières fraises sous serre :

5 mai 2020.

Laitues :

5 mai 2020.

Betteraves :

5 mai 2020.

Persil (d'après l'étiquette laissée par Carole mais ça m'étonne) :

5 mai 2020.

Radis :

5 mai 2020.

Menthe :

5 mai 2020.

Nous allons ensuite visiter les rhodos :

5 mai 2020.

5 mai 2020.

5 mai 2020.

Francis a bien tondu l'herbe en ce début de semaine (mais il faudrait qu'il perde l'habitude de rouler en "Valtra" le long de la façade Ouest) :

5 mai 2020.

Les charmilles auront bientôt besoin d'être taillées :

5 mai 2020.

5 mai 2020.

J'ai toujours eu du mal à faire comprendre par mes employés successifs que la vie des arbres passe par leur écorce :

5 mai 2020.

5 mai 2020.

Guguss, lui non plus, n'en a cure :

5 mai 2020.

Dans quoi est-il encore allé fourrer sa truffe ?

5 mai 2020.

5 mai 2020.

Gros cochon !

5 mai 2020.


P.S. (du 7 mai 2020 à 2 h 45) : Et, pour que la revue de mes richesses potagères soit complète, voici d'autres photos prises hier soir :

- deux framboisiers (je le crois du moins) :

56 mai 2020.


- un groseillier :

56 mai 2020.


- d'autres fraisiers :

56 mai 2020.


- et mon achat du jour, à la Ségottière, des courgettes, des concombres courts, un plant de tomates cœur-de-bœuf et un autre de tomates noires de Crimée :

56 mai 2020.


Si, avec tout ces bonnes choses bien bio, mes petits-enfants ne se précipitent pas pour rendre visite à leur Bon-Papa au manoir favori, c'est à n'y rien comprendre !
Les Fans d' Audiard [C'est ici et pas ailleurs ] (via "Facebook")
rédigé le Jeudi 7 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie) - Anecdotes
0
"Comment ce pays si riche…" : le réquisitoire de Vincent Lindon contre le gouvernement

N.D.L.R. : Petite merde opportuniste, il n'était jamais le dernier pour soutenir, devant la presse de caniveau, ses copains, CHIRAC, puis HOLLANDE et puis MACRON sans oublier BAYROU. Au vestiaire le clown triste ! Retourne à Monaco, girouette médiatique, ou bien chez Papa-Maman !

N.D.L.R. 2 : Tiens, on dirait qu'ils n'ont pas supporté mon commentaire sur ce "mur Facebook" où tout le monde y allait d'un "like" face aux déclarations de cette girouette médiatique. C'est plus facile en effet de se complaire dans la bien-pensance abrutie.

Et j'observe que la même intervention de ce bateleur blindé est appréciée de même sur le "mur Facebook" des "Amis de Michel Onfray". Il y a beaucoup de bêtes à bouffer du foin parmi eux aussi. Mais est-ce vraiment une surprise ? Je vous le demande !