Anecdotes

Je vous avais promis une histoire "made in Normandy. La voici :

Comme vous le savez, je vais bientôt demander à Igor et Valentin de boucher au torchis divers colombages de la Chaslerie. Pour fabriquer du bon torchis, il me faut de la paille. Or j'ai remarqué que mes plus proches voisins venaient de moissonner leur blé dans un champ contigu de la Chaslerie :

17 août 2011, un

Il me paraissait donc naturel de proposer à ces voisins de me céder l'un de leur "round-ballers", sachant que le prix unitaire d'un tel cylindre est, paraît-il, de l'ordre de 25 €. Comme il y en avait une petite centaine dans le champ en question, je pensais que l'affaire ne ferait pas un pli.

J'ai donc téléphoné à ces voisins ; l'épouse a décroché et m'a dit qu'elle soumettrait la question à son mari. N'ayant pas de nouvelle, je suis passé en prendre et une enfant m'a dit que son père en parlerait à son frère. Puis plus de nouvelle. Alors que je prenais la photo précédente, le voisin en question est passé en tracteur à 5 mètres de moi, en évitant soigneusement de me regarder et, "a fortiori", de me dire bonjour. En fait, hier, il a emporté ses "round-ballers" sans chercher le moins du monde à revenir vers moi. Charmant voisin, ceci ne surprendra sans doute pas dans le pays...

Heureusement, Hervé LEMOINE, mon fermier, contacté sur ces entrefaites a immédiatement accepté de me donner un de ces cylindres.

19 août 2011, le

Merci Hervé, à charge de revanche ! Quant à l'autre individu, mieux vaut sans doute le laisser continuer à s'abrutir dans le cockpit de son engin ; il paye d'ailleurs assez cher pour ça.

La remise en service, aujourd'hui, de la "tour de contrôle" m'amène à constater que FR3 s'intéresse à nous...

Ceci dit, désolé pour eux mais tout, à la Chaslerie, est protégé au moins par une inscription à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, voire classé parmi les monuments historiques.

Nous sommes, de ce fait, hors concours !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 7 Septembre 2011
Vie du site - Entretien du site - Fac - Anecdotes - Désultoirement vôtre !
0
J'adore mon fan club !

Savez-vous que l'un (ou plusieurs) d'entre vous se connecte(nt) vers 3 heures du matin pour voir s'il n'y a pas de nouveaux messages. Or, c'est à cette même heure que mes insomnies me ramènent toujours à l'ordi.

Toujours ? Pas tout à fait : ces jours-ci, j'attends une connexion internet dans mon studio de Caen pour me permettre de pérorer à l'heure habituelle.

Donc soyez patients, ça va revenir. A moins que mes amphis, T.D. et T.P. de biologie ne m'estourbissent au point de me mettre K.O. debout. Mais nous n'en sommes pas encore là, même si les cours de génétique ont déjà repris...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 21 Septembre 2011
Vie du site - Anecdotes - Désultoirement vôtre !
0
Est-ce un effet collatéral de ce site ou bien suis-je favorisé par un biais d'algorithme qui m'échappe ? Lorsque je tape "Pierre-P" sur "Google", l'ordi me met en tête des choix qu'il propose spontanément, devant Pierre-Paul RIQUET et Pierre-Paul SCHWEITZER. Quant à Pierre-Paul RUBENS, il est laissé dans l'ombre par la machine.

Je sais bien que nous vivons à l'ère du tout-médiatique mais cette préséance qui me serait ainsi conférée par quelques puces siliconées me semblerait tout à fait abusive.

hélène Leroy
rédigé le 25 Septembre 2011
Vie du site - Anecdotes - Désultoirement vôtre !
0
Ô tous ces Pierre-Paul... Riquet, Schweitzer, Rubens... çà ne nous rajeunit point!!!
Donc, ainsi vous être le benjamin
cher Pierre-Paul Fourcade
quelle débandade...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 6 Novembre 2011
Vie du site - Statistiques de fréquentation - Liens divers - Anecdotes - Désultoirement vôtre !
0
Ma "tour de contrôle" m'apprend que notre site favori est désormais valorisé 4 801 USD par un nouveau site bizarre, soit une hausse de 56 % depuis le 7 juin dernier, ce qui n'est pas mal en ces temps de crise. Il est vrai que les nouveaux "experts" estiment les revenus publicitaires possibles de notre site à 686 USD par an : je ne sais pas où ils vont chercher tout ça !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 12 Novembre 2011
Vie de l'association - Anecdotes - Désultoirement vôtre !
0
Claude MARTIN et Blacky sont venus ce matin offrir à Carole un cuissot de chevreuil chassé sur les terres de la Chaslerie (donc le meilleur chevreuil de la Terre, cela va sans dire).

Voici Claude en train de donner à Carole des conseils pour bien préparer ce mets de roi :

12 novembre 2011, Blacky en a les babines frémissantes !

Carole a vite organisé une rencontre au sommet...

12 novembre 2011, après l'effort, le réconfort !

... sous le regard vif (et affamé) de Blacky :

12 novembre 2011, une bête de race !

Tout ceci me fait penser à la photo de ses dernières prises que vient de m'envoyer la dame de la Torlière :

9 novembre 2011, les derniers champignons d'Hélène LEROY-PEETERS.

Un gigot de chevreuil de la Chaslerie aux champignons d'Hélène, ne serait-ce pas là une bonne façon de rappeler à ce fin gourmet de Mr T. que la Chaslerie existe encore, prête à l'accueillir comme il convient ?

Hier après-midi, Igor m'a signalé qu'une source était apparue le matin-même dans la douve Nord. Un filet continu d'eau sourdait en effet de la terre, environ 2 mètres sous le niveau du sol. Le phénomène était d'autant plus curieux qu'à ma connaissance, il n'y avait ni drain ni tuyau enterré près de cet endroit. J'ai donc conseillé à Igor de se mettre aux commandes de la mini-pelleteuse pour sonder immédiatement le terrain. Il a préféré aller vérifier d'abord le compteur d'arrivée d'eau, ce qui était judicieux ; là, il a noté que le compteur ne tournait pas. Notre conclusion était donc qu'on avait dû mettre à jour une source oubliée.

18 novembre 2011, la

Or il se trouve qu'un peu plus tard dans l'après-midi, Philippe JARRY, le terrassier, est passé me voir. Je lui ai signalé l'incident. Il a immédiatement pensé à vérifier l'état du compteur d'arrivée d'eau. Je lui ai dit qu'Igor venait d'observer qu'il était à l'arrêt. Philippe s'est tu. Sans prononcer un mot, il s'est éloigné de la douve en cheminant le long du tuyau d'arrosage reliant un robinet de la cour à la douve. Il se trouve que Valentin venait de rouvrir ce robinet. Philippe a vite trouvé qu'un joint du tuyau avait lâché. Ainsi, toute l'arrière-cour du manoir s'était trouvée inondée tout au long de la nuit précédente, sans que nous ne nous en soyons rendu compte. Le mystère était donc résolu. Sans l'aide de Philippe, ni Igor, ni moi n'aurions compris avant longtemps l'origine du sinistre.

Il est ainsi prouvé que rien ne vaut le bon sens d'un terrassier du bocage, quand on croit avoir trouvé une source, pour dire ce qu'il en est vraiment.

Madame, Monsieur,

Suite à votre validation, nous avons le plaisir de vous confirmer la mise en ligne des informations sur Manoir de la Chaslerie à La Haute Chapelle, dans les catégories suivantes : Visites, Parcs sauvages, Points de vue, Circuits de randonnées pédestres.

Il vous reste deux actions importantes à effectuer :

- Ajoutez france@wikifunmail.com à vos contacts emails pour garantir la bonne réception des messages que nos utilisateurs souhaiteront vous envoyer à travers le site (votre adresse email ne sera dévoilée à aucun moment)

- Nous vous invitons à créer un lien vers votre page sur WikiFun depuis votre propre site internet en y insérant le code qui se trouve en pied de votre page : Vous disposerez alors d'un positionnement prioritaire de vos contenus sur WikiFun et d'une visibilité maximale auprès des internautes qui recherchent des loisirs à La Haute Chapelle et aux alentours. Pour encore plus d'impact, demandez à vos amis, fans, et partenaires de créer eux aussi un lien vers votre page depuis leur site ou leur blog en utilisant le même code: plus il y a de liens et plus Manoir de la Chaslerie gagnera en visibilité.

Pour accéder à votre compte et modifier le contenu, ajouter des photos, évènements, et commercialiser vos offres sur WikiFun Cliquez ici et connectez-vous avec votre email ... et votre mot de passe : ...

WikiFun peut également effectuer des opérations de promotion par email de votre établissement auprès de milliers de particuliers locaux sous forme de Deal du Jour dans des conditions très compétitives. Vous pouvez répondre à cet email si vous souhaitez être contacté par un de nos spécialistes pour plus d'informations.

Nous espérons que les services de communication et de commercialisation de WikiFun vous donneront pleine satisfaction.

Bien cordialement,

Emma, de l'équipe WikiFun

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 7 Décembre 2011
Désultoirement vôtre ! - Fac - Anecdotes - Références culturelles
0
Pour fêter ma nouvelle vie d'étudiant libéré de tout examen immédiat, je suis allé faire un tour à la meilleure librairie de Caen, "Au brouillon de culture", où j'ai acheté le dernier Goncourt ("L'art français de la guerre" d'Alexis JENNI) ainsi qu'un ouvrage de Lucien JERPHAGNON, qui fut le maître de Michel ONFRAY à la fac de Caen, en l'occurence "Histoire de la pensée, d'Homère à Jeanne d'Arc". Je vous dirai mes impressions.

Ce soir, direction le ciné-club à la fac puisque j'ai découvert qu'on y projette "The artist" de Michel HAZANAVICIUS (l'homme des O.S.S. 117 !) avec, toujours, Jean DUJARDIN puis, si je n'ai pas trop sommeil, "Polisse" de Maïwenn.

Pas belle, la vie ?

P.S. : Je ne peux pas dire que j'ai vu "The artist" car j'ai roupillé une bonne partie de la séance, conséquence de mes insomnies. Et le thème de "Polisse" ne m'a pas tenté.

Hélène LEROY-PEETERS
rédigé le 9 Décembre 2011
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Pour une soirée cosy...

N.D.L.R. : Vous parlez... Je me gèle, toujours sans chauffage et la couverture chauffante qui est tombée en panne, une vraie vacherie, ce truc...

J'essaye de lire le JENNI du Goncourt. Ma première impression : trop long, trop de mots. Ma seconde impression : long mais passionnant et fort bien fait...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 12 Décembre 2011
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Ah, Domfront, ville de malheur ! Arrivé à 13 heures en Kangoo, reparti à 13 h 10 à pied ! Seulement pas l'temps de dîner !

Une femme-au-volant a en effet oublié de marquer un stop à l'angle du "sympathique bar de la tour" ; j'arrivais de sa droite et me rendais tranquillement au "routiers" de la Croix des Landes pour y déjeuner ; tout le train avant de mon véhicule (430 000 km au compteur) a été secoué ; impossible de rouler un mètre de plus...

Hélène LEROY-PEETERS
rédigé le 12 Décembre 2011
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Vous ne vous méfiez pas assez des pauvres innocents de nos campaaaâââgnes ou, tout au moins, vous êtes trop rapide pour leurs anticipaaaâââtions... Bon, vous êtes vivant et pas cassé, c'est déjà ça !

Jacques LAURENSOU
rédigé le 13 Décembre 2011
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Cher Pierre-Paul,

Ce carrefour est vraiment dangereux mais, si vous méritez quelques reproches, c'est de n'avoir pas fait appel aux amis pour vous dépanner. Repartir à pied, c'est impensable !!! Nous n'habitons qu'à 300 m.

Nous sommes heureux qu'il n'y ait eu que des dégâts matériels mais c'est une situation très déplaisante de voir détruire sa fidèle Rossinante. En quoi pourrions nous vous aider si vous êtes maintenant sans carrosse ?

Bien amicalement.

N.D.L.R. : Merci, Jacques ! Il y a toujours à la Chaslerie la "twingo" violette de mes fils, immatriculée dans l'Orne. Au moins, cela me permettra de ne plus circuler "en 75" !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 13 Décembre 2011
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Tout ne me paraît pas merveilleusement rédigé dans "L'art français de la guerre", le dernier Goncourt. Par exemple, page 186 (où j'en suis rendu), à propos des contrôles d'identité : "Le contrôle d'identité suit une logique circulaire : on vérifie l'identité de ceux dont on vérifie l'identité, et la vérification confirme que ceux-là dont on vérifie l'identité font bien partie de ceux dont on la vérifie" (sic).

Le pire n'est jamais sûr !

Je suis d'avis que ceux qui écrivent comme cela devraient prendre garde à ne pas se faire mal : certains bijoux sont si fragiles qu'un accident est vite arrivé !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 14 Décembre 2011
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Comme l'a noté Martine DELRUE dans sa critique de "L'art français de la guerre" (citée ici le 9 décembre dernier), le roman d'Alexis JENNI se caractérise par un plan où alternent des chapitres dénommés "Commentaires" et des chapitres qualifiés de "Roman". Ce choix me paraît astucieux car il permet à l'auteur de développer son ouvrage sur deux niveaux, ce qui introduit de la profondeur dans l'écriture. Dans ce stratagème, je verrais volontiers de l'art.

Toutefois, quand je me hasarde à la surface du texte, j'aperçois des grumeaux bien compacts, notamment dans les chapitres de "Commentaires".

Ainsi, page 194 (la parenthèse est de moi, c'est mon commentaire sur les commentaires, par conséquent) : "Oh, ça recommence ! La pourriture coloniale revient dans les mêmes mots. 'La paix pour dix ans', il l'a dit devant moi. Ici, comme là-bas. Et ce 'ils' ! Tous les Français l'emploient de connivence. Une complicité discrète unit les Français qui comprennent sans qu'on le précise ce que ce 'ils' désigne. On ne le précise pas. (Là, on s'accroche) Le comprendre fait entrer dans le groupe de ceux qui le comprennent. Comprendre 'ils' fait être complice. Certains affectent de ne pas le prononcer, et même de ne pas le comprendre. Mais en vain ; on ne peut s'empêcher de comprendre ce que dit la langue. La langue nous entoure et nous la comprenons tous. La langue nous comprend ; et c'est elle qui dit ce que nous sommes."

Je vois dans ce paragraphe ô combien poussif deux explications des raisons pour lesquelles Alexis JENNI vient d'obtenir le prix Goncourt. D'abord, une furia anti-colonialiste dont j'imagine que ces Messieurs-Dames du jury ont dû se délecter, la table de Drouant étant, de notoriété publique, un appui très confortable pour se hisser sur l'Olympe des grands sentiments et des nobles causes ! Deuxièmement, une n-ième incantation en faveur de la langue française et de la littérature du même tonneau, c'est-à-dire le chemin le plus direct pour décrocher un prix littéraire. Un peu mécanique, tout ça !

Autre exemple, page 197 : "Je parle encore de la France en parlant dans la rue. Cette activité serait risible si la France n'était justement une façon de parler. La France est l'usage du français. La langue est la nature où nous grandissons ; elle est le sang que l'on transmet et qui nous nourrit. Nous baignons dans la langue et quelqu'un a chié dedans. Nous n'osons plus ouvrir la bouche de peur d'avaler un de ces étrons du verbe" etc...

Bon, je crois que je vais laisser bien vite ce Monsieur continuer à machouiller ce qui le tente. Car, pour parler poliment, il commence à me pomper l'air !

Et un machouilleur, un ! Photo parue dans