Anecdotes

Au centre des finances publiques de Domfront ce matin.

Portes closes, comme d'hab :

20 janvier 2020.

A mon avis, ça irait plus vite s'ils indiquaient quand ils sont ouverts (et ce serait mieux, aussi, si leur affiche n'avait pas été collée sur les horaires).

Donc, une nouvelle fois, je me suis cassé le nez sur leurs grilles fermées.

Je voulais faire mettre en place un prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu des salariés de l'APIJOMM. Mesure de simplification administraaaâââtive, comme ils disent. Vaste blague.

Car, comme on le sait, je ne souhaite pas fournir le RIB de cette association à "Atout-Services" ni, surtout, à la M.S.A. parce que je n'ai guère confiance en ces entités au fonctionnement coûteux et à l'inefficacité reconnue, au moins par moi.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 20 janvier 2020
Vie du site - Entretien du site - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 20 janvier 2020 19:54
À : Guillaume Gendraud <guillaume.gendraud@tenqi.fr>
Objet : RE: Re:

Hélas, ça redéconne...

________________________________________________________________

De : Guillaume Gendraud <guillaume.gendraud@tenqi.fr>
Envoyé : lundi 20 janvier 2020 15:23
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re:

Bonjour,

J'avais redémarré le serveur jeudi matin. Depuis, en suivant les traces des visiteurs, je remarque qu'il y a beaucoup de robots de moteurs de recherche qui parcourent votre site Internet (ce qui est normal si on veut que le site Internet soit référencé). La période de saturation du début de semaine devait bien être due à un robot spécifique qui faisait mal son travail.

Numériquement,

Guillaume "Matrix" Gendraud
Conseil, expertise et développement technique
https://www.tenqi.fr
06.16.53.69.37

________________________________________________________________

Le 16/01/2020 à 05:48, Pierre-Paul Fourcade a écrit :
> Quand j'essaye de me connecter à la tour de contrôle, il finit par m'arriver le message suivant :
> Jeton CSRF invalide.

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 21 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Echange de S.M.S. avec Maxime :

(Début de citation)

Lui (à 12 h 06) :


Moi (à 12 h 12) : OK. Mais faudra pas me les piquer...

Lui (à 13 h 03) : L'avantage c'est que chaque outil a son rangement. Comme ça vous pouvez voir tout de suite s'il en manque. Je vous l'apporte ce soir en même temps que les papiers. Et je vais démonter un couteau sur le gyro-broyeur pour pouvoir les commander car ils sont morts.

(Fin de citation)
Il se confirme que le journal "Le Monde" est devenu un torchon.

En une du numéro daté du jour, je lis ce gros titre d'un caractère sensationnaliste évident :

Or, si l'on veut bien réfléchir deux minutes :
- 2 000 morts par jour font 730 000 morts par an ;
- la tranche 1946-1973 comporte 28 années ;
- 730 000 morts par an pendant 28 ans, cela fait une population de 20 440 000 personnes.

Par conséquent :
- il n'y a pas lieu de faire un half-track d'un tel rythme de décès ;
- l'ancienne ministre Michèle DELAUNAY (que je n'ai pas l'honneur de connaître) doit être une sacrée abrutie pour associer son nom à une telle désinformation.

Je dis ceci sans lire l'article en question. Le titre suffit largement.

P.S. : En parcourant la fiche "Wikipédia", je vois que c'est une copine de la pintade.

Aucun doute, les deux font la paire !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 22 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
C'est une chance pour moi d'avoir, à Paris, depuis près de 25 ans, un copropriétaire intelligent, réactif et courtois. Ses deux prédécesseurs successifs étaient des tordus, l'un malhonnête, l'autre un benêt dominé par une épouse sournoise et capricieuse.

Voici en effet la réponse que m'a adressée mon voisin, suite à mon courriel de ce matin :

(Début de citation)

De : (...)
Envoyé : mercredi 22 janvier 2020 18:14
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: 15 JJ - Comptes 2010

Cher Monsieur,

Je profite d'une courte escale technique à Marrakech pour prendre connaissance de votre mail.

Je suis entièrement d'accord avec les trois points que vous évoquez et je pense d'ailleurs m'être aligné dans la mesure du possible sur ces principes dans les décomptes que je vous ai fournis dans les précédentes semaines.

Parlons-en à mon retour demain.

Bien cordialement

(...)

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 23 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Annonces - Dans l'Orne
0
Le "Publicateur" du jour annonce que se tiendra, le 8 février prochain à Flers, un concours d'orthographe.

J'ai l'intention de m'y inscrire, dans la catégorie "seniors amateurs".

Ce devrait être pour moi l'occasion de réviser quelques règles. En particulier, j'aimerais maîtriser enfin l'imparfait du subjonctif car je trouve son emploi divertissant.
J’ai toujours pensé que l’humour constituait la plus puissante des armes contre la bêtise, l’obscurantisme, le fanatisme, le désespoir, l’absurdité de l’existence et Terry Jones fut sans conteste l’un des plus brillants soldats de cette cause au sein de la merveilleuse et pacifique armée des Monty Python.

N.D.L.R. : Le sage a dit : "On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui".

J'en ai encore reçu une illustration intéressante, bien qu'assez inattendue, du moins par moi, et pas plus tard que ce matin.

Peut-être aussi faudrait-il se méfier également des gens qui, avec beaucoup d'insistance, vous disent ou, même, vous écrivent à tout bout de champ qu'ils apprécient votre franchise. Il n'est pas exclus qu'ils puissent être les mêmes.

N.D.L.R. 2 (à 21 h 30) : Je viens d'avoir mon aîné au téléphone. Je lui avais préalablement transmis la copie d'échanges de courriels de ce matin afin qu'il puisse, à tête reposée et en faisant abstraction de tout ce qui peut biaiser ma propre appréciation, me donner son avis sur le clash en question.

Son avis est clair : il n'y avait pas lieu de prendre la mouche après mon courriel de la veille (qui a amusé mon aîné) ; mon interlocuteur aurait donc adopté une position injustifiée.

Voici qui me soulage après que j'ai essayé plusieurs fois, sans y réussir, de joindre téléphoniquement mon interlocuteur pour essayer de recoller les morceaux. Mais, au moins à propos de cette affaire, me voici conforté dans ma propre appréciation.

C'est bon d'avoir quelqu'un avec qui pouvoir échanger dans de tels cas.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 23 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Ça allait trop bien depuis trop longtemps. Les mauvaises nouvelles volent en escadrilles, leur retour est confirmé. (Ou peut-être suis-je trop fatigué, ces jours-ci, pour voir la vie du bon côté ?)

Ainsi, Jean LEMARIE m'annonce ce soir qu'il va arrêter son activité. Il me demande par conséquent de retirer mes meubles de ses hangars.

Et où les mettre en l'état du chantier ?

Je vous le demande :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 23 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
"Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille". Cette "élégante formule", comme la qualifie "Le Monde", d'un défunt président décrit très bien mon état d'esprit présent.

Je viens d'envoyer ce soir à l'agent immobilier en charge de la vente de "Pontorson" le courriel suivant :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 23 janvier 2020 21:09
À : (L'agent immobilier)
Cc : (Mon notaire) ; C.F. ; W.F.
Objet : RE: Compromis FOURCADE/(...)

Madame,

Je n'ai pas reçu le rapport sur la question de l'assainissement alors que vous m'aviez dit qu'il serait disponible avant la signature du compromis prévue pour demain à 14 heures.

Pourquoi ?

Par ailleurs je devais également, m'aviez-vous déclaré, recevoir avant la signature du compromis une attestation bancaire indiquant que le montant de l'emprunt et le plafond de taux stipulés seront respectés sans difficulté particulière, eu égard aux revenus et charges déclarés au compromis par l'acquéreur.

Pourquoi ne l'ai-je pas reçue ?

Je suppose que ces deux documents nécessiteront, après lecture, un minimum de réflexion de ma part. Et vous savez que j'habite à 1 h 20 de route de Pontorson où vous avez prévu d'organiser la signature.

Donc, si je ne reçois pas ces documents avant 11 heures demain matin, le rendez-vous de 14 heures devra être reporté pour satisfaire à mes besoins légitimes de bonne information.
Et, si le retard devait excéder une durée que je vous prie de m'indiquer dans une limite raisonnable (qui, dans mon esprit, ne saurait à ce stade nous mener au-delà du 5 février prochain), un autre candidat-acquéreur devrait être recherché.

En tout état de cause et en l'état du dossier, il m'apparaît en effet qu'une demande de crédit aux conditions stipulées au projet de compromis serait irréaliste. Elle porterait sur un montant de 118,5 % de mon prix de vente, soit (...) €, se traduisant par des charges, même calculées à un taux aussi bas que 1,28 % l'an, de 2 359 €/mois alors que l'acquéreur indique n'avoir que 5 655 € de ressources mensuelles nettes, obérées de surcroît par un crédit antérieur qui lui coûte 1 450 €/mois, aboutissant donc à un solde disponible, avant ce nouvel emprunt, de 4 205 €/mois. Si les chiffres qu'il annonce sont exacts, cela ne laisserait à l'acquéreur que 1 846 €/mois pour vivre après ce nouvel emprunt. J'ai donc toutes raisons de penser qu'en l'état du marché, aucun établissement bancaire de notoriété autre qu'hypothétique ne prendra le risque d'accorder un tel crédit à de telles conditions.

Dès lors et à l'évidence, le projet de compromis de vente que vous m'avez communiqué ce soir pour signature demain n'est pas un document acceptable par moi en l'état.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)