Anecdotes

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 10 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
Cérémonie des vœux du maire de Domfront-en-Poiraie ce soir. C'est rigolo : quand les conseillers municipaux me voient approcher armé de mon appareil photo, plusieurs détalent, comme s'ils craignaient d'être immortalisés sur notre site favori, manifestement très connu (et assez redouté, semble-t-il) dans le secteur.

Donc honneur aux braves qui ont su faire front face à l’œil inquisiteur de mon appareil :

10 janvier 2020.

10 janvier 2020.

10 janvier 2020.

10 janvier 2020.

A la suite du récent rapprochement de trois communes, le conseil municipal était pléthorique ; cette fois-ci, les effectifs vont être réduits de moitié. Mais pas un mot n'a filtré, du moins dans les discours publics, sur la future liste du maire, qui sera vraisemblablement élue haut la main puisque le mandat précédent s'est avéré très productif.
Puisque Cédrick COOS ne répond plus à mes appels téléphoniques depuis belle lurette, j'ai voulu aller voir où l'entreprise BODIN en est rendue de son chantier de restauration des forges de Varennes, très grassement subventionné par la "mission BERN" :

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

On ne découvre guère sur ce chantier des preuves d'une activité débordante :

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.

12 janvier 2020.


Ainsi, je ne suis pas le seul chez qui les choses traînent. Je me pose donc la question d'un changement de maçon.

P.S. (du 13 janvier 2020 à 9 heures) : J'ai enfin réussi à joindre Cédrick. Il s'excuse et m'assure qu'il ne m'oublie pas. Il m'apprend que Sébastien DUVAL est son chef de chantier aux forges de Varennes, avec une équipe de 4 maçons, et que ce chantier va durer trois ans. Mais il veillera à libérer Sébastien et un compagnon de temps à autre pour venir travailler à notre chantier favori.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 13 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
L'assemblée générale de notre petite copropriété parisienne, qui devait se tenir demain au manoir favori, est reportée, à ma demande, au 25 janvier à Paris. Ayant reçu depuis un mois une grande masse de documents de notre voisin dont, toujours aussi procrastinateur, je n'ai pris connaissance que ce matin, je n'aurais pu être prêt, même en y passant la nuit. J'espère que, d'ici le 25, nous serons enfin rebranchés à l'internet à Paris, un confort dont je ne puis plus me passer.
Cambérabéro
rédigé le mardi 14 janvier 2020
Livre d'or - Vie du site - Statistiques de fréquentation - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Bonsoir PPF,

Quincy : un des datacenters de Microsoft est situé là-bas, ce n'est sans doute pas une coïncidence.

Voici la liste des datacenters Microsoft (tableau en bas de la page).

N.D.L.R. (à 6 heures) : Merci. Mais que peuvent-ils bien bouiner avec le site favori ?

Car ça continue de plus belle en cette aube blême :

Et ça n'arrête pas d'"individualiser" des messages :

Toutes ces queues de graphes qui se redressent, ça va finir par indisposer nos ligues de vertu favorites, on peut le craindre :

Sacrés utilisateurs actifs, ils paraissent increvables, les bougres !
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 14 janvier 2020 11:12
À : jph-cormier@hotmail.fr <jph-cormier@hotmail.fr>
Objet : A.R.C.D. et manoirs du Domfrontais

Cher président,

Le compte rendu de l'A.G. du 16 novembre dernier de l'"Association pour la restauration du château de Domfront" qui m'est parvenu ce matin fait état d'une conception pour le moins curieuse des réalités historiques, géographiques, architecturales et culturelles de notre commune. Il y est prétendu que Domfront ne comprend pas de manoirs et qu'il faudrait, pour en trouver, élargir au Domfrontais l'assiette territoriale de la recherche.

Il est en effet écrit, sous la rubrique "Exposition photo", qu'"il est toujours envisagé à moyen terme de monter une exposition (...) Voir si cela peut porter spécifiquement sur les chantiers de bénévoles, ou sur le château en général, ou bien sur toutes les richesses architecturales de Domfront, ou plus largement sur celles du Domfrontais (ce qui inclurait Lonlay et les manoirs)".

Je ne saurais trop conseiller au rédacteur, au moins maladroit, du passage en question de réviser les notions d'histoire, de géographie et d'organisation territoriale qui ont dû lui être enseignées il y a peut-être trop longtemps. L'expérience montre en effet qu'en raison des approximations et partis-pris de leurs productions, des érudits locaux auto-proclamés peuvent arriver à biaiser la compréhension des faits par un public généralement moins bien informé et enclin, en toute bonté, à s'en remettre à leur "science".

Je suis sûr que vous me comprendrez à demi-mot et saurez éviter la reproduction de tels errements.

Avec tous mes vœux pour la nouvelle année. Merci des vôtres.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 16 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Sept heures de route aujourd'hui, j'ai ainsi pu me rendre compte qu'Aumale n'est pas la porte à côté (et Ellecourt encore moins). Cela doit freiner les sentiments au fin fond de ces campagnes et quoi qu'on puisse espérer. Mais c'était pour la bonne cause puisque j'ai pris livraison de l'alambic acheté sur "gensdeconfiance.fr" :

16 janvier 2020.

16 janvier 2020.

16 janvier 2020.

Je remercie la vendeuse, basée à Lille, de m'avoir permis de rouler deux fois moins que je n'aurais dû sans sa prévenance.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 17 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
1
S.M.S. envoyé à ma sœur : "A mon tour de m'être fait raccrocher au nez. A la différence de toi, je laisse courir, pas envie de me faire pourrir la vie."

Là, c'était, entre beaucoup d'autres reproches (et jamais le moindre compliment ou parole aimable, il n'y en a que pour le dégobilleur en chef), pour que je lui apporte un bouquin à lire.
Il faut savoir qu'elle a une bibliothèque entière à sa disposition à l'étage au-dessous, où elle refuse, bien entendu, depuis le début, de mettre les pieds.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 19 janvier 2020
Vie du site - Aspects juridiques - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Lors de nos premiers échanges, l'architecte du patrimoine actuellement à l’œuvre sur notre chantier favori se montrait fort inquiète de l'existence de notre site favori et du traitement que je lui réserverais dans ce cadre.

Selon mon habitude dès qu'il s'agit de liberté d'expression, j'ai tenu bon et je crois que j'ai eu raison car ce site est très utile comme je m'en assure lors de mes tournées nocturnes dans la tour de contrôle, pendant lesquelles je remarque que tels ou tels membres du fan-club, pas tous connus de mes services dois-je reconnaître, s'attardent sur telle ou telle page ou bien tel ou tel message mis en ligne. Cette nuit, par exemple et entres autres, la page 373 de "L'intégrale".

J'ai relu avec intérêt et même un certain plaisir, je le confesse (où la fierté d'auteur va-t-elle se cacher ?), les messages de cette page où j'exprime des vues personnelles de façon franche, y compris sur des sujets à propos desquels je pourrais me montrer plus prudent (comme lorsque j'étrille le principe-même de la "Mission BERN", qualifiée par moi de "com-nerie"). Je ne vois dans cette page matière à aucun remord (il y a juste un mastic dans un P.S. à propos des employées de ma mère mais j'ai la flemme de corriger pour ajouter "s'occupe"). Donc, après relecture cette nuit, je persiste et signe.

Parmi les messages de cette page, le premier (le 44479) me paraît particulièrement intéressant : il indique en effet les normes rappelées par Arnaud PAQUIN pour les poutres du plafond de la salle-à-manger du logis. Or je me souvenais qu'Arnaud PAQUIN s'était exprimé sur ce sujet mais je ne me rappelais plus ce qu'il m'avait dit. Grâce à notre site favori, je retrouve l'info et vais pouvoir vérifier, certes un peu tard, si les poutres achetées, tant à la Julinière que, dernièrement, du côté du Mans, sont bien d'un calibre suffisant pour être recyclées dans l'intérêt de notre chantier favori. Je renote en particulier qu'il faut des poutres de 45 cm au moins, et non de 36 comme les gringalettes actuelles choisies par la catastrophe ambulante des années 1950 que l'on sait.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 19 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes
0
J'avais remarqué, sur "gensdeconfiance.fr", une annonce relative à une commode susceptible, en raison notamment de sa petite taille, d'intéresser Carole pour sa chambrette au bâtiment Nord du manoir favori :

Mais le prix demandé me paraissait trop élevé en l'état du marché où tous les prix du mobilier ancien ont dégringolé dans des proportions incroyables. J'avais donc "placé une alerte" à un prix sensiblement inférieur.

La vendeuse m'a contacté hier pour m'informer qu'elle accepte mon offre. Mais j'éprouve quelques difficultés à rentrer de nouveau en contact avec elle. Aurait-elle mal pris que je l'interroge sur l'authenticité des bronzes (qui, d'après Jean LEMARIE que je n'ai pas manqué de consulter, peuvent être bons ; il paraît qu'il faut notamment que les doigts passent sans difficulté quand on veut manœuvrer un tiroir) ?

P.S. (du 19 janvier 2020 à midi) : Vente topée au prix de 750 €. Je comprends que Jean est écœuré. L'internet de particulier à particulier est bel et bien en train de piquer la clientèle des antiquaires, le métier devient dur.

P.S. (du 25 janvier 2020) : Selon moi, cette commode, dont j'étais allé prendre livraison cette après-midi, n'est pas "bonne d'époque". Je l'ai donc laissée à la vendeuse, très sympathique au demeurant.
Jean-Pierre ARBON
rédigé le lundi 20 janvier 2020
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Bougie parfumée
Publié le 20 janvier 2020

Au sein du grand marché du bien-être et de la décoration, le segment des bougies parfumées s’est longtemps comporté de façon honnête et paisible. Il s’occupait « d’éliminer les mauvaises odeurs » des intérieurs, c’est-à-dire de les masquer en diffusant une mauvaise odeur supplémentaire qui dominait les précédentes. Les gens chez qui ça ne sentait pas bon allumaient une de ces bougies quand ils attendaient une visite. C’était un marché fonctionnel, sans sophistication excessive, qui rapportait tranquillement.

Puis le luxe s’en est emparé. Les gens de marketing ont appliqué leur méthode habituelle : stimuler l’imaginaire du consommateur. Il ne s’est plus simplement agi d’instiller dans les narines du client des notes florales ou boisées plus ou moins chimiques, mais de « l’ aider à retrouver la paix intérieure après une longue journée », ou de « libérer ses émotions, en créant un univers olfactif qui lui ressemble ». Dans le très haut de gamme, on a pu ainsi aller jusqu’à lui proposer de « vibrer sur les accents slaves de l’Hiver en Russie*, où le thé parfumé et brûlant d’un samovar se mêle à l’odeur du feu de bois », sans pour autant quitter son logement du Plessis-Robinson.

Ce petit monde gentillet vient de voler en éclats. L’actrice américaine Gwyneth Paltrow propose à la vente depuis quelques jours une bougie qui a l’odeur de son vagin. On ignore le procédé de fabrication. Sur le papier, ça n’a pas l’air de sentir ce à quoi on pourrait s’attendre (la marque parle d’un mélange de géranium, de bergamote, de cèdre, de rose de Damas et de graines d’ambrettes), et bien qu’il faille débourser 79 € pour s’en assurer, l’article est tombé instantanément en rupture de stock.


* Guerlain, 68€

N.D.L.R. : Soyons fous, osons tout pour relancer l'audimat de notre site favori qui en a bien besoin (lui aussi) !