Aile "de la belle-mère"

Sous les combles du colombier, nous avons retrouvé Mara, accompagnée d'Igor (ou vice versa) :

26 janvier 2019.

26 janvier 2019.

26 janvier 2019.

Igor poursuit son travail sur les trous de colombes :

26 janvier 2019.

Pour qui observe cette fine équipe, il ne fait cependant pas de doute qu'O'Gustin est un mâle dominant (qualité FOURCADE, s'il en est) :

26 janvier 2019.

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 28 janvier 2019 22:59
À : CORESPA
Cc : C.F. ; T.F.
Objet : RE: La Chaslerie

Cher Monsieur l'inspecteur général,

En y réfléchissant un peu plus, je vois un autre argument à prendre en compte dans la réflexion sur le bon parti à retenir quant à la hauteur de la porte principale du logis.

Voici à quoi je pense :

La fortune des LEDIN, propriétaires de la Chaslerie avant la Révolution a connu des hauts et des bas au fil des siècles. L'idée générale est qu'ils ont su progresser au sein de la noblesse grâce à la qualité de leurs alliances. A ce sujet, Eric YVARD est en train de déchiffrer des documents, jusque là inédits, précisant quel pouvait être leur niveau de vie à l'époque Transition retenue pour dater la porte litigieuse d'accès actuel au "salon de l'aile de la belle-mère".

On ne sait pas clairement à ce jour ce qui préexistait en 1598, date de construction du corps principal actuel du logis. Des indices donnent à penser que les deux tours rondes pourraient être antérieures, voire sensiblement antérieures. Il est sûr qu'au début du XVIIIème, une "aile en retour" du logis a disparu, sans doute à l'occasion d'un premier (?) incendie, ce qui a dû être un choc. Donc j'imagine que les propriétaires d'alors ont d'abord songé à panser cette plaie. Les techniques des carriers avaient évolué depuis 1598, le travail était plus "industriel" et on ne s'encombrait plus de chanfreins ouvragés. Mais on disposait d'un stock de pierres chanfreinées issues de l'aile disparue, de sorte qu'il a été facile de relever le linteau de la porte principale sans que la cicatrice ne se voie, ni en raison de la couleur des pierres, ni en raison de leur travail.

Outre cette disparition de l'"aile en retour", les années 1710 à 1760, époque où les LEDIN étaient prospères et y veillaient (par exemple en épousant les veuves de parents pour garder le contrôle de la charge de vicomte de Domfront), se sont traduites à la Chaslerie par d'importants changements du plan-masse :
- mur Sud avec son dôme, qui a permis de donner à la cour une forme fermée, nouvelle ici et inhabituelle dans le secteur,
- donc retrait de grilles au moins sur la façade Ouest du logis, désormais incluse dans cette cour,
- probable surélévation des écuries, avec la belle charpente mansardée due à Jean MIDY que nous savons, comme l'est la couverture plus simple de la "cave" voisine, élément de "standing" supérieur à celui de bâtiments en colombages,
- possible transformation du colombier pour loger le chapelain (?) ; malgré mes intuitions et mes recherches, je peine toutefois à le prouver.

Donc je me dis qu'il peut y avoir une cohérence historique, architecturale et psychologique ("standing" revendiqué) à ce que le linteau qui nous interroge ait été relevé comme on le voit et, surtout, l'ait été de façon cohérente avec le reste, congruente si l'on peut dire avec le nouveau "look" du manoir.

Durant la 2ème moitié du XVIIIème, la famille LEDIN était tombée en quenouille, le gendre principal, Louis-Marie de VASSY était le propriétaire de plus beaux châteaux. Donc, à la Révolution, il n'y avait plus dans les lieux qu'un préposé de ce VASSY, un dénommé GOUPIL, suffisamment malin pour savoir présenter la Chaslerie sous un triste jour aux experts commis pour la vente du Bien National, donc pour pouvoir en acheter une partie à vil prix.

C'est ce GOUPIL que je traque depuis un bon quart de siècle, car c'est un homonyme des très troubles frangins dont la fortune "considérable" a irrigué le proche secteur.

Bien cordialement,

PPF

_____________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 28 janvier 2019 20:27
À : CORESPA
Cc : C.F. ; T.F.
Objet : RE: La Chaslerie

Cher Monsieur l'inspecteur général,

Merci beaucoup pour votre message plein d'empathie et pour vos réflexions sur la porte principale du logis. Vous me demandez de répondre avec mes franchise et liberté habituelles aux deux questions que vous me posez. C'est ce que je vais tâcher de faire car, comme vous l'avez compris, cette réputation est loin de me déplaire.

1 - Sur la stratégie :
J'avoue ne pas avoir très bien saisi ce que cette notion recouvre sous votre plume. Je l'ai pourtant étudiée, s'agissant de ses applications dans l'entreprise ; c'était à "London Business School", les professeurs de cette matière étaient réputés parmi les tout meilleurs au monde mais je n'ai pas été convaincu, donc ai continué, à tort ou à raison, à assimiler la stratégie à du bla-bla.
Ceci étant, je vois bien ce qui a coincé avec mes deux derniers "architectes du patrimoine", MM. (...). C'est en réalité une affaire de gros sous (du moins relatifs). Ils trouvaient que je n'en avais pas assez pour les satisfaire. Donc le premier a résilié unilatéralement et sans raison valable le contrat que je vous ai communiqué et qui prévoyait que la restauration des menuiseries extérieures du logis pourrait se faire, à ma demande, par tranches de 75 000 €. Quant au second, il a révélé son vrai centre d'intérêt à propos de mon monument quand il a exigé une rémunération de 11 % sur la restauration des mêmes menuiseries extérieures (du moins sur deux tranches) en acceptant pour seule contrainte de livrer quelques dessins sous trois semaines (dessins rendus au demeurant nécessaires par les erreurs commises selon lui par son prédécesseur ; sur ce dernier point, je pense qu'il avait raison) et en refusant de prendre le moindre engagement de calendrier sur le reste de mon programme de restauration, y compris sur les questions urgentes soulignées par moi d'entrée de jeu.
Selon moi, tout cela n'est pas sérieux et ne saurait donner une impression favorable d'individus agissant sous le couvert d'un monopole légal face à une clientèle captive puisque obligée de passer sous les fourches caudines d'un membre de cette corporation.
Mais il ne m'appartient pas de refaire le monde même si la situation que je viens de décrire, si elle était confirmée par plus capable que moi, devrait appeler de profondes réformes dans ce domaine certes un peu particulier.
En fait, la bonne question, concrète et immédiate, que vous avez la grande pudeur de ne pas me poser, est de savoir combien je suis prêt à investir chaque année dans mon programme de restauration. C'est ce montant qui, par application des pourcentages en vigueur dans ladite corporation en situation de monopole, permet de déduire ce que mon chantier peut rapporter chaque année aux heureux tenants du titre, du moins ceux agissant à titre privé. Or, depuis que j'ai acheté la Chaslerie il y a plus de 27 ans, le montant de ma mise pour les travaux a été de l'ordre de (...) €/an. Désormais, je suis retraité de la fonction publique mais je peux faire en sorte de bénéficier de revenus locatifs à Paris, donc maintenir un train de travaux ralenti, certes, mais pas nécessairement dans de trop grandes proportions. Surtout, à l'horizon de 5 ans, mon relais devrait pouvoir être pris par mon aîné (c'est ce qui ressort de nos échanges les plus récents à ce sujet), ce qui serait de nature à permettre de donner un autre élan au chantier.
Donc, pour dire les choses simplement, je ne vois pas de problème "stratégique" sérieux, si du moins l'on accepte, comme j'ai eu le front de le suggérer, d'assimiler la stratégie à une question de sous.
Quant à mes priorités de travaux (ce qui est un autre volet de ce qu'on peut entendre par stratégie), elles vous sont connues. Je considère que deux questions critiques essentielles sont d'ores et déjà résolues, d'une part le choix du combustible (on devrait se chauffer par aquathermie), d'autre part la définition de ce que j'appelle l'"escalier en facteur commun de l'aile de la belle-mère" (tout ceci est documenté sur le "site favori"). La suite serait, tant que je resterais maître d'ouvrage, de donner la priorité aux points urgents connus (cf notamment mon courriel du 20 novembre dernier à M. (...), qui reprenait en les précisant les orientations que j'avais pensé lui avoir données par lettre du 10 avril), ainsi qu'à la restauration intérieure de la moitié Nord du logis (y compris la cage d'escalier et en y ajoutant les salles d'eaux du rez-de-chaussée du bâtiment Nord, à savoir cuisine, arrière-cuisine et cabinet de toilettes). Bien sûr, je ne m'interdirais pas de broder sur ce programme, notamment dans le colombier, en tenant compte principalement de la disponibilité d'artisans de qualité.

2 - Sur la porte d'entrée du logis :
J'apprécie énormément la proposition que vous m'avez présentée spontanément aujourd'hui.
Elle tient selon moi le meilleur compte des données disponibles sur l'histoire du bâtiment et les accidents qui l'ont affecté au cours des siècles. A ce sujet, je dois compléter votre information par la mention d'un incendie qui, selon moi, a détruit l'"aile en retour" (bâtie à l'intérieur de la cour actuelle, devant ce qui est ensuite devenu le "bâtiment Nord") au début du XVIIIème siècle, entraînant le rebouchage du "trou" avec "percement" de quatre fenêtres "modernes", aux chanfreins beaucoup moins beaux que ceux des autres fenêtres sur cour du logis, celles de la moitié Sud.
A ce titre, votre proposition comble une lacune, à mes yeux importante, de l'"étude préalable" de M. (...). Ce dernier n'avait en effet tenu aucun compte des observations que je lui avais présentées en temps utile à ce sujet, pas plus qu'il n'avait tenu le moindre compte de mes remarques sur les linteaux des fenêtres du 1er étage (alors que, sur ce dernier sujet, j'avais préparé à son intention une étude comparative inédite sur les manoirs du Domfrontais).
Car, outre leur monopole non contrôlé pénible à supporter par la "base", certains "architectes du patrimoine" semblent parfois avoir une si haute conscience de leur valeur qu'ils se bouchent les oreilles et les yeux quand de vulgaires maîtres d'ouvrage privés imaginent pouvoir enrichir leur réflexion avec de simples arguments de fait.
Ceci étant, pour justifiable historiquement qu'elle est, marquant à ce titre un très gros progrès par rapport à l'"étude préalable" en question, votre proposition mérite que j'y réfléchisse encore un peu. Le point qui me chiffonne à ce stade tient à l'habitabilité de (la manœuvrabilité dans) l'entrée du logis avec une porte à un seul battant : je craindrais que le passage vers le salon tienne un peu du slalom. Je signale à votre attention un argument historique qui me paraît intéressant : l'accès aux deux grandes pièces du rez-de-chaussée du logis se fait, à partir de l'entrée/cage d'escalier, par deux portes aux chanfreins de qualité et de grande hauteur, manifestement contemporaines du rehaussement du linteau de la porte principale (N.B. : Il demeure, vers la salle-à-manger, une porte plus basse, avec sa feuillure, qui doit dater de la construction de 1598).
Quoi qu'il en soit, et comme vous le relevez fort justement, la D.R.A.C. a eu la finesse de laisser la porte ouverte (c'est le cas de le dire) à une inflexion du programme de restauration des menuiseries extérieures du logis qui serait appliquée à propos de cette porte.
Donc la réflexion nouvelle à laquelle vous nous invitez est sans aucun doute opportune en l'état du dossier.
Je pense qu'un "architecte du patrimoine" digne de la confiance investie en lui par les pouvoirs publics lorsqu'ils ont légiféré sur ce monopole, aurait à cœur de réexaminer le dossier sur ce sujet, c'est-à-dire là où M. (...) a bâclé sa réflexion et là où M. (...) s'est contenté d'un survol parfaitement inconséquent à ce stade et cause d'une nouvelle perte de temps.

Cher Monsieur l'inspecteur général, je pense que ce courriel vous aura conforté dans vos impressions sur un chantier dont un précédent "architecte du patrimoine" avait dit, de mémoire, que le point le plus notable était "la personnalité du maître d'ouvrage".

J'espère surtout vous avoir été utile dans la mission que j'ai entendu vous confier dans l'intérêt du monument.

Bien cordialement,

PPF

P.S. : Vérification faite...

_____________________________________________________________

De : CORESPA <yl-corespa@orange.fr>
Envoyé : lundi 28 janvier 2019 11:27
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : La Chaslerie

Cher Monsieur,

Je me plonge dans le dossier de La Chaslerie, avec l’excellent souvenir de notre première rencontre in situ, et de la découverte de la belle restauration - exigeante et sans concessions - que vous avez entreprise sur ce monument.
Je souhaite vous appeler aujourd’hui pour évoquer les questions stratégiques pour la suite de ce projet. Mais dès à présent, je me suis permis une analyse sur un élément majeur, dont l’état actuel de la réflexion - et de l’action - m'interroge : la porte d’entrée du logis, qui constitue le point focal du monument.
Je viens de vous envoyer par "We Transfer" l’état de cette réflexion, que je soumets à votre méditation.
Vous connaissez mieux que moi l’édifice, mais j’ai essayé d’avoir le regard que j’aurais eu si le dossier des menuiseries de La Chaslerie m’avait été posé en qualité d’inspecteur général … On ne se refait pas.
Je me doute qu’à la lecture de cet envoi vous réagirez avec toute la franchise et la liberté qui vous caractérisent. C’est ainsi que je conçois notre collaboration.

Bonne lecture, et au téléphone cet après-midi ?

Bien cordialement,

Yves Lescroart

(Fin de citation)
En l'absence persistante de tout membre d'une corporation en situation de monopole légal, O'Gustin m'a aidé ce matin à réceptionner les récents travaux d'Igor :

4 février 2019.

Il n'a pas eu l'air mécontent de constater qu'il y a bien de quoi loger un couple de pigeons dans chaque trou :

4 février 2019.

Toujours dans le colombier, il est monté s'entretenir avec Christian qui vient de reprendre le travail à l'abri d'une pluie qui tombe d'abondance :

4 février 2019.

Au courrier ce matin la lettre recommandée suivante :

Pour savoir à quelle sauce l'APIJOMM allait être croquée, j'ai essayé de joindre la M.S.A. puis "Atout-Services" où l'on tombe au mieux sur un disque. Heureusement, la toile m'a appris qu'il n'y a aucune conséquence pour cet employeur dont j'ai l'honneur de présider aux destinées.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 12 février 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis - Aile "de la belle-mère"
0
Igor est de retour ce matin. Il m'apprend qu'il a donné sa démission d'"Euravia" et pense s'inscrire à un stage de formation de dessinateur d'architecte. Il est en période de préavis et en congé pour deux semaines. Il compte aller voir sa famille la semaine prochaine en Roumanie mais il devrait pouvoir travailler à notre manoir favori ces jours-ci.

Je lui ai demandé de continuer à faire disparaître les dernières traces de l'ânerie des prédécesseurs des années 1950 dans les combles du colombier. Ensuite, il pourrait commencer, avec l'aide de Christian, à poser le hérisson et le système de drainage au sol du rez-de-chaussée de la moitié Nord du logis, selon le schéma de Cédrick COOS.

P.S. (à midi) : Christian a fait disparaître les briques de béton d'une embrasure des années 1950 :

12 février 2019.

Pendant ce temps, Igor a rouvert un dernier trou de colombes (celui en bas à gauche)...

12 février 2019.

... et le voici qui meule des joints disgracieux :

12 février 2019.

Christian me fait remarquer un nouveau forfait du propriétaire des années 1950, à savoir des linteaux de fenêtres trop minces et qui ploient...

12 février 2019.

12 février 2019.

... ce qui n'est pas surprenant car, comble de la bêtise et de la radinerie de ce descendant des trafiquants GOUPIL - lui et ses congénères m'étonneront toujours -, ils ont été taillés dans de l'aubier :

12 février 2019.

Je donne mon accord à Christian pour les remplacer par des linteaux de chêne de bonnes qualité et épaisseur.

P.S. 2 (à 17 heures) : Igor a remonté en pierres l'angle de l'embrasure d'une fenêtre qui était le plus choquant :

12 février 2019.

Quant à Christian, il a commencé à démonter les linteaux débiles :

12 février 2019.

Il nous montre ici que, non seulement le gugusse des années 1950 avait utilisé du chêne à aubier, mais qu'en plus, il avait tenté de dissimuler sa pingrerie en orientant le bois de manière à ce que l'aubier soit vers le haut :

12 février 2019.

Il est ainsi démontré - si c'était encore nécessaire - que cet Henri LEVÊQUE était sans aucun doute un type parfaitement méprisable.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 14 février 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Logis - Aile "de la belle-mère"
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 14 février 2019 11:48
À : CORESPA
Objet : RE: La Chaslerie RV Paquin 2019-02-15

Merci beaucoup.

Il serait souhaitable que lui ou son successeur traite également et sans trop tarder la question des poutres pourries au plafond de la chambre du 1er étage du logis. C'est une question qui est posée au chantier depuis une dizaine d'années et il serait à craindre que la rémunération au pourcentage freine les enthousiasmes s'il n'était pas fait bloc avec la crème des menuiseries.

Bien cordialement,

PPF

_________________________________________________________________

De : CORESPA <yl-corespa@orange.fr>
Envoyé : jeudi 14 février 2019 11:26
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : La Chaslerie RV Paquin 2019-02-15

Cher Monsieur,

Comme je vous le laissais espérer, j’ai pu convenir d’un rendez-vous avec M. Paquin à Avranches en son agence, le vendredi 15 février, pour évoquer la suite (et fin ?) des menuiseries de La Chaslerie.

Je ne manquerai pas de vous informer des conclusions de cette rencontre.

Bien cordialement,

Yves LESCROART

(Fin de citation)
0
Alors que l'on ne compte plus les dégâts des eaux au rez-de-chaussée de l'"aile de la belle-mère" et les signalements, tous restés vains, de la nécessité d'y remédier d'urgence...

17 février 2019.

... il ne faudrait pas croire que les gens dotés, eux, d'un minimum de sens des responsabilités vont rester indéfiniment les bras croisés et les deux pieds dans le même sabot :

17 février 2019.

17 février 2019.

17 février 2019.

Donc, pour commencer, exit le dallage à la con au rez-de-chaussée du colombier !

(Mon intention est, à ce stade, de laisser à mon aîné le soin, quand il en sentira le moment venu, de faire la même chose du côté de l'ancien - des années 1950 - salon de la même aile.)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 18 février 2019 11:13
À : CORESPA
Cc : C.F. ; T.F. ; (...)@culture.gouv.fr
Objet : RE: La Chaslerie CR 1 RV Paquin-YL

Cher Monsieur l'inspecteur général,

Je vous remercie pour vos efforts et pour ce compte rendu.

Peut-être un point m'a-t-il échappé ou n'ai-je pas été assez clair mais je souhaite avant tout que M. PAQUIN ne se contente pas d'écrémer le dossier de la Chaslerie en facturant à 11 % les seuls travaux, éminemment répétitifs, de restauration des menuiseries extérieures du logis. Au demeurant, ces travaux ont déjà fait l'objet d'une "étude préalable" et de dossiers préparés et facturés par son prédécesseur (ces factures ayant bien sûr été déjà réglées). M. PAQUIN doit au contraire prendre enfin des engagements clairs et formels sur le calendrier de livraison des autres prestations que le monument attend de lui. Celles-ci sont, prioritairement, les demandes d'autorisation requises pour la restauration du plafond de la chambre de moitié Nord du premier étage du logis et pour la restauration de quelques portes (notamment l'une, dans le bâtiment Nord et vers l'arrière-cour). De tels travaux présentent en effet, dans l'intérêt du monument, de sa sécurité ainsi que de celle de ses occupants et visiteurs, un caractère d'urgence que je n'ai pas manqué de signaler d'entrée de jeu à M. PAQUIN et à mes autres interlocuteurs, y compris par écrit.

Il ne me semble pas anormal d'attendre de M. PAQUIN des réponses satisfaisantes sur ces sujets, d'autant qu'il m'a déclaré recruter une de ses collègues et avoir désormais un chantier du côté d'Alençon, toutes évolutions présentées comme favorables à un changement bienvenu de rythme et de qualité de ses contributions.

En d'autres termes, je serais prêt à faire mon affaire sans son aide, pourtant requise dès le début, des travaux visant à rendre imperméable à l'eau le mur Ouest du bâtiment Ouest. C'est déjà une concession énorme compte tenu de l'intérêt évident du monument.

Mais je ne crois pas qu'un compromis puisse être trouvé en se bornant aux seules menuiseries extérieures du logis.

Je vous ai fait part - du moins l'ai-je espéré - des réserves qu'appellerait un changement de programme touchant aux dimensions de la porte principale du logis et sans progrès significatifs en matière d'engagements clairs et précis sur les autres points, eux critiques en l'état du chantier.

C'est bien sur ces autres points que des progrès significatifs demeurent indispensables. Sans assurances en la matière et compte tenu de mon expérience avec lui, il m'apparaîtrait contre-productif que je contacte M. PAQUIN.

A défaut de tels progrès, il conviendrait de trouver à cet architecte du patrimoine un successeur (ou deux). Parce que j'étais conscient de la difficulté qui demeure entière à ce stade, la mission que j'ai souhaité vous confier comporte bien deux volets.

Bien cordialement,

PPF

__________________________________________________________________________________

De : CORESPA <yl-corespa@orange.fr>
Envoyé : lundi 18 février 2019 09:47
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : La Chaslerie CR 1 RV Paquin-YL

Cher Monsieur,

Je vous adresse en pièce jointe le Compte-rendu de ma rencontre avec M. Paquin le 15 février.
J’espère que ce premier contact permettra une relance rapide des travaux...
Bien cordialement,

Yves LESCROART

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 18 février 2019 15:37
À : fouilleul.energie@gmail.com
Objet : TR: CEDEO FLERS ---

Quel est votre avis ?

______________________________________________________________

De : Bodin Entreprise <bodin.ste@gmail.com>
Envoyé : lundi 18 février 2019 15:03
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: CEDEO FLERS ---

Bonjour,
Une chape de ravoirage devrait convenir si ils ont peur de poser leur isolant sur la brique.
Quelle épaisseur d'isolant prévoient ils ?

______________________________________________________________

Le lun. 18 févr. 2019 à 12:47, Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com> a écrit :

Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?

______________________________________________________________

De : Régis Fouilleul <fouilleul.energie@gmail.com>
Envoyé : lundi 18 février 2019 12:34:46
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Fwd: CEDEO FLERS ---

Envoyé de mon iPhone

Début du message transféré :

> Expéditeur: Devis Tubes <devis.tubes@thermacome.fr>
> Date: 18 février 2019 à 10:44:12 UTC+1
> Destinataire: "Guiguen, Maxime" <Maxime.Guiguen@cedeo.fr>
> Cc: "fouilleul.energie@gmail.com" <fouilleul.energie@gmail.com>, "Caindry, Nicolas" <Nicolas.Caindry@cedeo.fr>, Bruno LANGLOIS <bruno.langlois@thermacome.fr>
> Objet: Rép :⁨ CEDEO FLERS ---⁩
>
> Bonjour,

> La mise en œuvre de cette solution n’est pas couverte par le DTU 65.14 et 52.10 car seul est autorisé un support béton.
>
> Nous ne pouvons pas nous substituer à un architecte ou à un ingénieur structure pour garantir le support de cette restauration
>
> Restant à votre disposition pour tout complément d’information
>
> Sincères salutations,
>
> signature
>
> 9h-12h / 14h-17h du lundi au jeudi
>
> 9h-12h / 14h-16h le vendredi
>
> Bandeau signature GDC 2019
>
> signature-web-site-thermacome
>
______________________________________________________________
>
> De : Guiguen, Maxime [mailto:Maxime.Guiguen@cedeo.fr]
> Envoyé : jeudi 14 février 2019 16:37
> À : Bruno LANGLOIS <bruno.langlois@thermacome.fr>; Devis Tubes <devis.tubes@thermacome.fr>
> Cc : fouilleul.energie@gmail.com; Caindry, Nicolas <Nicolas.Caindry@cedeo.fr>
> Objet : CEDEO FLERS ---
> Importance : Haute

> Bonjour,

> Mon client installateur vient de me consulter pour un projet de plancher chauffant. (chauffagiste : FOUILLEUL REGIS à St Quentin des chardonnets)
>
> La restauration du bâtiment doit respecter certains critères du fait que c’est un monument historique.
>
> Voici les photos de la dalle support en pj + photo de coupe (réalisation de la dalle)

> Nous avons besoin d’un avis technique « écrit » afin de savoir si ce projet est réalisable.
>
> les épaisseurs et les matériaux utilisés garantiront t ils une bonne stabilité de la dalle et du plancher chauffant ?

> J’attends votre retour, merci par avance.
>
> Cordialement

> Maxime GUIGUEN
>
> Chef de site Flers / Vire
> www.cedeo.fr
> ZA du Champ de Course
> Rue Aristide Boucicaut
> 61100 FLERS
>
> Tél. 02 33 14 13 10
> Email : maxime.guiguen@cedeo.fr

> Distribution Sanitaire Chauffage (DSC) - 572 141 885 RCS Compiègne

> CEDEO - www.cedeo.fr : La réponse professionnelle

______________________________________________________________
>
> De : Régis Fouilleul <fouilleul.energie@gmail.com>
> Envoyé : jeudi 14 février 2019 12:55
> À : Guiguen, Maxime <Maxime.Guiguen@cedeo.fr>
> Objet : Fwd: TR:
>
> Envoyé de mon iPhone

> Début du message transféré :
>
> Expéditeur: Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Date: 14 février 2019 à 08:56:42 UTC+1
> Destinataire: "fouilleul.energie@gmail.com" <fouilleul.energie@gmail.com>
> Objet: TR:
>
> Suite à mon appel de ce matin, êtes-vous d'accord avec ce système de hérisson et de circulation d'air sous l'isolant thermique et les tuyaux de chauffage par le sol ? Les épaisseurs vous conviennent-elles ?

> Bien cordialement

> PPF
> 06 12 96 01 34

(Fin de citation)