Aile "de la belle-mère"

Aujourd'hui, je compte me remettre à la préparation de la lettre à l'architecte du patrimoine à propos de son projet de contrat pour la "mission n°2".

A la réflexion, je me dis qu'il faut évoquer à cette occasion, au niveau du préambule :
- l'état d'avancement de la mission "Exe" (d'exécution des menuiseries extérieures) puisque du retard a été pris sur la préparation des diverses portes en jeu, notamment mais pas exclusivement celles qui s'effritent sur la tour Louis XIII,
- l'articulation entre la mission "Exe" et la "mission n°2".

Il me semble également nécessaire de souligner que la "mission n°2" consiste à "purger le dossier" de toutes ses contraintes d'autorisations ou de permis, indépendamment de l'exécution des travaux, je veux dire en amont absolu de ceux-ci. En d'autres termes, le dossier doit donc s'entendre du projet dans son ensemble et certainement pas de la seule partie Nord du logis ou du colombier ; cette "mission n°2" doit au contraire couvrir et traiter comme un seul bloc tout le logis, y compris sa partie Sud, et toute l'aile Ouest, y compris les écuries et la tour Louis XIII.

P.S. (à 20 heures) : Le moins que je puisse dire est que je n'ai guère été performant aujourd'hui. J'ai toutefois classé les pièces du dossier afin de pouvoir les travailler avec méthode. Ma chambrette se trouve pour l'heure à peu près en ordre, disons que c'est un bon début.

A la relecture de ce message, tel que je l'ai mis en ligne ce matin, je m'aperçois que je vais devoir faire œuvre de pédagogie dans ce préambule, pour expliciter mes choix et les justifier, c'est-à-dire être clair et convaincant comme je le souhaite.
Fort de l'important travail de Carole, je me plonge à mon tour dans l'examen détaillé du projet de contrat pour la "mission n°2", tel que signé par l'architecte du patrimoine le 6 août 2020. J'ai commencé par photocopier ce document pour pouvoir l'annoter au fil de mon étude. Il comporte deux parties, un "cahier des clauses générales" (C.C.G.) de 19 pages et un "cahier des clauses particulières" (C.C.P.) de 8 pages.

Une première analyse du plan de ce document me donne l'impression qu'il vaut mieux que j'en commence l'étude fouillée par le C.C.P. dans la mesure où celui-ci a pour objet de définir le contenu de la mission, d'autant que celui-ci a pu évoluer depuis que nous sommes en discussion. Je pense ici, au premier chef, à deux problématiques que j'expliciterai :
- le traitement en un seul bloc de la demande d'autorisations pour tous les travaux envisagés (ce que j'appelle familièrement "purger le dossier"), que je sois en mesure à ce jour d'en garantir le financement sans difficulté ou non ; il y a une quinzaine de mois, la D.R.A.C. demandait plutôt de procéder par étapes, en donnant une ferme priorité à la restauration du colombier et de la moitié Nord du logis, ce qu'elle estimait un programme suffisant ;
- une certaine souplesse dans la maîtrise d'ouvrage puisque, d'une part, mon âge m'oblige à penser à ma succession et que, d'autre part, la réglementation régionale récemment découverte, si je la comprends bien, nécessitera que la maîtrise d'ouvrage puisse être, totalement ou partiellement, successivement ou concomitamment, partagée avec une association.

Quant au C.C.G. que j'étudierai dans un second temps, il comporte des clauses à première vue et à tout le moins sujettes à discussion ou à éclaircissements, comme celles relatives à mes activités internet ou, plus généralement, à la "résiliation du contrat à la demande de l'architecte", ou encore celles relatives à la propriété intellectuelle. Dans ces domaines, il s'agira pour moi de vérifier que mes libertés d'expression ou de manœuvre ne seront pas entravées de façon excessive donc insupportable pour moi, ou que ne me seront pas imposées des contraintes disproportionnées dans leurs conséquences par rapport à la bénignité ou à l'imprécision intrinsèque des comportements qui seraient susceptibles de m'être reprochés.

Quant à l'idée de sabrer des clauses que je jugerais hors-sujet, elle ne me paraît, à la réflexion, utile à retenir que dans la mesure où elle permet, en ouvrant un débat sur la pertinence de leur contenu, de savoir, comme il convient, à quoi je m'engage. Mais je ne saurais en faire un cheval de bataille bien que ces boursouflures me choquent, disons, sur le plan esthétique autant que pratique.

En résumé, je recherche les voies et moyens d'un accord réfléchi, c'est-à-dire stable et sérieux, et rien de plus.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 5 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Absent depuis jeudi dernier, Fabrice a terminé ce mercredi son travail entre les solives des écuries :

5 mai 2021.


Carole me dit qu'il va falloir fêter ça. Le fait est que, lorsque je nous ai lancés dans cette entreprise, en octobre 2018,...

2 octobre 2018.

... il était loin d'être assuré que nous la mènerions à bout.

Quatre intervenants se sont succédé, Fabrice étant celui qui a travaillé le plus finement. Près de trente mois au total sur l'ouvrage : à la Chaslerie, on sait ne pas être pressés mais on essaye toujours de ne pas en rabattre sur la qualité...
Je viens d'achever une première lecture approfondie du projet de contrat relatif à la "mission n°2". Voici, à ce stade, mes remarques sur les 27 pages en question :

A ce stade, je me propose de lire les remarques détaillées de Carole pour voir celles que je retiendrai et incorporerai à mon texte.
Fabrice s'apprête à jointoyer, dans les combles des écuries, le mur Sud de la tour Louis XIII, à l'instar de ce qu'Igor avait fait au premier étage du colombier :

6 mai 2021.

Je lui ai demandé de restaurer au passage une meurtrière et de faire réapparaître, s'il en trouve, les trous d'ope :

6 mai 2021.

6 mai 2021.

Il hésite toutefois entre poursuivre sa tâche sur cette maçonnerie ou donner la priorité à l'habillage intérieur des lucarnes :

6 mai 2021.

Fortiche Mr Fabrice ! Le résultat final sera magnifique.
J. Degouys
Ancien domfrontais (d’origine, lui !! ) mais «émigré» en Bretagne pour raison prof. (chercheur universitaire, bien que retraité), visiteur régulier de ma ville natale et parfois du manoir favori et, surtout, lecteur assidu et admiratif du site.

N.D.L.R. : Merci. Je transmets vos félicitations à Fabrice !

Je crois que vous avez bien mérité d'être appelé "le Luky Luke du site favori" puisque vous commentez plus vite que je ne mets en ligne !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 18 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Fabrice m'a montré son projet pour habiller les joues des "casts". La difficulté tient au non-centrage desdites horreurs entre les solives :

18 mai 2021.

Elle est moindre que celles surmontées sur les lucarnes (il en a traité deux à ce jour).

P.S. (à 11 heures 30) : En plus, les longueurs de ce maudit "cast" ne sont même pas parallèles aux solives (qui elles respectent la verticale) mais ont été posés légèrement de guingois. Je me mets d'accord avec Fabrice pour qu'il introduise ce que, dans les "business schools", on appelle un "fudge factor" :

18 mai 2021.

Du coup, il m'indique qu'il en faudra un autre pour l'habillage de la deuxième lucarne qu'il a traitée.

Considérons que c'est le rôle des finitions, comme ces travaux de menuiserie fine, de dissimuler ces petits défauts.

P.S. 2 (à 16 heures 30) : Fabrice est passé au 2ème "cast". Voici ce premier terminé :

18 mai 2021.

Ce travail me satisfait. Il ne restera plus qu'à poser le système d'ouverture de ce "cast", encore un truc de type orthopédique.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 18 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Avec Fabrice, nous évoquons le travail de menuiserie qui lui restera à effectuer dans le colombier une fois qu'il en aura fini avec les combles des écuries.

Il me signale que, parmi les premières planchettes posées il y a une trentaine de mois, certaines, qui avaient été seulement collées, se détachent :

18 mai 2021.

Voici qui nous imposera une révision plus large. Le fait est que le mode opératoire a varié avant que nous ne décidions de clouer chacune des planchettes. En plus, les intervenants étaient inégalement consciencieux et l'un d'eux faussement compétent ; nous en étions déjà convaincus et cet incident le confirme. Bien que ce soit embêtant, ceci ne suffit pas à me faire renoncer à ma préférence pour les travaux en régie, lorsque c'est possible en l'état de mes troupes.

Pour ce qui concerne les lucarnes du colombier, Igor avait calé devant le problème. Fabrice devra réfléchir aux meilleurs moyens d'achever ce travail, ainsi qu'à des solutions pour que n'apparaisse plus, si possible, le contreplaqué des joues :

18 mai 2021.

18 mai 2021.

18 mai 2021.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 19 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
État du chantier ce soir ; les deux lignes que l'on sait (où le "Skytech" était resté apparent, dans l'attente hypothétique d'une lucarne) ont reçu leur quota de lattes :

19 mai 2021.


Le troisième "cast" (en partant du Nord) pourra être traité demain...

19 mai 2021.

... et peut-être, également, le quatrième et dernier.
Je vais vous faire une confidence : il me semble qu'avec ces finitions que Fabrice a su apporter aux maudits "casts", leur vue devient tout à fait supportable, du moins à l'intérieur du bâtiment.

Certes, il restera la vue extérieure sur ces horreurs, notamment lorsqu'on descend de la D 22 par la petite allée actuelle.

Je me dis qu'il suffirait de restaurer l'"allée historique" et d'emprunter plus systématiquement cette ancienne voie d'accès au manoir favori pour que ces trucs orthopédiques finissent, petit à petit, par s'oublier...

Mettons la question en délibéré !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 28 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Travail sur la troisième lucarne enfin mené à bien. Il y a beaucoup de détails à soigner et, avec mon système de régie, nous ne disposons pas toujours des outils les plus performants à ce stade :

27 mai 2021.

L'essentiel me paraît qu'au final, la "qualité FOURCADE" soit là :

27 mai 2021.


Fabrice attaque ce matin la quatrième lucarne :

27 mai 2021.

Je viens d'adresser à l'ADEME, via leur site internet, le courriel suivant :

(Début de citation)

Bonjour ! L'association S.V.A.A.D.E. ("Association pour la défense et la promotion du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs") étudie la possibilité pour elle de financer les installations de chauffage par aquathermie (les forages sont effectués et le résultat est positif ; il s'agit de financer la pompe à chaleur et toute l'installation aval jusqu'au chauffage par le sol ou aux radiateurs, selon les contraintes architecturales) desservant un monument historique ; elle serait le maître d'ouvrage de ces travaux. En qualité de trésorier de cette association, je suis chargé d'instruire le dossier en vue d'une prochaine assemblée générale. Je vous serais reconnaissant de bien vouloir m'informer sur les aides financières accessibles dans le cas d'espèce.
Cordialement,
PPF
06 12 96 01 34

(Fin de citation)

En ce qui concerne les particuliers, les aides de l'ADEME sont réservées aux résidences principales, le critère étant, sans qu'il y ait lieu de discuter, le lieu du domicile fiscal. Donc, pour moi, Paris.

J'essaye, comme on le voit, de trouver une solution permettant d'atténuer la charge de la facture des travaux en question, sachant que, selon l'étude réalisée par le bureau d'études "Bee+", une pompe à chaleur, d'un prix de 130 000 € à elle seule, serait nécessaire à la Chaslerie pour l'installation par aquathermie envisagée.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 28 Mai 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère" - Cave
0
En cette fin de semaine, l'habillage intérieur de la quatrième lucarne est bientôt terminé :

28 mai 2021.


Il reste quelques finitions délicates à apporter aux côtés. Pour cela, Fabrice a besoin de planches moins épaisses. En l'état de notre outillage, il les désépaissit à la meuleuse :

28 mai 2021.


Il est prévu que, la semaine prochaine, il s'occupe de l'intérieur de la "maison de Toutou", malmené par les biquettes.