Aile "de la belle-mère"

Bonsoir PPF

J'ai peut être une solution miracle et économique pour ton chauffage. Je suis en train de l'étudier pour moi, à Marrakech.
Cela s'appelle le BTES et il y a un exemple ici au Canada.
Pour simplifier, tu stockes dans le sol de la chaleur en été. La terre monte en température jusqu'à 50°C et tu la restitues en hiver par des canalisation d'eau chaude reliées à ton chauffage (radiateur ou plancher chauffant) . Il faut faire des petits forages dans le sol jusqu'à moins de 20 m. La terre est chauffée par des nappes solaires disposées sur le sol ou sur des toits de bâtiments utilitaires.

Je te tiendrai au courant de mes recherches et je suis déjà en contact avec un expert en France. Il sait comment faire des forage diamètre 8 cm avec une foreuse portable à 2000 €.
Il va m'envoyer de la lecture....

N.D.L.R. : On va prendre le temps d'étudier cela. Mais je ne suis pas sûr que la terre soit aussi chaude ici que chez toi.

Et je me demande si les nappes solaires en question ne sont pas trop invasives pour mon goût. Et combien de temps une telle installation peut fonctionner, ça ne m'a pas l'air très costaud.
Bonjour,

Pourquoi vouloir chauffer tout votre manoir, vous pourriez envisager une autre approche, quand ? pour qui ? et où dans les locaux, et compléter les aménagements existants par quelques poêles de bon rendement, à pellets à bûches (pour les jeunes puisque vous avez du bois) un ou deux radiateurs mobiles électriques pour les dépannages, chauffe serviettes dans les salles d'eau,
pour l'eau chaude des petits chauffe eau, voire des chauffe eau instantanés et une brouette ☺ pour bouger bûches, sacs de pellets et radiateurs, j'ai 76 ans et donc l'expérience de la retraite et du déclin physique.

Vous auriez ainsi l'esprit plus libre et la trésorerie pour remettre en état quelques coins douillets dont vous pourriez profiter après plus de 25 ans à grelotter, pas de problème de fluides à gérer en cas de gel, juste des conduits à tuber, et laissez aux futurs occupants la responsabilité d'améliorer, ou pas, ce que vous aurez fait.

Bonne réflexion et bon courage,

Cordialement,

N.D.L.R. : Si j'agissais ainsi, je ne serais plus le PPF qu'on aime dans les chaumières. A tort ou à raison, je me suis assigné pour mission de laisser la Chaslerie "plus propre que trouvée en entrant". A quoi cela servirait-il de restaurer l'enduit des murs, par exemple, si l'on devait ensuite les casser de nouveau pour encastrer des tuyaux de chauffage ? Je compte avancer à mon pas, autant et aussi longtemps que je le pourrai, mais sans jamais dévier de ma ligne : ne pas transiger avec la qualité. Et si je dois crever de froid un jour, tant pis, on en trouvera, probablement, que cela réjouirait.
A propos de l'aquathermie et de son entreprise, le foreur rencontré hier, David BREBANT, m'a transmis, outre ses devis, les trois documents suivants :
- une plaquette de la DREAL sur les réglementations applicables ; elles ne manquent pas !
- une fiche synthétique sur les forages d'eau,
- une liste de ses références.

Je retiens de la fiche synthétique que tout forage de ce type se traduirait par une nette excroissance en surface du terrain, ce qui, indépendamment du reste, aurait tendance à me déplaire et m'obligerait, à tout le moins, à renvoyer lesdits forages hors du champ visuel habituel, c'est-à-dire, par exemple, derrière le talus planté de houx.
Le plombier recommandé par Gontran ACHARD de la VENTE est revenu me voir ce matin pour me présenter son devis corrigé d'installation géothermique.

A cette occasion, je l'ai entraîné au rez-de-chaussée du colombier et nous avons dialogué à propos de l'aménagement de ce volume et de l'encombrement des pompes à chaleur qu'il serait question d'installer là (aussi bien en cas de recours à la géothermie qu'à l'aquathermie), sans doute deux dans un premier temps, puis une troisième au moment où serait lancée une phase ultérieure de travaux d'habitabilité.

Les deux premières pompes à chaleur auraient vocation à desservir le bâtiment Nord, le rez-de-chaussée du logis et - pourquoi pas ? - le colombier et même la chapelle.

Puis, dans la salle-à-manger du logis, nous avons discuté des dalles et des isolants à prévoir au sol.

Dans la foulée, j'ai prévenu Arnaud PAQUIN que je souhaiterais qu'il se prononce sur ces questions (à mes yeux indépendantes du choix du plombier) lors de sa première réunion de chantier, programmée pour mardi prochain.

A ce stade de mon instruction du dossier, je dois avouer que ma préférence va plutôt à la géothermie profonde malgré sa moindre efficacité énergétique que l'aquathermie et le coût nettement plus élevé de ses forages. Je doute en effet que les forages d'eau permettent de trouver un débit suffisant dans le secteur et je suis informé que l'eau étant ici ferrugineuse, l'aquathermie obligerait à un entretien fréquent du mécanisme qui n'aurait pas lieu d'être avec la géothermie. Et il est clair que je n'aime pas les édicules de béton que nécessiterait l'aquathermie, je trouve que cela porterait atteinte au caractère bucolique de mes parages favoris. Autrement dit, je valorise cher la facilité d'entretien et le caractère non invasif du mécanisme.
On se souvient que, lorsqu'il a arraché le plancher des combles du colombier, Christian m'a recommandé d'utiliser les lattes de chêne pour installer une deuxième isolation thermique sous la couverture tout en préservant la vue sur les chevrons. Il proposait même d'exposer à la vue la face non cirée des lattes.

En prévision de la première visite de chantier d'Arnaud PAQUIN, je lui ai demandé de mettre en place un échantillon afin de faire valider sa proposition par l'architecte. Voici le résultat :

17 mai 2018.

17 mai 2018.

17 mai 2018.

Christian a prévu que l'air circule entre les lattes et le "Skytex".

17 mai 2018.

17 mai 2018.

Sous réserve de l'appréciation de l'architecte, ce travail me paraît digne du label "qualité FOURCADE".
Mon cadet m'a demandé plusieurs fois pourquoi, puisque je reconnais que sa compétence est rare, je n'avais pas fait plus d'efforts pour renouer avec le précédent architecte du patrimoine.

Chaque fois je lui ai répondu, à son grand étonnement, que j'ai besoin d'éprouver de la sympathie pour mes co-contractants, faute de quoi je ne prends aucun plaisir à travailler avec eux, et que ce besoin est déterminant pour moi (toujours cette affectivité excessive que Philippe JAFFRE me reprochait lorsque j'étais son adjoint au Trésor, il y a près de 40 ans).

Avec le nouvel architecte du patrimoine, Arnaud PAQUIN, il me semble que cette qualité de relation que je privilégie existe déjà. Il a tenu aujourd'hui sa première réunion de chantier à la Chaslerie, elle a duré trois heures, je l'ai suivie debout et j'en sors lessivé physiquement :

22 mai 2018.

22 mai 2018. De gauche à droite : Cédrick COOS et Sébastien DUVAL (entreprise BODIN), Christian MONNIER (APIJOMM), Sébastien LEBOISNE et Arnaud PAQUIN.

La partie "a priori" la plus importante de l'ordre du jour portait sur le lancement de la 1ère tranche de restauration des menuiseries extérieures du logis.

A ce sujet, Arnaud PAQUIN a observé le dessin à échelle 1:1 préparé par Sébastien LEBOISNE...

22 mai 2018.

22 mai 2018.

22 mai 2018.

Le débat a porté sur les petits bois et, plus particulièrement, sur le type de vitrage à prévoir, un sujet technique à propos duquel Arnaud PAQUIN reprendra l'attache du spécialiste de la D.R.A.C.

22 mai 2018.

A noter que Sébastien LEBOISNE a un carnet de commandes qui l'empêche de commencer la réalisation de ces menuiseries avant septembre prochain.

Pour ce qui concerne le lot "maçonnerie" de cette tranche 1, le débat a porté pour l'essentiel sur le type de rejingots à prévoir :

22 mai 2018.

Mais nous avons également examiné diverses questions extérieures à la tranche 1, comme la façon de s'y prendre pour faire sauter la base en béton de la cheminée du 1er étage du colombier sans risquer de faire s'écrouler le conduit :

22 mai 2018.

Il y a eu un débat intéressant sur le type de lucarnes à prévoir sur le colombier, sujet sur lequel Arnaud PAQUIN sollicitera également l'accord de l'expert de la D.R.A.C.

Christian a montré son échantillon d'isolation des combles du colombier. Celui-ci a plu, sous réserve de montrer l'avers du parquet utilisé.

Dans le logis, Christian a fait part de ses idées pour régler le problème des poutres pourries.

Mais la question la plus délicate du jour portait sur la suite à donner à mon projet de percer un passage entre l'actuelle chaufferie et la future (?) salle de petit-déjeuner. A ce propos, Arnaud PAQUIN a fait part d'extrêmes réserves, afin d'éviter de faire subir les derniers outrages à l'une des quatre meurtrières du rez-de-chaussée de la tour Nord-Est.

Or on se souvient que mon idée de percement avait résulté d'une longue et douloureuse réflexion, cet hiver, sur la meilleure façon pour moi d'organiser l'habitabilité du rez-de-chaussée du bâtiment Nord et de la tour Nord-Est. Cette question avait entraîné un clash retentissant avec mon aîné et ma belle-fille. Dans ce contexte, mon idée de percement était une tentative de sortie de ce débat par le haut, sur la base d'un compromis familial qui puisse être, dans la meilleure hypothèse, mutuellement acceptable.

La nette réaction d'Arnaud PAQUIN, venant après les remarques de Sébastien DUVAL ce matin, a fini par m'ouvrir les yeux : mon idée de percement était mauvaise dans la mesure où, en plus de ses difficultés élevées de réalisation (en particulier où et comment placer le linteau ?), elle était de nature à porter atteinte à l'intégrité et à la cohérence de la tour en cause (et ceci nonobstant le fait que la construction du bâtiment Nord avait déjà, au début du XIXème siècle, obstrué le "nécessaire flanquement réciproque" - pour reprendre une expression de Nicolas GAUTIER - des défenses de ladite tour et de la tour Louis XIII).

Après tout, je me dis qu'"il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis". Si salle de petit-déjeuner il doit y avoir un jour, on s'y rendra en passant par la salle-à-manger, ce qui n'est pas un drame. Bien sûr, cela plombe mon idée d'une cuisine sur deux des travées du bâtiment Nord plutôt que sur les trois souhaitées par ma belle-fille. Donc il va sans doute falloir que je cherche un autre endroit pour mon futur (?) bureau-bibliothèque ; peut-être dans le "cul-de-basse-fosse" de la tour Sud-Ouest. Bref, je me serai battu pour rien. Rien de rien.

Encore faudra-t-il voir quel combustible je pourrai retenir, ce qui est encore de nature à rebattre complètement les cartes. A ce sujet, Arnaud PAQUIN m'a encouragé à me pencher de nouveau sur le bois, la chaufferie étant alors installée dans la charretterie. Que tout cela est délicat !

Bref, une deuxième réunion à la Chaslerie est programmée entre Arnaud PAQUIN et moi pour la mi-juin. J'espère que, d'ici là, j'aurai réussi à vider de ses derniers meubles le premier étage du logis. Nous pourrons ainsi caler le choix des matériaux isolants à prévoir au sol et au plafond du rez-de-chaussée du logis.

P.S. : Avant que je ne l'oublie, je le note : j'ai rappelé à Arnaud PAQUIN mes désirs (1) qu'il ne tarde pas à solliciter une subvention de la D.R.A.C. pour la 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis, (2) qu'il mette en route la réflexion sur l'escalier dit "en facteur commun" pour l'"aile de la belle-mère" et (3) qu'il prépare, en vue de la mise au point d'un dossier de mécénat, le programme chiffré de la restauration intérieure du logis.

J'ai en revanche omis de lui reparler du dossier pour la compagnie d'assurance à la suite des dégâts des eaux à répétition de ce début d'année.

P.S. 2 (du 23 mai 2018) : J'ai également omis de demander à Arnaud PAQUIN des conseils pour le drainage du pied des murs sur cour.

Lui m'a promis de me donner les références d'une peinture sang de bœuf qui ne fane pas sous les ultra-violets.
J'ai téléphoné ce matin à Hubert POISSON, l'excellent régisseur du château de Canisy, pour savoir s'il était toujours content de son chauffage au bois déchiqueté. Il s'est souvenu de moi, à qui il avait fait visiter sa remarquable installation il y a quelque chose comme 4 ou 5 ans ("Ah oui, le Monsieur avec les épis de faîtage") mais m'a pourtant avoué qu'il ne fait pas partie de notre fan-club favori, ce qui est quand même un gros défaut pour un homme de cette qualité.

Il me recommande vivement d'opter à la Chaslerie pour la géothermie profonde, la chaufferie au bois comportant, selon lui, trop de manipulations et d'entretien pour un bâtiment de la taille de notre manoir favori et pour quelqu'un comme moi.

Voici un avis qui pèsera lourd dans ma balance.
Bien sûr, il y a quelque chose de complètement dingue dans mon mode de vie, moi qui vis seul, quasiment en permanence, dans une aussi grande bâtisse et qui, en me serrant la ceinture comme un malade, engloutis jusqu'à mes derniers picaillons dans sa restauration. Moi qui, de surcroît, m'apprête à me coller une dette sur le dos jusqu'à mes 82 ans.

Je me souviens m'en être fait la réflexion dès la première nuit que j'ai passée, déjà seul, à notre manoir favori. C'était en juin 1991, j'avais donc 39 ans, je venais de signer le jour-même l'acte d'achat et, déjà insomniaque (puisque je le suis depuis le krach de 1987), dans mon lit pliant, dans la chambre qui se trouve au-dessus de la salle-à-manger du logis (toujours en travaux 28 ans plus tard), j'avais le sentiment de me retrouver seul, moi l'ancien midship, sous les étoiles, comme à la passerelle d'un immense cargo avançant, vide, dans le silence de la nuit au milieu de l'océan.

La deuxième fois où j'ai ressenti la disproportion de mon effort, ce fut lorsque, pour complaire aux normes débiles de l'administraaaâââtion en charge du calibrage des fosses septiques (on trouve vraiment de tout dans ce pays), j'ai vu le terrassier enfouir sous le "Pournoët" un dispositif qui ne saturerait pas si un régiment d'une quarantaine de personnes, toutes atteintes de diarrhée, occupait un jour notre manoir favori. Manifestement, le truc était grotesque pour mon usage seul mais voilà, c'était la loi et je devais régler la note sans broncher.

La troisième fois, c'est maintenant où je dois me lancer dans l'installation d'un dispositif de chauffage suffisant pour couvrir le bâtiment Nord, le rez-de-chaussée du logis et, ai-je ajouté hier dans ma définition de la première tranche à chauffer, le colombier ainsi que la chapelle (cette dernière à maintenir hors-gel). Tout cela n'est pas neutre car cela implique si, comme probable, je retiens la géothermie profonde, l'installation d'une grosse pompe à chaleur, donc, pour limiter les à-coups dans son allumage (qui sont susceptibles de causer son usure prématurée), l'interposition d'un ballon de 800 litres d'eau chaude censé jouer un rôle de tampon.

800 litres d'eau maintenue chauffée en permanence (du moins pendant les mois de chauffe) pour un homme seul, c'est énorme, viens-je de réaliser. Quasiment un mètre cube, ça en ferait des baignoires pleines (alors qu'il n'y en a toujours pas la moindre ici). Et, bien sûr, la facturation suivra, non seulement pour l'installation mais aussi pour l'électricité nécessaire pour un tel bazar.

Je ne vois pas comment m'en sortir pour programmer les travaux de restauration intérieure des pièces dont il s'agit. Une fois restaurée, chaque pièce aura besoin d'être chauffée. Mais, sans attendre que sa restauration soit achevée, je dois avoir fait poser les tubes de chauffage par le sol (ou les radiateurs), donc savoir quel revêtement de sol je prévois et quelle isolation thermique. Tant que ce chantier n'est pas suffisamment avancé, il m'apparaît idiot de risquer d'user prématurément la chaudière, donc de la brancher.

Mais, une fois la chaudière installée et allumée, je me retrouverai dans mon paquebot certes chauffé confortablement. Mais toujours seul, comme un con, comme le con que je suis et demeurerai "ad vitam aeternam" à ma passerelle sous les étoiles.

Pas simple, tout ça !
Bonjour,

Un petit truc pourrait vous donner une solution pour les tuyaux les plus éloignés d'éventuels systèmes de chauffage (ruban chauffant mise hors gel thermostat intégré, www.degre5.com).

C'est un exemple, il en existe d'autres, d'après mon électricien qui avait proposé ce système pour un passage un peu fragile dans les troglos de mon fils ça peut ne se mettre en route qu'en cas de gel, donc peu onéreux dans l'ensemble.

Votre chapelle n'est pas vraiment un lieu de vie permanent et pourrait se satisfaire d'un tel dispositif.

Si vous remplacez le ciment par des enduits à base de chaux votre confort sera déjà bien amélioré, et pour les cloisons je vous recommande le siporex, qui ne provoque pas de condensation, est parfaitement isolant, il existe en plusieurs épaisseurs et sa mise en œuvre est facile, et surtout réversible. Et surtout pas de placo, ça prend l'humidité et sans chauffage c'est pas jouable. En règle générale pas de plâtre nulle part, ça pourrit avec l'humidité.

Les granulés peuvent se trouver en sacs qui facilitent leur manutention et une palette ou deux devraient vous permettre de vous chauffer correctement.

Le plus coûteux serait l'achat des poêles et le tubage des conduits. Revoir vos ambitions à la baisse sur le problème du chauffage ne retirerait rien à vos mérites quand on constate l'ampleur de se qui est engagé pour la remise en état de l'intérieur et le maintien et l'embellissement des extérieurs.

Profitez bien de votre séjour en Sicile, vous allez vous régaler les yeux et le ventre.

Cordialement

N.D.L.R. : Merci pour vos conseils. Je vais étudier vos recommandations à tête reposée. Bien cordialement, PPF