Aile "de la belle-mère"

En fin de matinée hier, au moment où s'arrêtait leur travail, "les PICAULT" avaient fini de maçonner le passage entre le colombier et l'ex-"salon de la belle-mère" :

28 septembre 2018.

28 septembre 2018.

Voici une vue panoramique de l'intérieur du colombier qui indique où nous en sommes rendus avant la pose des poutrelles de béton et de leur hourdis qui devrait les occuper la semaine prochaine :

28 septembre 2018.

28 septembre 2018.

28 septembre 2018.

28 septembre 2018.

28 septembre 2018.

Un courriel hier en fin d'après-midi m'a transmis la facture de BODIN pour les travaux effectués au cours des derniers mois. Je n'avais pas anticipé ce total, ça fait vraiment mal. J'ai commencé à repointer mais les calculs sont exacts. Je vais me reporter aux devis pour pointer encore.

On pourra s'étonner que je découvre ainsi le total après avoir reçu les devis et lancé les travaux. Je reconnais que ma méthode d'engagement est quelque peu défaillante. Il faut dire qu'il y a désormais tellement de paperasses dans ma chambrette monacalo-monastique (qui me sert actuellement de bureau), et tant de dossiers (chiants) à suivre en de multiples domaines que je laisse parfois un peu trop flotter les rubans.

Même si je ne sais pas où en est Carole du versement de sa retraite, il est probable que mon programme 2018 de travaux, tel que j'en optimise avec soin le total pour des raisons fiscales, est proche de son terme. Avec la facture de PICAULT à venir, les salaires et charges de Christian et les impôts locaux à régler (une note plus salée d'année en année), j'arriverai à un total rondelet qui ne me laissera guère de place pour d'autres fantaisies. Il faudrait néanmoins, pour ne pas crever de froid cet hiver, que j'arrive à tout le moins à faire passer rapidement, dès qu'Arnaud PAQUIN arrivera enfin à nous en transmettre les plans, la fabrication d'au moins deux portes pour le bâtiment Nord.

Pourtant, il reste à trouver le financement du projet de chauffage par géothermie profonde que je devrais, idéalement, lancer sans trop tarder. A défaut, nous ne pourrions procéder aux forages en 2018, sauf à risquer de dévaster les abords immédiats du manoir. A ce sujet, je me dis que le plus rationnel à beaucoup de titres serait, à l'évidence, de ne pas tronçonner ce programme-ci en deux tranches. Mais où trouverais-je les 100 000 € nécessaires rien que pour ces 3 km environ de forages ? Et comment faire pour arriver à optimiser fiscalement un tel investissement en l'état définitivement déprimé des revenus de mon foyer fiscal de retraités ? Je crains donc de devoir repousser le premier coup de pioche en la matière à juin prochain, une fois que la terre sera redevenue suffisamment sèche pour supporter les engins. Ou bien je lance rapidement ces forages, mais avec facturation en 2019 et, alors, mon programme 2019 de travaux sera déjà plus que sursaturé. J'entends les cris d'orfraie de mes proches qui se plaignent constamment de la lenteur de mes travaux. Ou, pire à mes yeux, qui se satisferaient, comme ils ne manquent pas de me le rabâcher, de travaux bâclés ou bas de gamme pour ne pas gêner leur petit confort passif. Le fait est qu'avec moi, en ce domaine au moins, ils sont servis...
La pose des poutrelles vient de commencer, en présence de Vincent PICAULT :

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

Il faut couper les ferrailles qui dépassent :

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

La première poutrelle est ainsi arrivée à poste :

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

Compte tenu de la forme du colombier, elle ne sera pas collée au mur et affleurera les linteaux en béton des fenêtres des années 1950 :

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

"Les PICAULT" se sont vite heurtés à une difficulté...

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

... puisqu'à la suite d'une erreur de commande...

1er octobre 2018.

... les hourdis n'avaient pas l'épaisseur recommandée par l'architecte :

1er octobre 2018.

Ils ont néanmoins continué l'installation des poutrelles...

1er octobre 2018.

... ce qui a fini par donner à l'ancienne "cuisine-provisoire-qui-dure" un petit air de mosquée de Cordoue:

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

A noter que, comme m'en avait prévenu Nicolas, cette pièce a bien un plan en forme de parallélogramme, ainsi qu'on le constate également du côté Est :

1er octobre 2018.

1er octobre 2018.

S.M.S. envoyé à mon aîné ce jour à 3 h 29 : "Si ce notaire est nul, il te faut t'en trouver un autre. Ras le bol d'attendre indéfiniment cette restitution de parts de SCI."

Ou alors, devrais-je ajouter, il faudra que mon aîné, nu-propriétaire abusif, supporte le coût des travaux dans l'"aile de la belle-mère", y compris les prochains forages. Il ne fait aucun doute que lui, dont ce serait le devoir, au moins légal, en aurait largement les moyens.
Christian doit passer en cette fin de journée chez le droguiste de Domfront pour lui demander quel produit il préconise pour décaper les lattes de parquet cirées. Même sans ce traitement, il nous semble que les premiers résultats du doublage de l'isolation thermique sont encourageants :

2 octobre 2018.

2 octobre 2018.

Les clous sur la travée de droite sont provisoires, destinés à faciliter la prise de la colle au silicone que Christian utilise pour fixer ces lattes sur des baguettes qu'il a clouées aux chevrons. Il me dit que cette colle est sans problèmes.
Christian, que j'en remercie, m'a transmis hier matin les trois photos horodatées suivantes qui me permettent de suivre à distance et en temps réel l'évolution de notre chantier favori :

4 octobre 2018.

4 octobre 2018.

4 octobre 2018.

Je me déclare très satisfait du travail de l'entreprise PICAULT.

Pour la suite, j'attends que nous y voyions plus clair dans un débat en cours pour leur confier, si leur devis me convient, la pose d'une chape appropriée, au sol de la "pièce dévastée" du logis.
J'avais espéré qu'Arnaud PAQUIN resterait assez longtemps au colloque de Cerisy pour que nous puissions échanger sur toutes les questions qui sont en suspens de son fait, certaines depuis des mois.

Mais il n'y a fait qu'un passage-éclair samedi matin...

6 octobre 2018.

... de sorte que, las d'attendre, je demande à Christian de me bricoler une séparation étanche au froid entre la salle-à-manger du logis et la "cuisine-provisoire-qui-ne durera-pas" du bâtiment Nord.
Voici ce qu'est devenu notre chantier favori après mes deux jours ouvrés et demi d'absence :

- "les PICAULT" ont provisoirement quitté les lieux :

8 octobre 2018.

8 octobre 2018.

- le chantier sous les combles du colombier n'a que très faiblement progressé :

8 octobre 2018.

8 octobre 2018.

- les abondantes pluies du week-end n'ont pas provoqué un 13ème dégât des eaux de l'année dans l'ex-"salon de l'aile de la belle-mère", ce qui est d'autant plus heureux que, d'une part, je reste en attente du rapport demandé à Arnaud PAQUIN à ce sujet depuis des mois et que, d'autre part, malgré mes demandes réitérées, le mobilier provisoirement stocké là (provenant de l'ex-"cuisine-provisoire-qui-dure") n'a toujours pas bougé d'un poil :

8 octobre 2018.

Bientôt, l'ex-"salon de l'aile de la belle-mère" pourra être inondé sans grand risque cette fois pour le mobilier :

8 octobre 2018.

Sous les combles, le chantier a également progressé :

8 octobre 2018.

A noter que, par ailleurs, "Enedis" me relance pour que je cède à leur racket en vue d'installer un nouveau transfo apte à supporter l'installation de géothermie profonde.

Il va falloir que je me décide à plonger...

Or, point nouveau, le plombier de Falaise, à qui j'ai suggéré de me faire crédit, y serait prêt si je réussis à mettre en place des garanties. Voici qui serait utile pour moi sur le plan fiscal. Ainsi, on progresse mais on bute toujours sur le même problème.
Rendez-vous ce matin, à la mairie de Domfront-en-Poiraie, avec Bernard SOUL, le maire, et Bernard DAVY, son adjoint en charge de la répartition de la manne régionale en faveur du tourisme médiéval domfrontais :

10 octobre 2018.

Comme toujours, j'ai apprécié leur écoute et la sympathie de leur accueil. Je leur ai présenté le projet de mise en place d'un dispositif d'illuminations extérieures de notre manoir favori. J'ai également dit un mot de l'insuffisance du fléchage routier des principaux sites et monuments du secteur. J'ai rappelé mon désir de favoriser la fréquentation touristique de notre manoir favori, y compris en cette période de chantier intérieur.