Aile "de la belle-mère"

Pose des ardoises sur les lucarnes...

24 avril 2014.

... sans oublier les protections de plomb :

24 avril 2014.

P.S. : Et ça recommence... Pourtant je me suis bien gardé de retoucher à "Photoshop". On attendra mardi pour réparer cela avec Tom. D'ici là, je m'abstiendrai de mettre en ligne des photos au format "portrait".

P.S. 2 : Malgré ces petits soucis, voici où nous en sommes rendus en fin de journée :

24 avril 2014.

Comme Louis DEIN vient de me prévenir que les chatières sont prêtes, il semble probable que le chantier sera terminé d'ici la fin de la semaine prochaine. A l'enlèvement des échafaudages et au nettoiement du chantier près, sans doute. Sans oublier les coulures de tanin à faire disparaître. Et j'ai demandé à Roland BOUSSIN de remplacer les ardoises tombées, sur le logis et la tour Louis XIII, ainsi que de démousser le dôme d'entrée et la tour Louis XIII, comme on le fait périodiquement.

Cette fois-ci, les chatières ont la bonne couleur :

26 avril 2014.

Pour me remonter le moral sur la route vers Yvignac-la-tour, j'ai fait étape à Cancale...

26 avril 2014, le Mont Saint-Michel au loin, vu de Cancale.

... où j'ai dégusté, dans l'ordre, 12 huîtres creuses locales, 12 belons n° 1, puis 2 belons "pied-de-cheval", avant de me repaître de certaines galettes dans la rue qui monte, après quoi j'ai tâté d'un kouign amann chez "Grain de vanille" (mais ce gâteau devait m'avoir attendu trop longtemps car il était sec comme un coup de trique donc complètement raté), pour terminer par une glace en cornet au "citron norvégien".

Dans la foulée, bonne nouvelle, j'ai appris chez notre ami Louis DEIN (dans la famille duquel les aînés portent successivement les prénoms Paul et Louis, ainsi que je l'ai découvert sur la toile) que sa mère, Cécile DEIN, réalise de très beaux carrelages. Idée à retenir, dans un premier temps, pour le cabinet de toilettes de ma chambre mortuaire (pardon, de mon futur bureau).

Réunion de chantier ce matin, à l'initiative de M. MAFFRE. M. BOUSSIN en a bientôt fini avec la restauration de la charpente et de la couverture des écuries. Il va démonter ses échafaudages. Mais je n'ai pas compris si nous ne devrions pas profiter de leur présence pour peindre en rouge le bois des lucarnes.

La laideur des casts sur la façade Ouest des écuries demeure, hélas, particulièrement frappante, qu'on les observe de loin (leur pellicule métallique censée en supprimer l'entretien offre une vision indirecte, parfaitement incongrue, sur le ciel) ou de près (leurs articulations proéminentes leur confèrent un "look" orthopédique des plus disgracieux). J'espère que ces horreurs ne feront pas long feu et que M. MAFFRE acceptera de régler ce problème (qui ne lui est nullement imputable) le plus tôt possible.

Voici le texte du courriel que m'a adressé M. MAFFRE hier soir :

(début de citation)

M. Fourcade, bonsoir,

Pour faire suite à ma visite de lundi dernier et comme convenu, voici les principaux éléments à retenir :

Concernant la toiture de l'ancienne écurie :
- les façades en bois des lucarnes neuves doivent être peintes (peinture micro-poreuse) en gris, entre le ton de l'ardoise et le gris moins soutenu des encadrements en granit des baies.
le gris "ardoise" est le RAL 7015 (de mon point de vue, un peu foncé) ; un gris "Souris" RAL 7005 serait peut-être mieux : il faut juger en place.
Pour éviter les coulures de tanin de chêne, il serait opportun de mettre une sous-couche adaptée (produit existant dans toute le marques - blocage des tanins).
- Sur les rives d'ardoises et tuiles, les noquets en plomb doivent être recoupés au plus près et matés dans une rainure. La bande visible doit être la plus réduite possible (2 à 3 cm).
- Pour le faîtage, une validation par photo peut être faite sur les crêtes de coq.

Réunion préparatoire aux travaux 2014 :
- Dans le bureau (aile Nord) :
Boiseries - ajuster les profils suivant mise au point : table principale avec double moulure, simple sur table secondaire, moulure chapeau dessus de porte à ajuster, porte à inverser (poussant gauche). Plinthe à passer à 12 cm de haut pour intégrer les prises.
Electricité : inverser inter et prise au niveau de la porte (à droite en rentrant), déplacer toutes les prises pour intégration dans les plinthes (12 cm de haut), replacer attentes (fils lovés) pour éventuelles appliques (tracé rouge au mur). Vérifier câblage pour internet (RJ45 Cat 6). rajouter 2 fourreaux vide de 25 mm derrière la plinthe pour potentiels compléments ou évolutions.
- Palier bas logis :
Revoir répartition des marches descendantes.
Revoir calepin sous sanitaires (privilégier les grandes dalles et celles lisses dans la zone sanitaire).
Compléter fourreaux vides (réserve) sous palier entrée (entre les 2 pièces attenantes).
Achever pose des réseaux de plomberie.

Restant à votre disposition.

PS: nous avons profité de cette visite pour faire quelques relevés afin de vérifier les plans récupérés.
Nous préparerons un devis sur le colombier (autorisation de travaux sur MH + suivi) suivant ces mises au point.

Crtd.

(fin de citation)

Travail impeccable, rapide, clair et précis. La Chaslerie a enfin un bon architecte, ce qui me change la vie !

Comme on le constate, on n'attend pas d'avoir reçu les autorisations administraaaâââtives requises (ou, le cas échéant, des remarques ou observations) pour préparer le terrain, de manière à comprimer au maximum les délais de réalisation. Ceci avec le souci qu'un maximum du programme 2014 de travaux soit réalisé en temps utile pour le mariage. Mais, d'ores et déjà, je ne vois pas comment nous y arriverons ; on va tâcher de faire au mieux.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 3 mai 2014
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Peinture - Aile "de la belle-mère"
0
Finalement, Carole reste à Paris ce week-end. Cela devrait permettre à Igor de terminer son travail dans l'entrée du bâtiment Nord avant la prochaine visite de ma chère et tendre (sans doute pour le pont du 8 mai).

2 mai 2014, le ponçage de l'enduit.

Avec un peu de chance, tous les plastiques de protection de l'escalier auront été enlevés d'ici là.

Je lis l'encart consacré à la géothermie dans le dernier numéro de la revue de la "Demeure Historique" :

Cette idée d'enterrer un réseau de tubes à moins d'un mètre de profondeur ne me plaît pas beaucoup ; elle suppose d'importants terrassements et me paraît interdire nombre de plantations à l'avenir.

Quant aux forages profonds, j'ai entendu dire qu'il n'y avait pas de nappe phréatique sous la Normandie, au contraire du Bassin Parisien et du Nord.

On va néanmoins jeter un coup d'œil aux sites indiqués, celui de l'Ademe (il y a une faute de frappe dans l'encart) et le gouvernemental...