Aile "de la belle-mère"

Bonjour,

Les pavés de la cour ayant valeur historique, est-il possible de les utiliser en réemploi après installation des canalisations et nivellement ? quelques allées en pavés nivelés pour le confort des déplacements.

Cordialement

N.D.L.R. : Très franchement, je n'en sais rien à ce stade. Il s'agit moins de pavés au sens où je l'entends que de pierres locales ordonnées de façons rationnelles bien que peu intelligibles à mon humble avis. Elles me semblent, pour beaucoup d'entre elles, très fatiguées et difficilement réutilisables en l'état. Bien sûr, quoi que l'on fasse, il y aura un gros travail de nivellement à effectuer car leur surface est très bahutée par suite de plusieurs siècles de manque d'entretien, sans parler des lacunes boueuses ni des limites apparentes du pavage initial.

Quant à l'enfouissement des canalisations de chauffage, il supposerait, en tout état de cause, que j'aie reçu au préalable les préconisations du bureau d'études mandaté. Il est vrai que, plus les semaines passent, plus je peux craindre qu'Igor ne soit plus ici pour se charger, avec le soin que nous lui connaissons, de travaux nécessaires.

On devrait sans doute en savoir davantage dans les prochaines semaines, le dossier ayant, semble-t-il, retenu également l'attention des meilleurs experts.
Igor est passé me voir ce matin, frais et dispos. Selon le document médical qu'il m'a remis, il s'est blessé au tendon extenseur de l'annulaire gauche.

Nous avons commencé à évoquer sérieusement la suite de sa collaboration avec l'APIJOMM. Son C.D.D. prendra en effet fin avant son arrêt de travail. Et il est toujours désireux de partir en formation dans sept mois.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 30 janvier 2020
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Electricité - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 30 janvier 2020 06:09
À : Julien Robveille <jrobveille@gmail.com>
Objet : RE: démarrage

Cher Monsieur,

J'ai un imprévu : mon employé s'est blessé, est en arrêt de travail et ne sera pas de retour avant le début mars.

Or j'avais prévu qu'il profite des quelques jours de répit que vous lui accordiez, ce qui lui permettait de terminer son travail de menuiserie sous les combles du colombier. Là, le travail est interrompu (il reste environ deux terrassons sur quatre à traiter), les poutres et les chevrons sont poussiéreux à la suite de son intervention, ainsi que les lattes de parquet posées entre les chevrons.

Ne serait-il pas préférable de repousser votre intervention afin de lui permettre de terminer la sienne en vous laissant place nette ? Si oui, cela signifierait que votre intervention serait retardée de six semaines.

Merci de me dire si vous pouvez vous adapter à cette nouvelle situation ou si vous vous en tenez au planning précédent.

Bien cordialement,

PPF

_____________________________________________________________________________

De : Julien Robveille <jrobveille@gmail.com>
Envoyé : lundi 27 janvier 2020 08:41
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: démarrage

Bonjour Mr Fourcade,
Je pense qu'il serait plus judicieux que vous soyez présent pendant notre première intervention (2-3 jours).
Peut-on décaler d'une semaine et prévoir le 10-11-12 février ?
Bien cordialement
Julien Robveille

_____________________________________________________________________________

Le mer. 22 janv. 2020 à 19:41, Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com> a écrit :

Très bien pour ce lundi.

Mais je serai absent le mardi et le jeudi de cette même semaine. Et très pris le vendredi.

(Cette semaine sera exceptionnellement chargée pour moi).

Donc à vous de voir si cela est compatible avec votre façon de procéder.

_____________________________________________________________________________

De : Julien Robveille <jrobveille@gmail.com>
Envoyé : mercredi 22 janvier 2020 19:19
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : démarrage

Bonsoir Mr Fourcade,

Je reçois les spots pour faire les essais en milieu de semaine prochaine.
Nous pourrions démarrer le lundi 3 fevrier.
Est-ce que cela vous convient ?

Cordialement.

Julien Robveille

S.A.R.L. ROBVEILLE ELECTRICITE
Tel : 02-31-73-63-70
Fax : 02-31-73-86-50
Portable : 06-89-14-55-79
www.robelec.com

(Fin de citation)
Comme je l'ai déjà dit de nombreuses fois, ce site a pour moi le très gros avantage de me permettre de retrouver très facilement la moindre information très pointue qui y aurait été mise en ligne. Ceci tient à la présence de deux moteurs de recherche, l'un sur le site-même, l'autre dans la "tour de contrôle".

Ainsi, je viens d'entrer "taux de subvention" dans le moteur de recherche de la "tour de contrôle" et, grâce à cet outil très performant, j'ai immédiatement retrouvé le texte d'un courriel d'il y a trois ans environ où j'expliquais à la tutelle les réalités de ma comptabilité et les ratios que j'en tirais. J'avais immédiatement cantonné ce texte à la partie "Privé" du site, plus précisément sous l'onglet "Privé/Finances etc" ; donc, en procédant comme moi, vous ne le retrouveriez pas et tomberiez sur une impasse (sauf à disposer du mot de passe nécessaire, ce qui n'est le cas que de trois personnes à ce jour, à savoir Guillaume GENDRAUD, ès-qualité de "geek en charge", ma belle-fille et moi).

Or, selon l'ami dont j'ai fait état hier, il ne serait pas inutile que je me tienne prêt à répondre à ce sujet à l'exaspération, si j'ai bien compris (mais je n'en suis pas sûr), de prochains interlocuteurs qui trouveraient que je me plains trop en la matière alors que, selon eux, je serais bien loti.

En réalité, il semble que ces interlocuteurs et moi, lorsque nous évoquons ledit ratio, nous ne mettions pas les mêmes choses au numérateur et au dénominateur, ce qui n'est certes pas la meilleure façon de parvenir à un diagnostic commun. Et, bien naturellement, ma façon de voir aboutit à minorer ledit ratio quand je trouve que la leur a l'effet inverse. Il faut donc que j'explicite mon mode de calcul et, pour commencer, que j'actualise mes chiffres, au moins en les complétant sur la période la plus récente (ce qui amènera, d'ailleurs, à distinguer entre subventions programmées et subventions reçues). Je compte m'y employer, avec toute la sérénité nécessaire, avant leur prochaine visite, de manière à favoriser le caractère constructif de nos échanges, ce qui est évidemment mon seul but à leur sujet.
Je viens d'avoir une conversation téléphonique de 1 h 15 - pas moins ! - avec l'architecte du patrimoine en charge des prochains travaux déjà programmés et résolue à avancer, là comme ailleurs, dans les meilleurs délais, ce qui est de nature à me ravir. Pourtant ceux qui me connaissent savent que je n'aime guère le téléphone, donc que j'y suis volontiers expéditif.

Nous avions, il est vrai, beaucoup de choses à nous dire, tant la transcription en termes formels des réalités du terrain suppose d'ordre et de méthode.

Mais excellent climat entre nous, c'est clair. Même si, de mon point de vue, il reste des boulons à serrer (toujours ce foutu côté perfectionniste qui ne me simplifie pas toujours la vie...). Espérons que ce climat constructif augure d'une période faste pour le chantier favori !
Sur la base du tableau modifié par l'architecte du patrimoine au cours de notre longue conversation téléphonique d'hier après-midi, je sens que je vais devoir passer de longues heures à pointer les différents chiffres collationnés.

L'enjeu de ce travail est de pouvoir présenter à la D.R.A.C. un récapitulatif détaillé des prochaines phases du chantier pour lesquelles soit des subventions ont été obtenues dont le versement n'a pu encore être demandé, soit des subventions seront sollicitées (au moins pour mon compte, c'est-à-dire avant le relais espéré par mon aîné).

Pour la tranche 1 de restauration des menuiseries extérieures du logis, la définition des rubriques de ce tableau sera facile. Pour la tranche 2, il me faudra expliciter un scenario souhaitable et compatible avec les enveloppes existantes. C'est pour la tranche 3 et pour les tranches ultérieures à mettre en place pour d'autres travaux que les choses se compliqueront. Il faudra que je vérifie si le scenario recommandé à ces sujets par l'architecte du patrimoine est compatible avec mes contraintes financières (il y aura, à ce sujet, une grande incertitude pour moi avant, au mieux, le 15 février prochain, date à laquelle je devrais savoir si mon candidat-acquéreur de "Pontorson" a obtenu le feu vert de sa banque) ou pratiques (dues au souci d'avancer dans l'habitabilité, c'est-à-dire, prioritairement, dans l'installation d'un chauffage efficace et approprié).

Je pourrai ensuite préparer, à la demande de l'architecte du patrimoine et en liaison avec elle, la note de synthèse destinée à la D.R.A.C. qui pourra être débattue le 7 février prochain avec les représentants de celle-ci et en présence - je l'espère - de ladite architecte du patrimoine. J'ai en effet prié hier cette dernière de participer à cette réunion, importante à mes yeux pour la bonne programmation de notre chantier favori.
Au cours de ma longue conversation téléphonique d'hier avec l'architecte du patrimoine, j'ai informé celle-ci que M. LESCROART a mis fin à la mission d'"assistant à la maîtrise d'ouvrage" que je lui avais confiée.

Le rôle de M. LESCROART était principalement de m'aider à recruter un nouvel architecte du patrimoine en succession de Benoît MAFFRE (la relation avec le très sympathique et compétent Arnaud PAQUIN n'ayant jamais pu être contractualisée ; c'est néanmoins Arnaud PAQUIN qui nous avait aiguillés vers l'architecte du patrimoine avec qui j'ai finalement conclu, ce dont je suis très reconnaissant à Arnaud PAQUIN, un gentleman à cette occasion ô combien critique). A titre accessoire et compte tenu des compétences dont témoigne assurément sa longue et brillante carrière professionnelle, M. LESCROART m'avait également aidé, pendant la période où il était chargé d'intervenir pour mon compte, à résoudre un certain nombre d'autres problèmes, techniques ou de documentation, relatifs à notre chantier favori ; ce fut le cas notamment à propos du si lancinant problème des dégâts des eaux récurrents dans l'aile Ouest face auquel j'étais bien seul, problème qui, malgré sa difficulté, a ainsi pu être réglé avec une grande efficacité. Enfin, toujours dans le cadre de sa mission, telle du moins que je l'entendais, M. LESCROART avait à dialoguer avec moi et à m'épauler dans les cas où je ressentais le poids d'une certaine solitude ou de quelque lassitude face à des formes d'adversité, réelles ou supposées ; un rôle de confesseur en quelque sorte, sinon d'accoucheur, au moins d'idées ; c'est sans doute à ce titre que son écoute policée et bienveillante me manquera le plus.
Journée consacrée presque entièrement à vérifier les chiffres entrés par l'architecte du patrimoine dans le tableau récapitulant la mission dont elle s'estime limitativement investie et qu'elle appelle "EXE". En clair, la restauration des menuiseries extérieures du logis et celle des lucarnes du colombier et des écuries (mais pas les lucarnes pourtant moribondes de la tour Louis XIII, ni davantage la restauration des menuiseries extérieurs de l'aile Ouest autres que ces lucarnes, si ce n'est, exception à l'exception, les menuiseries métalliques de la tour Louis XIII). Bref, de quoi faire de sacrés nœuds de cervelle pour le plaisir. Et en laissant très largement de côté mes soucis d'habitabilité.

Sur ces bases peu satisfaisantes, j'essaye de répartir les sommes correspondant à cet "EXE" bizarre entre plusieurs tranches :
- une tranche 0 pour écluser les reliquats de subventions obtenues pour la restauration de la charpente et de la couverture du colombier,
- la tranche 1 et la tranche 2, autant que possible comme elles ont été autorisées (mais ce n'est guère faisable en réalité, sauf à introduire de la souplesse entre sous-enveloppes),
- une tranche 3 et une tranche 4 à définir, cette fois en commençant à prendre un peu en considération mes souhaits d'habitabilité.

Ainsi conçue, cette programmation présente deux inconvénients majeurs :
- optiquement, elle peut donner l'impression que je passe mon temps à réclamer des subventions, ne serait-ce que parce que, par manque d'architecte du patrimoine en charge depuis bientôt trois ans, des wagons sont restés à quai (les tranches 1 et 2), bien contre mon gré ;
- sur le fond, elle néglige totalement les missions que j'ai besoin de confier à un architecte du patrimoine qui voudrait bien les accepter, en vue de traiter également toutes les autres tâches qui sont à mon programme et qui excèdent largement "EXE", notamment :
. la restauration des menuiseries extérieures du colombier et de l'ancien "salon de l'aile de la belle-mère" : sinon quand espérer rendre habitable le colombier ?
. le traitement enfin de la problématique dite des "poutres pourries" au plafond de mon ancienne chambre au 1er étage du logis ; tant qu'on y est, la réparation du conduit de cheminée dont le haut de la séparation intérieure (j'insiste sur cette localisation) s'éboule un peu plus lors de chaque nouvelle tempête ; sinon, quand rendre habitable la moitié Nord du logis ?
. le dialogue enfin avec le bureau d'études, puis tout ce qui concerne l'installation du circuit du chauffage, y compris à travers la cour (donc y compris la problématique du pavage de la cour) ; sinon, comment rendre habitable quoi que ce soit de plus que le bâtiment Nord et ses 65 m2 déjà traités ?
. et encore plein de choses qu'il serait trop long d'évoquer ici.

Autrement dit, même en additionnant le coût des tranches 0 à 4, on est très loin du total que j'aurai à supporter, si du moins je veux pouvoir mettre à la disposition de mes proches et du public un minimum de pièces convenables pour les recevoir.

Voilà ce qu'il faudra que je parvienne à faire comprendre à mes interlocuteurs du 7. Si j'en crois ce qu'on me laisse entendre, je n'y suis pas encore arrivé et c'est bien ce qui m'inquiète car je ne sais plus comment m'exprimer.
A 20 h 45, j'ai enfin envoyé à l'architecte du patrimoine la note pour laquelle je souhaitais qu'elle dispose d'un temps suffisant pour la relire avant la réunion du 7.

A part un repas d'une heure à "La Terrasse" de Bagnoles-de-l'Orne (cette fois, j'ai été un peu déçu) et une sieste aussi réparatrice que bienvenue et qui aura duré deux bonnes heures (j'étais crevé), j'ai constamment bossé devant mon écran depuis 1 h du matin la nuit dernière. C'est beau la jeunesse !

Enfin ce pensum est derrière moi et, pour une fois, je ne me serai pas laissé allé à mes penchants pour la procrastination.

Là, je m'accorde un break de dernière chance avec Benoîte GROULT. Arriverai-je à m'intéresser un tant soit peu à ses histoires de fesses transatlantiques, de pubs irlandais, de crevettes et de homards du même métal ? Pas sûr. Non, pas sûr du tout.
En vue de la réunion du 7 février prochain, je viens de terminer la mise à jour du tableau que je tiens et qui récapitule, année après année depuis celle de mon achat, soit 1991, le coût de la possession de la Chaslerie.

Ces chiffres n'ont rien de fantaisiste. Ce sont ceux de mes déclarations annuelles de revenus. Ils sont étayés par les factures réglées, au nombre d'environ 200 chaque année, factures dont je transmets toujours la copie au fisc (bien que je n'y sois pas tenu).

Cette fois-ci, j'ai voulu vérifier dans quelle mesure l'inflation impacte les ratios que je calcule. A ma surprise, le taux cumulé de l'inflation au cours des 28 années sous revue (je n'ai pas encore préparé ma déclaration de 2019) n'est guère supérieur à 50 %. Je m'attendais à beaucoup plus car je me rappelle l'époque, au début des années 80, où elle franchissait allègrement la barre des 10%/an.

Les principaux résultats de mes calculs établissent ainsi que, en euros de 2018, la Chaslerie m'aura coûté, en plus de son prix d'achat et nets de subventions et autres revenus (fermages et droits d'entrée), 4,6 M€, soit environ 165 000 €/an.

Le rapport des revenus totaux que j'en tire au coût brut de sa possession est de 11,82 %. Ce ratio monte à 36,22 % si l'on ne retient au dénominateur que les dépenses subventionnées qui, sur la période, et toujours en euros de 2018, auront été pour moi de 1,7 M€.

Il y a évidemment de quoi être effaré par de tels chiffres. Et tout cela, pour ne pas disposer de plus de 65 m2 habitables après 29 ans de travaux continus. Voire pour être traité comme un petit garçon. Chacun pourra apprécier.