Administraaaâââtion

En y réfléchissant, je viens de trouver une 6ème difficulté à la pose des tuiles sur les terrassons du colombier. Elle tient au fait que ces terrassons sont peu pentus. Par voie de conséquence, les angles entre deux arêtes successives sont très ouverts, de sorte que les dernières tuiles près des arêtiers risquent, si l'on n'y prend garde, de devoir être taillées sur un côté d'une façon qui en gêne le bon cloutage.

J'en parlerai demain à Franck et Thierry. Une solution pourrait être de retailler plusieurs des dernières tuiles posées sur le même liteau, celles qui sont à proximité d'un arêtier. Mais il faudrait alors retailler également le côté inférieur de ces tuiles. Donc, au milieu des tuiles patinées par le fabricant, on verrait de dessous la ligne de coupe claire et franche. En plus, tailler plusieurs tuiles sur un même liteau représenterait un travail non négligeable. Donc je ne suis pas sûr que ma solution soulève l'enthousiasme.

P.S. du 10 septembre 2015 (en début de journée) : Je viens de discuter avec Thierry. Il me dit que ma solution est la bonne. La question est de savoir combien de tuiles il faudra retailler à proximité des arêtiers. Il me précise que la tranche visible serait grattée sur une pierre pour en enlever l'aspect lisse et brillant.

Il m'informe toutefois que Roland BOUSSIN lui a donné des tuiles de plus grandes dimensions, qui pourraient être utiles pour absorber la difficulté. Ceci sous réserve de vérification.

P.S.2 du 10 septembre 2015 (en fin de journée) : En vue de la réunion de chantier de lundi prochain, Thierry montre comment il résoud ces problèmes :

10 septembre 2015.

10 septembre 2015.

Comme on le voit, les premières tuiles près de l'arêtier ont été taillées dans celles fournies par Roland BOUSSIN. Seules du stock normal, les secondes tuiles ont été retaillées.

Comme on ne le voit pas, des feuilles de plomb assurent l'étanchéïté sous les tuiles des arêtiers.

A dire vrai, je trouve que les premières tuiles ont des largeurs trop analogues ; je me demande s'il n'aurait pas été plus seyant d'alterner deux largeurs de coupe. Par ailleurs, je me demande s'il n'aurait pas été mieux de retailler deux ou trois tuiles standard au lieu d'une. On verra dès lundi ce qu'en pense M. MAFFRE.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 10 septembre 2015
Journal du chantier - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Arboriculture-horticulture - Annonces - Dans l'Orne
0
Igor m'annonce ce matin qu'après s'être renseigné sur la toile (il va me fournir les liens), il constate que, le régime d'auto-entrepreneur ayant été durci, il est plus intéressant pour lui de rester salarié.

Je vais donc devoir regarder de plus près ce qui existe en matière de groupements d'employeurs.

Mon idée serait de recruter quelqu'un d'autre pour s'occuper des abords (herbes, fleurs, arbres), de concentrer Igor sur la maçonnerie mais, dans le souci d'alléger son coût pour moi, de lui trouver d'autres donneurs d'ordres dans les parages ; ceux-ci l'emploieraient comme salarié à temps partiel, en complément des heures, moins nombreuses qu'actuellement, qu'il continuerait à effectuer pour moi.

Thierry a répondu à ma dernière interrogation : les grandes tuiles fournies par Roland BOUSSIN ne sont pas assez larges pour permettre la découpe alternée que je souhaiterais ; Thierry sera même obligé de disposer des noquets de plomb sous les tuiles extrêmes pour qu'il n'y ait pas là de problème d'étanchéité.

Dommage car, au niveau des ardoises des brisis, il y a bien la découpe alternée que je trouve harmonieuse :

11 septembre 2015.

Il y aura donc un hiatus entre les modes de découpe aux arêtiers entre les ardoises des brisis et les tuiles des terrassons.

Sous réserve d'une meilleure idée lundi, de la part de M. MAFFRE lors de la réunion de chantier, j'ai l'impression que cette explication de Thierry clôt cette question.

Vu de dessous, voici une idée de ce que cette façon de disposer les tuiles donne comme effet :

11 septembre 2015.

Bien entendu, il manque sur cette dernière photo les ardoises de brisis, ainsi que la bavette en plomb qui devra recouvrir les chanlattes, à la limite entre brisis et terrassons, avant la pose du doublier de tuiles :

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

Franck et deux compagnons procèdent à l'opération dite "décompressage", c'est-à-dire qu'ils tracent les pureaux, d'abord sur les brisis :

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

Tout ceci s'effectue alors qu'un poste de radio débite à tue-tête une zim-boum-boum qui me perfore les tympans :

11 septembre 2015.

Quoi qu'il en soit, le travail avance, ainsi que nous le montre Christopher à proximité d'une lucarne :

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

11 septembre 2015.

3
Objet : 61 - La Chaslerie - Etude sur les menuiseries (et les façades)‏

À : Pierre-Paul Fourcade, Thibaud Fourcade
Cc : Floriane Grippon

Messieurs, bonsoir,

Vous allez recevoir le lien pour télécharger l'étude citée en objet, à titre provisoire, pour avis.

Plusieurs éléments sont à prendre en compte :
- Cette étude nous a pris beaucoup plus de temps que prévu en raison des recherches et de la critique d'authenticité sur l'ensemble.
- Le logis reste un peu frustrant car il ne change quasiment pas ...
- Mais nous avons fait beaucoup d'essais sur l'aile Ouest pour arriver à une solution pas tout à fait aboutie mais assez radicale avec modification des ouvertures.

J'espère que l'ensemble nous permettra d'avancer sur tous les projets en cours, notamment vis à vis de la DRAC.

Nous pourrons prendre un petit moment pour en parler lundi, au moins avec Pierre-Paul.

Bon week-end.

Benoît Maffre
Architecte du patrimoine, DPLG
Gérant

B.MAP Sarl d’Architecture
La Brosse - 7, rue des Forges – 27320 Droisy
Tel : 02 32 30 57 97 – Port : 06 08 49 19 85

N.D.L.R. : J'ai reçu ce soir cette étude préalable. Il s'agit incontestablement d'un travail très important dont je remercie Benoît MAFFRE et Floriane GRIPPON.

Je vais scanner ce document et le mettrai en ligne, sous forme d'un premier commentaire à ce message.

Dans un second jeu de commentaires, je ferai part de mes réactions et demandes de correction.

De 13 h 30 à 19 heures passées, j'ai battu la campagne et pris plus de 160 photos des manoirs du Domfrontais. Je voulais en effet fournir demain matin à M. MAFFRE une documentation complète sur les linteaux des fenêtres du premier étage de ces manoirs, afin de lui permettre de reconsidérer si possible ses premières appréciations sur les linteaux de bois des fenêtres de la Chaslerie.

Cela va me prendre pas mal de temps de mettre en ligne et de commenter ces photos. Je vous livre donc ma conclusion : sur les plus beaux manoirs du Domfrontais, les linteaux des fenêtres du premier étage sont le plus souvent en pierre ; quand ils sont en bois, soit c'est carrément le bois des sablières (comme au manoir du Creux à Beaulandais), soit ce sont des pièces de bois indépendantes des sablières mais alors, le plus souvent, il s'agit de bricolages postérieurs à une modification de la charpente.

A mon avis, c'est bien cette dernière hypothèse qui s'est réalisée à la Chaslerie. Je rejoins sur ce point l'opinion de Nicolas GAUTIER qui, lui, se basait principalement sur le fait que, postérieurement à l'incendie de 1884, le faîtage du logis de la Chaslerie avait été abaissé d'une soixantaine de centimètres, ainsi que cela est incontestable pour qui veut bien observer le double jet d'eau, ainsi que les deux appareillages de pierres sur les flancs de la souche de la cheminée centrale du logis :

13 septembre 2015.

Je me remets au travail à 1 h 30 du matin. Je n'arriverai pas, avant demain matin, à mettre en ligne le compte rendu de mes visites d'hier après-midi, mon ordinateur charge les photos beaucoup trop lentement (il est vrai que je n'allège pas leurs pixels). Je vais tâcher de faire au mieux.

J'imagine que mon aîné a hâte de connaître l'essentiel de mes premiers commentaires sur la partie de l'étude préalable de M. MAFFRE consacrée à son aile, c'est-à-dire l'"aile de la belle-mère" (colombier et écuries) et la tour Louis XIII que je m'apprête également à lui transmettre. Il voudra sans doute me téléphoner avant l'arrivée tout à l'heure de M. MAFFRE afin que nous échangions nos impressions à ce stade.

En quelques mots, voici ce que je pense :

- alors que, au moment de la donation de l'"aile de la belle-mère", j'ai conservé, outre l'usufruit, un droit de veto sur les aspects extérieurs et les aspects structurants de la restauration de cette moitié des bâtiments sur cour et bien que j'aie au départ considéré que cette partie comportait suffisamment d'ouvertures (celles dues à Henri LEVEQUE étant à mes yeux totalement ratées) pour qu'il ne soit pas nécessaire d'en ouvrir de nouvelles, je comprends que je vais devoir évoluer. A notre époque, il n'est en effet pas facile pour le propriétaire d'un monument historique de transmettre un tel bien à un enfant car les modes de vie ont évolué et les coûts d'un tel "cadeau" sont considérables pour le donataire. Ici, j'ai la chance exceptionnelle d'avoir un fils qui accepte cet apostolat, ainsi que d'avoir trouvé un magnifique architecte du patrimoine qui permet de donner au dialogue avec ledit fiston au sujet de ces travaux une base aussi utile que possible. Je dois tenir le plus grand compte de ces faits ;

- le projet de M. MAFFRE résulte de sa volonté de présenter une solution pratique et praticable aux ambitions de mon fils et de ma belle-fille pour cette moitié du manoir. Ce projet est la conséquence du choix proposé de positionner au milieu des écuries anciennes le futur escalier principal de cette future résidence secondaire. Toutes les ouvertures proposées sur cour en découlent, de même que les nouvelles ouvertures sur jardin ;

- je comprends la cohérence du projet et la logique des enchaînements qui le sous-tendent, y compris dans la réapparition d'une souche de cheminée que j'avais supprimée au milieu des écuries et qui oblige ici à supprimer une lucarne sur cour restaurée il y a à peine un an ;

- pour autant, deux points me gênent plus particulièrement :

- le premier est la disparition du caractère essentiel de maison-forte du manoir, disparition qui serait consommée ici sur sa façade Ouest. A tout le moins, la non-généralisation de grilles sur les nouvelles ouvertures sur jardin des écuries créerait un sérieux problème de perte de la logique profonde et authentique de l'ensemble du manoir telle qu'elle s'est déployée dans sa construction au fil des siècles. Cette disparition aurait en outre le grave inconvénient de fournir aux candidats cambrioleurs un ventre mou pour accéder à l'ensemble des bâtiments. Je suis donc fermement opposé à cette recommandation de l'architecte ;

- le second est la généralisation sur l'"aile de la belle-mère" de fenêtres à grandes vitres. Je comprends que cela favoriserait la clarté des nouvelles parties habitables. Mais je pense que cela créerait, à l'intérieur de la cour, un déséquilibre entre les deux ailes du manoir qui serait source d'un net inconfort visuel ;

- pour le reste, mes remarques sont moins vives, si ce n'est que j'aimerais comprendre, si un second conduit de cheminée doit desservir les écuries (ce dont je serais enclin à douter), pourquoi il sortirait au pied de la couverture de l'aile Louis XIII (ce qui me paraitrait poser un problème de ventilation) et pourquoi on n'arriverait pas à le faire déboucher dans ma toujours triomphante verge de 15 mètres (j'évoque ici, que les vierges effarouchées se rassurent, le conduit de cheminée existant de la tour Louis XIII).

Pour préparer mon étude sur les linteaux des fenêtres du 1er étage des manoirs du Domfrontais, il m'a semblé que le plus simple était de suivre l'ordre de présentation de ces bâtiments dans l'ouvrage de Bernard DESGRIPPES, "Châteaux et manoirs du Domfrontais", édité par "Le Pays Bas-Normand". Je me suis attaché à aller prendre des photos de tous ceux qui, à première vue en feuilletant cet ouvrage, me paraissaient présenter un quelconque intérêt pour ce sujet.

N.B. : J'ai pu commettre des erreurs dans mes commentaires sous les photos suivantes. Le cas échéant, prière de me les signaler pour correction.

Le Bois-Frican à Céaucé :

Le Bois-Frican.

Le Bois-Frican.

Le Bois Frican.

(linteaux de bois)

Le Bois Frican.

Le Bois-Vezin à Céaucé :

Le Bois-Vezin.

Le Bois-Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteau de pierre)

Le Bois Vezin.

Le Bois Vezin.

(linteaux de bois sous la sablière)

Le Bois Vezin.

La Boufferie à Céaucé :

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

(linteau de pierre)

La Boufferie.

(linteau de bois)

La Boufferie.

La Boufferie.

La Boufferie.

Les Brosses à Céaucé (actuellement en vente) :

Les Brosses.

Les Brosses.

Les Brosses.

Les Brosses.

(mince linteau de bois)

Les Brosses.

Les Brosses.

(linteaux de pierre)

Les Brosses.

Les Brosses.

(minces linteaux de bois)

La Grande Pierre à Céaucé (appartenant actuellement, à ma connaissance, à notre ami François POUGHEOL, architecte du patrimoine) :

La Grande Pierre.

La Grande Pierre.

La Grande Pierre.

La Grande Pierre.

(linteaux de pierre)

La Grande Pierre.

(linteau de bois)

La Jaenière à Céaucé :

La Jaenière.

La Jaenière.

(linteaux de bois)

La Servière à Céaucé :

La Servière.

La Servière.

La Servière.

La Servière.

(le fameux fronton, analogue à celui de la Chaslerie ; celui-ci surmonte une ancienne porte transformée en fenêtre)

La Servière.

La Servière.

La Servière.

(linteau de pierre)

La Servière.

(sablière de bois en linteau)

La Servière.

(sablière de bois en linteau)

La Servière.

(linteau de pierre)

La Teillaie à Céaucé :

La Teillaie.

La Teillaie.

La Teillaie.

La Teillaie.

(linteau de bois)

La Teillaie.

La Teillaie.

(sablière de bois en linteau)

La Teillaie.

(sablière de bois en linteau)

La Teillaie.

La Teillaie.

La Foucherie à La Haute-Chapelle :

La Foucherie.

La Foucherie.

La Foucherie.

(sablière de bois en linteau)

Le logis des Bordeaux à Lonlay-l'Abbaye :

Le logis des Bordeaux.

(linteaux de pierre)

Le logis des Bordeaux.

La Martinière à Rouellé :

La Martinière.

La Martinière.

La Martinière.

(linteau de bois sur ouverture modifiée)

La Martinière.

(linteau de pierre)

La Métairie à Rouellé :

La Métaierie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

La Métairie.

Rançon à Rouellé :

Rançon.

Rançon.

Rançon.

(linteaux de pierre)

Rançon.

(linteaux de pierre)

Rançon.

Rançon.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière à Saint-Bômer-les-Forges :

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(linteau de pierre)

La Bérardière.

La Bérardière.

(sablière de bois en linteau)

La Bérardière.

(linteau de pierre)

La Bérardière.

(linteau de pierre)

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

La Bérardière.

(linteau de bois)

La Maigrère à Saint-Bômer-les-Forges :

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

(linteaux de pierre ou de bois)

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

La Maigrère.

(linteaux de pierre)

La Nocherie à Saint-Bômer-les-Forges :

La Nocherie.

La Nocherie.

La Nocherie.

La Nocherie.

(linteau de pierre)

La Nocherie.

(sablière de bois en linteau)

Boudé à Saint-Gilles-des-Marais :

Boudé.

Boudé.

(linteaux de pierre)

Boudé.

Le Creux à Beaulandais :

Le Creux.

12 septembre 2015,Le Creux.

12 septembre 2015,Le Creux.

(sablière de bois en linteau sur ce manoir très remanié)

12 septembre 2015,Le Creux.

(sablière de bois en linteau)

Dompierre à Mantilly :

Dompierre.

Dompierre.

Dompierre.

Dompierre.

(étroit linteau de bois)

Dompierre.

(étroit linteau de bois)

Dompierre.

La Frénouze à Mantilly :

La Frénouze.

La Frénouze.

(linteaux de pierre)

La Frénouze.

La Goulvendière à Mantilly :

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

La Goulvendière.

(linteau de pierre)

La Goulvendière.

La Guérinière à Passais-le-Conception :

La Guérinière.

La Guérinière.

La Guérinière.

La Guérinière.

(très beau linteau de pierre)

La Guérinière.

La Guérinière.

La Guérinière.

(très beau linteau de pierre)

La Guérinière.

La Guillaumée à Passais-la-Conception :

La Guillaumée.

La Vente à Passais-la-Conception :

La Vente.

La Vente.

La Vente.

La Vente.

(linteaux de pierre)

La Drodaie à Passais-la-Conception :

La Drodaie.

La Drodaie.

La Drodaie.

La Drodaie.

(linteau de pierre)

La Poulardière à Passais-la-Conception :

La Poulardière.

La Poulardière.

La Poulardière.

(linteaux de bois sous sablière)

La Bonnelière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Bonnelière.

La Bonnelière.

La Bonnelière.

La Bonnelière.

La Bonnelière.

(étroits linteaux de bois sous sablière)

La Bonnelière.

La Jostière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Jostière.

La Jostière.

La Jostière.

La Jostière.

(étroit linteau de bois sous sablière)

La Vaidière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Vaidière.

La Vaidière.

(gros linteaux de bois sur ce bâtiment très remanié ; mais on doute, malgré le panneau, qu'il s'agisse de la Vaidière))

La Vaidière.

La Véronnière à Saint-Mars-d'Egrenne :

La Véronnière.

La Bouëtte à Saint-Roch-sur-Egrenne :

La Bouëtte.

La Bouëtte.

La Bouëtte.

La Bouëtte.

La Bouëtte.

(fronton analogue à celui de la Chaslerie)

La Bouëtte.

(linteau de bois)

Loraille à Saint-Roch-sur-Egrenne :

Loraille.

Loraille.

Loraille.

Loraille.

(linteaux de bois)

Loraille.

Loraille.

(fronton analogue à celui de la Chaslerie, hélas dissimulé par des palmiers)

Loraille.

(minces linteaux de bois sous sablière)
L'ambiance était à la bonne humeur lundi matin.

D'abotd, M. MAFFRE et Floriane GRIPPON sont montés à mon bureau recueillir mes impressions sur leur étude préalable. Je leur ai dit que j'opposais mon veto à l'oubli ou à la suppression des grilles sur la façade Ouest de l'"aile de la belle-mère" et que je m'interrogeais sur la dimension des vitres des fenêtres de cette aile. J'ai signalé quelques erreurs, selon moi, dans leur rapport qu'il y aurait lieu de modifier et dont je leur fournirai la liste complète par courriel. Ils m'écoutaient un peu inquiets. Puis j'ai dit que, de façon générale, leur étude me paraissait de qualité très remarquable et témoignait d'un très grand sérieux dont je les félicitais. Et là j'ai vu le visage de Floriane se fendre d'un grand sourire et celui de M. MAFFRE se détendre de satisfaction.

Puis ils ont commencé à tout mesurer dans mon bureau, des dimensions des solives jusqu'à celles des moulures des boiseries. Ces cotes leur serviront à compléter le projet d'aménagement intérieur qu'ils préparent pour le fiston.

Enfin, nous sommes tous montés dans les échafaudages du colombier et la réunion s'est très bien passée. A la descente, M. MAFFRE et moi nous sommes félicités du très bon état d'esprit de Franck LIEGEAS, toujours prêt à proposer des solutions sérieuses aux problèmes que nous relevons. De notre point de vue, ce garçon est tout à fait apte à prendre la succession de son beau-père dès que celui-ci voudra bien passer la main.

Voici quelques photos de la réunion de chantier :

M. MAFFRE a pris les mesures des lucarnes que Floriane notait :

14 septembre 2015.

14 septembre 2015.

14 septembre 2015.

M. MAFFRE a demandé la correction d'une erreur dans la découpe du plomb, qui nuirait à l'étanchéité du bas de la fenêtre des lucarnes (à l'angle, là où il y a un truc vert) :

14 septembre 2015.

Christopher a fait disparaître les ardoises posées la veille contre la lucarne car le démarrage était raté, me dit-il :

14 septembre 2015.

A l'étage au-dessus, M. MAFFRE s'est dit globalement très satisfait du démarrage de la pose des tuiles, à l'angle d'un arêtier et au niveau des coyaux, c'est-à-dire là où il est le plus difficile de tourner harmonieusement les pureaux. Il a cependant formulé quelques demandes d'amélioration (qui rejoignent mes propres impressions) :

14 septembre 2015.

Enfin, en redescendant, voici la sablière extérieur basse vue du dessous ; on remarque, juste sous le larmier d'ardoises "Armen" de 1 cm d'épaisseur, la nouvelle pièce de bois en "L" qui a permis, malgré l'ajout de l'isolation, de maintenir un coyautage :

14 septembre 2015.