Administraaaâââtion

En fin de semaine, de nouveaux arêtiers ont pris place contre le poinçon Est. Les voici vus du Sud-Est...

5 juin 2015.

... puis du Nord-Est :

5 juin 2015.

J'entends que Régis et Thierry se demandent si, compte tenu du poids des tuiles des terrassons et de l'angle relativement aplati de ceux-ci, il n'y aurait pas lieu de conforter les arêtiers par un lien issu du bas des poinçons par exemple (je suis réservé sur le principe de cette novation). Il y a aussi des interrogations sur les anciennes pannes trop courtes des terrassons et l'opportunité de prolonger les échantignoles des arbalétriers pour relever ces pannes ou bien, carrément, de remplacer ces dernières par des pièces de bois neuves et de bonne longueur (solution qui, je l'avoue, aurait ma préférence).

Ces questions seront à traiter lundi lors de la 3ème réunion de chantier sous la houlette de l'architecte, M. MAFFRE. Cette réunion devrait se tenir en présence de la représentante de la D.R.A.C. en charge des monuments classés dans l'Orne, Emeline LE NOZAHIC, qui pourra ainsi constater, je pense, que tout se passe très bien à ce stade.

Comme me le disait récemment un ami, "Je ne souhaite pas solliciter la protection de mon monument car on n'est plus maître chez soi".

M. MAFFRE n'a rien voulu savoir, les coupes des greffes des sablières réalisées sous son contrôle seront en zigzag.

8 juin 2015.

8 juin 2015.

8 juin 2015.

8 juin 2015.

8 juin 2015.

8 juin 2015.

J'ai néanmoins obtenu que l'erreur des Anciens, dans l'angle Nord-Ouest des sablières hautes, soit corrigée.

M. MAFFRE ayant souhaité que des pièces métalliques viennent renforcer la solidité des angles des sablières hautes, il a choisi de suivre mon idée plutôt que celle de Roland BOUSSIN à propos de la forme à donner à ces renforts. Ce dernier pensait à deux "L" de part et d'autre de chaque arêtier. J'ai fait valoir qu'il valait mieux, aux 4 angles concernés, un "L" horizontal portant un sabot où insérer l'arêtier.

Pour le reste, j'ai retenu que, d'après Roland BOUSSIN, l'ossature intérieure de la charpente du colombier n'était pas due à Jean MIDY. Il ne reconnaît pas son style. Il a sans doute raison. L'ossature intérieure lui semble surdimensionnée, signe qu'à l'époque des premières charpentes mansardées, la doctrine n'était pas fixée. En outre, l'intervention d'une autre équipe de charpentiers que la première serait confirmée sur ce que j'appelle l'ossature extérieure.

Igor a commencé à restaurer les maçonneries entre sablières. Alors qu'il se proposait de scier les lattes du parquet des combles qui le gênaient pour accéder à son espace de travail, je lui ai suggéré de se borner à en retirer certaines, de manière à permettre leur repose si mon aîné désire conserver ce parquet :

8 juin 2015.

8 juin 2015.

8 juin 2015.

8 juin 2015.

Un coulis de chaux a ensuite été déversé de manière à s'infiltrer dans les anfractuosités des murs...

8 juin 2015.

... ce qui a permis de confirmer que ce travail n'était pas du luxe puisque du coulis est ressorti dans la chambre située sous les compbles :

8 juin 2015.

Enfin, Igor a disposé un mortier de chaux jusqu'au bas desdites sablières, du moins côté Sud à ce stade :

8 juin 2015.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 9 juin 2015
Administraaaâââtion - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Je ne changerai donc jamais ? A Polytechnique déjà - c'était il y a 42 ans - j'étais l'un des tout derniers de ma promo à signer l'acte de reddition à la fin des "grèves de l'uniforme" (faute de quoi, on était exclus).

Aujourd'hui est le dernier jour pour la déclaration en ligne des revenus de 2014. Lorsque, ce matin, j'ai "signé électroniquement" mon envoi, il ne restait que quelques heures avant la limite :

Bien entendu, je suis - avec mon entourage qui me subit - le premier à souffrir de cette situation maladive.

Cette corvée-ci étant enfin expédiée, je vais pouvoir me plonger dans le dossier des éoliennes.
Ô joie !

Je persiste à trouver que l'architecte a fait un mauvais choix en donnant aux greffes réalisées sous son contrôle un profil en zizgag...

9 juin 2014.

... alors que, sur le même bâtiment, les Anciens avaient toujours prévu des coupes droites, comme encore ici sur la sablière Est,...

9 juin 2014.

... et alors que j'ai montré qu'il en était allé de même, à une seule exception près (la cave), sur tous, absolument tous, les autres bâtiments de la Chaslerie.

Mais M. MAFFRE a refusé d'en démordre, affirmant que les coupes qu'il préconise sont un gage de solidité des greffes et que, de toutes façons, la patine qui sera appliquée ne permettra plus de voir la différence. Dans le rôle d'observateur attentif qui est le mien en l'espèce, je déplore cette novation alors qu'il reste à prouver qu'il existe le moindre risque de cisaillement du schéma traditionnel. Donc puisque, semble-t-il, mon avis compte pour du beurre, les compagnons de Roland BOUSSIN ont appliqué les instructions qui leur ont été confirmées hier sans que M. BOUSSIN, qui avait pourtant réalisé la plupart des coupes droites antérieures, n'émette la moindre objection. Cette dernière observation ne m'a pas étonné de la part d'un individu dont je crois, depuis le temps, assez bien connaître le caractère.

A noter que ces compagnons, Thierry et Alex en l'occurrence, ne sont plus que deux sur notre chantier favori alors que la S.A.R.L. BOUSSIN-LIEGEAS n'a toujours pas été capable, malgré les demandes réitérées de mon fils et de l'architecte, de fournir le moindre calendrier de la suite de ses interventions. Ce constat permet d'imaginer que cette entreprise ne tiendra pas ses derniers engagements de terminer le chantier pour la fin juillet 2015 plus qu'elle ne l'avait fait, comme l'on sait, pour un début avant la fin de 2014.

J'observe également que les compagnons de cette entreprise ne disposant pas des outils traditionnels pour former les moulures des sablières, sont obligés de bidouiller ces dernières avec des engins modernes,...

9 juin 2014.

... y compris une tronçonneuse, au moins pour commencer le travail.

9 juin 2014.

Et les finitions, au moins avant patine, paraissent à ce stade devoir s'en ressentir.

9 juin 2014.

9 juin 2014.

Dans un ordre d'idées voisin, je signale que, hier, lors de la réunion de chantier, M. MAFFRE a refusé de me suivre lorsque j'ai redemandé que les traces de scie moderne soient effacées des flancs des entraits des poinçons (comme ils l'ont bien été sur le nouveau poinçon Est, ce qui confirme, bien entendu, que cette intervention n'aurait rien d'impossible). Il va jusqu'à dire qu'il faut que l'œil fasse la différence entre les parties anciennes et les parties neuves : foutaises d'après moi !

Bref, il y a comme qui dirait de meilleurs jours pour les payeurs.
Ou, du moins, pour leur représentant.

Thierry a fini, à la patine près, la greffe sur l'extrémité Sud de la moitié Nord de la sablière Ouest :

11 juin 2014.

11 juin 2014.

Le résultat me paraît très bon.

Il commence l'une des deux greffes de la partie visible extérieurement de la sablière Nord, au bout Ouest. Il s'agit à ce stade de faire disparaître le nœud disgracieux et source de désordres :

9 juin 2014.

Il révisera l'angle ultérieurement :

11 juin 2014.

Régis a complété le bout qui manquait à l'Ouest de la sablière intérieure haute Nord :

11 juin 2014.

11 juin 2014.

11 juin 2014.

Le résultat me paraît satisfaisant bien que l'ajustement présente quelques défauts :

11 juin 2014.

Quant à Alex, après avoir interrompu la réalisation de la greffe à l'extrémité Ouest de la sablière Sud, il a travaillé sur la moitié Sud de la sablière Ouest qu'il a prévu de greffer à son bout Nord :

11 juin 2014.

Mais il a utilisé un mauvais gabarit pour tailler cette greffe-ci. En effet, il n'avait pas vu que les sablières n'avaient pas toutes le même profil :

11 juin 2014.

Il devra donc recommencer ce dernier travail.

En fin de journée hier, Régis et Alex travaillaient sur le futur nouvel arêtier Sud-Ouest des terrassons :

11 juin 2014.

De manière à pouvoir l'adosser au haut du poinçon Ouest, ils ont taillé sa future extrémité haute "en gueule de brochet" :

11 juin 2014.

11 juin 2014.

La bête est désormais arrivée au port :

11 juin 2014.

Discutant hier avec mon aîné, j'ai compris qu'il envisageait de faire disparaître le plafond en sapin de sa chambre au 2ème étage du colombier. J'en déduis que le plancher des combles vit peut-être ses derniers jours, ce qui, en soi, me semble une bonne nouvelle.

Igor aura donc peut-être pris trop de soin du parquet actuel. Le fait est qu'il a achevé son travail entre les sablières des façades Est et Sud. Pour ce qui concerne les deux autres, il attend que les greffes des sablières extérieures soient terminées.

Dans l'immédiat, Igor continue à entretenir les abords. Il enlève actuellement les mauvaises herbes dans le chemin vers la cave. Il y a du boulot !