Administraaaâââtion

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 17 mars 2015
Journal du chantier - Administraaaâââtion - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Apparemment, l'équipe de Thierry BOURRE est venue à la Chaslerie en mon absence pour remporter la tracteur et le matériel qu'ils avaient laissés en dépôt près de la charretterie.

Le mauvais temps puis l'absence de réponse de l'administraaaâââtion à la demande d'autorisation auront donc entravé le billonnage nécessaire avant de pouvoir planter, en temps utile, les arbustes prévus.

Et c'est ainsi que nous allons vraisemblablement perdre un an pour cette tranche de travaux. Armons-nous de patience, il en faut beaucoup.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 17 mars 2015
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
M. MAFFRE, que j'ai appelé ce matin, est d'accord pour préparer et superviser la restauration de la moitié Nord du logis.

Dans un premier temps, il devra, avec deux collaborateurs, en prendre les cotes précises qui nous manquent. J'espère que cette étape pourra être franchie assez vite, de manière à ne pas retarder l'instruction des demandes d'autorisation administrative et de subvention qu'il faudra ensuite mettre dans les tuyaux.

Il y va de l'occupation d'Igor au cours des prochains mois puisque c'est lui que je compte charger de retirer tous les matériaux moches, et Dieu sait s'il y en a, dont nous sommes redevables à l'avant-dernier prédécesseur. Si, pour une raison ou pour une autre, les feux verts nécessaires devaient tarder, il faudrait que je trouve d'autres tâches à confier, dans l'intervalle, à ce garçon. Il va sans dire que, quitte à le payer comme c'est normal, j'aimerais autant que ce ne soit pas pour peigner la girafe.

Parcourant le numéro de mars 2015 de la revue des V.M.F., je remarque une interview de Philippe TOUSSAINT dont, hélas, je partage à 200 % le constat et les soucis :

P.S. : En fait, tout l'article voisin, consacré aux horreurs perpétrées au prétexte de la transition énergétique, mérite d'être reproduit ici :

Ne laissons pas les barbares imposer leurs caprices absurdes !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 21 mars 2015
Journal du chantier - Administraaaâââtion - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Au courrier ce matin :

Ainsi, alors qu'aucune information nouvelle n'est apparue dans le dossier depuis le début février, "on" découvre le 17 mars que le projet de plantation se trouve dans le périmètre d'un monument classé ou inscrit !

Soyons charitables, il vaut sans doute mieux prendre tout ça de bonne humeur...

Rappelons simplement qu'aucune demande de subvention n'a été présentée pour ce dossier.

De plus, pour planter 40 fois plus d'arbres en 1998, aucune telle autorisation n'avait été requise.

C'est à de tels détails qu'on mesure le progrès !

Plus sérieusement, je n'ai pas repris langue avec le sylviculteur qui devait procéder à ces nouvelles plantations. Mais, comme il a fait rechercher le matériel entreposé à la Chaslerie dans l'attente du feu vert officiel, je suppose que cet homme de grand bon sens, lui, considère que, pour cette année au moins, les carottes sont cuites.

Courriel adressé hier par Benoît MAFFRE à Roland BOUSSIN :

(début de citation)

Objet : 61 - Manoir de la Chaslerie - Restauration de la toiture du colombier - Début des travaux‏

Monsieur,

Je reviens vers vous pour lancer comme convenu, le démarrage des travaux cités en objet.
(Vous vous étiez engagé auprès de M. Fourcade à démarrer, après de multiples reports, mi-avril)

Pourriez-vous nous préciser la date de montage des échafaudages, le délai de montage, y compris parapluie, puis le délai de dépose de la couverture afin de programmer un premier rendez-vous pour examen des ouvrages ?

D'avance merci.

Crdt.

Benoît Maffre
Architecte du patrimoine, DPLG
Gérant
B.MAP Sarl d’Architecture
La Brosse - 7, rue des Forges – 27320 Droisy
Tel : 02 32 30 57 97 – Port : 06 08 49 19 85

(fin de citation)

N.D.L.R. : Très bien.

J'ai transmis hier à M. MAFFRE le devis que m'avait adressé, mi 2012, M. PERROTTE. Y étaient joints les dessins des châssis de fenêtres que cet excellent menuisier recommandait pour la cage d'escalier du logis ainsi que pour la "salle dévastée".

L'on voit ici, au passage (c'est l'un des nombreux intérêts de consigner, parfois laborieusement peut-être, sur notre site favori, des événements qui paraissent insignifiants à des tiers), que, de notre côté, le dossier mature depuis trois années au moins.

Ainsi, le contact est désormais établi entre l'architecte et cet artisan, avant même que les corrections de l'arrêté de subvention de l'étude préalable ne nous soient parvenues.
C'est dire que nous sommes quelques-uns dans les starting-blocks, prêts à démarrer cette étude dès que le dossier paraîtra en ordre.

Coup de fil ce matin au S.T.A.P. d'Alençon.

Mon interlocuteur habituel m'apprend qu'il manquerait une pièce au dossier que j'ai mis dans les tuyaux le 23 décembre dernier (donc il y a plus de trois mois), pour obtenir le paiement de la subvention promise pour la 1ère tranche de travaux du "programme 2014" relative à certaines parties inscrites. C'est ce qui expliquerait (!) que le dossier ne soit toujours pas réglé... M. BOCHET, toujours aussi courtois, me propose puis promet de revenir vers moi dans l'après-midi pour m'apprendre quelle pièce manquerait.

A l'heure où les bureaux du S.T.A.P. d'Alençon sont fermés, je n'ai reçu aucun appel.

Par ailleurs, l'autorisation de plantation devrait, me dit-il, me parvenir "sans observation". "Tu m'étonnes !" ai-je envie de lui répondre.

Il va donc falloir que je remette la main sur notre sylviculteur favori, désormais absorbé par d'autres chantiers chez d'autres clients moins entravés, pour voir si la saison 2015 est effectivement foutue.

Enfin, compte tenu des derniers échos que mon interlocuteur me donne, je crois comprendre que la composition de l'équipe qui accompagnera M. ROCHAS vendredi prochain ne serait pas finalisée. Quelle qu'elle soit, qu'ils sachent qu'ils seront accueillis ici dans la joie et la bonne humeur, œuf corse !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 25 mars 2015
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Logis - Bâtiment Nord
0
Un message de M. BOCHET sur le répondeur ce matin m'apprend qu'il y aurait des erreurs dans ma demande de paiement de subvention du 23 décembre dernier, pour la partie qui coince à ce jour, c'est-à-dire celle relative aux parties inscrites.

Il est fort possible que je me sois trompé une nouvelle fois, tant ces décomptes sont complexes à dresser (du fait des divers taux de T.V.A. applicables ; du fait aussi que le même architecte suit l'ensemble du chantier, ses factures de visite ne distinguant évidemment pas entre les parties classées et les parties inscrites ; sans parler du traitement des travaux en régie, effectués par Igor et, à l'époque, Jonathan).

On peut cependant se demander pourquoi il aura fallu trois mois pour s'en apercevoir, alors qu'il y a un mois environ, mon interlocuteur m'avait affirmé que tout était clair pour lui et qu'il envoyait le dossier au paiement. Ne serait-il pas plus simple que je sache qui élève des objections, afin de pouvoir me les faire préciser et voir posément de quoi il retourne ? Ce jeu de cache-cache ne facilite pas les choses.

Comme on le voit, je serais prêt de mon côté à faire amende honorable le cas échéant. Mais pourquoi, en sens inverse, n'ai-je toujours pas été informé des corrections qu'appelle un courrier du 4 mars dernier alors que je les ai immédiatement sollicitées et que cela m'a été promis verbalement le 10 mars ? En attendant, la nouvelle mission de M. MAFFRE, à savoir l'étude préalable sur les châssis de portes et de fenêtres, continue à être entravée.

P.S. : M. BOCHET et moi venons de réussir à nous parler en début d'après-midi. En fait, il lui manque une facture de l'entreprise BODIN et les trois déjà réglées à l'architecte. Ces 4 documents étaient annexés à ma demande relative aux parties classées. Pensant que mes 2 demandes, celle relative aux parties inscrites et celle relative aux parties classées, seraient instruites par le même agent, je n'avais pas cru nécessaire de dupliquer ces factures. Ce sera chose faite dans les prochaines minutes.

P.S. 2 : J'ai donc envoyé la copie de ces factures à 14 h 42.
A 16 h 33, je recevais, en retour, le certificat de conformité signé de l'A.B.F., donnant son feu vert au versement de la subvention.

Cette fois-ci et pour ce dossier, on tient le bon bout ! Merci à tous !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 26 mars 2015
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Logis - Bâtiment Nord
0
Profitant d'une insomnie pour relire la lettre de la D.R.A.C. du 4 mars dernier, je relève qu'elle m'accorde une subvention pour "la restauration des menuiseries extérieures du corps de logis principal, de l'aile Nord en partie, du pavillon Louis XIII, des anciennes écuries et du pavillon du colombier du manoir de la Chaslerie à La Haute-Chapelle (étude de diagnostic)". Ouf, vous pouvez respirer mais il fallait lire la phrase jusqu'au bout ("étude de diagnostic", c'est le nouveau nom, paraît-il, de l'"étude préalable" que je souhaite confier à M. MAFFRE).

Jusqu'à cette nuit, j'avais lu trop vite et m'étais concentré sur l'expression "restauration des menuiseries extérieures" puisque ma demande portait sur l'"étude préalable à la restauration des menuiseries extérieures", expression que je m'attendais à retrouver dans ce courrier.

Donc, en l'absence de réaction de mon interlocuteur désigné, je me suis enferré à redemander - la dernière fois, hier après-midi et par écrit - quelque chose... qui m'avait déjà été accordé ! Honte à moi, je couvre mon front de cendres, Amen !

Il demeure que le taux de la subvention retenu pour cette étude, quel que soit le nom de cette dernière, est inférieur à celui qui m'avait été annoncé pas plus tard qu'au début de l'année puis confirmé verbalement voici deux semaines environ. Je cherche à comprendre plus généralement où on en est en matière de taux de subvention car la donnée sera critique pour la suite des opérations.