Administraaaâââtion

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 23 juillet 2014
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Bâtiment Nord
0
Pascal BRESSON nous propose de choisir entre trois finitions pour les boiseries du petit salon :

23 juillet 2014.

Comme Pascal l'avait supposé, M. MAFFRE, consulté, se prononce, comme lui, pour le chêne doré (à gauche de la photo). J'aurais eu un faible pour le chêne clair (à droite, la finition incolore étant au milieu) mais je me range sans difficulté à l'avis de mes experts.

En tout état de cause, la finition n'étant pas urgente pourra attendre le retour de M. BRESSON, début septembre.

Le projet de loi de finances rectificative présenté fin juin n’est pas favorable a la culture. Si le ministère voit ses crédits stabilisés, le budget du patrimoine est, quant à lui, amputé.

Le ministère de la culture se trouve dans le top 3 des ministères les plus touchés par les réductions budgétaires. La Culture voit ses crédits stabilisés (3,023 milliards en 2014 en hausse régulière jusqu’à 3,028 milliards en 2017), mais le patrimoine paye le prix fort de ces coupes budgétaires.

On apprend ainsi dans un article du Journal des Arts.fr que : « Dans le détail, c’est le Patrimoine qui paye le plus son écot à l’effort national : plus de 48 millions d’euros sur un total de 69 millions, soit 6,20 % de son budget. Il perd définitivement 32,5 millions de sa réserve, auxquels s’ajoutent 13,5 millions hors réserve sur les crédits d’entretien et de restauration des monuments historiques et 2,3 millions d’euros sur la compensation de la loi Sauvadet, de titularisation des contractuels « en raison des prévisions de recrutement plus faibles qu’attendues », selon le texte du projet de loi. »

N.D.L.R. : Il faudra donc se souvenir que, pour le pouvoir en place, les artisans du patrimoine sont moins intéressants que les intermittents du spectacle et autres permanents de grèves à répétition. On se demande bien pourquoi.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 25 juillet 2014
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Bâtiment Nord
0
Pascal BRESSON et ses compagnons ont travaillé hier jusqu'à 22 heures, pour finir la pose des boiseries :

24 juillet 2014.

24 juillet 2014.

Il reste encore quelques petites finitions à réaliser, comme la fixation des plinthes une fois que les prises électriques auront été installées.

Mais, à la lumière de l'aube ce matin, l'impression était très favorable :

25 juillet 2014, la paroi Ouest.

25 juillet 2014, la paroi Nord.

25 juillet 2014, la paroi Est.

25 juillet 2014, la paroi Sud.

M. MAFFRE nous a communiqué en début d'après-midi son projet pour la restauration de la toiture du colombier.

Moins de 5 heures plus tard, j'ai fait part de mes observations.

Nous allons essayer d'obtenir les autorisations et promesses nécessaires en temps utile pour un lancement des travaux avant la fin de 2014.

J'ai reçu ce matin le "projet" de M. MAFFRE relatif à la restauration de la charpente et de la couverture du colombier.

Je le mets en ligne, non sans en avoir retiré les 3 dernières pages qui donnent l'estimation du coût des travaux :

Tel qu'il se présente, ce document appelle de ma part les commentaires suivants :

- comme tout ce que fait M. MAFFRE, ce travail est très sérieux ;
- toutefois, dans l'ensemble, il ne nous apprend pas grand chose, si ce n'est quelques termes techniques. En fait, nous avons dû passer par l'élaboration d'un tel document, bien entendu coûteux, pour avoir une chance de décrocher des subventions. Une fois les autorisations nécessaires sollicitées et obtenues, nous espérons pouvoir engager ces travaux dès l'automne ;
- je n'arrive pas à faire admettre par M. MAFFRE que les écrits de LASSEUR, qu'il cite à diverses reprises, n'ont pas une valeur scientifique confirmée. L'architecte reprend donc à son compte certaines élucubrations sur l'histoire des LEDIN au sujet desquelles mes réserves sont également connues des visiteurs de notre site favori ;
- je découvre, en page 11 du document mis en ligne ici une vue en couleurs de la Chaslerie qui témoigne des rapides progrès de la C.A.O. :

Cette vue a été réalisée en utilisant le logiciel Sketchup, de Google, dont une version gratuite est facile d'accès mais M. MAFFRE précise que, pour arriver à un résultat intéressant, une certaine pratique est requise. Cette image mérite à l'évidence d'être conservée ; elle complète utilement les récentes photos de drone.

Téléphonant ce matin à M. TIERCELIN, de la D.R.A.C., j'ai appris que le dossier relatif à la restauration de la charpente et de la couverture du colombier y était arrivé suffisamment tôt pour pouvoir être inscrit au programme des subventions de l'exercice 2014. Il fallait toutefois que je m'assure que le maire de La Haute-Chapelle ne tarde pas à donner son feu vert.

Je me suis donc précipité à la mairie où j'ai été informé que cet accord avait été donné dès que le S.T.A.P. avait posé la question.

Tout cela est donc de bon augure.

P.S. : Je précise que le maître d'ouvrage et principal payeur de ces travaux sera mon aîné.

Philippe TOUSSAINT m'a demandé d'être bref et de ne pas aborder, dans mon discours de dimanche, plus de 2 ou 3 sujets.

L'idée me paraissant bonne, j'ai choisi de retenir deux questions qui me tiennent particulièrement à cœur :

- la transmission du patrimoine. Au bout de 23 ans de chantier, il est en effet temps pour moi de passer la main. Pour des raisons financières qui me sont propres et aussi et surtout car je souhaite que la greffe prenne. Autrement dit, que la génération suivante puisse s'approprier ce projet quand elle est encore suffisamment jeune. Tandis que je m'exprimerai dimanche, la jeune classe la plus directement concernée sera toutefois en voyage de noces, quelque part aux antipodes. Mon cadet sera néanmoins présent pour entendre, méditer et répercuter la bonne parole ;

- l'importance d'une bonne relation de travail entre toutes les parties concernées lorsqu'on s'attelle à la restauration d'un monument historique. Tout n'a pas toujours été facile ici et, moi aussi, j'ai commis des erreurs dont notre site favori a été le tabellion. Mais je serai fier de présenter l'équipe éprouvée qui contribue désormais à la restauration de notre manoir favori (seul Igor manquera à l'appel dimanche mais... il avait un match de foot programmé) et de remercier également les administraaaâââtions (représentées dimanche par le nouveau directeur régional des affaires culturelles) pour la qualité présente de notre coopération, sous l'égide, enfin, d'un très bon architecte.

Il y a plusieurs mois, j'ai demandé à l'architecte de préparer la demande d'autorisation d'étude préalable relative aux châssis de portes et de fenêtres de la Chaslerie. Malgré plusieurs rappels, je ne vois toujours rien venir.

Idem pour le permis de construire modificatif relatif à la restauration de l'Avenue.

Aurais-je par hasard dit trop de bien de M. MAFFRE ?

Au courrier ce matin une lettre recommandée de la D.R.A.C. destinée à mon aîné, autorisant, sous certaines conditions, les travaux de restauration de la charpente et de la couverture du colombier.

Les conditions sont de bon sens, relatives à la restauration des lucarnes. A noter que, dans le cadre de l'instruction du dossier, l'avis du service régional de l'archéologie a été recueilli (à ma connaissance, c'est une première à la Chaslerie). Le "contrôle scientifique et technique" sera assuré par M. Jean-François SAGAIRE qui, à la Chaslerie, succède donc dans ce rôle à M. TIERCELIN.

Mon aîné va pouvoir déposer une demande de subvention. Je lui conseillerai de l'assortir d'une demande d'autorisation de lancement des travaux sans attendre la décision sur la subvention. Il semble donc que son souhait d'ouvrir ce chantier avant la fin de l'année 2014 soit en passe d'être exaucé.