Administraaaâââtion

Une réunion cette après-midi à laquelle participaient notamment deux représentants de l'entreprise "LEMASSON", fabriquant de pompes à chaleur, me laisse très perplexe :
- je comprends que ma responsabilité est en première ligne pour les forages dont les résultats m'ont causé un certain inconfort ;
- je suis dissuadé d'opter pour une chaufferie centrale en raison des déperditions de chaleur et du coût des tuyaux de transport de l'eau chauffée ;
- il m'est vivement recommandé de faire intervenir un bureau d'études pour définir mes besoins de puissance de chauffage en fonction des isolations thermiques qui seraient mises en place ainsi que des parts relatives des radiateurs et du chauffage par le sol ;
- enfin, il m'est indiqué que le "tarif jaune" d'EdF ne serait pas nécessaire, au moins pour la première tranche de chauffage que j'envisage.

Dans ces conditions, inutile de s'étonner que j'aie beaucoup de mal à avancer sereinement sur ce dossier aussi difficile et coûteux qu'enquiquinant pour moi.
Les propos de Jean-Louis BERCAITS, dirigeant de "LEMASSON", et Maxime HELYE, "responsable Applications spécifiques" de la même entreprise, ont commencé à faire leur chemin dans mon esprit. En particulier, j'avais compris hier que je pourrais avoir intérêt, moi aussi, à abandonner le principe d'une chaufferie centrale au profit de l'installation de plusieurs chaufferies desservant chacune une partie de l'ensemble de mes bâtiments (l'une de ces chaufferies pouvant utilement être établie dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord).

Ainsi, ce matin, je me suis réveillé avec l'idée de remettre en cause les schémas définis, à l'intention d'Arnaud PAQUIN, dans ma lettre du 10 avril et mon courriel du 20 novembre derniers. Comme on le sait, j'y exprimais mes "desiderata" de l'époque en matière de restauration de notre manoir favori (sans oublier d'évoquer l'urgence relative des différentes tranches de travaux envisagées ou, si l'on préfère, le calendrier souhaité pour leur réalisation).

Mes vues seraient dorénavant les suivantes :

- je retiendrais l'idée de renvoyer à mon successeur l'installation du chauffage du colombier ainsi que du premier étage du logis, du reste de l'"aile de la belle-mère", de la tour Louis XIII et de la chapelle ; je me bornerais donc à une pompe à chaleur dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord ;

- par voie de conséquence, je limiterais en principe l'horizon des travaux que je financerais au bâtiment Nord en entier (donc y compris le cabinet de toilettes jouxtant la "chambre mortuaire", la cuisine à l'emplacement-même de celle qui existait lorsque j'ai acheté notre manoir favori et donc cette arrière-cuisine) et à la moitié Nord du logis (c'est-à-dire la salle-à-manger, la chambre au-dessus, la tour Nord-Est et la cage d'escalier). Ainsi, je m'abstiendrais de toute intervention significative (autre que la restauration des menuiseries extérieures) dans le reste du logis (c'est-à-dire le salon, la "salle dévastée" et la tour Sud-Ouest).

Bien entendu, je me réserverais la possibilité d'en faire davantage, selon mes disponibilités et celles de toutes les contreparties en cause sur de tels projets.

A ce stade de mes réflexions, il me semble que cela pourrait fonctionner pour moi et constituer une base utile de dialogue avec l'architecte (ou les architectes) en charge de mon projet.
A propos de l'achat d'une chèvre des fossés (pour commencer ?) :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 15 janvier 2019 05:37
À : Bruno et Karine Guérin
Objet : RE: Cherche Chèvre des Fossés

Bonjour,

Je réserve une femelle sevrée, si possible entièrement blanche.

Cordialement,

PPF

_________________________________________________________________

De : Bruno et Karine Guérin <bruno-et-karine.guerin@orange.fr>
Envoyé : lundi 14 janvier 2019 19:31
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: Cherche Chèvre des Fossés

Bonsoir,

Concernant les précisions :
- il n’y a pas de traitements spécifiques avant départ si le départ se fait à 15 jours d’âge (cas des animaux “à biberonner”). Pour les chevreaux/ chevrettes vendus au sevrage vers 3-4 mois, pas de traitement spécifiques obligatoires non plus au moment de la vente. Toutefois, je préconise un vermifuge au départ : sous forme allopathique si possible, ou phytothérapique à la demande de l’acquéreur. Ce traitement sera réalisé avant le départ, et ne vous sera pas facturé.
Concernant les tarifs :
- animaux à biberonner : 50€ HT; prévoir l’astreinte pour 2 biberons journaliers à distribuer pendant 3 mois environ + le cout des la poudre de lait – ventes prévues sur le mois de février principalement
- animaux au sevrage : 110€ HT – ventes prévues à compter du mois de mai – réservations conseillées.
Pour les animaux vivants : la TVA applicable est de 10%.

Bien sincèrement,

Karine GUERIN
Ferme de Kerourin
56 160 Ploërdut
02.97.28.97.57
http://bruno-et-karinegue.wix.com/ferme-de-kerourin

_________________________________________________________________

From: Pierre-Paul Fourcade
Sent: Monday, January 14, 2019 7:06 AM
To: Bruno et Karine Guérin
Subject: RE: Cherche Chèvre des Fossés

Bonjour !

Je regarde cela.

Pouvez-vous me dire quel traitement vétérinaire prévoir (et ceux que vous prendriez à votre compte avant "livraison") et me rappeler le prix ?

Par ailleurs, comment s'y prendre pour faire voyager l'animal (je n'ai pas de remorque) ?

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)

Pour ce qui concerne le transport de l'animal, Christian m'a proposé de me prêter une remorque. Je l'en remercie.

Plutôt que de clôturer un vaste espace, il recommande de mettre la chèvre au piquet, au moins dans un premier temps.

Voici une attraction supplémentaire de notre manoir favori qui devrait attirer ici mes petits-enfants. Je l'espère du moins.
Excellente réunion de travail, hier après-midi, à la D.R.A.C. à Caen.

Lors de sa venue à notre manoir favori le 15 novembre dernier, le conservateur régional des monuments historiques m'avait nettement recommandé de focaliser mon programme de travaux de restauration sur un petit nombre de projets clairs pour tout le monde.

Face à mon interlocuteur d'hier, aussi attentif que bienveillant, j'ai pu expliquer où j'en suis en la matière. Je crois que j'ai été compris.
Voici deux photos d'un ragondin attrapé aux abords immédiats de notre manoir favori :

10 janvier 2019.

10 janvier 2019.

Christian m'a appris que notre piégeur favori n'en a pas occis moins de 18 depuis qu'il intervient ici, c'est-à-dire en quelques semaines. A son palmarès ici également, un vison d'Europe (espèce protégée) qu'il a immédiatement relâché.
Au courrier du jour, le compte rendu des forages effectués le mois dernier par David BREBANT, ainsi qu'une analyse chimique de l'eau trouvée.

En résumé :
- les deux puits sont artésiens, ce qui est rare,
- le premier puits (dit "de pompage") a un débit de 35 m3/h, ce qui est très important, et le second (dit "de rejet"), un débit de 5 m3 environ, ce qui, m'indique le foreur, devrait suffire pour nos usages ;
- l'eau est très ferrugineuse, ce qui entraînera des frais d'entretien du circuit amont de l'aquathermie, mais le pH est favorable.

Ce soir, David BREBANT m'a passé un long coup de fil pour me rassurer sur les résultats de ces forages. Je l'ai tenu informé sur l'état de mes cogitations sur la suite des travaux et la manière de me faire aider, peut-être par un bureau d'études, en plus d'un (ou de deux) architecte(s). Nous sommes convenus de repousser le creusement de tranchées pour enfouir divers tuyaux à l'époque où le terrain serait de nouveau capable de supporter des engins de chantier, donc vers mai prochain. David BREBANT m'a promis son concours pour cette opération.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 17 janvier 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Plomberie-chauffage - Bâtiment Nord
0
Il fait un froid de loup dans notre manoir favori, et notamment dans la chambrette monacalo-monastique où je suis terré. D'autant que Carole avait jugé bon, pour aérer mon antre, de laisser hier un houteau ouvert dans le cabinet de toilettes du 1er étage du bâtiment Nord, et je ne m'en suis aperçu que ce matin.

J'imagine que le "circulateur" de la vieille chaudière à fuel est encore tombé en panne. Pas étonnant que tout soit à l'arrêt et que je me retrouve frigorifié. J'appelle un plombier au secours.

P.S. (à 19 h) : Le plombier vient de passer. C'est la cuve qui est vide. Je pensais que le plein fait il y a 18 mois environ durerait jusqu'au retour des beaux jours...
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 21 janvier 2019 11:32
À : Arnaud Paquin
Cc : C.F ; T.F.
Objet : RE: Chaslerie - Proposition de déblocage de la situation

Cher Monsieur,

Puisque nous voici entrés dans la période où vous espériez être moins pris par vos autres chantiers et que le mien se trouve à l'arrêt depuis plus de trois mois, il me semble, quitte à paraître un peu scolaire de mon côté, que le moment est venu de préparer la rencontre dont vous avez bien voulu me proposer le principe fort opportunément.

Mes contraintes de livraison de pièces habitables étant très fortes pour les diverses raisons que vous savez, j'aurais besoin, afin que nous puissions poursuivre dans les meilleures conditions, que vous m'indiquiez à quelles dates vous pouvez vous engager à fournir les prestations suivantes dont je souhaiterais vous charger :

1 - Menuiseries extérieures du logis : le document permettant au forgeron de préparer son devis et au menuisier de lancer sa fabrication ; ce document devrait, dès maintenant, couvrir les deux premières tranches de ces travaux mais, tant qu'on y est, il peut être utile de couvrir également la troisième, donc l'ensemble.

2 - Autres menuiseries extérieures : le même type de document pour les lucarnes du colombier ainsi que pour les quatre portes extérieures à changer.

3 - Moitié Nord du logis : la demande d'autorisation pour changer deux poutres au plafond de la chambre du premier étage et pour empêcher les dégâts des eaux récurrents à partir du conduit de cheminée.

4 - Étanchéité du mur Ouest de l'aile Ouest : la demande d'autorisation pour drainer, en en soulignant l'urgence toute particulière, de nature à justifier les dérogations éventuellement utiles.

Ces 4 premiers postes sont relatifs à des parties classées (à part la porte entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour). L'intervention d'un architecte du patrimoine est donc requise par les textes. Par voie de conséquence, il me paraîtrait utile que vous prépariez les demandes de subvention pour les tâches 3 et 4, sachant que les 1 et 2 sont déjà subventionnées.

Au-delà de ces 4 prestations, mon programme de travaux comprend des interventions sur des parties inscrites où le monopole des architectes du patrimoine n'a plus cours.

Si vous y avez convenance, vous pouvez néanmoins m'indiquer dans quel délai vous pourriez préparer les demandes de permis de construire relatives :

5 - à la moitié Nord du logis,

6 - aux étages du colombier (en pratique à son premier étage avec, notamment, un projet de boiseries à dessiner),

7 - à la moitié Sud du logis (avec notamment un projet de boiseries à dessiner pour le salon).

Enfin, pour permettre de mieux définir la puissance de chauffe nécessaire, par aquathermie, pour le bâtiment Nord et une moitié ou la totalité du logis :

8 - connaissez-vous un bureau d'études qui, si vous le pensez nécessaire, pourrait nous conseiller en tenant compte des isolations thermiques envisageables et des contraintes en matière de radiateurs ? Dans quel délai pensez-vous qu'il pourrait remettre ses préconisations ?

Dans l'attente de vous lire,

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)

P.S. (du 22 janvier 2019) : Carole trouve mon courriel trop long. Je ne peux quand même pas, en l'état tant de la réglementation que du monument, comprimer la liste de mes attentes.

Il est vrai que, ayant constaté les viscosités que l'on ne connaît que trop bien, je me serais volontiers contenté des 4 premiers points mais mon interlocuteur m'avait indiqué vouloir réfléchir également à son implication dans les travaux sur les parties inscrites de notre manoir favori. Je n'ai pas voulu paraître trop cavalier en shuntant les 4 points suivants.

Pour moi, l'essentiel serait que l'on avance ENFIN et, si possible, comme il convient.

P.S. 2 (du 23 janvier 2019) : Arnaud PAQUIN m'a envoyé hier un S.M.S. me promettant sa réponse par courriel pour aujourd'hui.
Je commence à réfléchir à la restitution de peintures sur les poutres et solives du plafond de la salle-à-manger du logis de notre manoir favori.

J'ai téléphoné ce soir à Jean-Jacques ROUCHERAY pour lui demander conseil.

Il me recommande de me documenter afin de bien préciser ce que je voudrais. A ce stade, je pense à des peintures du genre de celles que j'ai vues dans une dépendance du château de Couterne :

Il me suggère de contacter ensuite l'"Atelier Mériguet-Carrère", ce qui m'a l'air beaucoup trop haut de gamme pour notre manoir favori et moi, aussi rustiques l'un que l'autre.